Questions sur le trafic de drogue

25 avril 2008    


???
 Qui avait intérêt à ce que les filières de cannabis et de cocaïne de Sevran en Seine-Saint-Denis soient sauvegardées ? Qui a prévenu les trafiquants avant l’opération de police du mercredi 23 avril 2008 ?

Pour une fois, les réponses ne sont pas dans Le Canard enchaîné du 30 avril 2008 ; à la  page 5  des Canardages, rubrique Zig Zag, avec le titre   « On se came (sic) », il se contente de citer Le Monde du 26.04.08, et ironise (avec toute l’ambiguïté du titre) sur la déclaration du procureur de Bobigny :   « Nous disposions  de renseignements précis… »

Alors ? Le dessin de Sardon Opération antidrogue dans Le Monde, nous apporterait-il un début de réponse avec une autre question :   « Et si on fouillait les journalistes ? »

??????????  ?????????????

 ???  Réponse de Virginie Despentes (Le Monde du 13.04.06) :  « Quand on arrive à Paris en venant de province et qu’on fréquente les gens riches, le premier truc qui choque, c’est que tout le monde a de la cocaïne ; c’est leur drogue, elle est partout (…) Dans certains milieux, je suis sûre que huit personnes sur dix marchent à la cocaïne, et sont modifiées par la cocaïne. Mais elles ne le diront pas, parce que c’est la France.  (…). Un mec comme X… (écrivain à la mode) ne va pas dire franchement combien il met dans sa coke. Si les gens connaissaient le budget coke de certains privilégiés et comparaient à ce qu’ils gagnent (…) X… claque dix smics par mois dans sa coke. Mais il ne va pas dire : je mets 10 000 euros dans la coke par mois (…) personne ne peut l’entendre. En plus, dans ces milieux, on angélise complètement la coke. Mais, moi, je n’ai jamais vu quelqu’un que ça rendait brillant sur le long terme. La cocaïne, ça fait juste des cons arrogants, bavards, très sûrs d’eux, agressifs, paranos, certainement pas géniaux (…). »???  

 

  Un an plus tard … Attention danger !                 

   Sevran  10 août 2009 : L ‘incendie avec deux départs de feu au 1er et au 7ème étage dans un immeuble des Beaudottes a fait cinq morts (deux enfants, un nourrisson et deux hommes) et 27 personnes intoxiquées.            

              La phase prévisible de la guerre entre chefs mafieux et de la terreur barbare qu’ils veulent instaurer dans leurs  « territoires (sic) »   se met-elle en place  ?

Selon le maire Stéphane Gatignon, cet immeuble, en partie brûlé, est  au centre d’un    « système carrément mafieux… C’est un trafic à grosse échelle qui met en jeu d’importantes sommes d’argent. »

extrait de l’article d’Yves Bordenave Incendie de Sevran : la piste d’un règlement de comptes est privilégiée     Le Monde 12.08.09

                    

 

Cf  note du 27 janvier 2008 : Cadres (privé / public) et cocaïne  / note du 13.06.08 : Ni le cannabis ni la cocaïne ne rendent intelligent  /  note du 5.10.08 : Du trafic de cannabis ? en (Ile-de-) France ?

     Roberto Saviano auteur de Gomorra (camorra– mafia napolitaine) sur France 5 – il est accueilli par François Busnel dans La grande Librairie le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.  « …Toute la cocaïne française est traitée à travers les cartels italiens qui traitent avec les cartels d’Amérique du Sud … » R.S.     

  —————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta (mafia calabraise) et cosa nostra  (mafia sicilienne)

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europen’drangheta  réalisatrice Agnès Gattegno

2- Halte à la mafiacosa nostra  réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

                                                           

OGM comme OGre Monsanto ou les humains comme cobayes

Il faut avoir vu le documentaire de Marie-Monique Robin « Le Monde selon Monsanto« * pour pouvoir évaluer la voracité de la multinationale américaine.

L’ogre Monsanto veut  tous nous dévorer à sa sauce et elle est décidément peu ragoûtante. Ses ingrédients  sont bien connus pour aboutir à l’anesthésie de nos systèmes d’alerte préventive et à la déréglementation sanitaire : pressions  permanentes sur les pouvoirs politiques, corruptions innombrables,  falsifications de rapports et autres malhonnêtetés scientifiques tel le “principe d’équivalence en substance”.

Monsanto, qui produit 90% des organismes génétiquement modifiés (OGM) destinés à l’alimentation a conquis cette position dominante en mettant dans sa poche des hommes politiques, et en subvertissant les instances nationales de contrôle scientifique.

L’autorité Européenne de Sécurité des Aliments serait-elle aussi  » approchée » ( mot pudique et terme consacré) ou « actionnée » par Monsanto ? A en croire  Renate  Sommer**, la logique utilisée pour imposer la commercialisation des OGM Monsanto en Europe est simplissime : les OGM étant partout,  il n’y a donc aucune raison de s’y opposer ; aussi simpliste que cela,  mais cela semble satisfaire Renate Sommer (chrétienne-démocrate allemande).

L’ogre Monsanto traîne derrière lui quelques gamelles retentissantes, parmi lesquelles   l’hormone de croissance bovine ( RBGH Posilac 1994). Dans le documentaire, Samuel Epstein explique comment de sérieuses études vétérinaires avaient démontré sa dangerosité  pour les animaux et pour la qualité du lait consommé ( pus- antibiotiques – insuline de croissance IGF1 précurseur de cancers du sein, du colon , de la prostate…).

En ce qui concerne les OGM, Monsanto sait parfaitement  éliminer les chercheurs scientifiques « dérangeants » , tel Arpad Pusztaï d’Aberdeen, qui avait constaté des proliférations cellulaires dans les estomacs des rats nourris de leurs pommes de terre transgéniques, et qui fut licencié le lendemain de son témoignage télévisé.

Le doccumentaire nous donne à voir pour commencer, la situation sanitaire catastrophique des habitants d’Anniston ( Alabama), où l’usine Monsanto produisit le si dangereux PCB (pyralène).

L’on y voit aussi des paysans indiens, proies faciles pour l’ogre. Ils accumulent  des milliers de roupies de dettes et ils se suicident par centaines. – détail horrible, certains en buvant un litre de pesticide Monsanto.

Parmi les dernières images, celles des paysans mexicains et de leur magnifique maïs violet. Mais des paysans pauvres qui mangent paisiblement leurs propres cultures, saines et abondantes, sans engrais ni pesticides, sont insupportables pour Monsanto. Alors leur beau maïs est peu à peu menacé par la contamination d’OGM Monsanto, avec l’apparition de floraisons aberrantes.

L’ogre Monsanto a séduit la commission européenne 1, les ministres européens, les député(e)s européens… Va-t-il séduire les député(e)s français2 après les sénateurs(trices) ?

Il ne fera  alors qu’une bouchée de l’agriculture française.  A moins que …

***

1 « La directive européenne proscrit en effet l’interdiction des OGM sur des zones géographiques, au nom du libre choix des agriculteurs. » le Monde 09.04.08 | Gaëlle Dupont.  c’est-à-dire :  l’OGre Monsanto a interdit d’interdire…. Voir le « Face à nous » de Public Sénat avec Nathalie Kosciusko-Morizet du 23.04.08. Elle y explique très clairement la soumission de la Commission européenne au groupe Monsanto. 

2 Ecoutons le sénateur UMP Jean-François Le Grand :  ” Certains ont fait main basse sur l’UMP afin de défendre des intérêts mercantiles, « ripolinés » pour les rendre sympathiques : on a parlé de l’avenir de la science, de celui de la recherche… La force de frappe de Monsanto et des autres semenciers est phénoménale. Il fallait voir la violence des réactions de Bernard Accoyer (président de l’Assemblée nationale) et d’autres au lendemain de l’avis rendu par le Comité de préfiguration. Il suffit de comparer les argumentaires des uns et des autres – identiques – pour comprendre l’origine de leur colère. Ils ont été actionnés. J’ai été approché par Monsanto, et j’ai refusé de leur parler. Je veux rester libre. » (Le Monde 01.04.08). Et lisons  (avec en prime un dessin de Cabu) l’article bien documenté de Jean-Michel Thénard : Des députés UMP ont suivi à la lettre les lobbies pro-OGM dans Le Canard enchaîné du 23 avril 2008.

* Le Monde selon Monsanto  ARTE 11/03/08       Marie-Monique Robin         

** Après le documentaire, « débat animé par Thomas Kausch auquel [ont participé] José Bové, altermondialiste et leader syndicaliste, cofondateur de la Confédération paysanne, connu pour ses prises de positions et ses actions contre les OGM, Christian Velot, chercheur en génétique à l’institut d’Orsay, ainsi que la Députée européenne Dr Renate Sommer, docteur en agronomie et membre de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement Européen« .

La maternité et la paternité selon J. Attali

 

6  mars  2008    3  septembre  2019           

 

Le futur est décidément ce que Jacques Attali connaît le mieux. Il hésite juste un peu entre le Meilleur des Mondes et Matrix, pour déclarer finalement que cela pourrait plutôt ressembler au Paradis terrestre, tel que les rédacteurs de la Bible nous l’ont concocté, il y a 2800 ans. C’est dire si pour M. Attali  tout est dans tout et si sa conversation d’avenir[s] (1) sur la maternité m’a laissée songeuse.

Il aura suffi à Stéphanie Bonvicini d’une donnée chiffrée, à savoir que 50,5% des enfants naissent hors mariage, pour que J. Attali puisse d’un ton magistral nous annoncer que  la maternité, l’allaitement et la famille ne seront bientôt plus qu’un (mauvais ?) souvenir. Et de citer pour preuve de modernité, les sociétés archaïques, où il n’y a pas de liens entre l’enfant et les parents.

D’après lui, on se marierait parce que l’on a un enfant (ce que vient contredire le nombre grandissant de familles monoparentales) , sachant que l’on se quitte aussi lorsque l’on a un enfant – et même plusieurs. Il me semble plutôt que la chance des enfants de voir leurs parents se marier est encore plus faible que celle  de voir leurs parents mariés ne pas divorcer.


    Le même qui défend la valeur de ses 300 décisions pour la libération de la croissance, les juge là si peu applicables et/ou efficaces qu’il avoue que  » ça coûtera de plus en plus cher d’avoir un enfant (sic). » Si bien qu’il prévoit que les parents seront de plus en plus  » tardifs « , l’enfant devenant leur signe extérieur de richesse. Il assure ainsi que l’avenir appartiendra  aux jeunes de vingt ans qui auront des pères octogénaires !

 

Mais l’avenir, tel que  M. Attali  nous le souhaite, se réalisera  lorsque  » la femme pourra mettre en réserve un ovule et créer les conditions de sa maternité artificielle en se débarrassant de la contrainte de cette maternité et ça, c’est une affaire de quelques décennies mais pas plus. »
A nous d’imaginer la silhouette solitaire du (de la)   « père-mère « «  qui se profilera devant la vitre de l’utérus artificiel, pendant la visite au foetus du week-end …

D’après J. Attali, l’affaire est tout bénéfice, pour la femme comme pour l’homme informés qu’ils sont de « la durabilité…précaire (sic) du couple », définitivement séparés mais égaux.  Surtout dans nos sociétés de consommation  » à l’américaine » où il suffira de payer un laboratoire pour avoir l’enfant artificiel de son choix.

♦ Les autres milliards d’hommes et de femmes – les pauvres !- gardant la fâcheuse habitude de la procréation à l’ancienne.

En fait, derrière cette fausse bonne idée qu’une maternité totalement artificielle serait  la  libération des femmes, la vision d’avenir de M. Attali se cale uniquement sur le succès commercial de la procréation artificielle. Son adultocentrisme  égoïste  d’homme d’affaires m’effraie.

Remplacer ainsi la maternité, la famille et son devoir d’éducation par un projet industriel rentable, correspond à un bouleversement du droit des jeunes enfants à la sécurité affective, au déni de la nécessité vitale pour chacun(e)  de s’enraciner dans sa vraie histoire, dans son humanité, tout simplement. Quelles seront les valeurs humanistes d’une société fascinée par le  « tout médical scientifique payant » ?

 

Enfin, écoutons-le encore dire la merveille des merveilles : le cerveau -des riches- pourra se développer à l’infini !

M. Attali se réjouit à l’avance de la facilité avec laquelle l’homme du futur – fabriqué dans un utérus artificiel – pourra  « porter un cerveau de 2 à 3 kilos « .
Il semble penser que
l’intelligence est proportionnelle au poids  du cerveau . . . mais cela lui fait dire une grosse bêtise  . . .   car ce n’est pas le poids du cerveau qui fait l’intelligence !

       
  1 Conversation d’avenirs la maternité Jacques Attali/ citations en italique – Stéphanie Bonvicini  Public Sénat 22/02/08

Cf. la facette du donneur de leçon du PS, à la page L’exemple du « think tank » de M.Attali ou la finance toxique des PDG

________________

 

Le bébé, la Halde et le partenaire

31 janvier 2008

Pour un bébé, qu’il soit adopté ou « fruit » de « l’homosexualité parentale »,  le choix préférentiel d’avoir son vrai papa et sa vraie maman étant exclu, les deux « papas » ou les deux « mamans »   sont désormais parvenu(e)s à imposer selon leur désir et sans aucun état d’âme, ce qui est « bien » pour cet(te)-enfant-à -naître-là.

Tout serait pour « le mieux  homosexuel dans leur meilleur des mondes » … sauf à penser à l’enfant,  devenu(e) adulte, qui s’efforcera désespérément de savoir la vérité sur sa naissance – comme beaucoup d’entre nous (exceptés peut-être,  les membres de la Halde (1),  sauf à ne plus  juger comme la  cour d’appel de Rennes (2) que  » l’autre maman  » ne pouvait obtenir « un congé  paternité ».

Qu’à cela ne tienne, la Halde ne « discriminant » pas la différence que fait un  petit garçon ou une petite fille entre son papa et sa maman, crie à la  discrimination  :  l’autre maman étant un papa comme les autres, selon les droits de l’homme sur « l’orientation sexuelle ».

La Halde crie haro sur la CPAM pour qui le terme  « paternité » restreint le droit au père en tant que personne sexuée masculin avec un lien de filiation avec l’enfant » ;  et la Halde dicte la nouvelle  formule ad hoc pour « substituer à la notion de congé paternité fondée sur le lien de filiation un congé d’accueil du jeune enfant »  qui serait ouvert au partenaire contribuant à l’éducation de l’enfant. »

Exit donc le congé  paternité, voilà le  congé  partenaire.
Ainsi grâce à la Halde, « deux papas » pourront aisément demander   « leur congé partenaire ». L’un -au choix-  à la place d’un congé maternité refusé pour cause de non-sens, l’autre à la place d’un congé paternité  de complaisance – / les deux mères : la « mère porteuse » et/ou la mère donneuse d’ovocytes restant  définitivement inconnues pour l’enfant et pour son état civil.

C’est ce que l’on appellera la Halde-garderie  ou l’illustration du déni total des droits des enfants.

____________________________

1 Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité 

2 La cour d’appel de Rennes refuse d’accorder un congé paternité à une femme homosexuelle
 30.01.08© Le Monde.fr

  

Salam Shalom

Note du 25 décembre 2007 à 21 h

Quel temps faisait-il ce samedi 29 novembre 1947 à New York  ? Peu importe à vrai dire,  mais ce fut le jour du vote du Plan de Partage de la Palestine et le déclenchement d’un vent de tempête qui  brise  des vies depuis trois générations. La cruelle diplomatie internationale de 1947 n’ayant pu concevoir l’installation du «septième million» * survivant du drame de la Shoah, qu’au prix de l’exode, des souffrances et des humiliations de 800 000 Palestiniens.

Des 45% de la Palestine sous mandat britannique qui furent attribués aux Palestiniens, en 1947,  il ne reste plus que 22% – densité 612 hab/km2  (environ la superficie du département d’Indre- et- Loire – densité 90 hab/km2). 22%, serait-ce encore trop ?

Shalom Salam, deux mots magnifiques pour dire la paix en hébreu et en arabe, deux mots magnifiques de la belle famille des langues sémitiques, deux mots magnifiques pour deux peuples si proches, filles et fils d’une même terre que l’on dit « trois fois sainte et sacrée».

Mais deux mots encore inaudibles, alors que les solutions concrètes existent. Il suffirait que cesse le vacarme des armes,  que s’arrêtent les machines qui  construisent un mur et des colonies, pour que l’on entende enfin la voix des Justes israéliens et palestiniens**, la voix de ceux  qui oeuvrent  inlassablement pour la paix, pour l’avenir de leurs enfants… ailleurs qu’en enfer.

     

 *Titre du livre et du film de Tom Seguev 

** la voix de ceux qui œuvrent inlassablement pour la paix comme   La Paix Maintenant.