Le Père Ubu-Macron entre mensonge et absurdité

13 avril –  note relue et réécrite le 15 avril 2020

 

   Après avoir claironné, le 3 mars 2020, «Nous sommes prêts » et qu’il avait « cette force de relever le défi», M. Macron put endosser le costume du Père Ubu. Certes, il oublia la canne enfoncée dans la poche droite et le chapeau melon, mais avec « la puissance de sa Cornegidouille », il pouvait le plus longtemps possible, nous  embobiner dans l’Ubusurdité * de ses discours.

Dans son Adresse du 12 mars, le Père Ubu-Macron nous annonçait  que « plusieurs milliers de nos compatriotes, [avaient été] victimes de la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle », mais ajoutait que : « le Covid-19 est sans danger dans l’immense majorité des cas » … sauf qu’il « [pouvait] avoir des conséquences très graves pour nos compatriotes âgés [et/ou] malades. »

Indubutablement*, nous pouvions déjà nous compter parmi les milliers de prochaines victimes, qu’il pourrait annoncer gravement  dans son prochain discours.

Cependant, le Père Ubu-Macron avait eu un éclair dans son hubutude *, car il s’était souvenu que, ministre des Finances de M. Hollande, puis président de « Nulle Part en France » [sans la majorité des électeurs inscrits], il n’avait jamais reconstitué la réserve d’État d’un milliard de masques nécessaires en cas de pandémie, jamais inclus dans le budget de la France, en nombre suffisant,  les vêtements protecteurs, les équipements et les appareils médicaux indispensables ; il avait toujours ignoré les justes revendications de nos personnels soignants,  sur leurs conditions de travail et leurs salaires,  dans nos hôpitaux publics.

« Par ma Cornegidouille », s’était-il exclamé, j’ai dans la poche gauche le remède ubuesque* qui ne coûtera rien, celui que j’ai concocté avec mon Ubuesque Conseil scientifique, la fameuse formule des « bons gestes barrières contre le Covid-19 ».

Dès lors, il avait clamé fièrement partout « [qu’il faisait] preuve d’esprit solidaire, et de sens des responsabilités » parce qu’il se lavait les mains, qu’il toussait et éternuait un jour, dans son coude gauche et le lendemain, dans son coude droit, qu’il ne se mouchait plus avec ses doigts mais dans un mouchoir qu’il jetait n’importe où, qu’il ne serrait ni mains ni coudes, et surtout évitait, voire même, arrêtait d’embrasser la Mère Ubu-Macron.

Et le bon Père Ubu-Macron nous félicita car « en adoptant les bons gestes [nous avions] ralenti la diffusion du virus et ainsi permis à nos hôpitaux et à nos soignants de mieux se préparer. C’est cela une grande nation. » … et comme l’orgueil le titillait, il pensait : c’est cela un grand Père Ubu-Macron.

Pour mieux nous prouver le ralentissement du virus, il nous assura que « [le principe qui le guidait] depuis le début pour anticiper cette crise et pour la gérer depuis plusieurs semaines et  continuer de le faire : [c’était] la confiance dans la science. »
C’est pourquoi il avait écouté avec son Premier ministre, son ministre de la santé, et son Ubuesque Conseil scientifique, les meilleurs spécialistes de « grand renom », qui leur avaient dit que « malgré nos efforts pour le freiner, le virus continue de se propager et est en train de s’accélérer.

Ainsi la théorie ubuesque des seuls « bons gestes barrières » avait juste permis l’accélération du virus depuis début février.
Mais le Conseil et le Père Ubu-Macron se figèrent dans l’Ubusurdité de leurs consignes minimalistes.

Et en même temps (son expression favorite), le Père Macron et ses ubuesques conseillers nous replongeaient au XVIIème siècle, au temps des médecins de Molière.

  – De quels parchemins avaient-ils extrait ces pratiques grossières d’éternuement et de toux dans son coude qui protégeraient les autres du virus, à condition de ne pas leur serrer la main ?

  – Ne savaient -ils pas que le virus se transmettait  par l’air expiré qui disperse de fines gouttelettes de salive ?

  – Et toujours dans sa dernière mise à jour du document info-coronavirus, le 12 avril 2020, le respect de la fameuse « distanciation sociale  d’un mètre  »  restait l’unique formule ubuesque « en l’absence de [vraies] mesures de protection » car le mot « masque(s) » était  tabou.
Alors que dans un communiqué, certes tardif,  du 2 avril 2020, l’Académie nationale de médecine expliquait « que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur. » 

Mais c’est bien le 12 mars que, tambour battant, le Père Ubu-Macron fit sa plus grosse Ububourde*.

le Père Ubu-Macron répéta trois fois que « la maladie touchera d’abord les personnes les plus vulnérables » (…) « que dans ce contexte, l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables » (…) Protéger les plus vulnérables d’abord. C’est la priorité absolue » (…)
C’est pourquoi je demande ce soir [jeudi 12 mars] à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles qui souffrent de maladies chroniques ou de troubles respiratoires de rester autant que possible  à leur domicile.» 

  et Ubu-Macron en conclut   : « dans ce contexte, j’ai interrogé les scientifiques sur nos élections municipales [du dimanche 15 mars 2020].   Ils considèrent que rien ne s’oppose, à ce que les Français, même les plus vulnérables,  se rendent aux urnes  (…).»  !  !  !  !
__________ 

Puis, dans son adresse du 16 mars 2020, le Père Ubu-Macron rabâcha comment il faisait tout bien « avec ordre, préparation, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : nous protéger face à la propagation du virus ».

Il remercia donc tous ces braves gens qui avaient tenu les bureaux de vote [avec ses bons gestes barrières à virus], et félicita les seuls candidats élus au premier tour …
Depuis nous savons tous les ravages du covid-19 causés dans les bureaux de vote.

 Pourquoi cette obstination ubuesque pour ce premier tour des municipales, alors qu’il savait, bien avant le 12 mars, qu’il n’y aurait pas de second tour, le 22 mars,  puisque le confinement serait annoncé par le Premier ministre  le 14 mars, pour débuter le mardi 17 mars 2020  à midi ?

     Son Ubuesque colère froide du 16 mars fut pour ceux qui, bien qu’ayant bravé le virus le matin dans le bureau de vote, et qu’il avait « salués chaleureusement », auraient voulu se promener dans un parc, l’après-midi.
⇒   Ayant  « bravé les consignes [ils ont risqué, nous dit-il] de contaminer leurs amis, leurs parents, leurs grands-parents », l’après-midi mais pas le matin.
Lui, le colérique Père Ubu, n’aurait pu « braver les consignes » en se promenant au Touquet avec la Mère Ubu, ou à son retour, dans son parc de l’Élysée !

  Mais après s’être fâché contre les promeneurs du dimanche, le Père Ubu par la puissance de sa Cornegidouille, voulut mettre les « dieux » dans sa poche à dogmes, à la place de sa canne.
Dans son Avis du 23 mars 2020 – p. 7-  l’Ubuesque Conseil  scientifique préconisa « en termes de santé publique « le soin pastoral» (…) également essentiel dans toute réponse à une crise épidémique».
Il recommanda au bon Père Ubu-Macron et à son bon Premier ministre «de soutenir la permanence téléphonique des principaux [chefs ] des communautés religieuses. »

  Le père Ubu-Macron nous laisserait-il penser, que faute de choix rapide de traitement efficace, et faute de capacités de soins d’assistance respiratoire, nous devrions choisir la seule bénédiction du cantique, du psaume ou de la sourate ?

Alors, à quand la prière à saint Hurlubulu,  lors de chaque réunion du Conseil scientifique, à la place – par exemple – de la réflexion sur la proposition de traitement du Pr Didier Raoult ?

________________________________________

Mise en valeur des grands faits et gestes du Père Ubu-Macron et de son Conseil scientifique
    Source : Ubu roi publié en avril-mai 1896, Alfred Jarry.
Cf. Tout Ubu Le livre de poche – La philosophie du Père Ubu pp. 22-23.

* Lexique de L’ingénue  :
ubusurdité   =  absurdité
indubutablement =   indubitablement :   le Père Ubu-Macron aurait dû rester banquier d’affaires chez Rothschild.
Premier précepte de Descartes dans Le Discours de la méthode : « (…) ne recevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse évidemment être telle : c’est-à-dire d’éviter soigneusement  la précipitation et la prévention ; et de ne comprendre rien de plus en mes jugements, que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n’eusse aucune occasion de le mettre en doute. »
hubutude = hébétude

ubuesque  =  Dans le grand Robert p.1598 : « qui ressemble au personnage d’Ubu roi par un caractère comiquement cruel, cynique et couard avec outrance ».

 ububourde  =  1- mensonge fait pour abuser, pour tromper.
2- faute lourde

Hurlubulu = 1562  nom d’un saint imaginaire chez Rabelais

_______________________________________________

Quand M. Macron disait le 3 mars 2020 : « Nous sommes prêts »

22 – 26 mars 2020 –
_________________________

Ce vendredi 3 avril 2020, lire 
dans  Le quotidien du médecin 
Covid-19 : l’Académie de médecine favorable au port obligatoire du masque, même « alternatif » :

« Selon elle, « il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur ».

____________________________


Aurait-il menti ? 

Après avoir entendu sur  le site de l’Élysée, M. Macron, Chef de la Santé publique, (voir dossier coronavirus-covid-19),  dire « Nous sommes prêts » au  centre de crise du  ministère des Solidarités et de la Santé, le 3 mars 2020 (1) ;

il  m’a semblé utile, en ce 22 mars 2020,  de (re) lire  l’ excellent article publié promptement, ce même jour du 3 mars 2020, sur le site Caducee.net (2) :

«  Stocks insuffisants de masques FFP2 : la faute lourde de l’État ?  

   Où est passée la réserve stratégique de masques H1N1 ? 

Suite à la communication de la Direction Générale de la Santé  d’hier soir [2 mars 2020], s’est finalement produit ce que les médecins redoutaient sans trop y croire tellement cela paraissait relever d’une grande incompétence sinon d’une faute lourde.
Bien que dans le cœur de cible du #Coronavirus, les soignants libéraux devront se passer de masques de protection FFP2.

Non, face à une probable épidémie de virus respiratoire qui s’annonce comme plus contagieuse et possiblement plus mortelle que la grippe saisonnière, les médecins de ville, sans parler des infirmières, ni des dentistes, ne recevront pas la seule protection à même de garantir un niveau de protection adapté pour des professionnels de premier recours. Et ce en dépit de toutes les recommandations qui prévalaient jusque-là.

Non, cette fois-ci, ils devront se contenter de masques chirurgicaux de type FFP1 et on ne parle toujours pas de lunettes, de surblouses jetables et de kits de protection complets incluant solutions hydro-alcooliques à l’instar de ce qui a été mis en œuvre en Chine pour le Coronavirus ou en France lors de H1N1.

De nouvelles recommandations officielles pour les médecins libéraux
Pragmatique, la Direction Générale de la Santé a mis en ligne de nouvelles recommandations pour les médecins libéraux qui recevraient un patient avec toux et/ou fièvre : se laver les mains et porter un voire deux masques chirurgicaux de type FFP1 identiques à celui du patient.

Pourtant les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique sont claires.
« En cas d’agent respiratoire hautement pathogène, le port d’un APR de type FFP2 chez les soignants doit être envisagé pour toute situation exposant à un risque de transmission aérienne de l’agent, notamment à l’occasion d’un acte impliquant un contact direct avec un cas suspect ou confirmé et/ou en cas d’entrée dans une pièce où se trouve un cas suspect ou confirmé potentiellement contagieux et ce quel que soit le mode d’exercice (hospitalier ou libéral) et le lieu d’exercice (hôpitaux, cliniques, Ehpad, établissements pour handicapés, cabinets médicaux…). »

La faillite de Santé Publique France et de la Réserve Sanitaire
Il y a dix ans, tous les généralistes avaient reçu un masque FFP2 contre H1N1. Si contre le coronavirus ils doivent se contenter de FFP1, cela signifie concrètement que l’État a failli dans la gestion des stocks de masques FFP2.
Suite à la fusion des agences de santé dans Santé Publique France, ce n’est plus l’EPRUS [Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires] qui gère les stocks de masques chirurgicaux, mais « la réserve sanitaire » dirigée par  Catherine Lemorton.  C’est le 1er mars 2019 qu’elle a pris la direction de la réserve sanitaire désormais chapeautée par Santé Publique France.

Ce changement institutionnel serait-il à l’origine de manquements en ce qui concerne la gestion des stocks de FFP2 ? Si rien ne permet de le confirmer, on est en droit de se poser des questions.

Car en 2009 un rapport du Sénat a permis d’évaluer les stocks de FFP2 :

le 11 février 2009 : 723 millions. Le 6 mai 2009 : 579 millions, dont 463 millions relevant du stock stratégique, 116 millions relevant du stock des établissements de santé, et 228 millions périmés. (…)

Le 13 juillet 2009, l’État évaluait ses besoins ainsi :
« 537 000 000 masques FFP2 (334 000 000 masques pour l’administration centrale ; 203.000.000 masques relevant des établissements de santé). 110 000 000 de masques restant à livrer. 295.000.000 masques périmés ».

Si en 2009, l’État disposait de plusieurs centaines de millions de masques FFP2, comment ne peut-il pas être en mesure d’en mobiliser ne serait-ce que quelques millions pour assurer la protection de tous les soignants libéraux sauf à avoir complètement négligé la gestion de ses stocks ?

Et justement en la matière, le Haut Conseil de la Sécurité Publique recommande, pour déterminer un dimensionnement des stocks, de tenir compte des paramètres suivants :
• la reconstitution régulière d’une partie du stock et ce compte tenu des durées de péremption de ces masques ;
• le recensement des tailles de populations cibles et des volumes d’utilisation journaliers ;
• la durée de mise en place des mesures de prévention par les masques ;
• les capacités de fabrication et d’approvisionnement pendant une crise ;
• l’observance aux mesures de prévention par les masques.
Sur le sujet : Masques #FFP2 : la France n’a pas de stocks d’État, les médecins sont éberlués (3)

Rupture de stock

Cette probable défaillance de l’État aurait pu passer inaperçue si les circuits de distribution traditionnels étaient à même répondre à la demande. Or ce n’est clairement pas le cas à ce jour.
⇒  En effet, si le ministre de la Santé, Olivier Véran affirmait lors de sa conférence de presse,  lundi 24 février 2020 : « Il n’y a donc aucun problème d’accès à ces masques pour toutes celles et ceux qui en ont besoin ».
Il aurait tenu des propos d’une tout autre nature au président de Médecins Généralistes France, Jacques Battistoni qui se confie à Libération :
« Il n’y a pas de stock de FFP2, Olivier Véran me l’a confirmé lundi. »

Depuis, le gouvernement aurait passé une commande de 35 millions de masques FFP2 par mois, mais les fabricants ont du mal à répondre à la demande et les délais de livraison sont, à ce stade, inconnus. (…)
Tous les stocks des fabricants auraient déjà été mis à mal par les commandes venant de Chine et la plupart des pays européens sont logés à la même enseigne.
Même les solutions de gels hydroalcooliques ne sont plus disponibles en Pharmacie.
Sans gel ni masques de protection, les cabinets de consultation pourraient rapidement devenir un lieu à haut risque si l’épidémie venait à se confirmer.
(…)
*Pour autant la livraison des masques chirurgicaux s’organise et chaque professionnel de santé libéral pourra dans le courant de la semaine retirer dans une pharmacie son premier lot de 50 masques antiprojection FFP1, sur présentation de sa carte professionnelle. 10 millions de masques auraient ainsi été libérés.
*par  L’ingénue
De fait dans notre département de la région Centre, les pharmacies n’avaient pas reçu de masques dans la semaine du 3 mars 2020 ;  ils n’en ont reçus qu’en milieu de  semaine 12, quant à nos courageux médecins de ville – même ceux qui font des visites à domicile-, ils n’avaient toujours rien reçu, hier  – 21 mars 2020 –  ni masques ni tests, venant de Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.  

Les syndicats furieux
« Cela fait des jours que nous réclamons des masques FFP2, affirme le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français au site legeneraliste (4). Si l’on est confronté à une grande épidémie et si seuls sont hospitalisés les cas les plus graves et les patients les plus fragiles, il faudra que tous les soignants soient protégés. »
« L’absence de protections (masques, lunettes, blouses) est un message désastreux envoyé à la médecine de premier recours. Être sans moyens énerve l’ensemble des médecins généralistes ». Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins Français (5) pour le Monde ». »

________________________

1            3 mars 2020       [phase 2 de l’épidémie]

Le Président de la République s’est rendu au centre de crise du ministère des Solidarités et de la Santé pour faire le point. Retrouvez sa déclaration aux professionnels de santé en vidéo« .

par L’ingénue – quelques remarques sur la vidéo :

M. Macron est entouré à  sa droite par  O. Véran, ministre de la Santé et à sa gauche par  J. Salomon, directeur général de la Santé.

L’on sait que pour MM. Macron, Philippe et Véran comme pour le Professeur Salomon, parmi « les seuls gestes qui sauvent les autres », et qui remplacent les tests et  les masques  – que ces messieurs ont et que nous, nous n’aurons pas-  ce serait « tousser, éternuer et se moucher dans son coude », c’est pourquoi en remerciement,  il touche le bras du  ministre  … lequel, doit-il cependant espérer, ne s’est pas mouché avec !  …
Ce n’est qu’un clin d’œil attristé de l’ingénue en ce temps d’Ubu au pouvoir …

À 1:51 il « pense(sic) aux médecins libéraux, aux infirmières libérales, aux pharmaciens »(…)

 puis à   2:22 il dit  « pouvoir continuer à agir, protéger (sic) nos concitoyens et protéger (sic) nos personnels de santé« .

et à 3:55  il termine  sa prestation vidéo par :
« nous sommes et nous serons mobilisés dans la durée et jusqu’à la fin« ,
puis tourné vers O. Véran, d’une voix qui faiblit de plus en plus – car M. Macron sait qu’il n’y a ni tests, ni masques, pour le petit peuple et ses médecins-
« mais nous sommes prêts (sic), je sais (?) que nous aurons cette force de relever le défi« .  

2   3 mars 2020     Stocks insuffisants de masques FFP2 : la faute lourde de l’État ?   caducee.net 

3 La France n’a pas de stocks d’État, les médecins sont éberlués

4  CSMF   Confédération des Syndicats Médicaux Français  –   legeneraliste.fr

5 FMF Fédération des médecins de France

____________________________________

Humour grinçant … et heure de Berlin … à Brest

Note mise en avant le 28 mars 2020

                                          *** *** 28 mars 2020 *** ***
  Voir aussi à La Une du Quotidien du médecin  l’actualité covid-19 :
   « Sans hydroxychloroquine, le désastre médical est devant nous »

______________________________________________________________

– 29 – 30 avril – 5 mai 2019 –
♦ 29 juin 2019 / lors de la canicule de la dernière semaine de juin  2019  

 Non seulement, l’heure de Berlin  instaurée définitivement en France par M. Macron, nous mettrait hors la lumière et la chaleur du soleil, tous les jours jusqu’à 10h du matin en  hiver …
  Mais elle aurait aussi pour conséquence grave en été, comme en ce moment, lors d’un épisode caniculaire – de nous accabler de chaleur à partir de 10h du matin, jusqu’à 14h  [le midi de notre méridien] … et même   jusqu’à 22h  ...
_____________________________________

Prologue

C’est par une interprétation dévoyée du  « réchauffement climatique », que MM. Macron et Philippe ont élaboré leur supercherie d’une « transition écologique en-marche », qui  n’a été  qu’une succession de hausses de taxes et d’impôts – bagatelle pour les Français riches des classes dites « supérieures » – infernale pour tous  les autres. 

… Et le projet d’hiver glacial avec TU+2, dès 2021, dans le déni de « notre  biodiversité d’êtres humains français, vivant  dans notre méridien (1)est maintenant dans les cartons de Macron !

 

Ce projet a pour lui, président impuissant face à une grave crise sociale et économique  qu’il ne sait pas gérer, le double avantage : celui de créer une diversion,  tout en l’intégrant à sa trompeuse « économie d’énergie pour la transition écologique en-marche ».

♣_____________  ♣   _______________   ♣    __________________♣

 

 Depuis 1976, pour le bon plaisir du néo-aristocrate d’Estaing, l’heure de notre méridien a été avancée de 2 heures mettant Brest à l’heure de Berlin, de mars à octobre.

 

L’heure de Berlin à Brest  ou le Berlin-Brest (2)

 

La fourberie du sieur d’Estaing
Malgré l’avis des médecins,
Avec le froid glacial chaque matin,
Mit Brest à l’heure de Berlin.

 

La fourberie du sieur d’Estaing
Malgré l’avis des médecins,
Moins de lumière tous les matins,
Plut fort aux urbains métropolitains.

 

La fourberie du sieur d’Estaing
Malgré l’avis des médecins,
Moins de sommeil pour les gamins,
Plus d’infarctus pour les anciens.

 

La fourberie du sieur d’Estaing
Malgré l’avis des médecins,
Trouble du rythme circadien,
Légalisée en 2021 ?

 ____________________________

 

On remarquera que les présidents de la République de Giscard à Macron, s’acharnent sur le bon peuple de France comme si nous étions exclus « du vrai vivant de la vraie biodiversité humaine ».

Le parti des écolocrates*préférant réintroduire la biodiversité des loups et des ours pour observer, dans ce qui est désormais en France, la réserve humaine des Alpes et des Pyrénées composée d’habitants et d’éleveurs, les effets désastreux et les pertes dans la biodiversité des élevages de moutons …etc.

C’est ainsi que MM. Macron, Philippe et Mme la ministre de la Santé, n’ont pas fait de « communication » dans les médias.** pour que les « biocréatures humaines » que nous sommes » n’aient accès à aucune information éclairée sur le sujet développé par les chronobiologistes, lors de la consultation dite citoyenne, avant de se prononcer sur quelle nouvelle heure, en France : TU +1 ou +2 en 2021″ ?

 *Cf. par L’ingénue : La ministre et le couple de loups du vallon de Mollières
[ C’était Mme Ségolène Royal en 1992 – qui ne s’intéressait plus au changement d’heure giscardien – idem ministre à « l’environnement » sous le quinquennat Hollande]

**Fin du changement d’heure / les chronobiologistes contre l’heure d’été permanente, Charlène Catalifaud, 19 avril 2019, Le quotidien du médecin.

____________________________________
                ***   *** 28 mars 2020  ***   *** 

Article de Pierre Tambourin publié le 27 mars 2020  à La Une du Quotidien du médecin sur l’actualité covid-19 :


« Sans hydroxychloroquine, le désastre médical est devant nous »

« Ancien directeur de recherche à l’Inserm et ancien directeur du département des Sciences de la Vie du CNRS, le créateur et directeur de Genopole Evry de 1998 à 2017 revient sur la controverse thérapeutique du moment. Après avoir interrogé plusieurs médecins et scientifiques dont les avis divergent, Pierre Tambourin plaide pour une utilisation large et rapide de l’antipaludéen, mais à condition que : 
   1) Les malades pouvant en bénéficier soient clairement informés de ses effets toxiques possibles en particulier que l’automédication peut être très dangereuse. 
   2) Ce médicament ne soit administré que par des médecins ayant une connaissance suffisante des effets secondaires de ce médicament, ce qui impose une information immédiate et complète du corps médical assortie de recommandations très strictes de la Haute Autorité de Santé sur les modalités d’utilisation à respecter prenant en compte les connaissances, mêmes réduites, apportées par nos collègues chinois et les équipes françaises ayant utilisé ces médicaments. (…).»

 

__________________________________________________

________________________________________________
Cf. par L’ingénue : Clin d’œil aux lève-tôt … et aux couche-tard 

Dire NON à « l’heure de Berlin » de Giscard à Macron !

Cf. Biodiversité : les mesures de Macron pour mieux préserver la planète  Le Parisien.fr, P.R. avec AFP, 6 mai 2019

2  Le « Berlin- Brest » ne peut être confondu avec le « Paris-Brest », délicieux gâteau pour fêter avec nos amis berlinois les retrouvailles de 1989 !

♦___________________

Épilogue

Pour ce gouvernement et ses médias de la biodiversité exclusivement animale, l’astuce démagogique et simpliste consiste à répéter en boucle avec Charles d’Orléans :  TU +1 : c’est l’heure d’hiver qui n’est qu’un vilain (Brrr…) et TU+2 : c’est l’heure d’été qui est plaisant et gentil (Hi ! Hi !).

Mais quelle incompétence, quelle imbécillité de plus pour ce quinquennat déjà ébranlé par son impossibilité de gouverner le pays autrement que par la baisse de notre pouvoir d’achat  [notoire dès l’introduction de l’euro]un  quinquennat qui abandonne notre secteur industriel et qui nous ruine en vendant notre secteur commercial  public !

 

⇒ Il lui faut aussi mettre  la France et les Français hors la lumière du soleil, jusqu’à 10h du matin en hiver,  pour être à l’heure de Berlin !

Il lui faut aussi expulser les Français hors de leur méridien (qui s’appela un temps le méridien de Paris).

Est-ce encore un fil du projet humain *de M. Macron dans lequel les Français ne feraient plus partie du genre humain ?

____________________

* Cf.
Extraits du sermon de Macron du 16 avril  2019, après l’incendie de Notre-Dame de Paris

_____________________________♦

Clin d’œil aux lève-tôt …

⇒ Note (re) mise en avant  le 28 février  …  une heure,  le 31 mars 2019  « Foi d’ingénue  ! »   –  toute la journée du 1er avril 2019 car Macron, maître des horloges, a un  côté farce, comme  Scapin… et le 2 et le 4 avril 2019 aussi …

 

  31 mars- 2-4 – 18 avril 2019                          Foi d’ingénue !

 

À l’image de son électorat « bobocrate-bio-urbain-« , loin, très loin des cycles des saisons et de la nature,
M. Macron  feindra d’ignorer, que l’avance de 2 heures dans la journée par rapport au soleil, induit une contrainte artificielle de l’organisme  aussi sensible à la luminosité qu’à  la chaleur ;  avec un tel décalage, il faut  supporter inutilement une grande différence de température entre le matin et le début de l’après-midi … sachant que les enfants ne parviennent plus à s’endormir tôt, pour avoir leurs 10  à 12 heures de sommeil …

Être (ou garder toute l’année) l’heure allemande est (et serait) une aberration de plus pour notre bien-être et notre santé.

Mais M. Macron ne peut que préférer  pour son bon plaisir, l’heure de Berlin (TU+2), juste pour jouer au tennis, à la Lanterne sise à Versailles (à Brégançon ou au Touquet),
avec ses amis, le samedi, et pendant les vacances, jusqu’à 23 h,  et même plus tard, en allumant les lanternes électriques,

puisque loin, très loin des regards indiscrets, bien gardé par 6 policiers dedans et 6 policiers dehors [pris sur les effectifs versaillais de Police-Secours-],

puisque selon son bon plaisir, il se moque comme d’une guigne de la situation des urgences dans les hôpitaux publics,  comme de ce qu’il raconte de mensonges avec son Premier ministre, sur la « transition écologique », pour augmenter les taxes sur l’énergie.

Enfin , puisque c’est le bon peuple qui travaille dur qui sortira toujours dans le froid du petit matin !

 

__________________________________________

Cf. Par L’ingénue « Et pour le petit peuple ? Ce sera l’heure allemande et l’heure islamique !
26 mars 2018 – 4 avril 2018

…………………………………………………

Note  du 17 février 2016 – mise en avant le 9 août 2018

Serait-ce la fin de  « l’heure  d’été   » ?
Serait-ce la fin du midi en pleine chaleur de 14h  ?
Serait-ce la fin du temps perdu et de l’argent gaspillé dans l’absurde imbroglio des deux changements d’heure ?

Le Parlement européen s’est réveillé … mais en France, le temps a suspendu son vol. Pour M. Macron -de-Brégançon,  le sujet  brûlant est la température de l’eau de sa piscine, et M. Hulot est … en vacances.

 Le président Macron, « maître des horloges (sic) » et notre « humble serviteur »(sic)  connaît  « la  proposition de Directive du  Parlement européen et du Conseil mettant fin aux changements d’heure saisonniers et abrogeant la directive 2000/84/CE « . Il sait aussi qu’ il n’y a jamais eu de pouvoir démocratique dans l’Union européenne ;  c’est l’illégitime Commission de Bruxelles qui sera aux commandes, et suivra les directives … des groupes de pression privés (ou lobbies).


_________________________________________

Note du 17 février 2016

 ♦ Ajout du 30 avril 2016 /  Depuis  le 31 mars 2016,  des « couche-tard » se  sont métamorphosés,  en  « nuit debout »◊  place de la République.  Qui  leur conseillera de passer à  l’heure norvégienne et d’ essayer   « le soleil de minuit debout » … dans le Spitzberg 
________________________________

Vous savez comme moi que par ces petits matins frisquets de février, il fait toujours nuit à 6h (1) et que lorsque sonnera  » l’heure d’été » (TU+2) », il fera à nouveau nuit et encore plus froid à 6h, le 27 mars et jour de Pâques  … et bien sûr  à 7h le 31 mars …!
Les cloches de Pâques carillonneront midi à quatorze heures et il faudra attendre encore presqu’un mois pour voir la pointe du jour … en ouvrant l’œil !

… et clin d’œil aux couche-tard…

Ah ça, mais  quels grincheux ! diront les couche-tard péremptoires :
  ♦  Passe encore de se lever tôt mais maugréer chaque année, c’est trop !

Comme on s’est levé du bon pied,  on ne leur en tiendra point rigueur, et on prendra l’heure que l’on va bientôt perdre …  pour remonter … le temps…

… du partage du globe terrestre en 24 fuseaux horaires,  lors de la conférence internationale de Washington  en 1884 (2) de la loi du 9 mars 1911 (3), à  la première mention de l’heure « dite d’été » TU+1 dans la loi du 9 juin 1916, pérennisée  ensuite par celle du 24 mai 1923,  puis alourdie à TU+2 pendant l’occupation nazie.
Après avoir frôlé en août 1945,  le retour à  l’heure du méridien de Greenwich -TU0,  le décret du 5 novembre 1945 fixa l’heure à  TU+1 sur toute l’année.
On allait enfin souffler, sans le couperet de l’heure en moins, voir les jours rallonger peu à peu pour se réveiller au lever du jour avec … le printemps.

Mais le président Giscard en décida autrement, et de même qu’il voulut changer notre Marseillaise, il nous infligea à nouveau  la punition de l’heure d’été allemande TU+2  pour quarante ans voire beaucoup plus !

Pour ce nouvel aristocrate, il fallait que le bon peuple comprît que même le soleil lui serait facturé et l’on parla d’économies de bouts de chandelles, arguant  un moindre usage d’électricité le soir dans les chaumières, alors que les palais de la République, les rues, les monuments des villes, les casinos et autres lieux de fête seraient illuminés toutes les nuits d’été.

Le comble de la farce étant que l’on attribue encore  à « l’heure d’été » environ  la même économie d’éclairage qu’en 1976,  soit 440 GWh,  sans juger bon de rappeler que l’éclairage domestique est loin d’être le plus gros consommateur d’énergie et encore moins le plus gros producteur de rejet de CO2 … ! (4)

Et on se souviendra comment, depuis 1976,  chaque nouvelle « heure d’été » ramenait devant les micros et les caméras, Mme Ségolène Royal – c’était le « marronnier  » de mars des journalistes.
Elle venait symboliquement déplorer une mesure, que devenue ministre de l’Environnement d’avril 1992 à mars 1993, puis ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie en 2014 (et depuis le dernier remaniement du 11 février 2016,  ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des relations internationales sur le climat), elle s’est bien gardée de modifier…  Et d’évidence, ce n’est pas encore ce mercredi 17 février et son changement pour une heure de gloire – à la présidence de la COP 21- qui lui fera tenir sa parole  !

Quant à « l’heure d’été Giscard » … inchangée par MM. Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande depuis quarante ans,  il semble qu’elle éloignera encore longtemps de nous, l’harmonieuse douceur de ces quelques minutes en plus chaque jour,  jusqu’à ce 21 juin resplendissant de ses seize heures de soleil …. puis de ces quelques minutes en moins chaque jour, jusqu’à  cette dernière semaine de l’année où les bougies allumées fêtent déjà le retour de la lumière et des jours qui rallongent en janvier.

♦_________________________

1  6 heures en février [temps universel +1 / TU+1] quand l’heure solaire de notre vrai fuseau horaire est TU0 soit 5 heures. Depuis 1970, utilisation d’un compromis des initiales du français TUC, temps universel coordonné et de l’anglais CUT, coordinated universal time  soit UTC.
2 En 1884, le méridien de Greenwich (en concurrence avec le méridien de Paris) devint  la référence internationale.
3  Le 9 mars 1911, l‘heure moyenne  du méridien de Greenwich, en anglais « Greenwich Mean Time » (GMT), fut adoptée par la France qui  donc -pour la première fois- retarda  l’heure nationale  du méridien de Paris de neuf minutes et 21 secondes.  Quand le France passait à l’heure anglaise  Marie-Aude Bonniel  23.10.2015 Le Figaro.fr.
Sources diverses :  webastro.net / Wikipédia /  l’Observatoire de Paris

4  3. 11. 2016 Source : par le savant M. Gordon :

« De l’intérêt de savoir calculer l’absurdité d’une mesure politique  

« En premier lieu, il faut rappeler que l’économie d’énergie liée au changement d’heure ne porte que sur l’énergie électrique et in fine, uniquement sur l’éclairage domestique et privé.
En effet, les consommations énergétiques industrielles, de transport, de chauffage, tout comme les consommations domestiques d’appareils ménagers : fours, plaques chauffantes, fers à repasser, réfrigérateurs, congélateurs, télévisions, ordinateurs, et aussi de chauffage,  TOUTES  ces dépenses restent indépendantes des horaires jours-nuits…et elles sont très consommatrices d’énergie.

Quant aux éclairages publics, ils sont en général contrôlés par des systèmes photo-électriques, de sorte qu’il n’y a aucune économie à en attendre, puisque les lampadaires publics s’allument et s’éteignent les nuits et les jours au rythme des saisons, lesquelles ignorent nos petites querelles partisanes.

Puisque les « économies » ne concernent que les seuls éclairages privés et domestiques, précisons ce qu’il en est dans la réalité.
L’ADEME ( Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a estimé en 1976 à 350 Giga Wh les « économies réalisées » par le changement d’heure. Et une projection pour 2030 prévoit 340 GWh d’économies « plates ».
De 2009 à 2013 on retrouve une seule estimation de 440 Gigawatts-heure », puisque 2009 est la dernière étude publiée par l’ADEME. Car il est malaisé, pour ne pas dire impossible,  de « calculer » l’économie réalisée sur l’éclairage, d’autant qu’avec les incitations fortes à s’équiper de lampes dites basse consommation au néon, puis aujourd’hui de LED, la baisse de consommation associée ne doit rien aux changements d’heures.
ERDF, acteur majeur de gestion du réseau électrique, a donné les chiffres précis de production totale d’électricité pour 2015 : 546,767 Térawatts-heure dont 416,797 TWh produits par les centrales nucléaires, donc sans émission de CO²,  et par  l’hydraulique pour 53,47 TWh.
L’argument du rééquilibrage de la balance commerciale du fait de l’importation de pétrole ne tient pas, au moins pour l’éclairage électrique d’origine nucléaire, très majoritaire en France…mais jusqu’à quand ?
Quant aux centrales à combustible fossiles : charbon et gaz, génératrices de CO²,  elles ont produit 34,381 TWh. Les équipements d’énergies « renouvelables » : éolien, solaire, biomasse…ont produit 36,510 TWh dont 21,100 TWh  par l’éolien.
⇒ On notera incidemment que la combustion du bois, de la biomasse et des déchets est tout sauf « écolo », car elle rejette beaucoup de CO², de résidus polluants et de gaz à effet de serre.

En ramenant ces chiffres aux économies estimées par l’ADEME en 2015, on arrive à un résultat proche de zéro.
Rappel de ce petit calcul… élémentaire, diront certains. Certes, mais très édifiant !
Économies selon ADEME                                           = 440 Gwh

Production électricité totale France 2015 (ERDF)      = 546 767 Gwh ( 1Twh = 1000 Gwh )
Économies en rapport de la production totale : 440/546.767 = 0,00080473.

♦ ⇒ Exprimée en pourcentage, cette « économie » représente entre 0,06 et 0,08%…  moins de 1 pour mille.    Dérisoire !

___________________

Note :
Méga watts/Heure : 1.000.000 ( 106) – Giga W/H : 1.000.000.000 (109) – Téra W/H : 1.000.000.000.000 (1012).

Le  « Choc pétrolier de 1971 »

En 1971, les US, premiers producteurs mondiaux à l’époque, allaient atteindre un pic de production pétrolier, atteignant leurs limites de production. En réponse, le 15 août 1971, les États-Unis décident de mettre fin aux accords de Bretton Woods et à la convertibilité du dollar en or. Le dollar se déprécie alors rapidement, ce qui a pour conséquence une baisse des revenus des producteurs de pétrole, dont le prix est établi en dollars . De 1947 à 1967, le prix du baril en dollar américain était resté stable, autour de 2 $. Mais en octobre 1973, le prix du baril sur le marché libre allait passer de 3 à 18 $ en quelques semaines. Fin décembre, les pays de l’OPEP décident d’un prix du baril à 11,65, un prix du baril de brut qui ne cessera d‘augmenter, depuis 2$ en 1970 jusqu’à 135 $ en 2008 (crise financière mondiale) pour se stabiliser aujourd’hui autour de 60 $.  On cherchera vainement l’efficacité des changements d’heure dans cette escalade des prix du pétrole. »
—————————————————————

Apostille 
 ♥ et pour la vraie vie qui va,  ne pas manquer le changement d’horaire vu par les Bretons  dans le reportage sur l’île de Molène en mars 1976 . INA.fr 

_____________________________________
_____________________________________


Note du 17 février 2016 – 
mise en avant le 26 mars 2016 pour les 40 ans de condamnation à la peine de mise à l’heure allemande, décrétée par le président Giscard en 1976…

30 avril 2016Les « nuit debout » ou les qui nuiront ?

3 novembre 2016  : après le retour à TU+1 le 30 octobre 2016 ….sachant que la Cie Hollande-Royal a programmé le vol d’une heure pour le 26 mars 2017 …

♥ et autre clin d’œil :  Retrouver « le vrai Monsieur Gordon »  de Voltaire au chapitre dixième de  l’Ingénu 

Pour L’ingénue, il s’appelle Bernard.
_______________________________

Ajout du 27 mars 2017

Dernier petit clin d’œil sur Mme Royal, actuelle – pour encore une quarantaine de jours–  ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et qui fut en 1990,  rapporteur parlementaire sur « L’heure d’été » en tant que députée de la 2ème circonscription des Deux-Sèvres.

Dans le condensé de l’INA sur Le changement d’heure du 25.10.2013 mis à jour le 21.10.2016 [le dixième de la série], on peut revoir un bulletin d’information de France 3 (récit V. Gaurel – montage M. Bennhabiles) intitulé Avec l’heure… le doute / Haro sur l’heure d’été.

…………. Tout se passe comme si la vie des humains, notre vie, était moins importante pour le pouvoir politique depuis Giscard,  que l’avis des pseudo-scientifiques de José Bové à Cohn-Bendit, de la commission de Bruxelles aux défenseurs des loups et aux nostalgiques du tout- chandelle.
________________________________________________

Et la journée du droit des jeunes ?

5 – 6- 7 mars – note finalisée  le 8 et 18 mars* 2018

Préambule
8 mars 2018, Journée internationale des droits des femmes (SAUF dans les États islamiques du globe, soit pour 900 millions de femmes*,  dont plus de deux millions en France, pour les femmes des  quartiers régis par les salafistes hors-la-loi-républicaine).
♦Cette hypocrisie de 24 heures, hautement politique, n’est qu’une communication de mascarade  et de pantalonnade, une fourberie, une imposture.

Et le droit des jeunes ? C’est  le devoir complètement raté des adultes, parents, enseignants, gouvernements, patrons et acteurs des médias, réseaux sociaux …

Le droit des jeunes à une éducation sexuelle respectueuse de leur âge auquel il n’y a pas de passage à l’acte :

l’âge où il n’y a pas à  leur « faire étudier » un livre de « vieux pervers » en classe ;
l’âge où il n’y a pas  à  fournir des préservatifs à l’infirmerie en 4ème sans le dire aux parents ;
l’âge où il n’y a pas à présenter et/ou décrire des scènes pornographiques qui ne peuvent que les bouleverser ;
l’âge où il n’y a pas à banaliser l’horreur des viols commis en groupe ou les horreurs et les sévices que des criminels pédophiles font subir à des enfants.

Il est temps de dire la vérité sur les drames qu’engendre pour la jeunesse la pornographie omniprésente  avec les drogues. 
Il est temps  de dire la vérité sur ceux qui s’enrichissent honteusement sur la fragilité de notre jeunesse. 
Il est temps  d’y voir clair sur « la prise de pouvoir du tout-sexuel » qui surcharge voire paralyse l’intelligence des jeunes dans une diversion permanente, à l’âge formidable de la conquête des savoirs (1)… 

______________________


Quelle éducation à la santé et à la sexualité dans l’Éducation nationale ?

Quels savoirs, sur l’hygiène de vie avec l’information scientifique vraie, documentée et protectrice sur l’alcool, le tabac, et le cannabis, dispense l’Éducation nationale au collège, au lycée et à l’université ?

Quels savoirs, sur l’hygiène de vie avec l’information scientifique, vraie et protectrice sur la sexualité dispense l’Éducation nationale au collège, au lycée et à l’université ?
Pour l'école de la confiance

Si l’on en croit l’affichage promotionnel de l’Éducation nationale, il suffirait de lui faire confiance :

S’agit-il de lui faire confiance quand les textes et programmes officiels des ministères successifs  abrogent régulièrement ceux des ministères précédents ?

S’agit-il de lui  faire confiance quand les résultats scolaires sont médiocres ?

S’agit-il de lui faire confiance quand on laisse les lycéens sortir pour fumer dans la rue ; quand « ça sent le joint dans la bibliothèque universitaire » ?

S’agit-il de lui faire confiance quand, dans la liste du Goncourt des lycéens, l’Éducation nationale  a glissé  » Mille six cents ventres » ?
_________________________

On peut voir la vidéo Sexe et pornographie dans les programmes scolaires ; une enquête de Armel Joubert des Ouches avec la collaboration de Jeanne Smits,  qui donne à réfléchir – sérieusement.

Apostille

Une première réflexion me vient tout naturellement à l’esprit.
L’on devrait savoir que la sexualité n’est qu’une fonction biologique parmi d’autres ;  et l’on devrait savoir aussi que l’essentiel pour les adultes parents et professeurs, est  de considérer les adolescents comme des êtres  sensibles et intelligents, dont on doit respecter l’intégrité  sur le plan émotionnel et affectif entre 12 et 16 ans.

Or, il apparaît que depuis une vingtaine d’années, ils ne sont considérés, pour leur éducation à la sexualité, que comme des corps avec des organes sexuels.
Quant à la dernière vague ministérielle du gouvernement M.Valls/ N. Vallaud-Belkacem à l’Éducation nationale/ président F. Hollande/, elle a intégré  les pratiques homosexuelles au programme ;  la pédérastie passant de la littérature à la normalité.

Si l’on ajoute les textes et les livres présentés aux adolescents qui s’appesantissent sur toute la gamme des actes sexuels, et si l’on ajoute les raps obscènes et les médias de la pornographie qui déferlent sur la toile …
Ma seconde réflexion est alors encore plus pessimiste car je constate que les sociologues, les philosophes, les chefs politiques et autres écrivains solidaires du « Mouvement Sex and Drug du 22 mars 1968 de D. Cohn-Bendit »,  n’avaient  d’autre idéal pour nos jeunes  que de les conduire …  dans l’antichambre du Marquis de Sade…

… Et en 2018 … c’est en marche !

La vraie vie est ailleurs.
_____________________

1 Cf.  l’exemple de cette université dite longtemps Vincennes à Saint-Denis dans laquelle le courant de l’idéologie soixante-huitarde circule encore avec les conséquences que l’on observe :
En passant devant l’université Paris VIII Saint-Denis, avec ses devises sur les murs :
« Au fronton de la façade, on lit  FIN DU TRAVAIL   ….  et la suite en forme de question d’un autre /ou du même,  sur le mur de la rue de la Liberté (sic) QU’EST- CE QU’ON FAIT LÀ ? »
par L’ingénue  23 février 2017

     *Cf. Wikipédia 
___________________________________

Cf. par L’ingénue  L’état des lieux [février- mars 2018]
  Les « gamins » d’Outre-République viendront avec leurs « kalachs » et leur « shit ».[de « merde »]..

(Re) lire par L’ingénue  10 janvier 2009 / 18 mars 2018
Principe de précaution : Veiller sur les plus fragiles
Ce n’est ni dans le programme européen, ni dans le programme français du parti Europe Écologie Les Verts de MM. Ph. Meirieu et Cohn-Bendit et  Mmes Duflot et Joly qui n’ont peur … que de l’énergie nucléaire. 

___________________________________