2011 Record des saisies de cannabis, de cocaïne et d’héroïne

1er mars 2011
  ♦ ♦    Note  modifiée  le  23  novembre   2011                    

Etudes récentes 
♣ Deux fois plus de problèmes mentaux chez les fumeurs de cannabis
Selon une étude de l’Office central néerlandais des statistiques (CBS) et rendue publique le lundi 4 octobre 2010, «  le pourcentage de personnes ayant une moins bonne santé mentale est deux fois plus élevé chez les consommateurs de cannabis que chez les non-consommateurs. »
  Le Monde.fr avec AFP   2.03.11 « L’ étude publiée à Londres par le British Medical Journal …  « ajoute un complément d’information à l’évidence déjà solidement établie, que la consommation continue de cannabis accroît les risques de symptômes et de maladies psychotiques » a affirmé Robin Murray, professeur à l’Institut de psychiatrie de Londres.»

_______________________________

Dans ce bloc-notes je donne une large place  à l’éducation et à la santé de nos adolescent(e)s. Je poursuis donc en 2011  la série de  notes  2009 Record des saisies   et  2010 Records des saisies  pour donner toute sa place et toute sa valeur  dans l’actualité, à l’important  travail des douaniers, des policiers, des gendarmes et de la justice .

♦  Cela dans le but d’ encourager toutes celles et tous ceux qui subissent des menaces et des représailles à rompre la loi du silence.
♦ Cela dans le but d’attirer toute l’attention des parents, des associations de parents d’élèves, des enseignants, des chefs d’établissement, et des élus sur la nécessaire information-prévention  concernant l’usage des drogues, afin que nous  participions tous ensemble à cette décisive mission de protection de la jeunesse, inscrite dans la loi républicaine.
Voir les assises de la parentalité et de la prévention 6 et 7 mai 2010 MILDT
Voir Usages de drogues à 17 ans dans 21 régions françaises   OFDT ESCAPAD 2008

Et encore et toujours…
 dans le but d’encourager  chaque  adolescent(e),  à  dire  NON, NON et NON   au bon copain ou à la bonne copine du collège, du lycée, qui lui proposera  de fumer un premier joint.

Drogues : guette l’info ! traque l’intox ! / Et si ton dealer te disait la vérité /
Voir aussi les trois spots TV    Source  MILDT   Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie
______________________________________________

 BILAN 2010  point presse au Ministère de l’Intérieur /AFP 30.11.2010
« Des saisies de drogues d’une valeur de près de 500 millions d’euros ont été réalisées en 2010 par la police et la gendarmerie :
46 tonnes de cannabis d’une valeur de 253 millions d’euros – 3 tonnes de cocaïne d’une valeur de 212 millions d’euros – 900 kg d’héroïne d’une valeur de 34 millions d’euros. »
_________________________________________

    ◊   RAPPEL   ◊        / Saisie  record !           Samedi 27 novembre 2010
La brigade des stupéfiants a saisi 110 kg de cocaïne dans un appartement de Neuilly-sur-Seine.
Le chef du réseau est identifié comme étant  » Gilles Tépié déjà condamné à 8 ans de prison  pour une affaire de trafic international de cocaïne en 2000 avec  ses deux associés Farid M. et Abdallah T « .
Il louait alors pour « 4500 euros par mois un appartement avenue Kennedy (Paris) et faisait venir la drogue d’Amérique du Sud via les Antilles : 800 kg en deux ans. Furent saisis 530 000 euros en liquide, un pavillon, et une quinzaine de voitures de luxe dont une Ferrari « .
« Depuis sa libération, il avait été condamné en avril 2008 à 15 ans par contumace dans une affaire de meurtre survenue en 2000 sur fond de trafic. (d’après l’article de J. Pierrat Le Point.fr du 29.11.10).

__________________________             

 2011                  Actualité / Saisie  record !

    JANVIER         

Saisie dans le port du Havre de 700 kilos de cocaïne à bord d’un cargo en provenance de Panama. (AFP)

   FÉVRIER           
Mercredi 2 février 2011
 « Douaniers et gendarmes du GIGN ont intercepté dans le département de l’Aveyron un convoi – dont une Mercedes Class R (prix : environ 70 000 euros )-  de trafiquants de drogues, et saisi 1,3 tonne de résine de cannabis destinée à la région parisienne …   dans des  « valises marocaines » … le convoi remontait d’Espagne vers les Yvelines – dans le secteur de Trappes d’où sont originaires les quatre suspects.»   ( AFP) Le Parisien.fr

                          Mardi 8 février 2011
♦ La marine française saisit 300 kilos de cocaïne au sud de Saint-Pierre (Martinique)

♦ «Les douaniers ont saisi 52 kg d’une nouvelle drogue de synthèse proche de l’ecstasy dans deux colis en provenance de Chine, à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, et lors des interpellations de cinq personnes, dont deux étudiants chinois dans la banlieue lyonnaise. ….  » Nous sommes certains que plus de 120 kilos ont transité par la France, en région lyonnaise mais aussi sur Bondy (Seine-Saint-Denis) et Pau (Pyrénées-Atlantiques), a ajouté le reponsable des douanes ».» (AFP) actu.orange.fr

Jeudi 17 février 2011
La marine française saisit 3,6 tonnes de cocaïne à bord d’un ravitailleur vénézuélien au large de la Colombie.

Vendredi 25 février 2011
Les agents des douanes et les gendarmes ont intercepté  une voiture et un camion immatriculés en Hollande, dans le département de l’Aveyron. Ils ont saisi 1,5 tonne de cannabis.» (AFP) Le Parisien.fr
28.02.11  «Les trois hommes interpellés ont été écroués à Marseille dans le cadre d’un trafic international de stupéfiants. Le trio se déplaçait avec une «voiture ouvreuse», une BMW, dans laquelle se trouvait le gérant d’une société installée dans la région de Rotterdam. Ses deux complices suivaient à bord d’un poids lourd dans lequel la drogue avait été dissimulée.»  /Associated Press 1.03.11 /
Dans les Pyrénées-Orientales, une cargaison de 75 kilos de cocaïne a été interceptée dans une voiture venant d’Espagne. (AFP)

                                                          ♦ ♦♦ ♦ ♦♦ JANVIER -FÉVRIER 2011  ♦ ♦♦ ♦ ♦♦     
« 55  tonnes de cannabis, 5 tonnes de cocaïne, une tonne d’héroïne et près de 700.000 cachets d’ecstasy)
ont déjà été saisis durant les seuls mois de janvier et février pour une valeur de 110 millions d’euros.
                     Dans la seule région parisienne, la police a réalisé 702 affaires en lien avec des stupéfiants, dont plus des deux-tiers pour la Seine-Saint-Denis et Paris (247 et 246), interpellé 1.355 personnes et saisi 638.288 euros »  ♦ ♦♦ ♦ ♦♦   (AFP 18 mars 2011)

                        MARS        
                                              Vendredi 4 mars 2011

« Dissimulés dans un camion belge transportant un conteneur en provenance des Etats-Unis,  60 kg de cocaïne, estimés à plus de 2,5 millions d’euros à la revente, ont été saisis, vendredi 4 mars à Visan, dans le Vaucluse. La drogue, conditionnée en 60 000 doses, aurait transité par les Pays-Bas. Le conducteur du camion, âgé de 46 ans, a été présenté mardi à un juge d’instruction.» /Le Monde 8.03.11/

Actualité / Saisie  record !    la plus grosse prise jamais réalisée par la PJ

Jeudi  17 mars 2011

« Plus de sept tonnes de cannabis
pour une valeur de 35 millions d’euros ont été saisies jeudi sur l’autoroute A4 entre la Marne et la Seine-et-Marne par la police judiciaire. Quatre hommes (deux Français et deux Marocains) ont été placés en garde à vue… Le camion venait du Maroc via l’Espagne.»  (AFP 18.03.11)

Jeudi  24 mars 2011

Cinq individus d’environ 25 ans, originaires de l’Oise,  circulant  dans un «go fast» de trois BMW en provenance du Maghreb et transportant  420 kg de résine de cannabis, ont été interpellés. Ils devront « répondre d’importation de stupéfiants en bande organisée, de trafic de stupéfiants, d’importation, de transport, de détention de marchandise prohibée, d’association de malfaiteurs, de recel de malfaiteurs, de mise en danger de la vie d’autrui. » Le sixième individu a pris la  fuite ;  il s’agit de Zohire Zaafari, (31 ans), originaire de Beauvais, déjà connu pour trafic de cannabis, et qui est recherché désormais pour avoir commis au volant de sa BMW,  un  homicide volontaire sur la personne du motard des douanes ( 38 ans)  qui le poursuivait et qui a été projeté à 150 m.  Il s’est rendu à la police de Beauvais en avril. / D’après Associated Press et AFP 25.03.11 /

     AVRIL          

Lundi  4  avril 2011

Démantèlement d’un trafic de stupéfiants ( Loiret -Eure-et-Loir -Yvelines) du Maroc via l’Espagne, par la cellule de huit enquêteurs de la section de recherches d’Orléans et du groupement de gendarmerie d’Eure-et-Loir mise en place en janvier.  « Au cours des perquisitions, les enquêteurs ont saisi 225 kg de résine de cannabis  (valeur marchande estimée à 1.123.000 €), 1.000 € en espèces, une machine à compter des billets (sic) ainsi que neuf véhicules (deux volés) dont cinq de grosse cylindrée. Des saisies de biens immobiliers devraient également être effectuées en région Centre. » / NRCO 13.04.2011 /

    JUIN         

                                                 Dimanche  26 juin  2011

« Près d’une tonne de cocaïne ( 972 kg) a été saisie sur un voilier battant pavillon français au large de la Martinique (…) La valeur de la drogue interceptée est estimée à 30 millions d’euros. » / Associated Press 5.07.2011/

    JUILLET         

Les douanes ont saisi  175 kilos de cocaïne dans les Pyrénées-Orientales. (AFP)

    AOÛT         

1,3 tonne de cannabis a été saisie par les Douanes françaises au large de la Bretagne. La Juridiction interrégionale spécialisée (JRS) est chargée du dossier. / Associated Press 29.08.2011

    SEPTEMBRE         

                                                   Mardi  27 septembre  2011
Associated press 29.09.11.« Un voilier battant pavillon britannique, en provenance d’Espagne, a été arraisonné  au large de Port-Camargue (Gard) avec 1,2 tonne de cannabis dans des «valises marocaines» d’une valeur estimée à plus de

6 millions d’euros. L’opération a été menée par le groupe aéronaval de la direction générale des douanes (hélicoptère et vedette des gardes-côtes).»
 

 

 

    NOVEMBRE     Actualité / Saisie  record !    

                                                   Mardi  15  novembre  2011

          2,6 tonnes de cannabis en provenance du Maroc et d’Espagne  ont été saisies dans la banlieue de Rouen pour une valeur marchande de 13 millions d’euros par les policiers du Service régional de police judiciaire (SRPJ) avec le concours de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS). L’enquête sur une filière normande de trafic international se poursuit avec l’interpellation de huit personnes.   AFP Le Parisien.fr 16.11.11

 


 ♦ ♦♦ ♦ ♦ ♦♦ ♦ ♦ ♦♦ ♦ ♦ ♦♦     A suivre …………          

L’école primaire selon les exigences des pouvoirs religieux

    Note complétée le 25 mai 2012     

En cette période où l’on reprend la réflexion sur la semaine de 4 jours, il faut rester lucide, et considérer l’impact des enjeux de  pouvoir  (religieux et communautariste – politique- médiatique – financier – économique et syndical) sur le fonctionnement de notre école publique et laïque. Il faut discerner l’étroitesse d’esprit, les égoïsmes et la démagogie  qui ont imposé, depuis une quarantaine d’années,  le rétrécissement de la semaine scolaire avec le rallongement ad libitum  des vacances,  jusqu’ à 225 jours par an pour les 3-11 ans.

Malgré l’optimisme que l’on voudrait afficher, il apparaît que cette lourdeur aux couleurs de l’indifférence (voire de la satisfaction devant la médiocrité culturelle qui nivelle par le bas) des classes dirigeantes privilégiées, s’interposera une nouvelle fois, et mettra son veto sur toute volonté de  redonner aux plus jeunes du temps pour les apprentissages scolaires,  l’étude de notre belle  langue française,  le goût de la lecture, de la culture littéraire et scientifique.

Commençons  par  les égoïsmes communautaristes des pouvoirs religieux.

La mission d’information créée par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation  sur les rythmes de vie scolaire en avril 2010 a déposé son rapport en décembre 2010 à l’Assemblée nationale*.
Les député(e)s de la mission ont reçu pour une audition le 8 juin 2010, Monseigneur Antoine Hérouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France**, et organisé une table ronde le 10 juin 2010, avec les représentants des confessions juive, musulmane et protestante : M. Charles Sulman, vice-président du Consistoire central des Israélites de France ; M. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, Madame Isabeau Beigbeder, membre du Conseil scolaire de la Fédération protestante de France.

Que pensent-ils d’une réhabilitation de la semaine à 4 jours 1/2 ou à 5 jours – bref que pensent-ils de la semaine scolaire continue ?

♣ Monseigneur Hérouard pose, comme un coin immuable dans la semaine, la confiscation définitive du mercredi matin. C’est pour lui, le temps du catéchisme –  symbole pour l’église catholique de la liberté d’expression religieuse ; le catéchisme qui concerne 25% d’enfants du CE1 au CM2.
Et  dans un raisonnement en boucle, il ajoute que justement, le mercredi matin, les dames catéchistes « qui sont souvent des mères » ne travaillent pas. Pour Mgr Hérouard, « une organisation de la semaine scolaire sur quatre jours et demi serait susceptible de « reléguer » l’exercice de cette liberté dans le domaine privé, la réduisant à un choix personnel entre diverses formes d’occupation » ; car insiste-t-il « si le choix – évident pour des enfants – devait être fait entre le football et la catéchèse, cette liberté fondamentale deviendrait « illusoire ». 
♦♦♦ Exigence des évêques  : En clair, Mgr Hérouard prescrit la vacance du mercredi matin,  pour ne pas laisser le choix  aux garçons – afin de garantir les vocations de séminaristes et  la pérennité de sa catéchèse.                            

♣ M. Moussaoui présente un enseignement musulman concernant les 6-15 ans et durant de trois à cinq heures par semaine. « S’il dure plus de deux heures, il peut avoir lieu le mercredi et le samedi ou le dimanche. (…)  Ceci explique que les familles rigoristes tiennent beaucoup au mercredi, surtout dans le primaire » ; auxquelles on ajoutera « la majorité des familles musulmanes qui sont attachées au week-end de deux jours » Et M. Moussaoui rappelle aux députés «  quelques demandes de certains membres (sic) de la communauté musulmane pour que les élèves soient libérés pour la prière communautaire du vendredi 12h-13h30 l’hiver ; 13h-14h l’été. ***»

♣ Pour les protestants et les juifs, l’enseignement religieux n’interfère pas avec  la semaine continue, les premiers avec « l’école dominicale » pour les 7-15 ans,  et les seconds  avec « l’enseignement dit le « Talmud Torah »  le dimanche de 9h à 12h pour les 7-13 ans.»  ;  leurs deux religions ne mettent pas d’obstacle à une réflexion nationale.

Il reste que d’inquiétantes questions sont posées  :

♣ Combien les exigences de M. Moussaoui et de Mgr Hérouard, concernant l’école laïque,  pèseront-elles dans les délibérations des députés et dans les décisions gouvernementales ?

           Et sachant que le principe laïque est de tenir les élèves de  l’école primaire publique hors des communautarismes religieux, pour créer une égalité fraternelle entre eux :
♦ Pourquoi l’école laïque devrait-elle s’interdire de travailler le mercredi et/ou le samedi matin  ?
♦ Pourquoi devrait- elle se soumettre aux volontés des représentants de dieu(x) et de leurs dogmes ?
♦ Sommes-nous toujours dans l’Ancien Régime : «  au bon plaisir »  des  évêques, et de surcroît  « aux ordres » des imams ?

______________________________       

* Rapport d’information présenté par MM. Xavier Breton et Yves Durand – députés. Les extraits du rapport sont « entre guillemets » et les mots des intervenants en italique .
**
Direction nationale de l’Enseignement privé catholique aux frais de la République . Mgr Antoine Hérouard est «l’autre mininistre cultuel» de l’Éducation nationale,« l’Éminence grise » de l’actuel ministre, Vincent Peillon.
*** Exigence des imams :  suppression du mercredi matin plus suppression du samedi matin plus suppression du vendredi après-midi, ce qui équivaudrait à trois jours et demi d’école par semaine.  Décidément pour eux, il y aura  toujours trop de notre école laïque !

Chers amis de Respect mag

Suite de « La petite tribu des haineux » du 10 octobre 2010 

12 octobre 2010  /   note mise en avant le 12 octobre 2019            

 

Chères amies, chers amis,

 

Le ton de votre tribune (1) intitulée « La cité du mâle  » Arte racole sur le dos des banlieues  » n’est pas des plus respectueux mais je pense que c’est votre mode habituel de communication -un peu rude, quand vous voulez marquer votre agacement.

 

En effet,  Arte vous a déjà forcément déplu avec son film  « La journée de la jupe » (2),  ses 2,2 millions de téléspectateurs,  sa meilleure audience en 2009. C’est ce que vous nommez un de ses « quelques sujets douteux « .

Quant à  Daniel Leconte, n’est-ce-pas lui, qui en 2008, a réalisé le film  » C’est dur d’être aimé par des cons  » sur le procès intenté  par La Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman, l’Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale contre Philippe Val  et Charlie Hebdo ?  Vous dites d’ailleurs de lui avec finesse qu’il   » n’en est pas à sa première caricature  » !

 

Bref,  Daniel Leconte, Arte, un  Théma intitulé   » Pourquoi tant de haine ?  » , un documentaire  » La cité du mâle  » de Cathy Sanchez, sur  l’évolution  des  raisonnements et des comportements des jeunes gens  depuis la mort de Sohane en 2002 à Vitry, brûlée vive par Jamel,  ne vous ont  inspiré  que des jugements négatifs.

♠ Il  ne s’agirait là pour vous  que d’ «  une erreur de point de vue – une faute professionnelle – une manipulation de l’idéologue qui se veut journaliste d’investigation ».

 

Le film qui donne à voir et  à écouter Charhazad qui a survécu au même supplice que Sohane, elle fut brûlée vive par Amer en 2005 à Neuilly-sur-Marne, ne serait pour vous qu’une « arme de désinformation massive qui [peut] contribuer à détruire la société française (sic) «  ?
Et vous criez : «  Halte au feu
(sic)! Halte aux faiseurs de haine(re sic) !  » à  la réalisatrice et au producteur !

 

Alors vous, vous  qui vous   proclamez seuls  » acteurs médiatiques et sociaux des quartiers populaires (sic) »  et qui dites  »  » Place au dialogue «  (re sic) :

Avez-vous  donné dans vos magazines et vos radios la parole aux jeunes filles maltraitées et à leurs mères ?

Avez-vous suivi la marche silencieuse de soutien à Charhazad souffrant le martyre, en novembre 2005, comme des centaines de personnes accompagnant sa famille ? Avez-vous entendu le frère, la mère et le père de Charhazad demandant que les violences faites aux jeunes filles cessent ?

Avez-vous  suivi les procès de leurs bourreaux pour vos lecteurs et vos auditeurs ?

Leur avez-vous parlé de la stèle à la mémoire de Sohane, cité Balzac à Vitry-sur-Seine ?

Avez-vous recueilli les propos des professionnels, médecins, assistants sociaux,
enseignants, éducateurs, qui travaillent dans ce secteur  ?

Conseillez-vous aux jeunes filles et aux femmes victimes de violences le site http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/  ?

Allez-vous donner la parole dans vos médias à Malika Sorel, elle est membre du Haut conseil à l’intégration, ingénieur de l’Ecole polytechnique d’Alger et diplômée de Sciences-politiques ?  Elle a publié « Le puzzle de l’intégration – les pièces qui vous manquent » Ed. Mille et une nuits. Une lecture intéressante pour tous.

 

                

 

Et pour finir, laissez-moi m’interroger sur ce que signifie le mot respect pour vous.

♠ Nul n’a dit
dans le documentaire ni dans votre tribune :
Sohane total respect !
Charhazad
total respect !
J’en conclus que les victimes ne les intéressent pas, ne vous intéressent pas, ne méritent  ni leur respect,  ni votre respect : ces jeunes filles  ayant «  péché  » et  ayant été  « punies  » par  leur « ami » (sic)  au nom de la justice  d’un code ancestral fondé sur un dogme islamique.

 Alors votre mot respect qui ne respecte pas les victimes n’est pas le même mot pour moi que le respect citoyen, celui qui reconnaît à toutes les jeunes filles la même liberté,  la même égalité des droits à la vie et à l’épanouissement, la même dignité, le même droit à la justice qu’aux   « mâles » qui ont eux,  le même devoir civique de  devenir à leur tour des citoyens  respectueux de la loi républicaine. 

 

____________________________                


1 Respect Mag   Urbain, social et métissé  Citations  Rue89 6.10.10 / tribune  rédigée à l’initiative de l’association Presse & Cité avec Charly Carré, coordinatrice du Marseille Bondy Blog ; Marc Cheb Sun ♠, directeur de la rédaction de Respect Mag ; Rokhaya Diallo, présidente des Indivisibles ; Moïse Gomis, directeur de Radio HDR ; Bruno Laforestrie, directeur de Radio Générations 88,2 FM ; Farid Mebarki, président de Presse & Cité ; Erwan Ruty, directeur de Ressources Urbaines, l’agence de presse des quartiers ; Raphaël Yem, rédacteur en chef de Fumigène magazine.

2 La Journée de la jupe  / film de Jean-Paul Lilienfeld / 2009.

par L’ingénue Revoir « la journée de la jupe », l’excellent film de J.P. Lilienfeld
note du 25.03.2009 / complétée le 3.06.2014.

par L’ingénue  C’est dur d’être aimé par des cons
23.09.2008.

 » Pourquoi tant de haine ? «  , un documentaire  » La cité du mâle  » de Cathy Sanchez

_____________________________

La  » loi du mâle  » n’est pas la loi républicaine

 

    note du 10 septembre 2010 complétée le 29 septembre 2010                

En marge de la future programmation sur Arte du documentaire, le 29 septembre 2010 à 21h35 « La cité du mâle * », j’ai lu avec intérêt les commentaires ** de deux lycéens de terminale, Julie et Amid /pseudonymes/ à Vitry-sur-Seine, auxquels on l’a présenté en avant-première.
Les propos de Julie et d’Amid permettent de saisir  -sur le vif- le fonctionnement  de ce que nous appellerons « la loi – ou code d’honneur – du mâle ».

On s’aperçoit vite que Julie a tellement été formatée mentalement par ce code, tout au long de sa scolarité dans la mixité du collège et du lycée, qu’elle est incapable d’en discerner la vulgarité, l’injustice et la cruauté ; elle utilise d’ailleurs comme Amid,  le terme de « chienne » pour désigner une jeune fille.

Amid a sa géographie personnelle de Vitry ; et il assure que Paris et Vitry sont « deux mondes différents, on n’appartient pas au même monde… je sais que chez nous  [à Vitry]… » Amid définit précisément comment Vitry est son territoire, où vit sa communauté, et dans sa logique, chez lui , à Vitry,  la loi, c’est définitivement la loi du mâle, dictée par la force du traditionalisme des coutumes et de la religion et qui  l’emporte, depuis des décennies, sur les valeurs de la République.

Dans un entretien, Malika Sorel *** explique courageusement la réalité sociologique  : « Du fait de l’importance des flux migratoires, il était hautement prévisible, en raison même du fonctionnement de ces populations, qu’elles reformeraient leurs sociétés d’origine sur la base de leurs propres normes collectives. »

On apprend que chez Amid, à Vitry-sur-Seine »,  il existerait un  monde de mâles dit « des mecs de banlieue »  qui aurait le pouvoir absolu sur  des jeunes filles dites « des meufs de banlieue ».
Chez Amid,  le sujet de conversation est en permanence :   « Savoir si la fille l’a déjà fait ou pas. »  Cette obsession de l’acte sexuel, accompli par une jeune fille  s’inscrit dans  la coutume  qui veut qu’elle soit vierge à son mariage, et que cela conditionne l’honneur du mari et des familles.

Cette obsession fondamentale des mecs de banlieue déclenche chez eux la suspicion,  qui engendre à son tour la méfiance et une haine instinctive  des meufs.
C
ette obsession est le fondement de la loi du mâle ; elle légalise  leurs contrôles permanents de la  »  bonne  » tenue vestimentaire des jeunes filles –  avec notamment l’interdiction de la jupe -, la  surveillance monomaniaque de leur allées et venues etc.  avec pour seul et unique but : les humilier et les soumettre à la loi du mâle.C’est  au nom des traditions ancestrales et religieuses qui veulent des femmes sans droits, soumises aux maris, que «  des mecs de banlieue »  s’autoproclament  »  juges suprêmes « , et que « leur  tribunal-  selon- le- code- d’honneur -du -mâle »  a tout prévu pour infliger  » aux meufs de banlieue   » des maltraitances, des viols en réunion, des  exécutions par étranglement, égorgement, par le feu ou la lapidation.

Chez « les mecs de banlieue »  où la normalité ancestrale pour les hommes est de n’être pas vierges quand ils se marient, tous les mecs de banlieue  l’ont  « déjà fait »  et selon leur vocabulaire, c’était forcément  avec des chiennes, des traînées ou des putes…mais cela n’a pas souillé « leur idéal de pureté ».
Les mecs de banlieue  ne pensent pas être devenus des chiens ou des prostitués ; selon la loi du mâle, leur honneur et celui de leur famille est toujours intact.
Evidemment, il serait inconcevable, toujours selon la loi du mâle, que la jeune fille, elle, dise qu’elle se sente souillée d’épouser un mec de banlieue pas vierge,  que son honneur et son « idéal de pureté »  sont bafoués.

              On l’aura compris la loi du mâle condamne définitivement la femme à l’inégalité, à l’infériorité et à la soumission. Mais en France,  la loi du mâle est  hors-la-loi ; elle n’est pas tolérable auprès de la loi républicaine de l’égalité des droits et des devoirs entre les hommes et les femmes.

Il y eut cette année le débat sur l’identité nationale où il fut si difficile de faire valoir la force et la valeur de nos idéaux républicains, suivi du débat sur l’interdiction de la burqa et de la nécessité d’une loi pour redonner le droit à la dignité et à l’égalité de la femme citoyenne  en France.

Il y aura encore beaucoup à réfléchir avec les élus, les familles, et les enseignants sur ce qui demeure notre devoir impératif pour un futur démocratique : la formation intellectuelle,♦ culturelle et citoyenne de  notre jeunesse.
Pour cela nous devons être fiers de nos idéaux, et il se peut, si nous sommes déterminés que nous arrivions à faire comprendre aux mecs des banlieues qu’ils habitent en France.
Avec nous, ils ont comme nous, les mêmes droits, mais aussi comme nous, les mêmes devoirs citoyens, dont celui de respecter la dignité et l’égalité des femmes.

 

_____________________________                    

* Documentaire de Cathy Sanchez Arte  /.  Théma : « Femmes : pourquoi tant de haine ? »

**  Entretien de Chloé Leprince pour Rue89 /31.08.10./ citations d’Amid en italique.

*** Dans son entretien avec David Garzon (Arte.tv). Malika Sorel est membre du Haut conseil à l’intégration, ingénieur de l’Ecole polytechnique d’Alger et diplômée de Sciences-politiques. Elle a publié « Le puzzle de l’intégration – les pièces qui vous manquent » Ed. Mille et une nuits.

                     __________________________

NB ♦ L’école, le collège et le lycée sont les endroits idéaux pour  partager les trésors de notre patrimoine culturel  avec celles et ceux qui en sont privés, et qui ne peuvent écouter que du rap et ne voir que des graffitis  ;  il y a une autre culture après le hip-hop ! Les élèves ont tellement besoin de leurs professeurs pour  conquérir leur droit à la culture, s’éveiller à  cette beauté, en découvrir toute la richesse.

La nullité stupéfiante des médias face à la dangerosité du cannabis

29 juin 2010 / modifiée le 29.09.10 –  ♦ le 8.10.10                            

Note remise en début de bloc-notes le 26 janvier 2011 et le 25 juin 2012 

♦Actualité MILDT ♦ Etude : deux fois plus de problèmes mentaux chez les fumeurs de cannabis
Selon une étude de l’Office central néerlandais des statistiques (CBS) et rendue publique le lundi 4 octobre 2010,  » le pourcentage de personnes ayant une moins bonne santé mentale est deux fois plus élevé chez les consommateurs de cannabis que chez les non-consommateurs. »

Bilan

En 2010, il y a 45 % des jeunes de  15 à 24 ans  qui fument et on sait qu’avant  l’âge de  16 ans : 31 % ont bu de l’alcool, 27 % ont déjà fumé et bu de l’alcool et 29 % ont déjà expérimenté le tabac et l’alcool et le cannabis ;  ce qu’une journaliste du quotidien Le Monde traduit faussement et sur le ton rigolard :  » A 16 ans, les jeunes préfèrent trinquer plutôt que fumer« .

Face à ce bilan désastreux,  on retiendra de cette première décennie du XXI ème siècle, l’incapacité flagrante des grands médias à fournir une vraie information documentée sur la dangerosité des drogues. Ni la presse écrite /papier-toile/, ni les radios, ni les télévisions n’auront été à la hauteur de cet enjeu de santé publique.

L’impact des drogues sur la santé physique et mentale, d’autant plus fort que les usages sont précoces, n’aura jamais été précisément et régulièrement explicité aux adolescents et aux familles,  comme si, à l’omerta des mafias de trafiquants, il fallait ajouter l’emprise forte d’ une idéologie gauchisante et libertaire sur le silence assourdissant * des comités de rédaction.     

Un regard en arrière

En 2001 est effectué un premier bilan de la loi Evin de 1991, sachant que,  de MM. Jospin, Kouchner et Lang  à MM. Balladur, Juppé et Bayrou, on n’a pas su (voulu) en voir  les ambiguïtés, notamment la mention contradictoire dans le décret d’application de 1992   » d’emplacements (locaux ou espaces) mis à la disposition des fumeurs » qu’ enseignants et lycéens  traduisirent immédiatement par :  » on peut fumer dans la cour du lycée « , alors que l’article 16 de la loi Evin interdisait de fumer dans l’enceinte (couverte et non-couverte) des établissements scolaires. Depuis février 2007, les termes de l’interdiction de fumer sont sans équivoque**.

Le bilan 2001, hélas prévisible, fut désastreux : 45% des lycéens de 18 ans étaient  devenus des fumeurs quotidiens

               … et prédictif du non moins désastreux bilan 2010 : 45 % des lycéens de 18 ans ont déjà fumé du cannabis.

Et, c’est dans cette situation si préoccupante d’ une loi équivoque  qui avait échoué à protéger les plus fragiles de la dépendance tabagique,  que des conseillers de M. Kouchner ne trouvèrent rien de mieux que de s’ opposer  à une loi interdisant la vente de cigarettes aux moins de 16 ans, préparant en cela la demande de  dépénalisation des drogues  du Conseil national du Sida  dans son rapport du 21 juin 2001   La  dangerosité du tabac ne sufisant pas, il aurait fallu, selon ces  soi-disants experts,  encourager l’usage du cannabisUn comble !  

Toujours le même message irresponsable

En 2001,   Le Monde titrait  » La banalisation de l’usage du cannabis relance le débat sur sa dépénalisation « 

               et le 4 juin 2010, s’inspirant du modèle californien, le même journal  dans une double page «  Contre-enquête Économie  »  interroge :   » Faut-il légaliser le cannabis ? Où en est le débat en France ?  » et un sociologue  nous explique combien notre  » vision morale  » nous aveugle et qu’il est temps d’ouvrir des coffee shops en Franceau moment même où le modèle hollandais est pris en flagrant délit de collusion avec les mafias de la drogue, comme en témoigne le procès  du propriétaire d’un coffee shop, pourvoyeur depuis des dizaines d’années de clients français revendeurs sur tout notre territoire.

               A noter qu’en 2009, le journaliste  emploie encore l’expression  drogue douce – récusée par les scientifiques-  pour le cannabis.

Les points d’accord entre les scientifiques

Or, depuis l’audition des scientifiques (Académie nationale de Médecine -INSERM), le 13 février 2003, devant l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et technologiques (OPECST), les journalistes étaient parfaitement informés de la dangerosité du cannabis.
– ♦ Le Professeur De Witte avait présenté l’expertise collective de l’INSERM  et expliqué   » comment l’alcool et la nicotine sont deux drogues liées, comment  le cannabis induit la prise d’alcool, et comment le cannabis étant fumé comme la nicotine, quand on prend du cannabis – dont le taux en THC*** est de plus en plus élevé- on augmente en même temps l’accrochage à toutes ces drogues « . D’où la poly-expérimentation avant 16 ans puis la poly-consommation régulière à 19 ans et plus ****.

– ♦ Le Professeur Nordmann (Académie nationale de Médecine) avait souligné aussi que «le cannabis est une substance qui agit sur le système nerveux central et  détermine une neurotoxicité essentiellement fonctionnelle, essentiellement cognitive.  Les effets psychoactifs négatifs sont immédiats. Il y a  des troubles de la mémoire à court terme ou du langage, de l’attention, de la coordination perceptivo-motrice… Les effets immédiats sont suivis d’effets à long terme qui modifient la qualité de la vie. Le cannabis démotive, déconnecte, désocialise. Les premiers signes sont un désintéressement vis-à-vis de l’entourage, et une diminution des performances scolaires ou professionnelles.»

– ♦ Le Professeur Roques (INSERM) avait déclaré que c’est   » grâce à des collaborations avec des généticiens, des biologistes moléculaires qu’on a réussi à montrer qu’il y a une sorte de réseau entre les drogues nicotine, alcool et cannabis. (…) Le cannabis a un effet particulier, parce que, non seulement il agit au niveau des neurones, mais également comme la cocaïne, l’ecstasy et les amphétamines, au niveau de la fente synaptique ;  il augmente le temps de vie de la dopamine à cet endroit. Il a donc un double effet. On doit pouvoir maintenant le considérer comme un second système opioïde. Il a une action très forte. »

– ♦ Le Professeur Costentin (neuropharmacologue faculté de médecine de Rouen) a décrit  également  » les effets psycholeptiques du THC  potentialisés par les effets psycholeptiques de l’alcool. »  Il a redit  » les effets extraordinairement détériorants du cannabis sur les capacités cognitives et mnésiques « , et souligné à son tour   » les relations entre la dépendance à l’héroïne et l’usage du cannabis. »

Pour mieux comprendre les souffrances physiques et psychologiques qu’inflige le piège infernal : tabac-alcool-cannabis puis opiacés quand il se referme sur une adolescente de 15 ans, écoutez Alice *en consultation avec la Docteur Emmanuelle Peyret du service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Robert Debré (Paris)./ Merci pour ce témoignage émouvant à France Cuture Les pieds sur terre 12.07.10 / rediffusion du 31.03.04/

            – ♦ Le Professeur Got a cité  une étude qui mettait en évidence  » une augmentation du risque de  développer une dépression ou une anxiété  et/ou de voir survenir des  troubles psychotiques chez les sujets consommateurs de cannabis.  » etc. etc.

Réflexion

La loi de 2009 sur l’ interdiction de vente d’alcool et de tabac aux moins de 18 ans est une loi importante.
Elle assure une cohérence forte avec  la loi de 2006 qui interdit de fumer au collège et au lycée.
Pour continuer de protéger nos adolescents, il  faut opposer un NON énergique  aux propositions californiennes des intellectuels en «  think tank « , des journalistes, des professionnels et des publicitaires de la mode, du cinéma et du spectacle, des cadres politiques, et autres énarques, conseillers d’État en poppers et  patrons des médias  pour coffee shops, il  faut opposer un NON énergique  à leurs propositions de légalisation  de poisons  tels que  le cannabis, la cocaïne et l’ héroïne , qu’avec eux, des filières mafieuses, terroristes et/ ou islamistes veulent nous imposer pour ruiner notre société démocratique.

          NB  Un décret publié au Journal Officiel du 22 novembre 2007 a interdit la fabrication, l’importation, l’exportation, la mise en vente et la distribution de produits contenant des nitrites d’alkyle, comme le poppers. Toutefois le 15 mai 2009, le Conseil d’État a annulé ce décret.

        ____________________________
  

*Silence assourdissant – sauf, quand il s’agit, après l’offensive de juin 2010  sur la légalisation du cannabis de se positionner en septembre 2010 en faveur des «salles de consommation  de drogues»  » / dans leur jargon :  «  salles de shoot« .
Sur le site de la MILDT : Drogues : Guette l’info Traque l’intox         Si ton dealer te disait la vérité ?

** Cependant Cf. la note  Qui laisse sortir les lycéens pour qu’ils fument sur les  trottoirs ?   à la merci des revendeurs de drogues.

*** THC : tétrahydrocannabinol

****  » Les enquêtes en population étudiante nous montrent déjà que les consommateurs à risque d’alcool sont aussi consommateurs d’autres produits. Aux premiers rangs desquels le cannabis, la cocaïne et l’héroïne « . Philippe Batel psychiatre alcoologue / dialogue  (chat) sur lemonde.fr 3 mars 2009

  Nos étudiants  sont les « bébés » de la loi Evin (PS). Sinistre bilan.