Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

 » Tous imberbes alors… « 

            

Tous imberbes alors, sur les vieux bancs de chêne,
Plus polis et luisants que des anneaux de chaîne,
Que jour à jour la peau des hommes a fourbis
–   Nous traînions tristement nos ennuis, accroupis
Et voûtés sous le ciel carré des solitudes,
Où l’Enfant boit dix ans l’âpre lait des études.
–   C’était dans ce vieux temps mémorable et marquant,
Où forcés d’élargir le classique carcan,
Les professeurs encor rebelles à vos rimes,
Succombaient sous l’effort de nos folles escrimes,
Et laissaient l’écolier, triomphant et mutin,
Faire à l’aise hurler Triboulet en latin-
–   Qui de nous – en ces temps d’adolescences pâles,
N’a connu la torpeur des fatigues claustrales,
–   L’œil perdu dans l’azur morne d’un ciel d’été,
Ou l’éblouissement de la neige – guetté,
L’oreille avide et droite, – et bu, comme une meute,
L’écho lointain d’un livre, ou le cri d’une émeute ?

C’était surtout l’été, quand les plombs se fondaient,
Que ces grands murs noircis en tristesse abondaient,
Lorsque la Canicule ou le fumeux Automne
Irradiait les cieux de son feu monotone,
Et faisait sommeiller dans les sveltes donjons –
Les tiercelets criards, effroi des blancs pigeons ;
Saison de Rêverie, où la Muse s’accroche
Pendant un jour entier au battant d’une cloche (…)

           

  Charles BAUDELAIRE   [à Sainte-Beuve]   /Poésies de jeunesse/
 1843-1845 : manuscrit dans une lettre adressée à Sainte-Beuve signée Baudelaire-Dufaÿs , dont voici un extrait :
(…) « Ces vers ont été faits pour vous – et si naïvement – que lorsqu’ils furent achevés, je me suis demandé s’ils ne ressemblaient pas à une impertinence – et si la personne louée – n’avait pas le droit de s’offenser de l’éloge. – J’attends que vous daigniez m’en dire votre avis. »
Ch. Baudelaire est né en 1821. Après le Collège royal de Lyon, il a étudié jusqu’en 1839 au Collège Louis-le-Grand à Paris.

cf. Les Fleurs du Mal   Édition de 1861   nrf  Poésie/ Gallimard  
Texte présenté, établi et annoté par Claude Pichois.

Ch. Baudelaire (Peint et gravé par Manet 1862)

___________________    1821 – 1861  …  2011