Vacances d’hiver sanglantes dans l’Outre-République

Note écrite à la fin des vacances d’hiver de la zone C du 13/02 au 1/03  [Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles] – et publiée le 22 – 24 mars 2021.

 

L’Île-de-France (1) aura connu pendant « les vacances d’hiver 2021 », de la pandémie covid-19, la pire illustration de la non-intégration d’une partie de sa population.

La pandémie aurait-elle décuplé en France, la violence et la haine de cette population adulte « séparatiste- islamiste« , entraînant les plus jeunes, aux  violations des lois républicaines, dans une guérilla urbaine quotidienne ?

Qui sont ces parents  qui lâchent toutes les nuits, en plein couvre-feu, leurs fils de 14 à 18 ans, en sachant que c’est « pour attaquer la police française », en sachant qu’ils vont brûler des voitures, en sachant qu’ils vont lancer des projectiles, pour blesser ou pour tuer, comme aux Mureaux (Yvelines), à Sarcelles (Val d’Oise), à Montereau (Seine-et-Marne) le 25 février 2021 ? ♦ ♦ ♦

 Mais le pouvoir exécutif du quinquennat Macron-Castex-Darmanin-Dupont-Moretti, qui ne travaille qu’à  la préparation de la réélection triomphale du banquier Macron, avait ordonné à ses médias, un traitement a minima (presse, radios et télévisions) sur « l’essentiel », c’est-à-dire, sur « toutes les atteintes à notre paix civile ».

 

Et ce n’est que par bribes, et sans insister, que les rédactions ont cité ce qu’elles appellent  « des faits divers » :

  ♦ 
Le 22 février 2021, à Saint-Chéron ( Essonne ), devant le collège du Pont-de-Bois,  une adolescente de 14 ans a été tuée par un coup de couteau à l’abdomen, en voulant s’interposer. Six suspects mineurs avaient été mis en garde à vue.

Le 23 février 2021, un adolescent de 13 ans a été poignardé à mort devant la piscine, à Boussy-Saint-Antoine (Essonne).
Le syndicat Alliance police nationale de l’Essonne réclame des renforts. « Deux adolescents décédés en 48 heures dans des rixes entre bandes de l’Essonne.
Quand aurons-nous les 200 effectifs manquants ? » (… sur Facebook).

  ♦ Le 24 février 2021, un adolescent de 15 ans a été blessé par balles en pleine rue à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Les collèges et les lycées ont rouvert leurs portes ce lundi 1er mars 2021, et les professeurs ont retrouvé ces mêmes élèves affichant, haut et fort, qu’ils ne sont pas Français, qu’ils veulent rester illettrés et avoir le pouvoir de nuire jour après jour, au calme de la classe, si important pour développer les savoirs et les intelligences ; et qu’ils peuvent même aller jusqu’au meurtre d’un ou d’une élève, ou de plusieurs d’entre-eux, mais aussi de leur(s) professeur(s) , comme ils l’ont fait à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) pour  Samuel Paty.


 ♦
Et c’est à Bondy (Seine-Saint-Denis), que  le 26 février 2021,  deux frères de 17 et 27 ans sont arrivés en scooter, devant la maison de quartier Nelson-Mandela ;  l’aîné est descendu  pour tuer d’une balle dans le thorax, Aymen Kaïd, un adolescent de 15 ans. 
(2)
Cette année, le programme des vacances d’hiver 2021, en Île-de France,  était sanglant :  tuer ou s’entretuer, au couteau ou à l’arme à feu, que les élèves savent manier mieux que le stylo, grâce aux cours du soir « des grands -frères-multirécidivistes- bien connus- des- services- de- police, mais toujours graciés par le ou la juge.

Ce programme semble être ignoré du parquet de Bobigny, qui a indiqué n’avoir « aucun élément sur le contexte ».

« Quel contexte » ?  Peut-être celui qui fabrique  des bandes d’adolescents   armés de couteaux et détenant illégalement des armes à feu, pour assurer la relève de « l’hydre islamiste »  de Mohamed Merah, des frères Kouachi  et de Mickaël Harpon (3) ?

Que penser de notre Justice, quand le parquet de Bobigny [une procureur médaillée, Fabienne Klein-Donati, et un nouveau président Peimane Ghaleh-Marzban] , est  à ce point indifférent  au  « contexte », alors que tous les commissariats de police du département leur communiquent les listes des noms des multirécidivistes, et les lieux de recel  de la pègre des trafiquants de stupéfiants et d’armes de guerre  pour « l’hydre islamiste » ?

Au parquet de Bobigny, on attend la rénovation du bâtiment.
« Le contexte
inconnu (?) » attendra encore des années, dans la poussière des archives du tribunal. 

 _______________________________

1 L’Île-de-France si joliment nommée comprend sept départements :  Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Val-d’Oise.


2        27.02.2021 francetvinfo.fr 
Les informations suivantes sont issues de ce lien francetvinfo.fr, qui ne correspond plus maintenant à ce que j’avais noté, à savoir :
« L’adolescent tué fréquentait les points de vente de « stups » des quartiers nord de Bondy.
( … )  Selon nos informations, il s’agit de deux demi-frères âgés de 17 et 27 ans », précise le journaliste Thomas Cuny, en direct du commissariat.
Les deux jeunes sont « tous les deux connus des services de police, le plus jeune, notamment pour des menaces de mort, le second pour de nombreux faits allant de l’extorsion au trafic de drogues, en passant par la possession d’armes », indique Thomas Cuny.  »

Extraits du discours du 8 octobre 2019 du président Macron, à la Préfecture de police de Paris, en hommage aux quatre victimes :

 
« (…) Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer. (?) (…)
Face au terrorisme islamiste nous mènerons le combat sans relâche. (?) (…)

L’administration seule et tous les services de l’État (?) ne sauraient venir à bout de l’hydre islamiste (?).
Non (?) c’est la Nation tout entière qui doit s’unir, se mobiliser, agir.
Nous ne l’emporterons que si notre pays  qui est venu à bout de tant et tant d’épreuves dans l’histoire se lève pour lutter contre cet islamisme souterrain qui corrompt les enfants de France. (?) (…)

  Il nous revient de retrouver la force des vertus républicaines (?) (…) »

 L’ (?) :
M. Macron,  « chef du renseignement français », celui qui prenait le contrôle de la lutte antiterroriste en 2017, ne retrouvant plus « la
force des vertus républicaines »  …  nous demanderait-il – à nous, la Nation,  de « venir à bout de l’hydre islamiste »?  

 « L’hydre islamiste » qui depuis trop  longtemps nous égorge,

                           est  bien notre prochaine Bastille !

_____________________________

 L’  Pour tous les « faits divers tragiques » des vacances scolaires en Île-de-France, ainsi que toutes les attaques de commissariats : Source : Actu 17. fr  YC [ février 2021].

________________________________________________________

2 avril 1871 : Décret de la séparation de l’Eglise et de l’Etat

  1er août 2011 -22 octobre 2020- 2 avril 2021


Cette page a été mise en avant le 22 octobre 2020.
En hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, décapité au nom du dieu de l’islam
[VII ème siècle de notre ère], devant son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine,  le vendredi 16 octobre 2020 ;
En hommage à
tous les enseignants qui  luttent, depuis des années, jour après jour, dans leur établissement scolaire, contre la subversion islamique dont la violence atteint désormais l’insoutenable.
________________________

Et cette page est encore mise en avant, ce 2 avril 2021, pour rendre hommage 150 ans plus tard,  à l’extraordinaire lucidité  du Conseil de la Commune,  qui décréta, le 2 avril 1871,  la séparation de l’Église et de l’État.
 Qu’attend « la République-en-marche »  de M. Macron pour décréter  à son tour, en 2021, la séparation de la « Mosquée des terroristes » et de notre État laïc ?
 Jusqu’à quand la République française sera-t-elle livrée AUX TUEURS  ISLAMISTES des défenseurs de la laïcité  ?
____________________________________________________

                  Qui furent ceux qui composèrent le gouvernement de la Commune de Paris, gouvernement  qui dura à peine le temps du Printemps 1871, du 28 mars au 28 mai  ?

Edmond de Goncourt écrivait dans son  « Journal »  qu’il n’en connaissait  aucun, et les méprisait tous, avec le dédain de l’aristocrate. En effet, dans quels salons de la « bonne société » du Faubourg Saint-Germain, aurait-il pu rencontrer ces élus républicains ?

              Eugène Varlin – ouvrier relieur-,  Charles Gérardin – comptable -,
Louis Chalain – tourneur en bronze-,  ou Benoît Malon – ouvrier teinturier- élus du 17ème arrondissement ( Batignolles-Monceau) ?
Auguste Blanqui  – fils de sous-préfet mais ayant surtout fréquenté  les prisons du royaume et de l’empire pendant 33 ans – ,  Albert Theisz – ouvrier ciseleur sur bronze-,
Simon Dereure – cordonnier-, Jean-Baptiste Clément – poète et chansonnier-
Théophile Ferré – clerc d’avoué -, ou  Auguste Vermorel – homme de lettres, journaliste- élus du 18ème arrondissement ( Butte-Montmartre) ?
ou encore Jules Bergeret – correcteur d’imprimerie -, Gabriel Ranvier – ouvrier décorateur -,
et Gustave Flourens – biologiste, Professeur au Collège de France  -élus du 20ème arrondissement ( Ménilmontant)  ? … etc…

Comment en effet, M. de Goncourt aurait-il pu croiser Eugène Varlin ou Benoît Malon « au fond de la courette du 44 rue des Gravilliers dans le 3ème arrondissement, au cœur du vieux Paris des artisans, dans un atelier de quatre mètres de long sur trois mètres de large », dans ce qui fut le premier bureau de la  Commission parisienne de l’Association Internationale des Travailleurs  appelée la Première Internationale ?

 

Mais revenons au  28 mars 1871,  jour de la proclamation de la Commune,  jour de fête,  où l’on pensa que la guerre civile venait d’être évitée grâce au verdict du suffrage universel.


Jules Vallès
(élu du 15ème arrondissement -Vaugirard) l’a décrit  avec  fougue et  lyrisme :
« Quelle journée ! Ce soleil tiède qui dore la gueule des canons, cette odeur de bouquets, le frisson des drapeaux ! Le murmure de cette Révolution qui passe tranquille et belle comme une rivière bleue, ces tressaillements, ces lueurs, ces fanfares de cuivre, ces reflets de bronze, ces flambées d’espoirs, ce parfum d’honneur, il y a là de quoi griser d’orgueil et de joie l’armée victorieuse des Républicains ! »
 

Pendant ce temps-là,  Adolphe Thiers et son gouvernement dit de«  Défense nationale » n’avaient d’autre intention que de livrer Paris aux Prussiens. Nommé commandant en chef de l’armée versaillaise, Mac-Mahon réorganisait une armée de 100 000 hommes, aidé en cela par Bismarck qui libérait les prisonniers.

La bourgeoisie d’affaires  avait alors un leitmotiv qui rappelle lugubrement celui  de 1936 : « Plutôt Hitler que le front populaire »  ; celle de 1871 proclamait : « Plutôt les Prussiens et perdre l’Alsace et la Lorraine, que les Communards ! »  De chaque crise, de chaque guerre qui anéantit  les pauvres, l’internationale capitaliste sort toujours victorieuse et féconde.

 

          ___________________

 ♣  C’est pourquoi, dans la confusion du  débat actuel sur la défense de la laïcité,  pour retrouver les fondamentaux de notre République si chèrement acquis dans le sang des Républicains de 1789, de1830, de 1848 et de 1871,   il faut se souvenir du 2 avril 1871 – alors que commençait le second siège de Paris ordonné par  Thiers, quand retentissaient « les premiers coups de canon tirés par Vinoy sur les banlieues et quartiers périphériques. » 

      

    ♣ Il faut se souvenir de ce jour où « le Conseil de la Commune
présidé par Gustave Lefrançais ( instituteur-  élu du 4ème arrondissement – Hôtel de Ville), vota  à l’unanimité, un décret séparant l’Église et l’État.

Il comportait quatre « considérants ».
Deux sur quatre de ces considérants se référaient à la notion de liberté. Ils stipulaient que le premier des principes est la liberté et que la liberté de conscience est la première des libertés.
Le troisième considérant s’attaquait au budget des cultes, qualifié de contraire au principe, puisqu’il impose les citoyens contre leur propre foi.
Le quatrième accusait le clergé d’avoir été le complice de la monarchie contre la liberté. A chacun de ces considérants correspondait dans le corps du décret un article
.

          Ces quatre articles se lisaient comme suit :

« Article premier. –  L’Église est séparée de l’État.

Art. 2. –  le budget des cultes est supprimé.

Art. 3. – Les biens dits de mainmorte, appartenant aux congrégations religieuses, meubles et immeubles, sont déclarés propriété nationale.

Art. 4.-  Une enquête sera faite immédiatement sur ces biens pour en constater la nature et les mettre à la disposition de la nation.

Ce faisant, les élus de la Commune n’innovaient pas : ils revenaient aux sources de la Révolution française.» 

_____________________                                

 Sources :

Eugène Varlin Militant ouvrier, révolutionnaire et Communard
Jean Bruhat Éditeurs Français Réunis 1975

  Grande histoire de la Commune  Georges Soria  (Introduction de Henri Guillemin) éditions Robert Laffont pour le Livre Club Diderot  1970

  Jules Vallès  Le Cri du Peuple Mardi 28 mars 1871
Œuvres complètes tome III Livre Club Diderot 1969

Cf. par L’ingénue    Victor Hugo et Garibaldi  Mars-Avril 1871

___________________________________________________

 VOIR  (jusqu’au 19/08/2021) sur ARTE.fr Les damnés de la Commune 
  un film remarquable de Raphaël Meyssan  (2019).

_______________________

22 octobre 2020

      Mais la suite de  l’Histoire de France a donné raison aux Communards .  .  .

Si le 30 août 1871, l’Assemblée qui s’est proclamée constituante nomme Thiers  président de la République, ce dernier démissionne en mai 1873, pour laisser la place à Mac-Mahon.

Et le 30 janvier  1875, avec le vote de l’amendement Wallon, est créée la troisième République.

Début 1876, les élections législatives annoncent la victoire des républicains.
 Mac-Mahon dissout l’Assemblée nationale en juin 1877, mais les nouvelles élections législatives redonnent la victoire aux républicains !

En 1879, Mac-Mahon démissionne ;  Jules Grévy est élu président de la République.

        –   En juillet 1880 : amnistie pour les Communards

        –  En  1881 est formé le ministère Jules Ferry, qui institue la gratuité de l’enseignement primaire.
La loi Ferry est parachevée en 1882  en instituant l’école primaire obligatoire et laïque. 

Le 9 décembre 1905 est votée la loi de séparation de l’Église et de l’État. Fin du régime concordataire de 1801 voulu par Bonaparte et Pie VII.

____________________________________

Cf. PROFS Les sacrifiés de la laïcité  –  Hors-Série de Charlie Hebdo
60 témoignages d’enseignants sur l’état de l’école républicaine.
avril-mai 2018
__________________________    

Le communautarisme séparatiste est un déni de notre laïcité

 30 septembre -1er octobre 2020

 

  Alors que nous traversons des années terribles d’attentats, de guérillas et de destructions urbaines permanentes, d’incendies effroyables, ajoutés aux drames sociaux et familiaux dus à la pandémie, M. Macron louvoie avec « le séparatisme », sa dernière trouvaille pour masquer le vrai sens de la loi de 1905, notre plus belle loi laïque  sur la séparation des Églises et de l’État.

Le président Macron semble n’avoir d’oreille que pour M. Mohamed Moussaoui, l’actuel président du CFCM, qui exigeait en 2009, à Strasbourg, « 
l’extension du droit concordataire à l’islam en Alsace-Moselle » ; alors que la République française ferait mieux de supprimer enfin cette verrue  contradictoire à l’esprit de la loi du 9 décembre 1905.

   ♠ Nul dogme, nulle religion n’a le droit d’infliger aux citoyens et aux citoyennes des privations d’accès aux lois de liberté, [dont la liberté de penser et la liberté d’expression]d’égalité et de fraternité.
Les femmes et les hommes ayant tous et toutes [quelque soit leur religion ou leur absence de religion], les mêmes droits [y compris l’éducation, la culture et le sport]
et les mêmes devoirs.

  ♠ Nulle religion n’a le droit de laisser ses adeptes prendre des armes et des explosifs contre les citoyens et les citoyennes de notre pays, pour les tuer au nom de son dieu.
      La loi de 1905 doit s’appliquer désormais dans sa totalité, sans exception archaïque,  dans toute la France métropolitaine comme dans toute la France d’Outre-mer.

La loi de 1905 est définitivement le pilier de notre nation française et la gardienne de notre paix civile.

_____________________


Mais ce n’est pas « la République-en-marche- de M. Macron »
 qui obtiendra le retour au respect de l’égalité de toutes les femmes (quelque soit leur dieu), alors que le dogme  islamique intégriste et criminel, condamne les musulmanes à disparaître derrière leurs voiles.
[Cf. par L’ingénue, Le magnifique courage de l’Appel des 100 musulman(e)s de France novembre 2019.]

Ce n’est pas « la République-en-marche- de M. Macron », qui réussira à condamner et à expulser les chefs religieux intégristes de l’islam politique, ceux  qui prêchent, avec une  haine chaque jour décuplée,  depuis 30 ans, dans notre pays libre et paisible, « leur guerre sainte » contre nous, et nos écoles laïques, afin d’instituer dans notre République, le noyau d’un futur État islamique.

Ce n’est pas  « la République-en-marche – de M. Macron », qui rétablira dans toutes nos écoles, le calme et l’écoute du professeur, si nécessaires aux apprentissages fondamentaux, puis scientifiques et techniques, pour toute notre jeunesse qui ne demande qu’à  apprendre et qu’ à réussir.

Soyons lucides . . .   en écoutant le prochain  discours de « Macron, le serviteur  jésuite  du séparatisme »   .  .   .

La laïcité est bafouée dans notre pays, depuis des décennies, du retour au financement des écoles privées  de Debré à Mitterrand, avec en prime l’acceptation d’un signe ostentatoire de dogme islamique  dans un collège, aux pillages et aux incendies actuels des écoles laïques, avec désormais des écoles coraniques illégales,  par celles et ceux qui,  au XXI ème siècle, nous « traitant » d’islamophobes,  attisent la haine contre nous, tout en  soutenant les assassins, les réseaux de drogues et la délinquance criminelle.

Ainsi  M. Hadama Traoré, tête de liste  du groupe « Démocratie représentative (islamique) » pour l’élection des représentants français au Parlement européen des 25 et 26 mai 2019,  qui voulait organiser en Seine-Saint-Denis, le 10 octobre 2019, une manifestation « en hommage » à Mickaël Harpon, agent administratif de la direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP) qui avait poignardé quatre policiers et blessé grièvement une cinquième personne, au nom d’allah, le 3 octobre 2019.

______________________________________________
 

Le magnifique courage de l’Appel des 100 musulman(e)s de France

12 –  15 novembre 2019  [après la manifestation du dimanche 10 novembre 2019 dite « contre l’islamophobie des Français ».] 18 – 20 novembre 2019 [après la déclaration du président Macron au Congrès des maires de France.]  Apostille ♠  ♠  21 novembre 2019 [ note 4 ].


Je voudrais tout d’abord saluer et remercier  fraternellement chacun(e) des 100 musulman(e)s qui ont publié cet Appel, le 23 octobre 2019, dans l’hebdomadaire Marianne  (1).

 

                                L’Appel des 100 musulman(e)s de France :

« (.. .) Il nous est apparu urgent à nous autres, Français de culture ou de confession musulmane, humanistes, progressistes et féministes, de prendre la parole publiquement.

Il est grand temps que nos compatriotes sachent que le port du voile ne fait pas l’unanimité chez « les » musulmans. Il ne relève pas du culte, contrairement au jeûne du Ramadan ou aux cinq prières quotidiennes. Il n’est pas un « signe religieux » puisque l’islam réprouve tout fétichisme matériel. L’islam se vit dans le cœur, pas sur la tête. D’ailleurs, « les » musulmans,  cela n’existe pas. Il y a DES musulmans, DES pratiques, DES interprétations, et DES convictions. Ces clivages et oppositions existent depuis le VIIe siècle.

Nous, signataires de ce texte, affirmons haut et fort que le port du voile est le signe ostentatoire d’une compréhension rétrograde, obscurantiste et sexiste du Coran.

Voiler les femmes, c’est stigmatiser leur présence dans l’espace public.
Faire d’elles des citoyennes assignées à la scandaleuse identité de « subordonnées au désir supposé des hommes ».

Or, notre beau pays lutte pour aller vers toujours plus d’égalité entre les sexes. Le sexisme et la diabolisation du corps des femmes sont contraires à nos idéaux.

Les auteurs de « la tribune des 90 » parue dans Le Monde, ont été mus par la volonté de combattre la stigmatisation et l’amalgame. Démarche qui part d’un bon sentiment. Cependant nous affirmons que c’est bien le voile qui stigmatise les femmes.

Nous nous désolons de voir ces 90 Français faire l’amalgame entre « des » musulmans orthodoxes obsédés par le corps des femmes, et « les » musulmans tout court.

LES musulmanes ne portent pas le voile, sachez-le bien. Ce sont DES musulmanes qui le portent. (…) DES musulmanes et DES musulmans qui refusent l’intelligence de la foi, qui refusent d’allier la foi avec l’exercice de la Raison critique. (…)

Nous avons décidé de faire entendre notre voix,  car les événements nous obligent à prendre nos responsabilités. Nous ne pouvons rester spectateurs lointains et désabusés d’un débat qui a tant d’importance. Nous estimons qu’il est de notre devoir de faire savoir à tous nos compatriotes, que la question du voile est un sujet de discorde, à l’intérieur même des écoles juridiques sunnites officielles.

Alors de grâce, soutenez les Françaises et les Français de confession ou de culture musulmane qui se battent contre cette terrible vague néoconservatrice, venue des pays du Golfe arabo-persique, il y a 30 ans.

Ne confondez-plus CES musulmans orthodoxes, qui prônent le sexisme par le port du voile, réflexe bien plus identitaire que religieux, avec tous LES musulmans.» 

[Suivent leurs 100 prénoms et noms. ]
________________________________________________________
   Cet Appel des 100 musulman(e)s de France est aussi fort, aussi courageux qu’émouvant.

      C’est un véritable Appel « Au Secours en urgence », un appel citoyen, face à « la terrible vague » de l’obscurantisme islamique qui s’abat sur nous tous.

      ♦ C’est un Appel courageux face à la déferlante inouïe de haine (2) avec d’intolérables menaces de mort, des propos d’une extrême violence  clamés dans tous les médias, contre celles et ceux qui refusent  les dogmes sexistes  d’un autre âge ; ce sont les mêmes qui ont applaudi au cri d' »allah akbar », le massacre de 13 personnes à Charlie Hebdo, par les frères Kouachi, le 7 janvier 2015.

Et c’est un Appel  émouvant car il nous dit leur vigilance :

      ♦ pour qu’ensemble nous soyons plus puissants, face à cette machine de guerre idéologique du CCIF (Collectif Contre l’islamophobie en France) et créature des Frères musulmans, ces intégristes qui nous accusent, nous, le peuple français « d’islamophobie »(?) pour nous faire peur (?).
Les manifestant(e)s du 10 novembre 2019, qui ont crié CONTRE « l’islamophobie » des Français, ont crié POUR instituer la « charia islamique »- y compris dans les listes électorales municipales (3) et européennes (4), pour verrouiller, pour supprimer, pour interdire notre liberté d’expression.

      ♦ leur vigilance pour qu’ensemble,  nous sauvegardions notre plus que centenaire société républicaine et laïque, fondée sur la paix civile, hors de toute volonté d’hégémonie islamique, se traduisant par des massacres d’innocents, des  incendies monstrueux etc. … en France … depuis le début du XXIe siècle.
  
______________________________________

1 Marianne « Le voile est sexiste et obscurantiste«  : l’appel de 100 musulman(e)s de France  23 octobre 2019

  ⇒  2 Toujours dans Marianne, suite à la parution de cet Appel, « les menaces et les pressions se multiplient sur les signataires, surtout les femmes, et souvent de personnes qui s’apprêtent à manifester contre « l’islamophobie ». Cf. Samuel Piquet  Insultées, harcelées, menacées : le calvaire des musulmanes qui ont signé la tribune contre le voile. 7.11.2019

⇒  La Une de CHARLIE HEBDO   n° 1423 30.10.2019 Par RISS
 

M. Macron a rejeté cyniquement l’Appel citoyen des 100 musulman(e)s de France, dès le lendemain 24 octobre 2019, à La Réunion.
M. Macron, son gouvernement et ses élus ne veulent plus de notre laïcité républicaine, inscrite dans notre Constitution. Ils veulent se soumettre aux ordres des tueurs salafistes pour instituer  – comme l’écrit RISS : « une République islamique en marche ». Et pour cela,  en plus des milliers de fichés S , ils auront le renfort des centaines de djihadistes français de l’État islamique [Syrie- Irak] qu’ils sortent de prison.


3
 
le  président Macron est favorable aux listes communautaristes. Il l’a encore confirmé devant le Congrès des maires de France le 19 novembre 2019.
 
4    
Cf. Arrêté du 3 mai 2019 :
Liste 6 : Démocratie représentative » de M. Hadama Traoré, liste candidate à l’élection des représentants au Parlement européen des 25 et 26 mai 2019.
  Il faut savoir que le même Hadama Traoré voulait organiser en Seine-Saint-Denis, le 10 octobre 2019, une manifestation « en hommage » à Mickaël Harpon, agent administratif de la direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP) qui avait poignardé quatre policiers et blessé grièvement une cinquième personne, au nom d’allah, le 3 octobre 2019.

Apostille 

   Extraits du discours du 8 octobre 2019 du président Macron, à la Préfecture de police de Paris, en hommage aux quatre victimes :


       « (…) Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer. (…) Face au terrorisme islamiste nous mènerons le combat sans relâche. (…)
L’administration seule et tous les services de l’Etat ne sauraient venir à bout de l’hydre islamiste. Non c’est la Nation tout entière qui doit s’unir, se mobiliser, agir.
  Nous ne l’emporterons que si notre pays  qui est venu à bout de tant et tant d’épreuves dans l’histoire se lève pour lutter contre cet islamisme souterrain qui corrompt les enfants de France. (…)
  Il nous revient de retrouver la force des vertus républicaines (…) contre ceux qui veulent menotter la liberté, les femmes (…).»

[Il oublie que c’est lui qui s’était institué en juin 2017 , « chef du renseignement français, celui qui prenait le contrôle de la lutte antiterroriste ».] source JDD 11.06.2017 

______ 

                                     

M. Macron,  faites ce que vous dites dans vos discours  !

         Quand  combattrez-vous avec nous, citoyens laïques  (croyant aux dieux ou n’y croyant pas)  ? Nous, qui avons « la force des vertus républicaines (…) contre  ceux qui veulent menotter la liberté, les femmes » (…) ?

         Quand direz-vous à toutes les organisations islamiques  de France, que les femmes n’ont jamais subi dans notre beau pays, en France,  les interdits  que « l’hydre islamiste »  leur impose  partout dans le monde ?

           Quand leur ferez-vous comprendre que l’École publique ne reçoit aucun ordre des islamistes intégristes pour établir ses programmes  et que ce sont les mêmes, pour les filles et les garçons – y compris pour les sports ?

Quand   aurez-vous le courage de lire et de comprendre  l’Appel des 100 musulman(e)s de France ?

__________________________________________

Lire ou relire la note de L’ ingénue  (12-18 mars 2019) :
Humour noir … et sombre perspective pour les musulmanes

TV France 5 – Vidéo C à vous du 29 janvier 2020 disponible jusqu’au 28 février 2020.

Où l’on retrouve  la même ministre -de- la -Justice-pro-hijab,   Nicole Belloubet, qui renie, le matin du 29 janvier 2020 sur Europe 1,  le droit au blasphème, dans notre République française laïque – en condamnant  la libre  expression  de Mila sur la religion islamique comme étant  » une insulte à la religion, c’est évidemment /dit-elle/ une atteinte à la liberté de conscience. »

Avec Richard Malka (avocat de Mila) et Zineb El Rhazoui journaliste.
_________________________________________________________

 

Ainsi parlait le président Macron du port du voile islamique

27 octobre 2019 / note  complétée le 28 octobre et le 2 novembre 2019 

 

Ainsi parlait le président Macron, le 24 octobre 2019 :

«Le port du voile [islamique] dans l’espace public n’est pas mon affaire ».  

Ainsi faisait-il part de son plaisir à voir en France, comme au Maghreb, comme au Qatar, en Iran ou en Arabie saoudite,  les femmes avec  le voile islamique dans l’espace public, et pire encore avec le hijab (cher à Belattar), le niqab, l’abaya et la burqa – qui sont aussi les préférées des princes saoudiens et des massacreurs talibans.
Il nous disait clairement que la stigmatisation des femmes par l’islam radical n’était pas « son affaire ».

Ainsi parlait  le président Macron pendant son séjour mouvementé dans l’Île de La Réunion ; mais il ajouta  avec le double langage du jésuite  :

«Le port du voile [islamique] dans les services publics, à l’école, quand on éduque nos enfants, c’est mon affaire ».

  On en conclut alors que « la mère au voile islamique » serait  « l’affaire de M. Macron »,  et « l’affaire de M. Blanquer » qui depuis sa nomination en 2007 comme recteur de l’Académie de Créteil, est l’autre spécialiste de l’esquive sur la laïcité.

C’est un fait , la non-neutralité laïque de la mère au voile islamique lui interdit de siéger dans les conseils d’écoles, et les conseils d’administration des collèges et des lycées, comme elle lui interdit d’encadrer des élèves pendant une sortie scolaire (1).

Mais quel message honteux que celui de La Réunion !

Quelle trompeuse argumentation digne de Macron le sophiste,  quand il  ose nous  déclarer que  « l’espace public n’est pas mon affaire », alors que pour bénéficier de tous nos services publics, de tous les commerces etc.,  il faut  circuler dans l’espace public !

Et le premier  de tous nos services publics,
dans l’espace public,

c’est  l’école publique, gratuite, obligatoire et laïque,
telle qu’elle a été promulguée dans le grand souffle républicain
de la III ème République des années 1880-1881-1882.

 

« l’espace public » qui n’est pas « l’affaire de M. Macron » est désormais en France, par la lâcheté des gouvernements depuis les années 1980,
« l’affaire de la charia des frères musulmans et des salafistes » pour nous tuer, pour saccager, pour incendier nos écoles (2), nos usines, nos immeubles, nos églises, nos synagogues …
Leur charia menace notre paix civile, elle est un terrorisme au quotidien.
Mais M. Macron est ailleurs ;  M. Macron plane dans sa sphère mondialiste et dans sa sphère européenne, avec les multi-milliardaires de la planète … qu’il va sauver … avec Greta
(?)… mais sans les scientifiques.

⇒  Avec ses déclarations intempestives,  le président Macron défend l’islam intégriste, la religion la plus humiliante pour les femmes et la plus criminelle sur la planète.

L’histoire retiendra que  « L’affaire de M. Macron » était en cette année 2019, d’afficher sa préférence pour  le haineux Conseil français du culte (sic) musulman (CFCM) et son chef Ahmet Ogras, les pires ennemis de notre laïcité, comme il a osé le faire par sa honteuse démonstration le matin du 7 janvier 2019 (3).

  Son message de La Réunion était clair :

La République-de-Macron-en-marche sera une République -en-marche arrière- vers -l’obscurantisme -et -le terrorisme.

– Il bloquera toute révision laïque de la loi de 1905 qui s’applique déjà  aux religions  chrétienne et juive, et qui désormais, de plein droit souverain de la nation,  devrait s’appliquer intégralement à la religion islamique, afin d’instituer définitivement la laïcité en France,

– Il s’opposera à l’ interdiction et à l’expulsion du territoire français, de tous les imams des mosquées au service des djihadistes, et de toutes les congrégations d’obédience  » frères musulmans » et « salafistes ».

Il se réjouira en voyant la haine pour notre République des hommes de l’islam terroriste, et les laissera rire dans leurs barbes des femmes toujours soumises.  Il est le meilleur ami et le meilleur serviteur de leurs maîtres et mécènes des théocraties du Golfe, en guerre contre notre peuple et notre civilisation démocratique.

C’est ce que M. Macron, appelle « sa vigilance (?) » face à « l’hydre islamiste »dans son discours de la Préfecture de police de Paris, du 8 octobre 2019. (4) 

_________________________________________________

Dixit M. Macron, le 24 octobre 2019 : «  (…) à l’école, quand on éduque nos enfants, c’est mon affaire. » 
Justement, MM. Macron et Blanquer devraient savoir depuis longtemps, au sujet du port du voile islamique des accompagnatrices, que
les sorties scolaires qui sont organisées par les enseignants pour leurs élèves, le sont dans le cadre strictement pédagogique du programme scolaire de l’enseignement public.

 

   ♦   voir le débat sur LCI du 21.10.2019 avec Zineb El-Rhazoui et Jordan Bardella  [face à des journalistes hostiles et excités,  qui  les interrompent sans cesse, car ils ont pris cette mauvaise habitude depuis 2017, depuis la fameuse campagne électorale pour M. Macron.]
⇒  Les médias du pouvoir -en -marche ne  respectent plus la liberté de parole laïque.

2   Le soir du 31 octobre 2019, le collège Katia-et-Maurice Kraft, et une école primaire de Béziers (Hérault) ont été incendiés et un pompier a été blessé. Les incendies ont été suivis de « violences urbaines »  avec feux de voitures, de poubelles et de hall d’immeuble où, à l’arrivée des policiers, une trentaine de cagoulés leur ont jeté des pierres et des mortiers …
 300 élèves n’ont plus d’école  …  Ils ont été piégés par « l’hydre islamiste » des haineux de la laïcité de l’école primaire, du collège et du lycée français. 
Cf. Le Point.fr : Béziers : deux écoles incendiées et de nombreuses violences.

 

3 Cf. par L’ingénue 9 janvier 2019 Le président Macron, l’islam radical et la loi de 1905.


4  
Cf. Le discours du président Macron le 8 octobre 2019 en hommage aux quatre policiers de la Direction du service de renseignement de la Préfecture de Police de Paris, poignardés par leur « collègue » Mickaël Harpon, [de la mosquée de Gonesse Val d’Oise)] le 3 octobre 2019.
  Quatre  policiers qui laissent six orphelins.

__________________________________