La chape de silence sur le crime quotidien dans l’espace public

  12 – 15-16 septembre 2018

12 septembre  2018   –  La chape de silence sur la criminalité djihadiste

Le 10 septembre 2018, des djihadistes ont fêté – à leur manière- en France,  l’anniversaire de la tragédie du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001.
Dans le XIXème arrondissement de Paris, un Afghan a poignardé sept personnes – dont quatre sont dans un état grave.
Inutile de préciser que le président qui « aime farouchement les Français » n’est pas allé à leur chevet ; « en même temps », il avait rendez-vous à 11h à l’Élysée avec Mme A. Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, par la grâce de son prédécesseur, M. Hollande.

Un autre homme circulant à grande vitesse dans une Mercedes-bélier à contresens sur l’A 46 et l’A 42 , est repéré par des CRS ;  il se dirige vers l’aéroport de Bron puis vers la Part-Dieu et finit sa course en fonçant sur les pistes de Lyon Saint-Exupéry, après avoir  brisé deux portes du Terminal 1, blessant un ouvrier … et criant allah akbar quand on l’arrête. (source Le figaro avec AFP)

Selon sa « théorie du fou islamiste déséquilibré « , le ministre de l’Intérieur G. Collomb a orchestré le silence assourdissant des médias sur tout lien possible des fous islamistes déséquilibrés, avec les réseaux sociaux  d’Al- Qaïda ou de l’État islamique.

 Désormais, il est « normal » d’être  poignardé  en France C’est devenu « normal » dans la France de -la -République-en-marche-arrière d’être poignardé au cri d’allah akbar , puisque ce cri  de guerre est celui d’un fou déséquilibré.

Désormais, sur ordre du ministre de l’Intérieur (ex -maire de Lyon) et du président, chaque commentaire, chaque article, doit impérativement se terminer (comme pour le fou islamiste déséquilibré de Lyon) par :
« Selon une source au ministère de l’Intérieur, les enquêteurs  retiennent pour l’heure la piste (sic) d’un déséquilibré. Le parquet terroriste de Paris ne s’est pas saisi de l’affaire à ce stade , d’après l’AFP. »

⇒  Il serait donc « normal » et logique, d’envoyer en  urgence,  tous ces fous islamistes déséquilibrés, dans les hôpitaux psychiatriques de leurs pays arabo-musulmans d’origine et autres pétromonarchies de droit divin.

⇒ Ce serait aussi « normal » de rendre à leurs patries, les milliers de fous islamistes déséquilibrés que nous logeons et nourrissons gratuitement dans nos prisons, ainsi que tous ceux  qui sont « normalement » dangereux, puisque  inscrits sur le fichier « S » comme sécurité.

Nul ne doute de  l’accueil  « humanitaire » que les  « chers princes et amis de M. Macron« :     Mohammed ben Salman, prince  héritier  d’Arabie saoudite 

 et Mohammed ben Zayed, prince héritier des Émirats arabes unis – leur réserveront.


15 septembre 2018     – 
La chape de silence sur l’islam en  guerre de religion, sunnites contre chiites
  De fait, ce mot « humanitaire » est souvent utilisé pour Mohammed Ben Salman. En effet, c’est lui qui a provoqué, selon l’ONU, au Yémen « la pire crise « humanitaire » au monde », dans un conflit qui a fait près de 10.000 morts et 53.000 blessés, dont de nombreux civils, avec des frappes sur des camps de déplacés, sur des marchés, des immeubles résidentiels, des hôpitaux …
Mais
en même temps (sic) que les frappes, Mohammed ben Salman annonçait pour le Yémen, un plan d’aide « humanitaire », en janvier 2018 (2).
Et, lors de leur conférence de presse commune du 10 avril 2018, M. Macron lui avait proposé « une conférence « humanitaire » sur le Yémen  à Paris d’ici à l’été » (1).
Mais de cette conférence du 27 juin 2018, on ne trouvera pas trace, ni dans l’agenda présidentiel, ni dans l‘ordre du jour du conseil des ministres. 
Ce fut une conférence « humanitaire a minima » et à huis clos, entre experts et hors champ ministériel, qui se tint  « honteusement » une semaine après « l’offensive des forces gouvernementales du Yémen, appuyées par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite », un des pires bombardements, depuis 2014, sur la ville d’Hodeïda, le 20 juin 2018″(3)

 

Le prince héritier d’Arabie saoudite et le prince héritier des Émirats arabes unis, les deux nouveaux amis « humanitaires «  sunnites  de M. Macron, loin, très loin de tout idéal de paix et de fraternité entre les peuples, mènent leur sanglante guerre de religion contre les chiites du Yémen, comme ils l’ont fait en Irak, comme ils la font dans leur propre pays, en attendant de déclencher une troisième guerre mondiale avec l’Iran. 
 ⇒ Les discours pédants du président Macron depuis un an, dans la péninsule arabique (4) comme en France, prouvent
   1  son aveuglement face à la réalité des guerres de religion entre les états islamiques et des guerres contre tous les autres peuples haïs parce qu’ils ont d’autres r
eligions,
   2 
son aveuglement face à la réalité de la guerre islamique sous forme de subversions urbaines et d’attentats terroristes, en France, comme sur toute la planète.

_________________________

1 Source 20 minutes 10.04.2018.
2 Source Le Monde.fr 23 janvier 2018.
Sources France 24  /21 et 27 juin 2018 / et RFI 27 juin 2018.

4  Son discours à  l’inauguration du Louvre Abu Dhabi, le 8 novembre 2017, est un chef-d’œuvre du genre.
Il commence par citer Dostoïevski en disant l’énormité que l’écrivain russe n’est pas de sa culture !  
Il termine en comparant bêtement le musée  » à un merveilleux piège à bêtises (sic) » et il l’étrenne  en vantant « l’esprit de fraternité » (sic) du prince des Émirats arabes unis qui rime avec « son combat avec l’esprit de conquête » (et re sic) »
À Abu Dhabi,  il vante la langue française , et à Paris, le service communication de l’Élysée   publie le lendemain son discours avec cinq fautes d’orthographe, dont une grosse dans le titre : Émirats arabes unies ! …

… À suivre dans une prochaine note …

____________________________

(3) La Résistible extension de la ligue des minorités sexuelles : 21 juin 2018 – Paris

24 juin 2018 – 8 juillet 2018  /  note revue le 20 septembre 2018

8 juillet 2018

En épilogue à la fête de la musique de genre électro à l’Élysée, et pour garder la gaieté de cette soirée,  il est plaisant d’imaginer un autre carnaval si l’équipe de France de football gagnait la coupe du monde 2018 –  le président Macron et sa première dame, se déguisant en footballeurs avec short et maillot (!), pour recevoir les joueurs en costume cravate ; un volontaire enlaçant la dame, et le tout immortalisé par le directeur de cabinet …
Quel succès dans les médias ! Quelle remontée dans les sondages !

20 septembre  avec un clin d’œil de L’ingénue : Ils ont gagné … Il a perdu … 
…………………………………………………………………………………………………………………………………..

24 juin 2018

Sur cette photo prise par Pierre-Olivier Costa (1), le président Macron- sans cravate- mais avec  sa première dame à ses genoux, est serré de près par quelques-unes des vedettes de sa première fête de la musique électro à l’Elysée, le 21  juin 2018.

Fête de la musique électro à l'Elysée 21.06.2018

Fête que le couple présidentiel a « partagé » avec 1 500 spectateurs, dans la cour de l’Ėlysée, dans cette chaude ambiance gaie des boîtes de nuit parisiennes, qu’il aime.

Chaque intervenant a touché  1 500 euros, ainsi pour seulement ceux de la  photo, cela fait déjà 10 500 euros pris sur le Trésor public. Comme quoi, pour ses menus plaisirs nocturnes et musicaux, les locataires de l’Elysée savent où trouver  « un pognon de dingue ».

Et pour pimenter l’affaire, le DJ Pierre Hache alias « Kiddy Smile » arborait un maillot sur lequel on pouvait lire « fils d’immigré noir et pédé », maillot idéal pour « faire la morale » à tous ceux qui ne seraient pas comme lui, par exemple le locataire de l’Élysée, Emmanuel Macron ?

Je m’interroge :
l’ami Pierre reprocherait-il à la France d’avoir accueilli son père, qui lui a donné avec sa mère, un prénom français ?
l’ami Pierre reprocherait-il à ses parents de l’avoir procréé noir ?
l’ami Pierre reprocherait-il à la France d’être « pédé » donc stérile dans sa relation sexuelle avec un homme ?

Le DJ Pierre Hache alias « Kiddy Smile » dit aussi défendre la cause des immigrés en « mixant : Ce soir brûlons cette maison ! Ce soir brûlons-la complètement !» (2)  en anglais, pour que ces crétins ignorants de Français n’y voient que du feu !…….. Et bien sûr, tout en clamant en boucle -comme tous les autres DJ et « rappeurs »- son délire sur l’usage du « shit » etc.

Bref, on aura bien compris que la résistible extension des manœuvres communautaristes se jouait maintenant dans la cour de l’Ėlysée et … au plus près du président !
♦ Le communautarisme homosexuel s’ajoute avec agressivité au terrorisme des communautarismes anarchistes, djihadistes, tous  trafiquants d’armes et de drogues sur le sol national.
Ensemble, ils forment une ligue redoutable, un danger mortel pour la démocratie.

On aura compris que cette ligue  se dresse pour nous interdire de décliner fièrement et joyeusement notre appartenance libre et citoyenne à la République française.
–  qu’ils veulent nous interdire la belle fraternité laïque, qui assure notre paix civile.
– que leur langage n’est que haine et insulte de « l’autre », citoyen, vu comme « un ennemi », que l’on exclut de « la- diversité-des-communautarismes »(sic).
–  que c’est la fameuse idéologie du « multiculturalisme » qui redonne les pleins pouvoirs aux chefs religieux,  dans la tourmente sanglante du terrorisme islamique.

La première fête de la musique 2018 à l’Ėlysée-Macron  en donne un aperçu dans les échantillons musicaux.
Dès l’an 1 de son mandatM. Macron s’affirme comme président d’une République-en-marche-arrière. 

____________________________________

1  Pierre-Olivier Costa est le directeur de cabinet de Mme Macron. C’était un collaborateur de l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë. Cette photo est sur l’album instagram@poc17

2 Source Valeurs actuelles
#Quotidien » 20:55 – 22 juin 2018
« Hier, il y avait une grosse soirée à l’Élysée pour la Fête de la Musique. Et on a adoré traduire certaines paroles qui ont résonné dans le palais présidentiel ».

___________________________________

(1) La Résistible extension de l’anarcho-« benditisme » : 1er mai 2018 – Paris

Note mise en avant le 1er septembre 2018

Dans la « logique du pouvoir », [façon émeute incendiaire des anarchistes contre le défilé pacifique de la Fête du travail de la CGT, avec mise en scène violente de M. Benalla le 1er mai 2018]  du président Macron, on peut désormais s’attendre  à la nomination de M. Cohn-Bendit [ celui qui a mis à feu et à sang le quartier latin en mai 1968 ] comme nouveau ministre de la Transition – écologique-subversive- en -support- des -zadistes. 

__________________________________

5  – 7- 20 – 27 mai 2018

An 1 de la république-en-marche d’E. Macron

Quel message de mépris de la Fête du Travail du 1er mai, nous ont lancé le président, son gouvernement E. Philippe et son ministre de l’intérieur, G. Collomb !
Quel message de déni du droit à la liberté des citoyens paisibles de défiler le 1er mai  !
Quel message anti-démocratique envers le peuple !
Quel message d’encouragement pour les anarchistes !

Le président avait été informé  par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) de la levée par les chefs français et étrangers identifiés, d’un régiment de 1200 émeutiers anarchistes pour supplanter à Paris,  le défilé du 1er mai de la Fête du Travail.
Avec des hurlements sauvages, des gueulements de haine envers les simples citoyens et envers les policiers qui les protègent, les anarchistes allaient leur infliger un échantillon de leur idéologie politique primitive et barbare, dont le seul programme consiste dans l’espace public,  à lancer des projectiles  pour casser et blesser, et des cocktails Molotov pour incendier et pour tuer.
Leur hyper-violence de cagoulés-en-mission-terroriste avec le drapeau noir et le bras levé (1), nous renseigne comme étant l’autre menace anti-républicaine  qui pèse sur notre pays.

Pour le 1er mai de l’An 1, le président a donc pensé qu’il serait bien servi par les saccages des  anarchistes : les scènes photographiées feraient le tour du monde pour occulter  la Fête du travail, la grève des cheminots et la CGT.

Que fit le président ? Il informa à son tour son gouvernement et le préfet de police de Paris, sans oublier les « bons » secrétaires de la CFDT et de FO – (le premier, interrogé dans sa voiture avec chauffeur, justifia son retrait du défilé, le second tint une réunion dans une salle insonorisée éloignée du pont d’Austerlitz).

Quels ordres donna le président ?
–  » Surtout ne rien faire ou faire juste semblant ! »  / « Laissez casser ! » / » Laissez pourrir ! »
Ainsi, pour fêter l’An 1 en 2018,  le président avait prévu de rejouer la comédie de Charléty avec D. Cohn-Bendit en 1968. Mai 2018 serait  le retour de l’anarcho-« benditisme » avec le gouvernement, le patronat, la CFDT et FO, contre les salariés et la CGT (2).

Le président pouvait partir tranquille en Australie. Il avait lancé son  boomerang !  

 _____________________

1 Photo source Dreuz.info 1.05.2018 Ch. Larnet

 

Qui les finance ?  Quel gouvernement les interdira ?

On se souvient de la montée en puissance de la milice paramilitaire -sous le nom de Sturmabteilung ou section d’assaut SA – et du rôle qu’elle eut dans la création du « Parti national-socialiste des travailleurs allemands », le NSDAP – le parti nazi d’Adolf Hitler, au début du XXème siècle. Sturmabteilung ou section d'assaut SA

2 Vers l’extension de l’anarcho-« benditisme » et de la charia djihadiste anti-laïque   par L’ingénue 29.30 avril 2018
_____________

NB  20 mai 2018  
par L’ingénue : Le nouveau titre : (1) La Résistible extension de l’anarcho-« benditisme »: 1er mai 2018 – Paris, fait référence au titre de la pièce de théâtre de Bertolt Brecht : La Résistible Ascension  d’Arturo Ui  / Traduction en français : Armand Jacob – Éditeur : L’Arche 1959 / Date de création : 8 novembre 1960 – Paris – Théâtre national populaire – Metteur en scène : Jean Vilar.

_______________

Vers l’extension de l’anarcho-« benditisme » et de la charia djihadiste anti-laïque

29 – 30 avril 2018 – 20 mai 2018

On reviendra sur  le bilan positif de notre mai 1968. Le Mai 68 magnifique des neuf millions de salariés grévistes qui gagnèrent sur le patronat soutenu par le gouvernement, grâce à leurs syndicats, et sûrement avec la CGT de Benoît Frachon, Georges Séguy et Henri Krasucki, des augmentations de salaires et de nouveaux droits syndicaux. Avec la solidarité, la fraternité, le maintien en état de marche des moyens de production, le calme pendant nos manifestations géantes…

Le bilan négatif de  la France de 2018, c’est depuis plus de trois décennies,  une longue suite de violences urbaines,   d’incendies, de crimes  perpétrés  par des crapules multi-récidivistes, tueurs et trafiquants, avec  depuis 2001 à Toulouse,  l’extension des massacres de l’ignoble « charia » au nom  du dieu des salafistes et des frères musulmans, sous le pouvoir occulte de services, télévisions et états islamiques, ennemis de notre République laïque.

⇒ Et s’il n’y a plus de paix civile en France, le plus terrible, le plus tragique pour notre jeunesse qui est son avenir, est de constater que ce sont nos établissements scolaires et nos professeurs qui ont été et qui sont de plus en plus, les premières cibles et  les premières victimes de cette barbarie anarcho-djihadiste.

De 1966 à 1968,  c’est entre l’université de la Sorbonne et l’université toute neuve de Nanterre que l’étudiant (?) D. Cohn-Bendit a commencé son travail de prise de pouvoir anarchique.
Après s’être fait remarquer en propédeutique à la Sorbonne comme celui qui n’était pas inscrit pour apprendre mais pour gâcher les conditions de travail des vrais étudiants, il s’est inscrit en sociologie à Nanterre sans obtenir de diplôme. Mais qu’importe, il savait que son avenir était assuré.

On avait remarqué que par démagogie, dans son programme libertaire pour l’université, figurait en tout premier point, à la place des révisions, le libre exercice sexuel dans la résidence des étudiantes, le second point étant logiquement  la suppression des examens, et enfin, pour remplacer les cours devenus inutiles, son programme se déclinait en  manifestations, barricades, échauffourées et autres slogans oiseux de petits bourgeois fumeux, par exemple : « la beauté est dans le pavé » qu’on lance sur le policier.

Dès la rentrée 1967, il  est parvenu à convaincre suffisamment d’étudiants pour tout bloquer.
♦ ⇒ Peut-on penser qu’il avait  « appris la tactique  de l’ anarcho-gauchiste, déclencheur de troubles graves sur la voie publique et d’affrontements avec la police », dans quelque officine de cours informel d’anarchie ?

Entre 1966 et ce jour de mai 1968 où  il est parti en Allemagne, il a déclenché une longue série de violences de rue entraînant des centaines et des centaines de blessés parmi les étudiants et la police nationale et des morts … pendant que monsieur  faisait l’important avec le ministre de la jeunesse et des Sports Missoffe du gouvernement Pompidou, et avec le préfet de police Grimaud.
Il  n’est revenu d’Allemagne que pour le rassemblement de Charléty, le 27 mai 1968  car c’était hostile à la négociation de Grenelle et dirigé contre la CGT.

………………
Trois petits tours et M. Cohn-Bendit s’en était allé.
Avait-il deviné que pour ses bons services à la bourgeoisie capitaliste,  le président Hollande lui ferait octroyer le diplôme de « Docteur honoris causa » par le président de l’université de Nanterre en 2014 ?

On sait que le « Docteur »  murmure à l’oreille du président Macron.
 Guignerait-il  un nouvel hommage ? L’hommage que l’on a fait et que l’on ne devrait faire qu’aux vrais Héros (1) ?
_________________________  

1 Ceux des barricades des Trois Glorieuses des 27,28 et29 juillet 1830  dans le poème d’un jeune homme de 29 ans nommé Victor Hugo …

Comme ceux de La Résistance au nazisme avec la CGT de Benoît Frachon, Georges Séguy et Henri Krasucki  parmi tant d’autres…
Ballade de celui qui chanta dans les supplices  Louis Aragon.

____________

Grand Guignol sur BFM TV le soir du 15 avril 2018

16.04.2018 note complétée le 19 et le 27.04.2018

Grand Guignol sur BFM TV le soir du 15 avril 2018 (1) avec MM. Bourdin de BFM TV, Macron et Plenel de Mediapart !

Grand moment de complicité bouffonne entre les trois compères à la barbe des citoyens  !

Grand moment de vraie complicité politico-médiatique entre le président Drahi de BFM TV et le président Macron !

Grand moment de forfanterie avant que les quatre larrons reprennent rendez-vous même chaîne, même heure pour les 15 avril 2019,2020, 2021 et 2022 (et ils en sont sûrs pour le 15 avril 2023) et aillent boire un verre pour fêter cette nouvelle parodie journalistique si habilement mise en scène devant la Tour Eiffel par « l’homme qui marche » (2).

_________________________

1 Pour cette mise en scène théâtrale, le président Macron a choisi la vue de la Tour Eiffel que l’on a depuis le TNP, notre cher Théâtre National Populaire – dont on a remplacé « Populaire » qui rappelait sûrement  trop « Le Front Populaire  » par  « Chaillot » – plus au goût bourgeois du quartier.

Vue grandiose aussi pour rappeler l’autre grand moment de triomphe du président Macron soupant avec son ami Trump, chef de guerre sans vergogne.

2Le 17 avril 2018, autrement dit, le surlendemain du Grand Guignol présidentiel de Chaillot, dans la série On achève bien l’ancien rival de Macron, E. Plenel de  Mediapart  ajoute sa lambourde pour le Parquet national financier de Mme la procureur E. Houlette, au motif que le compte de campagne de F. Fillon, « étant en -dessous du plafond des dépenses autorisées [ferait]  tiquer la commission des comptes de campagne ».
Le 19 avril 2018, c’est Le Monde des riches MM. Niel et Pigasse qui vient en renfort pour clouer une latte sur la  lambourde de Mediapart.
À quand le futur  « Qui a (re)tué Fillon » sur BFM TV ? ………….
………….Mais s’il y a « comptes » de campagne » pour l’un, et il y a « conte » de fée pour l’autre !
Car pendant  ce temps-là, comme dans un conte de Ch. Perrault M. B. Arnault président de LVMH est la bonne fée Dior qui offre de beaux habits à Mme Macronune Cendrillon qui n’aura pas de « Brigitte gate » … Foi de Canard enchaîné !
________________

Apostille
On notera pour Le Petit Bobu que le mot  « entretien » a disparu du vocabulaire du journal  Le Monde, traduit par N. Chapuis, chef du service politique, par le sempiternel interview,  qu’il sait même conjuguer selon « (…) la façon dont on interviewe (…) laissant le verbe « interroger » au vestiaire.

______________________