Le Père Ubu-Macron entre mensonge et absurdité

13 avril –  note relue et réécrite le 15 avril 2020

 

   Après avoir claironné, le 3 mars 2020, «Nous sommes prêts » et qu’il avait « cette force de relever le défi», M. Macron put endosser le costume du Père Ubu. Certes, il oublia la canne enfoncée dans la poche droite et le chapeau melon, mais avec « la puissance de sa Cornegidouille », il pouvait le plus longtemps possible, nous  embobiner dans l’Ubusurdité * de ses discours.

Dans son Adresse du 12 mars, le Père Ubu-Macron nous annonçait  que « plusieurs milliers de nos compatriotes, [avaient été] victimes de la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle », mais ajoutait que : « le Covid-19 est sans danger dans l’immense majorité des cas » … sauf qu’il « [pouvait] avoir des conséquences très graves pour nos compatriotes âgés [et/ou] malades. »

Indubutablement*, nous pouvions déjà nous compter parmi les milliers de prochaines victimes, qu’il pourrait annoncer gravement  dans son prochain discours.

Cependant, le Père Ubu-Macron avait eu un éclair dans son hubutude *, car il s’était souvenu que, ministre des Finances de M. Hollande, puis président de « Nulle Part en France » [sans la majorité des électeurs inscrits], il n’avait jamais reconstitué la réserve d’État d’un milliard de masques nécessaires en cas de pandémie, jamais inclus dans le budget de la France, en nombre suffisant,  les vêtements protecteurs, les équipements et les appareils médicaux indispensables ; il avait toujours ignoré les justes revendications de nos personnels soignants,  sur leurs conditions de travail et leurs salaires,  dans nos hôpitaux publics.

« Par ma Cornegidouille », s’était-il exclamé, j’ai dans la poche gauche le remède ubuesque* qui ne coûtera rien, celui que j’ai concocté avec mon Ubuesque Conseil scientifique, la fameuse formule des « bons gestes barrières contre le Covid-19 ».

Dès lors, il avait clamé fièrement partout « [qu’il faisait] preuve d’esprit solidaire, et de sens des responsabilités » parce qu’il se lavait les mains, qu’il toussait et éternuait un jour, dans son coude gauche et le lendemain, dans son coude droit, qu’il ne se mouchait plus avec ses doigts mais dans un mouchoir qu’il jetait n’importe où, qu’il ne serrait ni mains ni coudes, et surtout évitait, voire même, arrêtait d’embrasser la Mère Ubu-Macron.

Et le bon Père Ubu-Macron nous félicita car « en adoptant les bons gestes [nous avions] ralenti la diffusion du virus et ainsi permis à nos hôpitaux et à nos soignants de mieux se préparer. C’est cela une grande nation. » … et comme l’orgueil le titillait, il pensait : c’est cela un grand Père Ubu-Macron.

Pour mieux nous prouver le ralentissement du virus, il nous assura que « [le principe qui le guidait] depuis le début pour anticiper cette crise et pour la gérer depuis plusieurs semaines et  continuer de le faire : [c’était] la confiance dans la science. »
C’est pourquoi il avait écouté avec son Premier ministre, son ministre de la santé, et son Ubuesque Conseil scientifique, les meilleurs spécialistes de « grand renom », qui leur avaient dit que « malgré nos efforts pour le freiner, le virus continue de se propager et est en train de s’accélérer.

Ainsi la théorie ubuesque des seuls « bons gestes barrières » avait juste permis l’accélération du virus depuis début février.
Mais le Conseil et le Père Ubu-Macron se figèrent dans l’Ubusurdité de leurs consignes minimalistes.

Et en même temps (son expression favorite), le Père Macron et ses ubuesques conseillers nous replongeaient au XVIIème siècle, au temps des médecins de Molière.

  – De quels parchemins avaient-ils extrait ces pratiques grossières d’éternuement et de toux dans son coude qui protégeraient les autres du virus, à condition de ne pas leur serrer la main ?

  – Ne savaient -ils pas que le virus se transmettait  par l’air expiré qui disperse de fines gouttelettes de salive ?

  – Et toujours dans sa dernière mise à jour du document info-coronavirus, le 12 avril 2020, le respect de la fameuse « distanciation sociale  d’un mètre  »  restait l’unique formule ubuesque « en l’absence de [vraies] mesures de protection » car le mot « masque(s) » était  tabou.
Alors que dans un communiqué, certes tardif,  du 2 avril 2020, l’Académie nationale de médecine expliquait « que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur. » 

Mais c’est bien le 12 mars que, tambour battant, le Père Ubu-Macron fit sa plus grosse Ububourde*.

le Père Ubu-Macron répéta trois fois que « la maladie touchera d’abord les personnes les plus vulnérables » (…) « que dans ce contexte, l’urgence est de protéger nos compatriotes les plus vulnérables » (…) Protéger les plus vulnérables d’abord. C’est la priorité absolue » (…)
C’est pourquoi je demande ce soir [jeudi 12 mars] à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles qui souffrent de maladies chroniques ou de troubles respiratoires de rester autant que possible  à leur domicile.» 

  et Ubu-Macron en conclut   : « dans ce contexte, j’ai interrogé les scientifiques sur nos élections municipales [du dimanche 15 mars 2020].   Ils considèrent que rien ne s’oppose, à ce que les Français, même les plus vulnérables,  se rendent aux urnes  (…).»  !  !  !  !
__________ 

Puis, dans son adresse du 16 mars 2020, le Père Ubu-Macron rabâcha comment il faisait tout bien « avec ordre, préparation, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : nous protéger face à la propagation du virus ».

Il remercia donc tous ces braves gens qui avaient tenu les bureaux de vote [avec ses bons gestes barrières à virus], et félicita les seuls candidats élus au premier tour …
Depuis nous savons tous les ravages du covid-19 causés dans les bureaux de vote.

 Pourquoi cette obstination ubuesque pour ce premier tour des municipales, alors qu’il savait, bien avant le 12 mars, qu’il n’y aurait pas de second tour, le 22 mars,  puisque le confinement serait annoncé par le Premier ministre  le 14 mars, pour débuter le mardi 17 mars 2020  à midi ?

     Son Ubuesque colère froide du 16 mars fut pour ceux qui, bien qu’ayant bravé le virus le matin dans le bureau de vote, et qu’il avait « salués chaleureusement », auraient voulu se promener dans un parc, l’après-midi.
⇒   Ayant  « bravé les consignes [ils ont risqué, nous dit-il] de contaminer leurs amis, leurs parents, leurs grands-parents », l’après-midi mais pas le matin.
Lui, le colérique Père Ubu, n’aurait pu « braver les consignes » en se promenant au Touquet avec la Mère Ubu, ou à son retour, dans son parc de l’Élysée !

  Mais après s’être fâché contre les promeneurs du dimanche, le Père Ubu par la puissance de sa Cornegidouille, voulut mettre les « dieux » dans sa poche à dogmes, à la place de sa canne.
Dans son Avis du 23 mars 2020 – p. 7-  l’Ubuesque Conseil  scientifique préconisa « en termes de santé publique « le soin pastoral» (…) également essentiel dans toute réponse à une crise épidémique».
Il recommanda au bon Père Ubu-Macron et à son bon Premier ministre «de soutenir la permanence téléphonique des principaux [chefs ] des communautés religieuses. »

  Le père Ubu-Macron nous laisserait-il penser, que faute de choix rapide de traitement efficace, et faute de capacités de soins d’assistance respiratoire, nous devrions choisir la seule bénédiction du cantique, du psaume ou de la sourate ?

Alors, à quand la prière à saint Hurlubulu,  lors de chaque réunion du Conseil scientifique, à la place – par exemple – de la réflexion sur la proposition de traitement du Pr Didier Raoult ?

________________________________________

Mise en valeur des grands faits et gestes du Père Ubu-Macron et de son Conseil scientifique
    Source : Ubu roi publié en avril-mai 1896, Alfred Jarry.
Cf. Tout Ubu Le livre de poche – La philosophie du Père Ubu pp. 22-23.

* Lexique de L’ingénue  :
ubusurdité   =  absurdité
indubutablement =   indubitablement :   le Père Ubu-Macron aurait dû rester banquier d’affaires chez Rothschild.
Premier précepte de Descartes dans Le Discours de la méthode : « (…) ne recevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse évidemment être telle : c’est-à-dire d’éviter soigneusement  la précipitation et la prévention ; et de ne comprendre rien de plus en mes jugements, que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n’eusse aucune occasion de le mettre en doute. »
hubutude = hébétude

ubuesque  =  Dans le grand Robert p.1598 : « qui ressemble au personnage d’Ubu roi par un caractère comiquement cruel, cynique et couard avec outrance ».

 ububourde  =  1- mensonge fait pour abuser, pour tromper.
2- faute lourde

Hurlubulu = 1562  nom d’un saint imaginaire chez Rabelais

_______________________________________________

Quand M. Macron disait le 3 mars 2020 : « Nous sommes prêts »

22 – 26 mars 2020 –
_________________________

Ce vendredi 3 avril 2020, lire 
dans  Le quotidien du médecin 
Covid-19 : l’Académie de médecine favorable au port obligatoire du masque, même « alternatif » :

« Selon elle, « il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur ».

____________________________


Aurait-il menti ? 

Après avoir entendu sur  le site de l’Élysée, M. Macron, Chef de la Santé publique, (voir dossier coronavirus-covid-19),  dire « Nous sommes prêts » au  centre de crise du  ministère des Solidarités et de la Santé, le 3 mars 2020 (1) ;

il  m’a semblé utile, en ce 22 mars 2020,  de (re) lire  l’ excellent article publié promptement, ce même jour du 3 mars 2020, sur le site Caducee.net (2) :

«  Stocks insuffisants de masques FFP2 : la faute lourde de l’État ?  

   Où est passée la réserve stratégique de masques H1N1 ? 

Suite à la communication de la Direction Générale de la Santé  d’hier soir [2 mars 2020], s’est finalement produit ce que les médecins redoutaient sans trop y croire tellement cela paraissait relever d’une grande incompétence sinon d’une faute lourde.
Bien que dans le cœur de cible du #Coronavirus, les soignants libéraux devront se passer de masques de protection FFP2.

Non, face à une probable épidémie de virus respiratoire qui s’annonce comme plus contagieuse et possiblement plus mortelle que la grippe saisonnière, les médecins de ville, sans parler des infirmières, ni des dentistes, ne recevront pas la seule protection à même de garantir un niveau de protection adapté pour des professionnels de premier recours. Et ce en dépit de toutes les recommandations qui prévalaient jusque-là.

Non, cette fois-ci, ils devront se contenter de masques chirurgicaux de type FFP1 et on ne parle toujours pas de lunettes, de surblouses jetables et de kits de protection complets incluant solutions hydro-alcooliques à l’instar de ce qui a été mis en œuvre en Chine pour le Coronavirus ou en France lors de H1N1.

De nouvelles recommandations officielles pour les médecins libéraux
Pragmatique, la Direction Générale de la Santé a mis en ligne de nouvelles recommandations pour les médecins libéraux qui recevraient un patient avec toux et/ou fièvre : se laver les mains et porter un voire deux masques chirurgicaux de type FFP1 identiques à celui du patient.

Pourtant les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique sont claires.
« En cas d’agent respiratoire hautement pathogène, le port d’un APR de type FFP2 chez les soignants doit être envisagé pour toute situation exposant à un risque de transmission aérienne de l’agent, notamment à l’occasion d’un acte impliquant un contact direct avec un cas suspect ou confirmé et/ou en cas d’entrée dans une pièce où se trouve un cas suspect ou confirmé potentiellement contagieux et ce quel que soit le mode d’exercice (hospitalier ou libéral) et le lieu d’exercice (hôpitaux, cliniques, Ehpad, établissements pour handicapés, cabinets médicaux…). »

La faillite de Santé Publique France et de la Réserve Sanitaire
Il y a dix ans, tous les généralistes avaient reçu un masque FFP2 contre H1N1. Si contre le coronavirus ils doivent se contenter de FFP1, cela signifie concrètement que l’État a failli dans la gestion des stocks de masques FFP2.
Suite à la fusion des agences de santé dans Santé Publique France, ce n’est plus l’EPRUS [Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires] qui gère les stocks de masques chirurgicaux, mais « la réserve sanitaire » dirigée par  Catherine Lemorton.  C’est le 1er mars 2019 qu’elle a pris la direction de la réserve sanitaire désormais chapeautée par Santé Publique France.

Ce changement institutionnel serait-il à l’origine de manquements en ce qui concerne la gestion des stocks de FFP2 ? Si rien ne permet de le confirmer, on est en droit de se poser des questions.

Car en 2009 un rapport du Sénat a permis d’évaluer les stocks de FFP2 :

le 11 février 2009 : 723 millions. Le 6 mai 2009 : 579 millions, dont 463 millions relevant du stock stratégique, 116 millions relevant du stock des établissements de santé, et 228 millions périmés. (…)

Le 13 juillet 2009, l’État évaluait ses besoins ainsi :
« 537 000 000 masques FFP2 (334 000 000 masques pour l’administration centrale ; 203.000.000 masques relevant des établissements de santé). 110 000 000 de masques restant à livrer. 295.000.000 masques périmés ».

Si en 2009, l’État disposait de plusieurs centaines de millions de masques FFP2, comment ne peut-il pas être en mesure d’en mobiliser ne serait-ce que quelques millions pour assurer la protection de tous les soignants libéraux sauf à avoir complètement négligé la gestion de ses stocks ?

Et justement en la matière, le Haut Conseil de la Sécurité Publique recommande, pour déterminer un dimensionnement des stocks, de tenir compte des paramètres suivants :
• la reconstitution régulière d’une partie du stock et ce compte tenu des durées de péremption de ces masques ;
• le recensement des tailles de populations cibles et des volumes d’utilisation journaliers ;
• la durée de mise en place des mesures de prévention par les masques ;
• les capacités de fabrication et d’approvisionnement pendant une crise ;
• l’observance aux mesures de prévention par les masques.
Sur le sujet : Masques #FFP2 : la France n’a pas de stocks d’État, les médecins sont éberlués (3)

Rupture de stock

Cette probable défaillance de l’État aurait pu passer inaperçue si les circuits de distribution traditionnels étaient à même répondre à la demande. Or ce n’est clairement pas le cas à ce jour.
⇒  En effet, si le ministre de la Santé, Olivier Véran affirmait lors de sa conférence de presse,  lundi 24 février 2020 : « Il n’y a donc aucun problème d’accès à ces masques pour toutes celles et ceux qui en ont besoin ».
Il aurait tenu des propos d’une tout autre nature au président de Médecins Généralistes France, Jacques Battistoni qui se confie à Libération :
« Il n’y a pas de stock de FFP2, Olivier Véran me l’a confirmé lundi. »

Depuis, le gouvernement aurait passé une commande de 35 millions de masques FFP2 par mois, mais les fabricants ont du mal à répondre à la demande et les délais de livraison sont, à ce stade, inconnus. (…)
Tous les stocks des fabricants auraient déjà été mis à mal par les commandes venant de Chine et la plupart des pays européens sont logés à la même enseigne.
Même les solutions de gels hydroalcooliques ne sont plus disponibles en Pharmacie.
Sans gel ni masques de protection, les cabinets de consultation pourraient rapidement devenir un lieu à haut risque si l’épidémie venait à se confirmer.
(…)
*Pour autant la livraison des masques chirurgicaux s’organise et chaque professionnel de santé libéral pourra dans le courant de la semaine retirer dans une pharmacie son premier lot de 50 masques antiprojection FFP1, sur présentation de sa carte professionnelle. 10 millions de masques auraient ainsi été libérés.
*par  L’ingénue
De fait dans notre département de la région Centre, les pharmacies n’avaient pas reçu de masques dans la semaine du 3 mars 2020 ;  ils n’en ont reçus qu’en milieu de  semaine 12, quant à nos courageux médecins de ville – même ceux qui font des visites à domicile-, ils n’avaient toujours rien reçu, hier  – 21 mars 2020 –  ni masques ni tests, venant de Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.  

Les syndicats furieux
« Cela fait des jours que nous réclamons des masques FFP2, affirme le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français au site legeneraliste (4). Si l’on est confronté à une grande épidémie et si seuls sont hospitalisés les cas les plus graves et les patients les plus fragiles, il faudra que tous les soignants soient protégés. »
« L’absence de protections (masques, lunettes, blouses) est un message désastreux envoyé à la médecine de premier recours. Être sans moyens énerve l’ensemble des médecins généralistes ». Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins Français (5) pour le Monde ». »

________________________

1            3 mars 2020       [phase 2 de l’épidémie]

Le Président de la République s’est rendu au centre de crise du ministère des Solidarités et de la Santé pour faire le point. Retrouvez sa déclaration aux professionnels de santé en vidéo« .

par L’ingénue – quelques remarques sur la vidéo :

M. Macron est entouré à  sa droite par  O. Véran, ministre de la Santé et à sa gauche par  J. Salomon, directeur général de la Santé.

L’on sait que pour MM. Macron, Philippe et Véran comme pour le Professeur Salomon, parmi « les seuls gestes qui sauvent les autres », et qui remplacent les tests et  les masques  – que ces messieurs ont et que nous, nous n’aurons pas-  ce serait « tousser, éternuer et se moucher dans son coude », c’est pourquoi en remerciement,  il touche le bras du  ministre  … lequel, doit-il cependant espérer, ne s’est pas mouché avec !  …
Ce n’est qu’un clin d’œil attristé de l’ingénue en ce temps d’Ubu au pouvoir …

À 1:51 il « pense(sic) aux médecins libéraux, aux infirmières libérales, aux pharmaciens »(…)

 puis à   2:22 il dit  « pouvoir continuer à agir, protéger (sic) nos concitoyens et protéger (sic) nos personnels de santé« .

et à 3:55  il termine  sa prestation vidéo par :
« nous sommes et nous serons mobilisés dans la durée et jusqu’à la fin« ,
puis tourné vers O. Véran, d’une voix qui faiblit de plus en plus – car M. Macron sait qu’il n’y a ni tests, ni masques, pour le petit peuple et ses médecins-
« mais nous sommes prêts (sic), je sais (?) que nous aurons cette force de relever le défi« .  

2   3 mars 2020     Stocks insuffisants de masques FFP2 : la faute lourde de l’État ?   caducee.net 

3 La France n’a pas de stocks d’État, les médecins sont éberlués

4  CSMF   Confédération des Syndicats Médicaux Français  –   legeneraliste.fr

5 FMF Fédération des médecins de France

____________________________________

M. Macron a perdu « le fil du projet national »

Heure de Berlin
Glacial matin

21 avril 2019 – samedi 27 avril – dimanche 28 avril 2019

 

 

Après cinq mois d’émeutes … on attend toujours … que M. Macron devienne utile à la France.

Ce ne sera pas une fois de plus l’allocution solennelle de « sa grandeur » (1) assis, debout, devant, derrière son bureau.
Après l’incendie de Notre-Dame de Paris , le 15 avril 2019  et son sermon du lendemain, « sa grandeur » a choisi de jouer à la vedette pour nous prêcher « sa bonne parole »,  jeudi 25 avril 2019,  lors d’une séance -de-cinéma-conférence -de- presse.

 

Comment pourra-t-il justifier :

son indifférence au maintien de la paix civile dans nos villes,

 

– son mépris devant la valeur de nos biens publics incendiés, de nos monuments symboliques de la République vandalisés,

 

– son dédain pour les destructions de biens privés (immeubles, maisons, voitures, motos etc.) et/ou commerces, privant de leur travail des centaines d’employés,

 

son insupportable lâcheté face à la mobilisation de groupuscules incendiaires et armés de l’anarchie nihiliste qui, désormais sont ses alliés, pour nuire au bon déroulement des vraies manifestations légales et pacifiques, comme le défilé lors de la Fête du travail le 1er mai, pour toutes revendications professionnelles  légitimes.

– sa totale incompétence qui s’ajoute à la nullité de son gouvernement, et laisse  mourir par suicide, s’épuiser, semaine après semaine, ceux dont la mission est de veiller sur nous, nos admirables forces de police et de gendarmerie, nos extraordinaires pompiers, médecins et soignants des services d’urgence des hôpitaux … ?

… On attend toujours que M. Macron soit utile à la France, depuis l’appel, sur les réseaux sociaux,  à des manifestations illégales en gilets jaunes pour bloquer la circulation, sur tout le territoire, le samedi 17 novembre 2018.

♠ ♠ ♠          ♠ ♠ ♠         ♠ ♠ ♠     ♠ ♠ ♠

Apostille   27 – 28 avril 2019

♠ ♠ ♠         ♠ ♠ ♠        ♠ ♠ ♠      ♠ ♠ ♠

 

Mais M. Macron le jésuite a appris la  leçon de ses maîtres ; il sait quand il doit se taire.


... Faudra-t-il nous suffire d’attendre …  jusqu’en 2022  ? …


… Faudra-t-il  nous contenter de voir comment, chaque fin de semaine,

Macron le porte-brûlot, laisse  tranquillement les black blocs avec le renfort « des islamistes des territoires d’Outre-République », dévaster Paris et toutes nos villes,  fêter impunément dans la violence et à leur manière de tueurs incendiaires,
les 20 avril , 27 avril, 1er mai 2019 …  4 mai… 11 mai… 18 mai, 25 mai 2019 etc. etc. ….?
 MM. Macron et Castaner nous diront-ils encore qu’il s’agit de « violences involontaires », de « destructions involontaires » ou bien encore « d’incendies  involontaires » ?  … …

_______________

 

  Enfin, comment peut-on penser que M. Macron  -après l’incendie de Notre-Dame le 15  avril 2019 – appliquerait à lui-même ses paroles « inspirées » (sermon du 16 avril 2019), 
pour
« changer cette catastrophe en occasion de devenir (…) en ayant profondément réfléchi à ce que  [j’ai] été et à ce que [j’ai] à être,  [meilleur que je ne le suis ]. Il [me] revient de retrouver le fil de notre projet national, celui qui nous a fait, qui nous unit, un projet humain, passionnément français. »  ?

À quand ce projet humain ?
À quand ce  projet passionnément français  ?

Mais on sait que M. Macron est le meilleur élève de l’Union -européenne – des -pères -capitalistes- fondateurs, ceux qui ont commencé à détruire au fil des années, comme des malfaiteurs, avec la CECA (2), notre belle puissance industrielle au profit de l’Allemagne,

Comment le croire quand des trémolos dans la voix, il nous promet « de retrouver le  fil de notre projet national » ?

 

♠______________________________________♠

1  « Jupiter dit un jour :  » Que tout ce qui respire
S’en vienne à comparaître au pied de ma grandeur. »   La Fontaine, Fables, I, 7.

« Monseigneur, j’ai reçu avec une soumission aveugle les ordres qu’il a plu à Votre Grandeur (…) »     La Bruyère, les Caractères, XI, 7.

Le grand Robert, tome III, p.1480.

 

2  La version française de cette  communauté européenne du charbon et de l’acier fut  mise en œuvre par le « si peu socialiste » président Mitterrand, trahissant sans vergogne le Programme commun de la Gauche. 

_________________________

Grand Bourgtheroulde ou petit Hollywood ?

mardi 15 janvier 2019  

Note relue le 16  et le 17 janvier 2019  :
Grand Bourgtheroulde ou petit Hollywood ?
E. Macron y a fait son cinéma hier, pendant 7 heures, filmé par au moins six chaînes de télévision française ; les patrons des médias- du- pouvoir-en marche sont ses mécènes.
… La montagne du débat Macron accouchera-t-elle de la souris des 80 km/h ?

———————————————————-

Le 15 janvier 1789, tout allait bien à Versailles et le 15 janvier 2019, tout va bien à l’Élysée et à Grand Bourgtheroulde où les magasins seront fermés pour cause de la venue du président Macron  [et de la jacquerie des Gilets jaunes] avec son questionnaire pour lire avec M. le maire, son premier Cahier. (1).

⇒ Comme à son habitude, le président de la République aime à se produire hors de son fief de Paris, en grandes pompes de médias et de photographes.

Une première lecture très rapide du questionnaire ne manque pas de retenir mon attention  sur  un président grandiloquent :  la France, nation la plus fraternelle, la plus égalitaire et la plus libre ! Il est encore tout miel et tout fiel, il nous aime, il nous  flatte, il nous a  menti et il persiste.

On note d’abord sa reconnaissance tardive et opportuniste de l’importance des maires, auxquels il n’avait pas tenu sa promesse d’assister à leur congrès de l’AMF (Association des maires de France) du 20 -22 novembre 2018,  pour leur  « rendre compte des engagements » du gouvernement ; il avait préféré faire un cocktail de charme à l’Élysée  avec un petit nombre « d’élus ».

⇒  et ce président qui ne tient pas ses promesses a dit qu’ il ne reviendrait pas sur le privilège de la suppression de l’ISF – impôt sur la fortune, au prétexte que cela a causé « l’émigration des riches ». Ces riches qui ont  déjà ruiné notre pays et son industrie depuis trente ans, en délocalisant sans vergogne, et mettant au chômage des millions de travailleurs, ceux dont les aïeux avaient fait la richesse de leurs familles. Une émigration qui perdure … comme le chômage …

mais parole de président : « Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l’effort partagé par tous ». Ce fameux « sens de l’effort » que le sieur Macron aurait … mais que les Français n’ont pas … même pas selon lui, pour traverser la rue.

⇒ Alors pourquoi  les riches Français sans les aléas de la vie-, ne partagent-ils pas l’effort des Français salariés, en payant un impôt juste sur leurs œuvres d’art et leurs œuvres d’art contemporain, avec lesquelles ils spéculent en permanence, pour gonfler toujours plus leurs fortunes ?

⇒ Pourquoi ne pas ponctionner  l’argent sale des mafieux de la drogue et des armes de guerre qui pourrissent notre société, comme celui des proxénètes, comme celui qui circule dans les réseaux islamiques venant des théocraties du Golfe et du Maroc ?

Le peu fraternel ministre de l’Économie et des Finances qu’il a été pendant le quinquennat  Hollande, s’en était bien gardé ; et M. Macron poursuit lâchement ses mêmes règles  de l’injustice fiscale  

⇒  mais   parole de président :  » C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires (sic). »

Puis, il a l’insolence de nous demander :
 « Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?
Quels impôts faut-il à vos yeux 
(sic)  baisser en priorité ? »

⇒ et parole de président : c’est pour ajouter sournoisement : « Nous ne pouvons (…)   poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.  »

Et il nous interroge hypocritement pour avoir notre avis sur les services publics inutiles :

« Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? »

… pour mieux occulter tous les gâchis du fonctionnement de la machinerie technocratique de l’État, que dénonce la Cour des Comptes chaque année, en vain.

——————————–

Juste un survol de   « Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? »

car, parole de président jésuite  : il persiste sur le vote de sa loi Hulot de transition énergétique :   « Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports ».

⇒ Il trouve normal de réduire de 2018 à 2022, le pouvoir d’achat des travailleurs qui ont besoin de leurs voitures -pour aller travailler-, sans dire quand ils y gagneraient  « pour réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant et en chauffage » !  

Désormais, nous sommes convaincus que « Faire la transition écologique », est  bien la machine de guerre idéologique de M. Macron pour augmenter le plus largement possible les prélèvements fiscaux … mais pas sur les bénéfices du « pognon de dingue » du capital !

Le prélèvement à la source de l’impôt est une autre machine de guerre fiscale, vue par M. Darmanin, (dans sa lettre du 21 novembre 2018) comme simple et  moderne pour « mettre fin au décalage d’un an du « pognon de dingue » des imposables,  qui existait jusqu’à présent entre la perception des salaires et pensions et le paiement de l’impôt sur le revenu » !

⇒  Mais c’est dit : le gouvernement Macron / Philippe étouffe à cause de notre 1% de CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère.

À ces messieurs qui -sans effort-  prennent l’avion aussi souvent que nous la voiture, nous rappelons que les 27% du pétrole utilisé en France, dans nos aéroports,  par les Compagnies aériennes françaises et étrangères, sont détaxés.
Il faut savoir que c’est le survol des avions sur L’Atlantique Nord qui participe largement à l’effet de serre …  largement plus que nos voitures et nos chauffages.

—————————————

De cette première lecture, j’ai retenu aussi la fin du questionnaire Macron :

« Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. »

Macron, le faiseur de misère et d’émeutes, voudrait nous faire croire  que c’est la jacquerie des Gilets jaunes qui fait que notre nation est en janvier 2019, moins démocratique, moins citoyenne, et surtout moins laïque *.

Pour ces dossiers majeurs, le choix des questions  n’est pas à la hauteur des enjeux qu’il feint de poursuivre.

Et c’est son dernier tour de manipulateur, car il n’évoquera pas la gravité de la situation dans toutes nos banlieues et nos quartiers Nord, partout où l’Outre-République islamique a transformé notre vie quotidienne si tranquille en cauchemar.
Destructions, dévastations, incendies, les crimes et les violences sont le mal commun de tous nos « territoires »    et depuis 2012, la terreur islamique est partout.

D’ où ma question au président :

Pourquoi n’avez-vous pas eu  le courage de  nous  demander ce que nous pensions de cette guérilla civile, qui voit désormais la collusion des sinistres anarchistes /façon section d’assaut comme le 1er mai 2018 contre la CGT/ avec les 45 000 islamistes radicalisés (2) qui n’obéissent qu’aux lois du Coran et se battent, dans tous nos « territoires », à chacune de leurs exactions, contre nos forces de sécurité, nos plus vaillants protecteurs, nos pompiers, sauveteurs admirables ?

Vous, M. Macron, président-itinérant, faites enfin un effort, ouvrez les yeux, en France, en 2019 !

Lisez les lettres que vous recevez des habitants de toutes les villes et de tous les quartiers !
Cherchez bien où est votre « vivre ensemble »,  sans la citoyenneté et sans la laïcité fraternelle,  sans le respect des autres et des lois de la République !

De 2014 à 2018, les tranchées sanglantes sont partout en France. (3) Et ce ne sont pas des « saisons 1-2-3-4 » d’une série américaine.

Ce sont 59 870 policiers et  34 043 gendarmes qui ont été blessés ; au total  93 913 blessés. 

Ce  sont  43 policiers et 51 gendarmes qui ont été tués ; au total  94 tués.

En 2017,  ce sont 2 813  sapeurs-pompiers qui ont été victimes d’une agression au cours d’une intervention. En 2016, ce nombre s’élevait à  2 280  soit  5 093 blessés en deux ans, avec une augmentation  d’agression de 23 % en un an.

Ils méritent mieux que votre étrange silence …

________________________________________________________

1 On relira avec grand intérêt les deux premiers  chapitres du tome I. La Constituante  (1789-1791) de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès.
Cf. par L’ingénue Le président Macron, l’islam radical et la loi de 1905

2  25 000 radicalisés fichés S et 20 000 en voie de radicalisation islamiste à caractère terroriste fichés FRPRT.

3 Institut national des Hautes études de la sécurité et de la justice.

__________________________________________________

 

M. Macron, le président faiseur d’émeutes et de misère

2 décembre 2018 –  7 décembre 2018

 

       Face à M. Macron  qui avait fait voter par l’Assemblée nationale,  le 23 octobre 2018, la hausse  des taxes sur le diesel, chaque année, jusqu’à la fin de son quinquennat, des salariés ayant besoin de leurs voitures pour aller travailler tous les jours, ont exprimé une légitime revendication populaire sous le nom de  « Gilets jaunes » et ils ont été  500 000  à  le revêtir, le 17 novembre 2018, pour bloquer la circulation.

Ce jour-là,  il y eut une personne écrasée et des centaines de victimes blessées grièvement, dont des policiers, des gendarmes et des pompiers,  par des automobilistes (ceux qui écrasent les piétons sur les passages cloutés)  pourtant prévenus.
Bref, un vrai carnage que M. Macron n’a pas daigné considérer  comme un vrai signe à l’échelle du pays, un signe qui aurait forcément de graves conséquences.

♠  Les porte-parole connus, les plus « médiatisés »  dans cette foule de Gilets jaunes, sans autre organisation que sa « force de blocage des routes et des villes », avaient déclaré qu’ils refusaient toute implication syndicale et/ou politique.
Mais « les Gilets- jaunes- électrons – libres »  ont été rattrapés  très vite, lors de leur manifestation sur les Champs- Élysées le 24 novembre 2018, par des centaines d’anarchistes –bien connus des services de police – qui ont ravagé  l’avenue dans laquelle M. Macron avait paradé,  le 11 novembre 2018,  avec sa suffisance de  monarque.

Et de la même façon, leur manifestation  du 1er décembre 2018 à Paris, n’aura été que l’explosion d’une  nouvelle guérilla urbaine pour des milliers d’émeutiers anarchistes venus pour attaquer les forces de  l’ordre, casser et incendier des autos, des boutiques, des immeubles, monter des barricades, saccager et vandaliser  l’Arc de Triomphe, et poursuivre dans de multiples autres quartiers de Paris
Les Parisiens savent désormais ce que vivent les habitants de Seine-Saint-Denis depuis des années.

  ♠ M. Castaner a fait la preuve de sa coupable  incompétence, en tant que ministre de l’Intérieur,  puisque ses ordres aussi stupides qu’inefficaces,  n’étaient donnés  que pour contenir les seuls Gilets jaunes, et non pour arrêter, dès son début, dans la matinée, la progression des anarchistes au centre de la capitale.

 Encore une fois,  la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) de la cellule sécurité de l’Élysée, n’a pas été écoutée pour assurer le respect de l’ordre républicain à Paris

… Et pendant ce temps, le 1er décembre 2018, au micro du  G 20 à Buenos-Aires (Argentine)  M. Macron continuait de plastronner,

M.Macron le pédant narcissique,
M. Macron l’orgueilleux hypocrite donneur de leçons de morale aux Français et aux chefs d’État du monde entier,
M. Macron  « l’itinérant mémoriel (sic)» consternant de simagrées sur les champs de bataille de 1914-1918, reliques du sang de nos jeunes grands-pères, laissant leurs familles dans la misère,
M. Macron jamais élu par les citoyens d’un village, d’une ville, d’un département, d’une région, jamais élu à l’Assemblée nationale et/ou au Sénat,

M. Macron  déplorable politicien aux ordres de la classe des nantis capitalistes de la planète.
Sa feuille de route (ou programme) avait été écrite par ses « mentors » lorsqu’il était le ministre des Finances de M. Hollande ; la consigne lui était donnée d’en faire appliquer tout le contenu les deux premières années du quinquennat.

           M. Macron (petite image ronde sur « Facebook » comme des milliards d’autres),  a adressé aux Français, le 1er décembre 2018,  un message lamentable (1), accusant, les Gilets jaunes d’être les auteurs des destructions, des vols, des incendies et des dégradations, et en faisant semblant d’ignorer la présence massive et d’une terrible violence des milliers d’anarchistes.
Je cite :
« Aucune cause ne justifie que les forces de l’ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des bâtiments publics ou privés soient incendiés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l’Arc de Triomphe soit ainsi souillé. Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement (les Gilets jaunes ?), ne veulent aucune amélioration (les Gilets jaunes ?), ils veulent le chaos (les Gilets jaunes ?) : ils trahissent les causes (les Gilets jaunes ?) qu’ils prétendent servir (les Gilets jaunes ?) et qu’ils manipulent . Ils seront identifiés et tenus responsables de leurs actes devant la justice. (…)  »
Je respecterai toujours la contestation (des Gilets jaunes ?)  , j’écouterai toujours les oppositions (des Gilets jaunes ?) mais je n’accepterai jamais la violence (des Gilets jaunes ?). »

L’hypocrite président itinérant ou président intérimaire en période d’essai (?) persiste et signe dans son mépris du peuple, dans son déni de la réalité de la situation économique et sociale.
C’est un jésuite au double langage qui ne sait que rejeter violemment l’expression populaire en disant qu’il respecte la contestation.
C’est un technocrate sans humanisme. Un robot du Capital.

M. Macron, le faiseur d’émeutes et de misère.

___________________________________________

 

1  Emmanuel Macron sur www.elysee .fr

« Ce qu’il s’est passé aujourd’hui à Paris … »