Ouvrons l’Encyclopédie de Diderot à la page Fanatisme

20 juillet 2021

                Il y a 270 ans paraissait  le  Premier Volume  de l’Encyclopédie !

 

Les extraits suivants sont tirés de l’article Fanatisme  (1) de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, qui fut une œuvre considérable, une véritable bataille encyclopédique (2) du Premier Volume paru  le 1er juillet 1751,  aux derniers Tomes VIII à XVII, parus  à la fin de 1765, et « distribués clandestinement aux souscripteurs au début de 1766 », sous le règne de Louis XV.

L’article Fanatisme rédigé par Alexandre Deleyre (1726-1796) (3) a été repris par Voltaire dans son Dictionnaire philosophique.

____________________________

                                                                                   FANATISME

p. 171
  «C’est un zèle aveugle et passionné, qui naît des opinions superstitieuses, et fait commettre des actions ridicules, injustes et cruelles, non seulement sans honte et sans remords, mais encore avec une sorte de joie et de consolation. Le Fanatisme n’est donc que la superstition (4) mise en action.[…]

p.175

   Enfin, de quelque part que vienne l’idée de satisfaire à la divinité par l’effusion du sang, il est certain, dès qu’il a commencé de couler sur les autels, il n’a pas été possible de l’arrêter ; et qu’après l’usage de l’expiation*, qui se faisait d’abord par le lait et par le vin, on en vint de l’immolation du bouc  ou de la chèvre,  au sacrifice des enfants.
Il ne fallut qu’un exemple mal interprété, pour autorisé les horreurs les plus révoltantes.  […]

Il est affreux de voir comment cette opinion d’apaiser le Ciel par le massacre, une fois introduite, s’est universellement répandue dans presque toutes sortes de religions, et combien on a multiplié les raisons de ce sacrifice, afin que personne ne pût échapper au couteau. […]

p. 181

Mais voici le fanatisme qui, l’Alcoran (5) d’une main et le glaive de l’autre, marche à la conquête de l’Asie et de l’Afrique. C’est ici qu’on peut demander si Mahomet était un fanatique ou bien un imposteur (6)  ? Il fut d’abord un fanatique, et puis un imposteur. Comme on voit parmi les gens destinés par état aux cultes des autels, les jeunes plus souvent enthousiastes, et les vieillards hypocrites, parce que le fanatisme est un égarement de l’imagination qui domine jusqu’à un certain âge, et l’hypocrisie une réflexion de l’intérêt, qui agit de sang-froid et avec des longues combinaisons. […]
Mahomet une fois désabusé, il lui coûta moins de soutenir son illusion par des mensonges, que d’avouer qu’il s’était égaré ; son génie ardent lui avait fait voir ce qui n’était pas, un Archange Gabriel, un prophète dans lui-même ; et quand il se fut assez rempli de son vertige pour le communiquer, il ne lui fut pas difficile d’entretenir dans les esprits un mouvement qui avait cessé dans le sien.
[…]

p. 184

Ainsi ne balancez pas à détester la fanatisme partout où vous le verrez, fût-il au milieu de vous.
Parcourez tous les ravages de ces fléaux sous les étendards du croissant, et voyez dès le commencement un Calife assurer l’Empire de l’ignorance et de la superstition, en brûlant tous les livres, comme inutiles, s’ils sont conformes au livre de Dieu, ou comme pernicieux, s’ils lui sont contraires : raisonnement trop politique pour être divin.
Bientôt un autre Calife contraindra les Chrétiens à la circoncision, tandis qu’un Empereur Chrétien force les Juifs à recevoir le baptême ; zèle d’autant plus blâmable dans celui-ci, qu’il professait une religion de grâce et de miséricorde
. […]

p.189

 En effet, lorsque la religion nous pousse à faire mourir les hommes pour l’amour de Dieu, et à les envoyer en enfer le plutôt qu’il est possible, lorsqu’elle ne sert qu’à nous rendre enfants de la colère et de la cruauté, ce n’est plus une religion, mais une impiété.
Il vaudrait mieux qu’il n’y eût point de révélation, et que la nature humaine eût été abandonnée à la discrétion de ses penchants ordinaires, qui sont beaucoup plus doux et plus humains, beaucoup plus convenables au repos et au bonheur de la société, que de suivre les maximes d’une religion qui inspirerait une fureur si insensée, et qui travaillerait à  détruire le gouvernement de l’état et les fondements de la prospérité du genre humain. […]

p.194
«
Qu’est donc le fanatisme ?
C’est l’effet d’une fausse conscience qui abuse des choses sacrées, et qui asservit la religion aux caprices de l’imagination et aux dérèglements des passions. […]

Les sources particulières du fanatisme sont :

1/   Dans la nature des Dogmes.

S’ils sont contraires à la raison, ils renversent le jugement, et soumettent tout à l’imagination, dont l’abus est le plus grand de tous les maux. […]
Les dogmes obscurs engendrent la multiplicité des explications, et par celles-ci la division des sectes.
La vérité ne fait point de fanatiques. Elle est si claire qu’elle ne souffre guère de  contradiction ; si pénétrante, que les plus furieux ne peuvent rien diminuer de sa jouissance. Comme elle existe avant nous, elle se maintient sans nous et malgré nous par son évidence. Il ne suffit donc pas  de dire que l’erreur a ses martyrs ; car elle en a fait beaucoup plus que la vérité, puisque chaque secte et chaque école compte les siens.

2/   Dans l’atrocité de la morale.

Des hommes pour qui la vie est un état de danger et de tourment continuel, doivent ambitionner la mort, ou comme le terme, ou comme la récompense de leurs maux : mais quels ravages ne fera pas dans la société celui qui désire la mort, s’il joint aux motifs de la souffrir, des raisons de la donner ?
On peut donc appeler fanatiques tous les esprits outrés, qui interprètent les maximes de la religion à la lettre, et qui suivent la lettre à la rigueur ; ces Docteurs despotiques, ces Casuistes  impitoyables, qui désespèrent la nature, et qui après vous avoir arraché l’œil, et coupé la main, vous disent encore d’aimer parfaitement la chose qui vous tyrannise.

 

3/   Dans la confusion  des devoirs.

Quand des idées capricieuses sont devenues des préceptes, et que de légères omissions sont appelées de grands crimes, l’esprit qui succombe à la multiplicité de ses obligations ne sait plus auxquelles donner la préférence ; il viole les essentielles par respect pour les moindres ; il substitue la contemplation aux bonnes œuvres, et les sacrifices aux vertus sociales ; la superstition prend la place de la loi naturelle, et la peur du sacrilège conduit à l’homicide. […]
Dès qu’un zèle barbare a fait un devoir du crime, est-il rien d’inhumain qu’on ne tente ? Ajoutez à toute la férocité des passions, les craintes d’une conscience égarée, vous étoufferez bientôt les sentiments de la nature.
Un homme qui se méconnait lui-même au point de se traiter cruellement, et de faire consister l’esprit de pénitence dans la privation et l’horreur de ce qui a été fait pour l’homme, ne ramènera-t-il pas son père à coup de bâton dans le désert qu’il avait quittéUn homme pour qui un assassinat est un coup de fortune éternelle, doutera-t-il un moment d’immoler celui qu’il appelle l’ennemi de Dieu et de son culte ? […] Que pensez-vous de cela ?

4/   Dans l’usage des peines diffamantes, parce que la perte de la réputation entraîne bien des maux réels. Les révolutions doivent être plus fréquentes ou les abus affreux, dans les pays où tombent ces foudres invisibles qui rendent un Prince odieux à tout son peuple. mais heureusement il n’y a que ceux qui n’en sont pas frappés, qui les craignent ; car un Monarque n’a pas toujours la faiblesse de subir le châtiment des esclaves pour redevenir Roi.

5/   Dans l’intolérance d’une religion à l’égard des autres, ou d’une secte entre plusieurs de la même religion, parce que toutes les mains s’arment contre l’ennemi commun. La neutralité même n’a plus lieu avec une puissance qui veut  dominer, et quiconque n’est pas pour elle, est contre elle. Or, quel trouble n’en doit-il pas résulter ? La paix ne peut devenir générale et solide que par la destruction du parti jaloux ; car si cette branche venait à ruiner toutes les autres, elle serait bientôt en guerre avec elle-même ; ainsi le qui vive (7) ne cessera qu’après elle.
L’intolérance qui prétend mettre fin à la division, doit l’augmenter nécessairement. Il suffit qu’on ordonne à tous les hommes de n’avoir qu’une façon de penser, dès-lors chacun devient enthousiaste de ses opinions, jusqu’à mourir pour leur défense.
Il s’ensuivrait de l’intolérance, qu’il n’y a point de religion faite pour tous les hommes ; car l’un n’admet pas de savant, l’autre point de Rois ; l’autre pas un riche ; celle-là rejette les enfants ; celle-ci les femmes ; telle condamne le mariage, et telle le célibat. […]

 

p. 198
6/   Dans la persécution. 

Elle naît essentiellement de l’intolérance. Si le zèle a fait quelquefois des persécuteurs, il faut avouer que la persécution a fait encore plus de zélateurs. À quel excès ne se portent pas ceux-ci, tantôt contre eux-mêmes, bravant les supplices ; tantôt contre leurs tyrans, prenant leurs places, et ne manquant jamais de raisons pour courir tour à tour au feu et au sang ?
Il courut dans les XIème siècle un fléau, miraculeux, selon le peuple, qu’on appela la maladie des ardents ; c’était une espèce de feu qui dévorait les entrailles.

Tel est le fanatisme, cette maladie de religion, qui porte à la tête, et dont les symptômes sont aussi différents que les caractères qu’elle attaque.
Dans un tempérament flegmatique, elle produit l’obstination qui fait les zélateurs ; dans un naturel bilieux, elle devient une frénésie qui fait les sicaires (8), nom particulier aux fanatiques d’un siècle, et qu’on peut étendre à toute l’espèce divisée en deux classes.

La première ne fait que prier et mourir ; la seconde veut régner et massacrer ; ou peut-être est-ce la même fureur qui, dans toutes les sectes, fait tour-à-tour des martyrs et des persécuteurs, selon le temps.  »

… 
_____________________________________________________

 

1   Cf. Dans L’esprit de l’ Encyclopédie,  Fanatisme   pp.171-211.
ou choix des articles les plus curieux, les plus agréables, les plus piquants, les plus philosophiques de ce grand dictionnaire par Joseph de La Porte. 

2   Cf. XVIII ème siècle   DIDEROT  Collection Lagarde et Michard

Dans un article d’octobre 2018 :
Lycée : des nouveaux programmes sous influence réac

le journal Libération  – qui ne serait pas réac car juste « de gauche » !-  évoquait pour ces nouveaux programmes
des matières sensibles (histoire, français, sciences économiques et sociales) avec Viviane Youx,  une  » vision très chronologique de type  Lagarde et Michard » (sic !)  et Denis Paget y voyait aussi  « une hausse du niveau d’exigence (?) et une survalorisation de l’aspect chronologique  » (re sic) !

 

3  Cf. Alexandre Deleyre    (Wikipédia) 

4    Superstition :  Sentiment de vénération religieuse fondé sur la crainte ou l’ignorance, par lequel on est souvent porté à se former de faux devoirs, à redouter des chimères, et à mettre sa confiance dans des choses impuissantes.  Littré  pp. 6110-6111.

*   Expiation  : Cérémonie religieuse en vue d’apaiser la colère céleste. Littré p. 2332.

5    L’Alcoran  : Le livre qui contient la loi de Mahomet. Littré p.153.

6    Imposteur :  Celui qui impose, qui trompe  –
[Mahomet]  Imposteur à La Mecque, et prophète à Médine  /Voltaire fanatisme I 1   Littré p. 3128.

7    Qui – vive : Terme de guerre.  Cri d’une sentinelle, d’une patrouille, etc. qui entend du bruit, aperçoit une personne ou une troupe. Littré p.5163.

8     Sicaire : Assassin gagé. Littré p. 5889.

_______________________________________________________________ 

2 avril 1871 : Décret de la séparation de l’Eglise et de l’Etat

  1er août 2011 –  22 octobre 2020  –        2 – 24 – 26- 29 avril 2021


Cette page a été mise en avant le 22 octobre 2020 :
En hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, décapité au nom du dieu de l’islam
[VII ème siècle de notre ère], devant son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le vendredi 16 octobre 2020.
En hommage à
tous les enseignants qui  luttent, depuis des années, jour après jour, dans leur établissement scolaire, contre la subversion islamique dont la violence atteint désormais l’insoutenable.
________________________

Et cette page est encore mise en avant, ce 2 avril 2021, pour rendre hommage 150 ans plus tard,  à l’extraordinaire lucidité  du Conseil de la Commune, qui décréta, le 2 avril 1871 la séparation de l’Église et de l’État.

 

                                                                   24 –  26 avril 2021

Qu’attend  « la République-en-marche »  de M. Macron pour décréter  à son tour, en 2021, la séparation de la « Mosquée des terroristes » et de notre État laïc ?
Jusqu’à quand la République française sera-t-elle livrée
AUX TUEURS  ISLAMISTES des DÉFENSEURS  de la LAÏCITÉ ?
Mais  Jupiter- Macron ne songe qu’à sa gloire, et plutôt que de se battre pour notre laïcité, il veut donner son nom à un futur « musée du terrorisme »  dans lequel, jour après jour, s’allongera la liste des victimes innocentes.        
l’Histoire en marche ne retiendra de lui que la lâcheté d’un incapable.
Le vendredi 23 avril 2021, Stéphanie Monfermé, la dernière victime innocente, a été sauvagement assassinée au couteau et au cri d’allah akbar, par Jamel Gorchene, dans le commissariat de Rambouillet (Yvelines).
____________________________________________________

                  Qui furent ceux qui composèrent le gouvernement de la Commune de Paris, gouvernement  qui dura à peine le temps du Printemps 1871, du 28 mars au 28 mai  ?

Edmond de Goncourt écrivait dans son  « Journal »  qu’il n’en connaissait  aucun, et les méprisait tous, avec le dédain de l’aristocrate. En effet, dans quels salons de la « bonne société » du Faubourg Saint-Germain, aurait-il pu rencontrer ces élus républicains ?

              Eugène Varlin – ouvrier relieur-,  Charles Gérardin – comptable -,
Louis Chalain – tourneur en bronze-,  ou Benoît Malon – ouvrier teinturier- élus du 17ème arrondissement ( Batignolles-Monceau) ?
Auguste Blanqui  – fils de sous-préfet mais ayant surtout fréquenté  les prisons du royaume et de l’empire pendant 33 ans – ,  Albert Theisz – ouvrier ciseleur sur bronze-,
Simon Dereure – cordonnier-, Jean-Baptiste Clément – poète et chansonnier-
Théophile Ferré – clerc d’avoué -, ou  Auguste Vermorel – homme de lettres, journaliste- élus du 18ème arrondissement ( Butte-Montmartre) ?
ou encore Jules Bergeret – correcteur d’imprimerie -, Gabriel Ranvier – ouvrier décorateur -,
et Gustave Flourens – biologiste, Professeur au Collège de France  -élus du 20ème arrondissement ( Ménilmontant)  ? … etc…

Comment en effet, M. de Goncourt aurait-il pu croiser Eugène Varlin ou Benoît Malon « au fond de la courette du 44 rue des Gravilliers dans le 3ème arrondissement, au cœur du vieux Paris des artisans, dans un atelier de quatre mètres de long sur trois mètres de large », dans ce qui fut le premier bureau de la  Commission parisienne de l’Association Internationale des Travailleurs  appelée la Première Internationale ?

 

Mais revenons au  28 mars 1871,  jour de la proclamation de la Commune,  jour de fête,  où l’on pensa que la guerre civile venait d’être évitée grâce au verdict du suffrage universel.


Jules Vallès
(élu du 15ème arrondissement -Vaugirard) l’a décrit  avec  fougue et  lyrisme :
« Quelle journée ! Ce soleil tiède qui dore la gueule des canons, cette odeur de bouquets, le frisson des drapeaux ! Le murmure de cette Révolution qui passe tranquille et belle comme une rivière bleue, ces tressaillements, ces lueurs, ces fanfares de cuivre, ces reflets de bronze, ces flambées d’espoirs, ce parfum d’honneur, il y a là de quoi griser d’orgueil et de joie l’armée victorieuse des Républicains ! »

Pendant ce temps-là,  Adolphe Thiers et son gouvernement dit de«  Défense nationale » n’avaient d’autre intention que de livrer Paris aux Prussiens. Nommé commandant en chef de l’armée versaillaise, Mac-Mahon réorganisait une armée de 170 000 hommes, aidé en cela par Bismarck qui libérait les prisonniers.

La bourgeoisie d’affaires  avait alors un leitmotiv qui rappelle lugubrement celui  de 1936 : « Plutôt Hitler que le front populaire »  ; celle de 1871 proclamait : « Plutôt les Prussiens et perdre l’Alsace et la Lorraine, que les Communards ! »  De chaque crise, de chaque guerre qui anéantit  les pauvres, l’internationale capitaliste sort toujours victorieuse et féconde.

 

          ___________________

 ♣  C’est pourquoi, dans la confusion du  débat actuel sur la défense de la laïcité,  pour retrouver les fondamentaux de notre République si chèrement acquis dans le sang des Républicains de 1789, de1830, de 1848 et de 1871,   il faut se souvenir du 2 avril 1871 – alors que commençait le second siège de Paris ordonné par  Thiers, quand retentissaient « les premiers coups de canon tirés par Vinoy sur les banlieues et quartiers périphériques. » 

      

    ♣ Il faut se souvenir de ce jour où « le Conseil de la Commune
présidé par Gustave Lefrançais ( instituteur-  élu du 4ème arrondissement – Hôtel de Ville), vota  à l’unanimité, un décret séparant l’Église et l’État.

Il comportait quatre « considérants ».
Deux sur quatre de ces considérants se référaient à la notion de liberté. Ils stipulaient que le premier des principes est la liberté et que la liberté de conscience est la première des libertés.
Le troisième considérant s’attaquait au budget des cultes, qualifié de contraire au principe, puisqu’il impose les citoyens contre leur propre foi.
Le quatrième accusait le clergé d’avoir été le complice de la monarchie contre la liberté. A chacun de ces considérants correspondait dans le corps du décret un article
.

          Ces quatre articles se lisaient comme suit :

« Article premier. –  L’Église est séparée de l’État.

Art. 2. –  le budget des cultes est supprimé.

Art. 3. – Les biens dits de mainmorte, appartenant aux congrégations religieuses, meubles et immeubles, sont déclarés propriété nationale.

Art. 4.-  Une enquête sera faite immédiatement sur ces biens pour en constater la nature et les mettre à la disposition de la nation.

Ce faisant, les élus de la Commune n’innovaient pas : ils revenaient aux sources de la Révolution française.» 

_____________________                                

 Sources :

Eugène Varlin Militant ouvrier, révolutionnaire et Communard
Jean Bruhat Éditeurs Français Réunis 1975

  Grande histoire de la Commune  Georges Soria  (Introduction de Henri Guillemin) éditions Robert Laffont pour le Livre Club Diderot  1970

  Jules Vallès  Le Cri du Peuple Mardi 28 mars 1871
Œuvres complètes tome III Livre Club Diderot 1969

Cf. par L’ingénue  :
Page publiée le 23 mars 2011 pour le 140 ème anniversaire de la Commune :
Victor Hugo et Garibaldi  Mars-Avril 1871

et aussi  par L’ingénue :
Page  1er août  2011 
et   21 mai 2021
Il y a 150 ans, le 21 mai 1871 commençait « La Semaine sanglante »  :
Du 2 avril au 28 mai 1871, la guerre civile sous les yeux des Prussiens

___________________________________________________

 VOIR  (jusqu’au 19/08/2021) sur ARTE.fr Les damnés de la Commune 
  un film remarquable de Raphaël Meyssan  (2019).

_______________________

22 octobre 2020

      Mais la suite de  l’Histoire de France a donné raison aux Communards .  .  .

Le  30 août 1871, l’Assemblée qui s’est proclamée constituante nomme Thiers  président de la République. Il démissionnera  en mai 1873, pour laisser la place à Mac-Mahon.

Et le 30 janvier  1875, avec le vote de l’amendement Wallon, est créée la troisième République.

Mais début 1876, les élections législatives annoncent la victoire des républicains.
Mac-Mahon dissout l’Assemblée nationale en juin 1877, mais les nouvelles élections législatives redonnent la victoire aux républicains !

En 1879, Mac-Mahon démissionne ;  Jules Grévy est élu président de la République.

        –   En juillet 1880 : amnistie pour les Communards

        –  En  1881 est formé le ministère Jules Ferry, qui institue la gratuité de l’enseignement primaire.
La loi Ferry est parachevée en 1882  en instituant l’école primaire obligatoire et laïque. 

Le 9 décembre 1905 est votée la loi de séparation de l’Église et de l’État. Fin du régime concordataire de 1801 voulu par Bonaparte et Pie VII.

____________________________________

Cf. PROFS Les sacrifiés de la laïcité  –  Hors-Série de Charlie Hebdo
60 témoignages d’enseignants sur l’état de l’école républicaine.
avril-mai 2018
__________________________    

Jetons un coup d’œil sur le climat du XVIIIème siècle !

12 août 2020

Ce que j’ai appelé dans la note précédente  « la Grande Peur climatique » pour ce XXIème siècle, n’a  aucune concordance avec ce que les contemporains des journées révolutionnaires avaient appelé « la Grande Peur » en 1789.

Cette Grande Peur  révolutionnaire avait eu  « six paniques  originelles : en Franche-Comté, à la suite de la révolte agraire, en Champagne, dans le Beauvaisis, dans le Maine, dans la région de Nantes, dans celle de Ruffec,  (donnant) naissance à des courants de peur qui se propagèrent rapidement et touchèrent la plus grande partie de la France, du 20 juillet au 6 août 1789. »(1)

On en trouve la source dans la grande misère paysanne
après tant d’années de famines
, celle qui fut si bien décrite dans Les Cahiers du Tiers État, que Jean Jaurès jugeait  « admirables d’ampleur, de vie,  de netteté et d’unité. (…) Des rochers brûlés de Provence où les pauvres habitants des campagnes travaillent à des travaux de sparterie maigrement payés, aux côtes de Bretagne, où les pauvres laboureurs disputent à l’avidité seigneuriale les goémons apportés par la tempête et laissés par le reflux ; (…) aux serfs de Saint-Claude, qui ne peuvent se marier sans le consentement de l’abbaye ; (…), toutes les variétés de la vie sociale éclatent dans les Cahiers : mais surtout, c’est l’unité du mouvement qui est admirable. Partout les mêmes problèmes sont posés et partout ils reçoivent les mêmes solutions. » (2)
… Pour ajouter « De même qu’à Paris dans les journées de péril qui précédèrent le 14 juillet, la bourgeoisie révolutionnaire sut armer ses milices contre les régiments de la cour et désarmer les hommes qui lui paraissaient menaçants pour la propriété, de même dans la campagne, le Tiers État rural s’organise à la fois pour protéger contre toute agression la propriété paysanne et pour abattre la féodalité. » (3)

 

C’est pourquoi il m’a semblé utile pour notre réflexion citoyenne, au sujet de l’autre « Grande Peur climatique du XXIème siècle », de consulter  le tableau des  Épidémies et famines en France (4), fruit de patientes recherches dans les archives, et figurant dans le Cercle Généalogique Lorrain d’ Île-de-France.  

S’il apparaît, que  ces deux « Grandes Peurs » ont des causes différentes, le tableau climatique nous décrit un climat en France, du  XVIème au XIXème siècle, avec de nombreux épisodes d’hivers rudes, d’inondations,  d’étés caniculaires et les longues sécheresses,  tout cela ayant, en plus des servitudes et des conditions de vie si précaires, des conséquences  catastrophiques de famines et d’épidémies sur la population rurale. 

Parmi eux, le bulletin météorologique du XVIIIème siècle de 1740 à 1800 est l’un des plus sombres.

Sous Louis XV :
« Le 26 décembre 1740, grave inondation à Paris, l’hiver fut très froid avec deux mois de fortes gelées ;  famine, grande misère pain d’orge et d’avoine pour seule nourriture.
L’été fut caniculaire en 1741,   1742,  1743, 1748 , 1749 [grande famine en 1750], idem en 1751 et 1752, 1757, 1759, 1760, 1761, 1762, 1764, 1765 [le 26 août 40° à Paris] [grande famine en 1769 et 1770] 1772, 1773.

Sous Louis XVI (5) et sous le Directoire :

L’été fut encore caniculaire en 1776, 1778, très chaud de 1778 à 1782 [grande famine],   caniculaire en 1783 [avec hiver glacial ], en 1784 et 1785 [ grande sécheresse dans toute la France et en 1787 aussi], en 1788 -1789  [hiver très rigoureux et graves disettes dans la plupart des régions],  caniculaire en 1790- 1791 [grande sécheresse] et en 1793 [très sec – 40° à Valence (Drôme), en 1798 et 1799. »
_____________

    Il apparaît ainsi qu’au XVIIIème siècle, la perturbation du climat était supérieure à celle que nous connaissons  en ce début de XXIème siècle, mais l’on sait déjà  que les Assemblées révolutionnaires (la Constituante, la Législative et la Convention) ont œuvré plus largement au XVIIIème siècle pour la Nation  et « la  justice sociale » que ne le fera  la « Convention citoyenne pour le climat du Père Ubu- Macron «  avatar du grand débat national,  lors des manifestations populaires dites « des Gilets jaunes », auxquelles s’étaient joints les anarchistes fous furieux des Black Bloc (6 ).

Cette  « Convention de 150 membres  « sélectionnés  » dans « la diversité française (sic)« , « tirés au sort » (?) et régentés  par un « Comité de gouvernance », les uns comme les autres ayant été désignés  par le Père Ubu-Macron lui-même,  qui ose encore nous dire, que c’est une « expérience démocratique inédite en France » !

__________________________________________

Source historique :
Histoire socialiste de la Révolution française   Jean Jaurès
Édition revue et annotée par Albert Soboul  Éditions sociales  M . CM . LXVIII .
Tome I . La Constituante 

  1   Chapitre III . Journées révolutionnaires. La Grande Peur .
               Note d’Albert Soboul  d’après Georges Lefebvre  p.437
  2    Chapitre II .  Les élections et les cahiers. Les cahiers du Tiers État  p. 282

  3   Chapitre III .  p.440   Journées révolutionnaires. La Grande Peur .

  4         Cf.  Épidémies et famines en France du XVIII au XIXème siècle
Cercle Généalogique Lorrain d’Île-de-France

5    Source historique :
Cf. Les articles  d’ Emmanuel Le Roy Ladurie sur le site de  Météo France
(
6 mars 2020) :

         “ Une période météorologique hors norme : Le 13 juillet 1788 : un orage prérévolutionnaire »  ; d’après son livre :  Le Roy Ladurie E., 2006 : Histoire humaine et comparée du climat – Disettes et révolutions 1740-1860. Fayard, 145-180.

 et  Le grand hiver 1709  
d’après son livre , 2005 : Histoire humaine et comparée du climat – Canicules et glaciers XIII°-XVIII°. Paris, Fayard, p. 509-518.

__________________________

 6  Pour la petite histoire 

La Convention Citoyenne pour le Climat, c’est quoi ?

♦    Elle a été accueillie au Conseil économique, social et environnemental d’octobre 2019 à juin 2020 ; et chaleureusement reçue par le Père Ubu -Macron dans la verdure de son parc de l’Élysée le 29 juin 2020.

♦    En 2019, le Père Ubu- Macron  a  prélevé  2 millions d’euros  sur le trésor national [dont un million pour les Américains qui se moquent du GIEC,  comme le Père Ubu se moque  du budget de l’AP-HP ! ] pour subventionner le  « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

♦     Sachant que depuis 2001, la République dispose  également :
d’un  Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC)  en liaison avec le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).
auprès duquel  Nicolas Hulot, alors  ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, avait installé en octobre 2017 :
une nouvelle commission spécialisée au sein du Conseil national de la transition écologique (CNTE)
lequel est 
« l’autre instance de dialogue social environnemental en matière de transition écologique et de développement durable ». .  .  ! La commission Hulot ayant vocation à orienter les actions du premier, c’est-à-dire de l’ONERC !

♦       Il ne faudrait pas  oublier non plus que le Père Ubu -Macron a aussi, par sa Cornegidouille, un Conseil Présidentiel de Défense Écologique 
qu’il a réuni le 27 juillet 2020, pour étudier les  propositions qu’il  avait dictées  avec Thierry Pech à ses apprentis conventionnels.

         « Que peut-on attendre du Conseil de défense écologique qui se réunit lundi 27 juillet ? » demande  FranceTVinfo qui  nous donne la réponse :
       « Le Conseil doit valider, entre autres, la création d’un comité à l’environnement et au développement durable dans les établissements scolaires. »
________

  Alors, demande L’ingénue :

Le Père Ubu -Macron et son Conseil de défense écologique savent-ils qu’en ce moment, partout en France, brûlent des bâtiments scolaires ?
Serait-il  aussi venu le temps  de « civiliser » durablement  l’environnement  autour des établissements scolaires, comme dans les écoles, les collèges, les lycées, afin que  revienne le développement durable d’un climat paisible si nécessaire pour les professeurs et si fructueux  pour  les élèves  ?

 _______________________________________________

 

Survol de « l’espace européen de libre circulation »

3-4- 5  juillet  2019   –  *Ajout du 23 juillet 2019

 

     La vérité est tellement cachée par les médias gouvernementaux

 

♠       dans la France-de-la-République-de M. Macron-en -marche

qui se disait être « le serviteur » des Français (1) , après avoir été « sélectionné »  à son tour, en 2014, par le groupe Bilderberg et la banque Rothschild,  pour être  le serviteur de l’Union européenne,
[dont les « Pères fondateurs »,  Monnet et Schuman, furent instrumentalisés par le Département d’État américain, et la Central Intelligence Agency (CIA), et financés par les « dons » des Fondations Ford et Rockefeller »(2)]

♠         et partout ailleurs dans les 27 autres pays de l’espace- européen -de -la- libre -circulation -en -marche  … … … 

            …   qu’il faut aller la chercher sur Europe Israël News

 


            3 juillet 2019 : le lien de ce site vers « you tube » donne  la vidéo d’un migrant parlant allemand et insultant son pays européen d’accueil avec tant de violence haineuse et  d’insultes menaçantes … que j’avais prévenu les cœurs sensibles …
… Depuis la vidéo a disparu …

Et si vous avez une minute, écoutez la conférence :

« Confronter au réel les affirmations sur le climat « du professeur John Christy (Directeur du Earth System Science Center, John R. Christy est professeur distingué en sciences de l’atmosphère et climatologue de l’État de l’Alabama à l’Université de l’Alabama à Huntsville.)    – Paris, 6 mai 2019.

Le professeur John Christy était invité par l’Association francophone des Climato-Réalistes .

⇒    Et l’on pourra suivre également avec intérêt  les conférences du professeur François Gervais qui fait partie du comité scientifique de l’ACR et dont le dernier livre paru en 2018 a pour titre « L’urgence climatique est un leurre »

*La canicule de juin 2019 : une analyse « à froid » 3 juillet 2019 / Usbek
… « De la météorologique au climat…
Cette vague de chaleur fut classique dans sa configuration météorologique : une arrivée d’air très chaud provenant du Sahara apportée par un vent d’altitude résultant d’une dépression sur le proche Atlantique et d’un anticyclone sur le nord de l’Europe. »

_______________________

1 Cf. par L’ingénue : Mac(a)ron Ier était en campagne devant la pyramide 13-14 mai 2017

. . . . . *Dans ce discours du 7 mai 2017,  Mac(a)ron Ier le loyal  ne disait pas comment il avait préparé sa campagne quand, ministre de l’Économie de M. Hollande, il « recevait le Tout-Paris aux frais de Bercy », pour se constituer un carnet d’adresses ». Cf. L’enquête de France Info de Margaux Duguet du 22 juillet 2019.

2   Cf. Philippe de Villiers :  « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu »
Chapitre XII  Les versements  p.169. 

_______________________________

A l’heure de l’élection d’un Parlement européen supranational

25 – 26 mai 2019 –  Épilogue avec  les résultats du 27 mai 2019 

 

Extraits de la conférence de presse à l’Élysée du Président de la République, Charles de Gaulle, le 15 mai 1962, sur les questions européennes (l’Europe était l’Europe des Six). (1) 

« (…)

Il est parfaitement vrai que les propositions de la France ont soulevé deux objections, d’ailleurs, parfaitement contradictoires, quoiqu’elles soient présentées par les mêmes opposants.
Et voici ces deux objections. Ces opposants nous disent :  » Vous voulez faire l’Europe des patries, nous voulons, nous, faire l’Europe supranationale « . Comme s’il suffisait d’une formule pour confondre ensemble ces entités puissamment établies qui s’appellent les peuples et les États.
Et puis, les mêmes opposants nous disent, en même temps : « L’Angleterre a posé sa candidature pour entrer au marché commun. Tant qu’elle n’y est pas, nous ne pouvons rien faire de politique « . Et pourtant, tout le monde sait que l’Angleterre, en tant que grand État, et que nation fidèle à elle-même, ne consentirait jamais à se dissoudre dans quelque utopique construction.

(…)

  Et d’ailleurs, je ne crois pas que l’Europe puisse avoir aucune réalité vivante si elle ne comporte pas la France avec ses Français, l’Allemagne avec ses Allemands, l’Italie avec ses Italiens, etc.
Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure-même où ils étaient respectivement et éminemment italiens, allemands et français
.
Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et qu’ils avaient pensé, écrit en quelque esperanto ou volapük intégré.

Alors, il est vrai que la patrie est un élément humain sentimental et que c’est sur des éléments d’action, d’autorité, de responsabilité qu’on peut construire l’Europe. Quels éléments ? Les États. Car il n’y a que les États qui, à cet égard, soient valables, soient légitimes,
En vérité, on ne peut pas assurer le développement économique de l’Europe sans son union politique. Et à ce sujet, je signale combien est arbitraire une certaine idée qui était apparue dans les débats récents, et qui prétendait soustraire le domaine économique aux réunions de chefs d’État ou de gouvernement, alors que pour chacun d’eux, dans leur pays respectif, c’est là le sujet quotidien et capital.

Je voudrais parler plus spécialement de l’objection de l’intégration. On nous l’oppose en nous disant :
 » Fondons ensemble les six États dans quelque chose de supra national, dans une entité supra nationale. Et ainsi, tout sera très simple et très pratique « .

Cette entité nationale, on ne la propose pas parce qu’elle n’existe pas. Il n’y a pas de fédérateur, aujourd’hui, en Europe, qui ait la force, le crédit et l’attrait suffisants.
Alors, on se rabat sur une espèce d’hybride et on dit :  » Et bien, tout au moins que les six Etats acceptent, s’engagent à se soumettre à ce qui sera décidé par une certaine majorité ».

En même temps, on dit :
 » Il y a déjà six parlements nationaux, une assemblée parlementaire européenne. Il y a même une assemblée parlementaire du conseil de l’Europe qui, il est vrai, est antérieure à la conception des Six et qui, me dit-on, se meurt au bord où elle fut laissée.
Et bien malgré tout cela, élisons un parlement de plus, que nous qualifierons d’européen, et qui fera la loi aux six États « .
Ce sont des idées qui peuvent, peut-être, charmer quelques esprits, mais je ne vois pas du tout comment on pourrait les réaliser pratiquement quand bien même on aurait six signatures au bas d’un papier.

Y a-t-il une France, y a-t-il une Allemagne, y a-t-il une Italie, y a-t-il une Hollande, y a-t-il une Belgique, y a-t-il un Luxembourg qui soient prêts à faire, sur une question importante pour eux au point de vue national et au point de vue international, ce qui leur paraîtrait mauvais parce que ça leur serait commandé par d’autres ?

Est-ce que le peuple français, le peuple allemand, le peuple italien, le peuple hollandais, le peuple belge, le peuple luxembourgeois sont prêts à se soumettre à des lois que voteraient des députés étrangers dès lors que ces lois iraient à l’encontre de leur volonté profonde ?
Ce n’est pas vrai. Il n’y a pas moyen, à l’heure qu’il est, de faire en sorte qu’une majorité puisse contraindre, une majorité étrangère, puisse contraindre des nations récalcitrantes.

Il est vrai que dans cette Europe intégrée, comme on dit, et bien, il n’y aurait peut-être pas de politique du tout. Ça simplifierait beaucoup les choses.
Et puis, en effet, dès lors qu’il n’y aurait pas de France, pas d’Europe, qu’il n’y aurait qu’une politique, et faute qu’on puisse en imposer une à chacun des six États, on s’abstiendrait d’en faire.
Mais alors, peut-être, tout ce monde se mettrait à la suite de quelqu’un du dehors, et qui, lui, en aurait une. Il y aurait peut-être un fédérateur, mais il ne serait pas européen, et ça ne serait pas l’Europe intégrée.
Ce serait tout autre chose de beaucoup plus large et de beaucoup plus étendu avec, je le répète, un fédérateur.
Et peut-être que c’est ça qui, dans quelque mesure et quelquefois, inspire certains propos de tels ou tels partisans de l’intégration de l’Europe. Alors, il vaudrait mieux le dire.

Voyez-vous, quand on évoque les grandes affaires, et bien, on trouve agréable de voler au-dessus du réel. Mais il n’y a pas de formule magique qui permette de construire quelque chose d’aussi difficile que l’Europe unie. Alors, mettons la réalité à la base de l’édifice. (…) »

_______________________________

1   Charles de Gaulle – Paroles publiques – INA

__(transcription de la médiathèque)________________________________

Épilogue

⇒ Avec les deux questions posées  aux Français et leurs réponses :

 1/ pour le Traité de Maastricht, le 20 septembre 1992 :

« Approuvez-vous le projet de loi soumis aux Français par le Président de la République  (F. Mitterrand) autorisant la ratification du traité sur l’Union européenne ? »

Participation haute : 69,7%    oui : 51,04 %    non : 48,96%

 2/ pour le Traité de Rome II, le 29 mai 2005  (J. Chirac, Président de la République)  

« Approuvez-vous le projet de loi qui  autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l’Union européenne  ? »

Participation haute : 69,33%   oui : 45,33 %   non : 54,67 %

Les Français et les Néerlandais ayant rejeté le traité de Rome II, il n’y a pas de « constitution européenne » ; cependant les 27 chefs d’État et de gouvernement signèrent le « traité modificatif »  ou traité de Lisbonne, le 13 décembre 2007.
« En France, une réforme constitutionnelle a été nécessaire pour ratifier le traité, estimé contraire à la Constitution par le Conseil constitutionnel. La loi autorisant la ratification a été promulguée le 13 février 2008″.   (Source  Wikipédia)

Avec « le partage des pouvoirs » législatif et exécutif entre la Commission européenne et le Parlement européen …  

Pouvoir législatif
La Commission européenne dispose du monopole de l’initiative dans le cadre de la procédure législative ordinaire, anciennement appelée codécision et étendue à de nouveaux domaines par le traité de Lisbonne. Elle propose les textes et définit leur base juridique qui détermine la procédure à suivre.

Pouvoir exécutif
Il est du ressort de la Commission européenne, qui est notamment chargée de l’exécution du budget. Par ailleurs, le Conseil exerce une fonction exécutive qu’il délègue dans la plupart des cas à la Commission pour l’exécution des règles européennes. Enfin, c’est le Haut représentant qui est chargé de l’exécution de la PESC (politique étrangère et de sécurité commune).

… … avant et après les élections européennes de ce 26 mai 2019 … …

Source Vie publique.fr

_____________

27 mai 2019 en direct du  Ministère de l’Intérieur  /pour les millions la colonne est trop étroite /

 

Avec un pourcentage de voix si favorable au Président Macron de la République-en-marche , selon les médias du pouvoir qui proclament sa victoire :   22,41 %    

sauf si on le compare au pourcentage de voix moins favorable :                                                                                              77,59  %     !

Mais, on nous l’affirme, MM. Macron et Philippe poursuivront la feuille de route de leur projet-en-marche …

♦ Quant à nos 23 613 48 concitoyens qui ont préféré s’abstenir – en suivant la consigne, chère aux étudiants bourgeois de la Sorbonne, et à leur chef, D. Cohn-Bendit en 1968 : « élection piège à c..s »-,
je leur dirais volontiers  : »abstention piège à c..s » !  
(!) si ma naïve politesse ne me l’interdisait … mais comme ils disaient aussi : « il est interdit d’interdire donc  de m’ interdire (?)…

♦   Mais à eux, comme à nous, les 23 731 252 votants, MM. Macron et Philippe accorderont en gratification, la guérilla urbaine dans nos banlieues, tous les soirs, avec en prime, les émeutes du samedi … 

♠ ⇒ Quant à ceux qui hurleront le samedi, en marchant dans les rues « Suicidez-vous » aux policiers, ils doivent savoir que 39 d’entre-eux se sont suicidés  depuis janvier 2019 -an II de l’ère-de-Macron-en-marche. ♣  
________________________________________________________