La patrie en danger – « Notre armée est infiltrée »

27 mai 2021

 

Sur le site de Place d’Armes, le même jour que la Tribune des  militaires d’active, le 10 mai 2021,  était publiée la Lettre explosive ! (1) du Capitaine  de gendarmerie Alexandre Juving-Brunet.

Fort de son expérience d’officier de liaison de la gendarmerie à la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD), devenue le 9 octobre 2016, la Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense (DRSD), il  nous éclaire sur la menace de guerre civile.

Voici quelques extraits « …  » de sa lettre courageuse :

– En 2007, jeune lieutenant en brigade de gendarmerie, le procureur l’avait autorisé à inspecter l’armoire personnelle d’un soldat présumé coupable d’homicide involontaire, dans une rixe en boîte de nuit, la veille au soir. Il y découvrit le portrait de Zarkaoui / Abou Moussab al-Zarkaoui – djihadiste jordanien, responsable d’Al-Qaida en Irak (2),   « alors que des Français étaient projetés en Afghanistan, au nom des valeurs universelles françaises pour justement lutter contre Al-Qaida. […]

 La Raison d’État est ce qui justifie la défense de nos intérêts fondamentaux ; ici la vie des Français sur leur propre sol.
Mais les politiciens l’ont manifestement oublié, la Raison d’État ne servant ici qu’à masquer leurs mensonges et leurs trahisons. Et ces trahisons répétées vont provoquer une crise sociétale de forte amplitude : la guerre civile que tout le monde redoute
(3).
La taqiyya (4) existe bel et bien […] L’infiltration de nos armées existe.»

 

Le Capitaine dénonce alors l’insuffisance de préparation à une guerre  contre-insurrectionnelle (5), « en raison du noyautage politico-juridique dont souffrent nos forces depuis 25 ans, par une magistrale opération de démembrement de notre outil militaire : abandon du service militaire pour d’obscures raisons budgétaires mais d’évidentes raisons de destruction du lien Armée-Nation (alors que le soldat de l’an II appartient au « mausolée républicain »), abolition des juridictions spéciales militaires […], et aussi point majeur, infiltration de nos Forces Armées par des citoyens binationaux.

C’est le point le plus grave. […] la France est  l’une des seules grandes puissances au monde à autoriser à leur majorité que des Citoyens puissent conserver deux nationalités. (6) […]

Quel drapeau serviraient ces militaires ? Sont-ils actuellement aux mains des Services de Renseignements étrangers qui exploitent justement cette double allégeance ? »

 

Enfin, le capitaine Alexandre Juving-Brunet nous dresse un tragique aperçu  de la  situation :
« Si demain, une guerre civile éclate, les forces de 1ère et 2ème catégories feront face à plus de 100 000 belligérants salafistes (7)  constituant le noyau dur d’une possible vague s’appuyant sur des appartenances ethno-religieuses. Si seulement 1% des compatriotes français de confession musulmane, soit 100 000 individus, et leurs acolytes migrants et autres étrangers en situation irrégulière estimés à 600 000 individus  se rebellaient, la France se retrouverait face à une crise majeure, où plus de 500 000 individus agiraient directement contre elle sur son sol. »


.   .   . 
Il  faut lire sa lettre pour découvrir quelles seraient les ressources de notre armée pour  vaincre  l’ennemi     .   .   .

♦      ♦      ♦          ♦      ♦      ♦           ♦      ♦      ♦           ♦      ♦      ♦       

___________________________________

 

1 Lettre explosive ! Le Capitaine Alexandre Juving-Brunet rejoint Place d’Armes
Lettre reprise le 25 juillet 2021 sur le site de Résistance républicaine. 
  Les notes de lectures sont celles du Capitaine.

 Dr ZARKAOUI : Abou Moussab al-Zarqaoui le 30 octobre 1966, à Zarka, en Jordanie, et mort le 7 juin 2006, à Hibhib, en Irak, est un djihadiste jordanien. Il était le responsable d’Al-Qaïda en Irak et les hommes qu’il menait sont responsables de plusieurs centaines d’attentats- suicides au cours de l’invasion de l’Irak par les États-Unis à partir de 2003. En effet, Abou Moussab al-Zarqaoui a mené une importante campagne d’attaques suicides qui a culminé avec l’attentat de la mosquée de Hasen al-Askari à Samarra en 2006. Il a d’ailleurs été réprimandé par ses supérieurs au sein d’al-Qaida pour avoir tué plusieurs musulmans chiites durant ses attaques.

 3   Sondage Harris-Interactive. Cité dans Valeurs Actuelles publié le 29 avril 2021 :
49% des Français sondés estiment qu’une guerre civile est inévitable.
     

Taqiyya ou « dissimulation », « mensonge », « double jeu » : la taqiyya est depuis trente ans, au cœur de la stratégie des frères musulmans pour infiltrer la République.
Cf. TAQIYYA !  le livre de Mohamed  SIFAOUI  Éditeur : J’AI LU (03/02/2021)

Guerre contre-insurrectionnelle. Le colonel Lacheroy, le général Jacques Hogard et Jean Némo élaborèrent différentes versions de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » (DGR), mise en œuvre lors de la bataille d’Alger, qui devient un cas d’école enseigné dans les écoles de guerre. David Galula contribue à la conceptualisation de ce domaine de guerre (Harvard, 1964 ) ainsi que Roger Trinquier dont La Guerre moderne (1961) est considéré comme l’un des manuels clés de la guerre contre-insurrectionnelle, soulignant l’importance du renseignement, de la guerre psychologique et du volet politique des opérations armées.

6   Loi n° 98-170 du 16 mars 1998 relative à la nationalité, loi « Guigou », JORF n° 0064 du 17 mars 1998.

7   100 000 : Sur le plateau de CNEWS / LE POINT/ LES ÉCHOS, Brice Hortefeux déclare le dimanche 11 octobre 2020, que l’estimation de nombre de salafistes sur notre sol serait de 100 000 individus, d’après ses sources au Ministère de l’Intérieur.

  –  5 novembre 2020 : Sondage IFOP pour le Comité Laïcité et République (CLR) souligne une fracture qui sépare les jeunes musulmans de l’ensemble des Français.
 ⇒   
Pour 57 % des jeunes musulmans français,
la charia est plus importante que la République.

♦      ♦      ♦          ♦      ♦      ♦           ♦      ♦      ♦           ♦      ♦      ♦
____________________________________________________________

Les commentaires sont clos.