Sur les murs, la délinquance et l’ignorance

           Note  complétée  le  14  juillet  2012                 

               Sur les murs des  villes et des gares, sur les murs des villages et des plages, sur les murs des écoles publiques, de la Sécurité sociale et des Allocations familiales, sur les murs en granite et les murs en tuffeau, sur les  murs en briques et les murs en ciment, sur les murs vénérables, sur les murs à pans de bois et sur les murs décrépis, sur les murs tout neufs ou repeints de la veille … 

           … les vandales illettrés reproduisent sans fin leurs signatures d’ignorants et leurs barbouillages de barbares. 

  Leurs seuls mots  lisibles  tracés façon nouilles ou boyaux  sont les obscénités de leurs 500 mots de  vocabulaire. Leurs doigts sur le poussoir font gicler la laideur, et  sont autant de doigts d’honneur qui  nous insultent en salissant les murs.

Comme tous les violents, ils cherchent à imposer leur pouvoir, à dominer en cultivant la malveillance. Pour nuire à la collectivité, ils s’abaissent en non-citoyens qu’ils sont,  à donner un aspect sordide et repoussant à notre (leur) environnement, à nos (leurs) métros*, à  nos (leurs) trains **♦, à nos (leurs) immeubles, à nos (leurs) bureaux de poste etc.  Ils besognent la nuit, au milieu des trafics  interlopes de drogues … et ils se lèvent tard comme des fainéants ou des vauriens … 

                     

Quand ouvriront-ils leurs cahiers et leurs livres d’écoliers pour commencer leur apprentissage du français ? Quand pourront-ils, citoyens libres,  lire et écrire le poème Liberté de Paul Éluard
Quand ouvriront-ils un carnet de croquis pour en faire l’illustration dans un  cours d’Arts Plastiques  ? 

Quand sauront-ils que la liberté est un droit parce que nous avons tous des devoirs les uns envers les autres, des devoirs de respect citoyen qui est respect de la liberté des autres et respect de l’espace public, patrimoine de la collectivité nationale ? 

_________________________

* La RATP a créé un site en 2006 www.objectif-respect.org .
Après l’excellente communication : ligne 0  Âge de pierre Terminus  Respect ,   «Restons civils sur toute la ligne » :
«Le terme « incivilités » est clairement identifié comme le non-respect de l’ensemble des règles du savoir- voyager ensemble :
• le manque de propreté  /les nuisances sonores /la bousculade /l’absence de courtoisie, /la fraude. Le ton choisi est volontairement décalé et humoristique, autour de slogans formulés sur le mode de maximes. Cette communication veut souligner l’absurdité du comportement de celles et ceux qui commettent des incivilités dans les transports…»

• ♦ J’ajouterai qu’il s’agit là du flagrant non-respect du savoir -vivre ensemble .
Ce « vivre ensemble »  que nous les citoyens paisibles et honnêtes ne  saurions  faire !  Nous serions sales ! Nous ferions du bruit ! Nous bousculerions ! Nous serions impolis ! Nous arracherions les sacs et les bijoux ! Nous ne paierions pas nos billets etc. ! 
Vivre ensemble : c’était le titre dont nous gratifiait l’éditorialiste- donneur- de -leçons, Erik Israelewicz
(Le Monde- 5 mai 2012)  la veille du premier tour des présidentielles ! ♦

**♦   Et pour nettoyer leurs dégradations répugnantes,  la SNCF dépense pour le seul réseau transilien plus de 2 millions d’euros par an. Il n’y a qu’à multiplier cela par 10, 15, 20 … pour tout le réseau français…

                                               __________________________               

Paris, ville de l’obscurantisme ou ville lumière ?

                

On a vu  M. Vaillant* (maire PS du XVIIIème arondissement) grand adorateur du haschisch et de l’islam – version radicale du Hamas et des Frères musulmans.  M. Delanoë,  plus grandiose encore, s’est fait adorateur de toutes les divinités présentes dans la capitale.

Le maire PS de Paris  déclare que le budget de la  ville** « participe à des manifestations traditionnelles concernant les différentes confessions ou communautés représentées à Paris » 
Et pour lui, la soirée de fête de fin de ramadan [ il n’y a , bien sûr, que les vilain(e)s laïques pour y voir une référence religieuse Mécontent  ]   « organisée traditionnellement par la ville depuis 2001 »  n’est qu’une aimable sauterie du mercredi 24 août et ne coûte que la bagatelle de 100 000 euros (soit 1 100 000  euros  en 11 ans).

Pas jaloux, Bouddha et Yahvé sont  aussi bien lotis qu’Allah. Le budget municipal « offrandes aux divinités » Mécontent    aura dépassé  les 4 millions d’euros en 11 ans . Bref, le maire de Paris se concilie  tous les dieux exotiques,  sachant que les finances locales ont participé à la résurrection du collège des bernardins pour redorer le blason catholique du dieu indigène.   
Paris dont la candidature a échoué pour les Jeux Olympiques de 2012  est  maintenant, par la grâce tutélaire du PS, la ville de tous les dieux de l’Olympe et d’ailleurs.

  Une autre vision plus éclairée  aurait été –  sur ces fonds publics – de doter en priorité les écoles publiques et laïques parisiennes afin qu’elles assistent  à  un concert, à une pièce de théâtre, qu’elles multiplient les visites au musée du Louvre etc. sachant que les enfants de toutes les religions auraient également bénéficié de cette fête culturelle.                 

________________

 NB   Nous attendons de M. Boubakeur depuis la grande mosquée de Paris, et de ses amis de L’UOIF et du CFCM – qui savent si bien demander à la République 1 million d’euros pour quadrupler les aumôniers musulmans dans les prisons (attendu qu’en Ile de France, à Lyon, Marseille et Lille, les prisonniers musulmans représentent 70% des prisonniers )-  qu’ils proclament par une fatwa mémorable : 

                              •    la fête de la fin des incendies rituels de voitures   à Noël, au jour de l’an et au 14 juillet,

                               •     la fête de la fin des violences rituelles faites aux jeunes filles et aux femmes, aux médecins, infirmières, enseignant(e)s et élèves,                   

                                •     la fête de la fin du port rituel du voile islamique***, 

                                 •    la fête de la fin des délinquances rituelles liées aux trafics de drogues et d’armes.

                     En éduquant  leurs croyants au respect citoyen, et en condamnant officiellement dans leurs prêches et dans les médias,   tous les actes de délinquance,  tous les homicides  punissables par les lois républicaines, avec le nom des auteurs,  M. Boubakeur et ses amis agiraient  eux-mêmes en citoyens ****  ; il y aurait moins de prisonniers musulmans et  moins de risque d’islam radical.    Nous pourrions  alors fêter ensemble  la  recomposition de notre société française laïque, libérée du communautarisme religieux  créateur de ghettos et de guérillas urbaines.

__________________________                

 * note du 4.04.2011 La Goutte-d’Or, perle de l’islamisme ?

** Citations du maire extraites de l’article La mairie de Paris maintient sa soirée de rupture du jeûne du ramadan. /lemonde.fr 24.08.2011
voir la note Friandises, chocolats ou caoutchouc brûlé au pétrole ?  du 8.01.2011

***              « Il faut libérer le monde de toutes les enterrées vivantes qui le peuplent, ces femmes en niqab ou en burqa, privées de visage, de lumière et de respiration. (…) La burqa est une croix gammée, une lapidation potentielle. Toutes deux sont porteuses d’un message clair : « Donne-moi la liberté que je la tue. » A moins d’accepter cette sentence de mort, un [une] démocrate doit se défendre. » 
Yadh Ben Achour La deuxième Fâtiha L’islam et la pensée des droits de l’homme p. 24  Puf 2011. Il est Tunisien, professeur de droit public et philosophie du droit, membre de l’institut de droit international. Au lendemain de la Révolution du jasmin, il a été nommé président de la commission de réforme politique de la Tunisie. 

**** Nous avons  l’exemple contraire avec l’imam Ali ALLAOUI, prêcheur dans les quartiers nord de Marseille qui, avec trois complices dont Salim ACHIRAFI,  avait organisé l’attaque à main armée de la Poste de Notre-Dame-Limite (sic) dans le 15 ème arrondissement de Marseille , et « préparé également l’attaque de plusieurs distributeurs de billets à l’explosif  ».  Conclusion :  trois prisonniers musulmans en plus à Marseille  Mécontent Les juges de la République donneront-ils à l’imam délinquant le droit de prêcher ?

(Le Provençal.com 14 septembre 2011)

__________________________                                

Défilé militaire, Marseillaise, et ciseaux affûtés de M.Bergé

            

 Les anecdotes toutes plus piquantes les unes que les autres seraient nombreuses à raconter. L’ Anastasie dumonde.fr a  le regard aiguisé et les ciseaux tranchants, dès que l’abonné(e) ne suit pas le droit fil de la toile de M. Bergé.

  Après le démarrage en fanfare d’un présumé candidat PS  à la magistrature suprême qui l’avait conduit tout droit devant un tribunal de New York et qui m’avait valu quelques coupures ; voilà qu’à peine désignée, la candidate verte à l’élection présidentielle trouve utile pour sa campagne de critiquer vertement notre fête nationale. Le défilé militaire lui fait aimablement comparer la France à la Corée du Nord.  On peut légitimement penser qu’elle nous en réserve d’autres  aussi vertes que  pas mûres !  Mécontent

  Sur ce sujet d’actualité, lemonde.fr du 15 juillet 2011 intitula  son article : « 14 – Juillet : Tollé politique après la proposition d’Eva Joly » et fit un joli score parmi les abonnés avec 210 réactions (publiées)

  Un abonné, M….  L….  prolongeant le même discours, émit l’autre proposition non encore formulée par Mme Joly*, à savoir qu’il faudrait aussi supprimer La  Marseillaise. 

Comme je me pique  de défendre  les Marseillais qui, les premiers la chantèrent bravement en 1792,  j’envoie une réponse brodée de points et de virgules  à  M….  L…. :

              Du XVIII ème  au  XX ème siècle, de l’armée révolutionnaire de Dumouriez et de Kellermann, victorieuse à Valmy, le 20 septembre 1792, contre les troupes monarchistes de Brunswick, aux Résistants chantant la Marseillaise en 1941 avant d’être fusillés par les nazis, notre hymne national représente, toujours haut et fort, au XXI ème siècle, notre volonté citoyenne de lutter contre les terroristes sanglants aux lois infâmes, qui mènent  l’assaut contre nos démocraties.

Devinez ce qu’il advint ?
les ciseaux affûtés de M. Bergé coupèrent le sifflet de M…. L…. contre La Marseillaise,  avec mon petit couplet  !    

 ___________________           

*   Eva Joly en remplacement de La Marseillaise, pourrait choisir  Il pleut Bergère, chansonnette  qui réhabiliterait du même coup,  Marie-Antoinette et les armées prussienne et autrichienne  – et rêver de restaurer en France la royauté comme     …                 en Norvège.

Les « épreuves « * de campagne de Dominique Strauss-Kahn

    note  modifiée  le  23  mai  2011            

 Une fois terminées les émouvantes manifestations en souvenir du 10 mai 1981 et de l’élection à la présidence de la République de François Mitterrand ; M. Pierre Bergé, grand ami du défunt  président prépare 2012 à la direction de son nouveau journal.

Après avoir soutenu Ségolène Royal en 2007, quel homme providentiel du PS  parfaitement bilingue pourrait-il choisir pour l’année prochaine ? et quel slogan serait le meilleur pour faire florès chez les bobos ?

Il est tout trouvé sur lemonde.fr*, partageant  le tiers de l’écran avec les deux-tiers pour un gros plan de M. Strauss-Kahn : ce sera celui de la montre parfaitement «bling-bling»  R…x, ce sera «Vivre pour la grandeur»  (sic) mais peut-être en anglais** pour faire encore plus bobu côté train de vie que le «care» de Martine Aubry ! 

                Et,  le samedi 14 mai 2011, une autre redoutable   » épreuve «  (prévisible ou imprévisible (?)  de campagne, dans le luxe raffiné  de la suite  2806  ( 3 000 euros) de l’hôtel Sofitel ( New York), attendait le présumé futur candidat aux Présidentielles … au risque de faire de tant de   » grandeur « … une décadence qui entraîne avec elle,  inéluctablement  le  » Pacte de Marrakech  » ***  si cher à la direction du PS … et une perte financière collatérale pour lemonde.fr, car, si les écrans sont saturés de portraits de M. Strauss- Kahn,  la  « grande  » montre ne s’incruste plus à ses côtés.  » Grandeur  » de la marque oblige !

________________                  

* Lemonde.fr 11 mai 2011 La question du train de vie, épreuve de campagne prévisible pour DSK / Alexandre Piquard. 
** Je vous laisse trouver la  traduction anglaise !
*** Lieu d’une résidence somptueuse du candidat éprouvé.

 

« Les gredins de capitulards ont mitraillé les communards »

Note complétée le 5 août 2011

                                    LA   COMMUNARDE  ( J. B. Clément)

« Jean-Baptiste CLÉMENT (1836-1903) fut poète et chansonnier, opposant à l’Empire, membre de la Commune, militant socialiste et fondateur du syndicalisme ardennais. Exilé à Londres (1871-1880).
A chanter sur l’air de La Carmagnole, « La Communarde a été publiée sur feuille volante en 1883, et distribuée par les soins du journal «Le Prolétariat ». Quelques dix années plus tard, nous la retrouvons dans le département des Ardennes. Le titre alerta le Préfet, qui alerta le le ministre de l’intérieur qui alerta le directeur de la Sûreté générale… Souvenir de la Commune, souvenir subversif … » *

Comme des rats dedans Paris
Par trahison on nous a pris ;
Le macadam et les pavés
De notre sang furent lavés,
     Lavés et tant lavés
     Qu’ils en sont déjointés.

     Dansons la communarde
     Et tenons bon ! (bis)
     Dansons la communarde
     Et tenons bon ;
      Nom de nom !

Les gredins de capitulards
Ont mitraillé les communards,
Mais devant messieurs les Prussiens,
Tremblants comme des petits chiens,
     Ils ont vendu leur peau,
     Leur pays, leur drapeau.
   

             Dansons la …

Tous les Thiers, tous les Mac-Mahon,
Pour se laver de leur affront,
Ont voulu prendre un bain de sang
Ils l’ont pris en nous égorgeant.
     Mais ils en ont tant pris
     Qu’ils en sont avachis.

     Dansons la …

Mais avec eux, ce n’est pas tout,
Les bons bourgeois ont fait le coup.
Et comme en juin, tous les premiers,
Ils ont traqué les ouvriers.
     Et nous savons qu’alors
     Trent’-cinq mille en sont morts !
   

       Dansons la  …

Pour faire bien sans être long,
La mitrailleuse avait du bon.
Qu’on en soit ou qu’on n’en soit pas,
Ils les ont fusillés au tas !
     Pour eux un ouvrier
     N’est qu’un bon à tuer.

     Dansons la …

Tous les bagnes, tous les pontons,
Tous les forts, toutes les prisons,
Ont regorgé de malheureux
A moitié nus, le ventre creux ;
     Pendant que leurs bourreaux
     Mangeaient de bons morceaux
.

     Dansons la  …

Avec les bourgeois aujourd’hui,
entre nous tout est bien fini.
Quant aux gendarmes, aux roussins,
Aux fusilleurs, aux assassins,
     Leur compte sera bon
     Au jour du rigodon !

     Dansons la …

Que voulions-nous : la Liberté
Et le bien de l’humanité.
Pour nous venger des chenapans
Il nous faut faire des enfants,
      En faire des gaillards
      Et de francs communards !
    

    Dansons la communarde
     Et tenons bon ! (bis)
     Dansons la communarde,
     Et tenons bon
      Nom de nom ! 

 ____________________

* D’après le texte de Pierre Jonchères pour le disque :  Chants de la commune  par le groupe «17»/Le Chant du monde LDX 74 447

NB  Le 140 ème anniversaire de la Commune est passé inaperçu dans les médias, c’est dire si, quasi inexistante dans les programmes scolaires, elle fait encore peur aux classes dirigeantes.
Et les Thiers, les Mac-Mahon et les Goncourt d’aujourd’hui  ne l’évoquent pas non plus quand ils dissertent sur « le Printemps arabe de 2011 » … et pourtant dans ces révoltes du Proche et du Moyen-Orient, où l’on crie  à la trahison des pouvoirs politique, judiciaire, médiatique et religieux … il y a bel et bien un air de Commune,  un appel à une nouvelle Internationale des Travailleurs ; c’est encore une fois ce courage, cette  lucidité, cette dignité des plus pauvres qui réclament leur citoyenneté dans un pays démocratique. 

En France, à Paris,  il ne faut pas compter sur le journal Le Monde … qui aura juste écrit une rubrique, dans son supplément publicitaire de l’ultra-luxe M du 4 novembre 2010,  sous le titre Parfum de révolution (sic) pour  faire vendre le parfum Cologne 1871 ( lourde  allusion versaillaise à l’eau de Cologne 4711 et au siège de Paris par l’ armée de Bismarck)  et la bougie Commune de Paris (resic)….

Ainsi dans les beaux quartiers, en reniflant ces odeurs, on se réjouira encore et sans vergogne des milliers de Parisiens massacrés au printemps 1871  …   
                           … Mais … « L’histoire écoute »   (Victor Hugo)