(1) La Résistible extension de l’anarcho-« benditisme » : 1er mai 2018 – Paris

5  – 7- 20 – 27 mai 2018

An 1 de la république-en-marche d’E. Macron
Quel message de mépris de la Fête du Travail du 1er mai, nous ont lancé le président, son gouvernement E. Philippe et son ministre de l’intérieur, G. Collomb !
Quel message de déni du droit à la liberté des citoyens paisibles de défiler le 1er mai  !
Quel message anti-démocratique envers le peuple !
Quel message d’encouragement pour les anarchistes !

Le président avait été informé  par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) de la levée par les chefs français et étrangers identifiés, d’un régiment de 1200 émeutiers anarchistes pour supplanter à Paris,  le défilé du 1er mai de la Fête du Travail.
Avec des hurlements sauvages, des gueulements de haine envers les simples citoyens et envers les policiers qui les protègent, les anarchistes allaient leur infliger un échantillon de leur idéologie politique primitive et barbare, dont le seul programme consiste dans l’espace public,  à lancer des projectiles  pour casser et blesser, et des cocktails Molotov pour incendier et pour tuer.
Leur hyper-violence de cagoulés-en-mission-terroriste avec le drapeau noir et le bras levé (1), nous renseigne comme étant l’autre menace anti-républicaine  qui pèse sur notre pays.

Pour le 1er mai de l’An 1, le président a donc pensé qu’il serait bien servi par les saccages des  anarchistes : les scènes photographiées feraient le tour du monde pour occulter  la Fête du travail, la grève des cheminots et la CGT.

Que fit le président ? Il informa à son tour son gouvernement et le préfet de police de Paris, sans oublier les « bons » secrétaires de la CFDT et de FO – (le premier, interrogé dans sa voiture avec chauffeur, justifia son retrait du défilé, le second tint une réunion dans une salle insonorisée éloignée du pont d’Austerlitz).

Quels ordres donna le président ?
–  » Surtout ne rien faire ou faire juste semblant ! »  / « Laissez casser ! » / » Laissez pourrir ! »
Ainsi, pour fêter l’An 1 en 2018,  le président avait prévu de rejouer la comédie de Charléty avec D. Cohn-Bendit en 1968. Mai 2018 serait  le retour de l’anarcho-« benditisme » avec le gouvernement, le patronat, la CFDT et FO, contre les salariés et la CGT (2).

Le président pouvait partir tranquille en Australie. Il avait lancé son  boomerang !  

 _____________________

1 Photo source Dreuz.info 1.05.2018 Ch. Larnet

 

Qui les finance ?  Quel gouvernement les interdira ?

On se souvient de la montée en puissance de la milice paramilitaire -sous le nom de Sturmabteilung ou section d’assaut SA – et du rôle qu’elle eut dans la création du « Parti national-socialiste des travailleurs allemands », le NSDAP – le parti nazi d’Adolf Hitler, au début du XXème siècle. Sturmabteilung ou section d'assaut SA

2 Vers l’extension de l’anarcho-« benditisme » et de la charia djihadiste anti-laïque   par L’ingénue 29.30 avril 2018
_____________

NB  20 mai 2018  
par L’ingénue : Le nouveau titre : (1) La Résistible extension de l’anarcho-« benditisme »: 1er mai 2018 – Paris, fait référence au titre de la pièce de théâtre de Bertolt Brecht : La Résistible Ascension  d’Arturo Ui  / Traduction en français : Armand Jacob – Éditeur : L’Arche 1959 / Date de création : 8 novembre 1960 – Paris – Théâtre national populaire – Metteur en scène : Jean Vilar.

_______________

Vers l’extension de l’anarcho-« benditisme » et de la charia djihadiste anti-laïque

29 – 30 avril 2018 – 20 mai 2018

On reviendra sur  le bilan positif de notre mai 1968. Le Mai 68 magnifique des neuf millions de salariés grévistes qui gagnèrent sur le patronat soutenu par le gouvernement, grâce à leurs syndicats, et sûrement avec la CGT de Benoît Frachon, Georges Séguy et Henri Krasucki, des augmentations de salaires et de nouveaux droits syndicaux. Avec la solidarité, la fraternité, le maintien en état de marche des moyens de production, le calme pendant nos manifestations géantes…

Le bilan négatif de  la France de 2018, c’est depuis plus de trois décennies,  une longue suite de violences urbaines,   d’incendies, de crimes  perpétrés  par des crapules multi-récidivistes, tueurs et trafiquants, avec  depuis 2001 à Toulouse,  l’extension des massacres de l’ignoble « charia » au nom  du dieu des salafistes et des frères musulmans, sous le pouvoir occulte de services, télévisions et états islamiques, ennemis de notre République laïque.

⇒ Et s’il n’y a plus de paix civile en France, le plus terrible, le plus tragique pour notre jeunesse qui est son avenir, est de constater que ce sont nos établissements scolaires et nos professeurs qui ont été et qui sont de plus en plus, les premières cibles et  les premières victimes de cette barbarie anarcho-djihadiste.

De 1966 à 1968,  c’est entre l’université de la Sorbonne et l’université toute neuve de Nanterre que l’étudiant (?) D. Cohn-Bendit a commencé son travail de prise de pouvoir anarchique.
Après s’être fait remarquer en propédeutique à la Sorbonne comme celui qui n’était pas inscrit pour apprendre mais pour gâcher les conditions de travail des vrais étudiants, il s’est inscrit en sociologie à Nanterre sans obtenir de diplôme. Mais qu’importe, il savait que son avenir était assuré.

On avait remarqué que par démagogie, dans son programme libertaire pour l’université, figurait en tout premier point, à la place des révisions, le libre exercice sexuel dans la résidence des étudiantes, le second point étant logiquement  la suppression des examens, et enfin, pour remplacer les cours devenus inutiles, son programme se déclinait en  manifestations, barricades, échauffourées et autres slogans oiseux de petits bourgeois fumeux, par exemple : « la beauté est dans le pavé » qu’on lance sur le policier.

Dès la rentrée 1967, il  est parvenu à convaincre suffisamment d’étudiants pour tout bloquer.
♦ ⇒ Peut-on penser qu’il avait  « appris la tactique  de l’ anarcho-gauchiste, déclencheur de troubles graves sur la voie publique et d’affrontements avec la police », dans quelque officine de cours informel d’anarchie ?

Entre 1966 et ce jour de mai 1968 où  il est parti en Allemagne, il a déclenché une longue série de violences de rue entraînant des centaines et des centaines de blessés parmi les étudiants et la police nationale et des morts … pendant que monsieur  faisait l’important avec le ministre de la jeunesse et des Sports Missoffe du gouvernement Pompidou, et avec le préfet de police Grimaud.
Il  n’est revenu d’Allemagne que pour le rassemblement de Charléty, le 27 mai 1968  car c’était hostile à la négociation de Grenelle et dirigé contre la CGT.

………………
Trois petits tours et M. Cohn-Bendit s’en était allé.
Avait-il deviné que pour ses bons services à la bourgeoisie capitaliste,  le président Hollande lui ferait octroyer le diplôme de « Docteur honoris causa » par le président de l’université de Nanterre en 2014 ?

On sait que le « Docteur »  murmure à l’oreille du président Macron.
 Guignerait-il  un nouvel hommage ? L’hommage que l’on a fait et que l’on ne devrait faire qu’aux vrais Héros (1) ?
_________________________  

1 Ceux des barricades des Trois Glorieuses des 27,28 et29 juillet 1830  dans le poème d’un jeune homme de 29 ans nommé Victor Hugo …

Comme ceux de La Résistance au nazisme avec la CGT de Benoît Frachon, Georges Séguy et Henri Krasucki  parmi tant d’autres…
Ballade de celui qui chanta dans les supplices  Louis Aragon.

____________

Un peu de sociologie / Paris, 4 mai 1968

note du 13.11.2009  mise en avant le 20 mars 2018
–   Histoire de remettre à l’heure les pendules du cinquantenaire de 1968 – côté Nanterre   !

_________________

♦  Dans le journal Le Monde du samedi 4 mai 1968, dans son billet Au jour le jour, Robert ESCARPIT sous le titre La faute à Voltaire ? rédigeait à son tour une note à la lucidité aiguë :

« Ils ont fermé Nanterre, est-ce la faute à Voltaire ? Dans la mesure où le nom de Voltaire symbolise ici – bien imparfaitement d’ailleurs – une certaine forme de la contestation révolutionnaire et du  » mauvais esprit  » politique, il semble qu’on doive le mettre hors de cause.
Rien n’est moins révolutionnaire, rien n’est plus conformiste que la pseudo-colère d’un casseur de carreaux, même s’il habille sa mandarinoclastie d’un langage marxiste ou situationniste.
À vrai dire, ce sont les jeunes gens en colère qui font les meilleurs mandarins. Les autres qui veulent vraiment changer l’état des choses et bouleverser la règle du jeu, ont besoin de tout leur sang-froid et de toute leur énergie, surtout s’ils doivent continuer à désirer le changement. Lorsque dans dix ou vingt ans, M. Daniel Cohn-Bendit et ses amis seront doyens, recteurs, ministres ou l’équivalent sous quelque autre nom, je leur souhaite d’affronter la révolte de leurs propres étudiants avec autant de modération qu’on en fait preuve à leur égard, aujourd’hui, à Nanterre. »
_____________________

♦ Le regard des sociologues P. Bourdieu et J.C. Passeron sur les étudiants parisiens était tout aussi aigu…

C’était juste avant 1968…  P. Bourdieu et J-C. Passeron  faisaient paraître Les Héritiers les étudiants et la culture en 1964 aux Editions de Minuit.

Pour l’année scolaire 1961-1962, les statistiques de  l’INSEE sur l’origine sociale des étudiant(e)s avaient indiqué que pour 18% de filles et fils de salariés agricoles, d’agriculteurs, de personnel de service, d’ouvriers et d’employés, il y avait 82% de fils et filles de patrons de l’industrie et du commerce, de cadres moyens, de professions libérales et de cadres supérieurs –  82% d’étudiant(e)s  d’origine bourgeoise.

Le chapitre 2  Jeu sérieux et jeux du sérieux éclaire les choix politiques des étudiants parisiens juste avant 1968.
Lisons à la page 69 ce qui fit leur particularisme politique en ce mois de mai 1968 pour mieux comprendre comment des fils et  des filles de bourgeois  jouèrent aux communards, sachant – et heureux de savoir-  qu’ils ne seraient pas dans la ligne de mire d’un  M. Thiers, protégés qu’ils étaient par la proximité du pouvoir de leurs pères, qu’ils ou elles rejoindraient bientôt :

♦ « Faut-il s’étonner si les étudiants en lettres de Paris présentent une image idéal-typique, c’est-à-dire à la fois accomplie et caricaturale, de l’étudiant comme novice intellectuel, tenu de faire ses preuves d’intellectuel autonome, en s’exerçant au jeu qui fait de l’art de décevoir les attentes, le mode privilégié de l’exercice de la liberté individuelle ?

(…) bien que l’Université de Paris compte la proportion la plus forte d’étudiants d’origine bourgeoise, la part des étudiants qui se disent à gauche y est plus forte qu’en province, où les opinions politiques de gauche sont très fortement liées à l’appartenance aux classes défavorisées. C’est encore à Paris que la part des étudiants qui, se disant de gauche, refusent de se reconnaître dans un parti de gauche est la plus forte ; et ceux qui, pour se définir politiquement, éprouvent le besoin de se forger des étiquettes originales, telles que «trotskisme rénové »,« anarchisme constructif», « néo-communisme révolutionnaire », sont parisiens pour les deux-tiers.

Plus généralement (…) les étudiants parisiens sont et se veulent en rupture, s’ils s’engagent et entendent s’engager à contre-courant et à contre-pente, obéissant au conformisme de l’anti-conformisme, c’est que les valeurs de dilettantisme et de désinvolture que les étudiants bourgeois importent dans le milieu étudiant et qui s’imposent, surtout à Paris, à l’ensemble du milieu étudiant, sont en affinité avec les valeurs qui entrent dans l’idéal intellectuel de l’intelligence sans attache et sans racine. »


… et
(re)naissait en ce printemps 1968 , l’idéologie  anarcho-gauchisante … des rejetons de la vieille droite… qui se diraient cependant « socialistes » !
_______________________

       

« Il n’y a pas assez de mosquées » dit le ministre de l’Intérieur

20-22 novembre 2017      note mise en avant le 26 décembre 2017

Depuis la séparation de la mosquée, du temple, de l’église et de l’ État par la loi de 1905, on se demande pourquoi  G. Collomb se met à geindre de la sorte.

Le ministre n’a même pas repéré qu’à Clichy-la-Garenne, il y a une mosquée … et que malgré tout, les musulmans intégristes de la ville, forcent la loi républicaine, en violant chaque vendredi l’espace public de la rue, pour leur prière à un dieu, au nom duquel on massacre en France et partout dans le monde !

Ainsi, au nom du dieu sanglant des djihadistes, les musulmans endoctrinés par les prêcheurs salafistes et fréristes de l’UOIF  (1) au vu et au su du ministre et du président- , ajoutent sans vergogne en 2017,  du trouble et de la violence, aux crimes commis depuis Merah en 2012 .
Leur prière n’est qu’une émeute anti-républicaine contre la municipalité, contre la police municipale, contre les Clichyssois chrétiens, juifs, athées, musulmans laïques, contre nous tous.

Nous n’avons encore jamais entendu le président  Macron  prononcer le mot Laïcité ! Un gros mot pour lui ou la pire des tartufferies ? Son humble serviteur Collomb l’ignore tout autant.
Ils renient ce qui fonde l’immense avancée des Droits de l’homme et de la femme en France depuis plus d’un siècle.

Messieurs, vous dites : « Pas assez de mosquées » !

Nous, nous disons :
 Pas assez de laïcité !

Nous, nous disons :
Trop de discrimination et de prosélytisme islamique !
Trop de femmes et de jeunes filles soumises au port de voiles et de burqas !

Trop de victimes de l’islamisme terroriste ! Trop de violences et de troubles à l’ordre public !

Nous, nous exigeons la fin de la subversion islamique dans les rues chaque vendredi, car elle n’est, -avec les femmes voilées, en burqas par contrainte-, que complicité et support des assassins qui crient allah akbar.

__________________

1  ♠ L’ UOIF, l’Union des organisations islamiques de France, dopée par la lâcheté de MM. Hollande et Valls et de Mme Vallaud-Belkacem *(désignée par Mohammed VI, membre du Conseil de la communauté marocaine),  s’est attribuée en février 2017,  le nom de  « Musulmans de France », alors qu’ils sont la chose des  théocraties islamiques.

La suppression du mot sanglant « islamique »  n’est que leur ruse pour prétendre constituer un parti politique anti-laïque à l’Assemblée nationale… et agir ainsi comme le font déjà leurs groupes de pression (lobbies) auprès du Parlement européen de Strasbourg et de la Commission exécutive et anti-démocratique de Bruxelles.

MM. Macron et Collomb, comme leurs prédécesseurs, les soutiendront.
_________________

Cf. L’ingénue

*Au fil de l’actualité – 2017 Les vœux de Mme Vallaud- Belkacem

7 janvier- 7 juillet 2015      7 juillet 2015

Hommage aux 480 victimes des djihadistes de l’État islamique    30 novembre 2015

2017 – Les vœux de Mme Vallaud-Belkacem          10 janvier 2017

_____________________________

Mot-dièse # Balance ton « porc salafiste » et ta burqa

3 novembre 2017-  note revue  le  14 janvier 2018 et le 28 mars 2018

  • sans oublier le second mot-dièse : #Balance aussi ton « porc frère musulman » et ta burqa …


28.03.2018

J’écrivais, le  3 novembre 2017, qu’ « aucune femme soumise à la loi islamique n’a cette liberté », mais Henda Ayari  a été cette femme si forte, si lucide et si courageuse.
Après elle, trois femmes ont porté plainte contre Tariq Ramadan pour viols avec violences :
« Plus je hurlais, plus il cognait » dit l’une d’entre elles.

Le
porc Tariq Ramadan est  le prédicateur frère musulman le plus « médiatisé » en France depuis 2003. Mis en examen début février 2018, il a été incarcéré à Fleury-Mérogis.
Le communautarisme intégriste islamique a déjà collecté 100 000 euros pour payer sa défense.
—————————————
La défense de Tariq Ramadan CHARLIE HEBDO 1.11.2017
Bravo et merci à Pierrick Juin, à Riss et à toute l’équipe de rédaction de Charlie Hebdo qui ont toujours, et malgré des menaces de mort incessantes, le courage formidable, face à la meute assassine, de dessiner « vrai ».

—————————————————–

3.11.2017 #Balance ton porc salafiste et ta burqa !

Ah ! ce mot-dièse ne fleurira pas sur la toile  ! Aucune femme soumise à la loi islamique des barbares salafistes et autres frères musulmans n’a cette  liberté ! Aucune femme ! Leur seule identité réside dans la soumission à une loi religieuse assassine. Le barbare la condamne à vivre en France, hors de la dignité de notre citoyenneté.

Et il ne me semble pas avoir beaucoup entendu de femmes « féministes » qui  s’exprimeraient sur la toile avec le « mot-dièse : Balance ton porc », condamner ces barbares.

Et pourtant on sait que dans chaque salafiste, chaque frère musulman, chaque ayatollah, chaque djihadiste et imam du groupe état islamique, il y a un oppresseur, un violent, une brute qui se vautre et qui jouit … une bête qui peut tuer à tout moment  !
On sait car on a des preuves (tous les jours et sur toute la planète) : quand ils ne prennent pas du plaisir à violenter, brûler, supplicier, ou violer une jeune femme (1), ils prennent comme chaque taliban ou chaque djihadiste le plaisir de la lapider  ou bien de la décapiter …

… Et c’est ainsi que dans toutes nos villes, après celles de la Seine-Saint-Denis et de l’Île-de-France, des jeunes femmes revêtent le même uniforme sinistre de la religion morbide des ayatollahs et autres émirs et rois des théocraties islamiques.

Non seulement, elles sont les premières victimes de l’acharnement des hommes islamistes dans leurs vies privées, mais elles sont aussi les premières otages de leur surenchère de prosélytisme hors-la-loi, contre notre société démocratique et laïque…
… laquelle hélas ! n’est pas parvenue à les libérer de cette oppression. 

  J’en veux pour preuve la Loi sur l’interdiction du voile votée le 11.10. 2010 / qui a été et qui est totalement bafouée en France par l’OPPOSTION à la loi républicaine :

du PS /hors-la-loi ( le secrétaire national était alors F.HOLLANDE, président de la République de 2012 à 2017),
de SOS racisme/hors-la-loi,
et des organisations et associations islamiques /hors-la-loi
parmi lesquelles le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), la Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman (CFCM), l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la Ligue islamique mondiale.
et désormais du parti gouvernemental, La République en marche …………. également hors-la-loi.

Comme on les voyait, le 13 juillet 2014, défiler en burqas en hurlant au djihad contre les Juifs de France (2), les femmes musulmanes, vouées à la soumission communautariste, continuent d’être les « porte-drapeaux -État- islamique » … et de transmettre l’anti-sémitisme à leurs enfants …
… Au nez et à la barbe de MM. Macron, Philippe et Collomb … les continuateurs zélés de MM. Hollande, Vals et Cazeneuve !

___________________________________________

14 janvier 2018

Apostille sur la ♦duplicité gouvernementale :

« La Justice en marche : lutte contre le harcèlement sexuel « : c’est l’annonce de M. Emmanuel Macron et de Mme Nicole Belloubet, ministre de la Justice en réponse au mot-dièse # balance ton porc.

Quand y aura-t-il « La Justice en marche » pour la lutte contre le harcèlement islamiste des femmes ?
Est-ce être islamophobe ? Messieurs du CCIF, de l’UOIF et du CFCM
d’écrire cela ?  Ou est-ce être en fraternité avec les victimes ?

—————————————-

La République se vit à visage découvert 

Visuel du site internet "La République à visage découvert"

♦ Caractère d’une personne qui a deux attitudes, joue deux rôles (…) ⇔ fausseté, mauvaise foi, hypocrisie, mensonge (…) « Duplicité renchérit sur fausseté »(Lafaye) Le grand Robert tome II p.1734.

____________________________

Par L’ingénue

1 Cf.  Touche pas à mon pote mais laisse-moi brûler vive Sohane et lyncher Martin, Sofiane et Kévin 
5.10.2012  – [note mise en avant le 11 novembre 2016]

2  Cf. Le ramadan 2014 en France serait-il djihadiste ?  21-30 juillet 2014

______________________