Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

et année littéraire 2009  » stupéfiante « 

 

 ~~~~      Dans la rubrique année littéraire, relisons ce court extrait du témoignage  » stupéfiant  »  de Virginie Despentes*.
  
  » Dans certains milieux, je suis sûre que huit personnes sur dix marchent à la cocaïne, et sont modifiées par la cocaïne. Mais elles ne le diront pas, parce que c’est la France. On est des cathos, on fait les choses, mais en loucedé (…).
Un mec comme X… (écrivain à la mode) ne va pas dire franchement combien il met dans sa coke. Si les gens connaissaient le budget coke de certains privilégiés et comparaient à ce qu’ils gagnent, ça leur dirait à quel point ils l’ont dans le      X… claque dix smics par mois dans sa coke. Mais il ne va pas dire : je mets 10 000 euros dans la coke par mois et je vous …… tous, personne ne peut l’entendre.
En plus, dans ces milieux, on angélise complètement la coke. Mais, moi, je n’ai jamais vu quelqu’un que ça rendait brillant sur le long terme. La cocaïne, ça fait juste des cons arrogants, bavards, très sûrs d’eux, agressifs, paranos, certainement pas géniaux (…).  »

 

            Si c’est vrai, si c’est le secret de Polichinelle de celles et ceux qui ont la drogue, l’argent de la drogue, et sont complices des filières mafieuses en (Ile(s) de) France, plongeons dans la vraie vie comme dans un roman et ouvrons les yeux  sur le site de la MILDT : Drogues  Et si ton dealer te disait la vérité ?

             Si c’est faux, rions pendant qu’il en est encore temps avec … le certain X… avec nos élites,  avec ceux qui paradent dans les médias sous l’appellation  » people  » entre deux cures de désintoxication, avec les publicitaires et avec les jurés des prix littéraires !

 ~~  Rions toujours en (re)lisant Françoise Sagan et son roman Bonjour tristesse, le premier d’une longue liste sur l’ennui, même avec la drogue, mon cher, chez les bourgeois de gôche et de droite ,  les pôvres !

Rions avec Frédéric Beigbeder qui, dans Voici, fait une critique « stupéfiante  » pour Le voyage d’hiver**, dernier livre d’Amélie Nothomb : «  Stone, gonzo et nihiliste « ,  et rions encore avec Jean-Paul Enthoven qui admire dans Le Point  » une Amélie défoncée qui s’envoie joyeusement en l’air. « 

 ~~   ~D’ailleurs le prix Renaudot 2009 attribué à Frédéric Beigbeder pour Un roman français le fait d’autant plus rire qu’il a décidé de l’écrire en 2008, après sa garde à vue pour une affaire de cocaïne reniflée sur le capot d’une voiture dans le VIII ème arrondissement de Paris.
Arrêter un si grand écrivain français en train de se droguer était évidemment un crime de lèse-littérature mondaine commis par les policiers et le procureur de la République Jean-Claude Marin. Et comme le lauréat a du cynisme à revendre, il a déclaré : « Le Renaudot est la meilleure des drogues, vraiment je le conseille, c’est extrêmement agréable. »
 Comme disait Virginie :  » la cocaïne, ça fait juste des cons arrogants « .

 

 

                                                       ~~~~  


* paru dans Le Monde du 13 avril 2006    /  les (…) et le X… sont des coupures de la rédaction du journal  / les …….. sont de moi

 ** critiques reprises dans une pleine page publicitaire de l’éditeur Albin Michel ( p.5 Le Monde 17.09.09)