Clin d’œil aux lève-tôt …

⇒ Note (re) mise en avant  le 28 février  …  une heure,  le 31 mars 2019  « Foi d’ingénue  ! »   –  toute la journée du 1er avril 2019 car Macron, maître des horloges, a un  côté farce, comme  Scapin… et le 2 et le 4 avril 2019 aussi …

 

  31 mars- 2-4 – 18 avril 2019                          Foi d’ingénue !

 

À l’image de son électorat « bobocrate-bio-urbain-« , loin, très loin des cycles des saisons et de la nature,
M. Macron  feindra d’ignorer, que l’avance de 2 heures dans la journée par rapport au soleil, induit une contrainte artificielle de l’organisme  aussi sensible à la luminosité qu’à  la chaleur ;  avec un tel décalage, il faut  supporter inutilement une grande différence de température entre le matin et le début de l’après-midi … sachant que les enfants ne parviennent plus à s’endormir tôt, pour avoir leurs 10  à 12 heures de sommeil …

Être (ou garder toute l’année) l’heure allemande est (et serait) une aberration de plus pour notre bien-être et notre santé.

Mais M. Macron ne peut que préférer  pour son bon plaisir, l’heure de Berlin (TU+2), juste pour jouer au tennis, à la Lanterne sise à Versailles (à Brégançon ou au Touquet),
avec ses amis, le samedi, et pendant les vacances, jusqu’à 23 h,  et même plus tard, en allumant les lanternes électriques,

puisque loin, très loin des regards indiscrets, bien gardé par 6 policiers dedans et 6 policiers dehors [pris sur les effectifs versaillais de Police-Secours-],

puisque selon son bon plaisir, il se moque comme d’une guigne de la situation des urgences dans les hôpitaux publics,  comme de ce qu’il raconte de mensonges avec son Premier ministre, sur la « transition écologique », pour augmenter les taxes sur l’énergie.

Enfin , puisque c’est le bon peuple qui travaille dur qui sortira toujours dans le froid du petit matin !

 

__________________________________________

Cf. Par L’ingénue « Et pour le petit peuple ? Ce sera l’heure allemande et l’heure islamique !
26 mars 2018 – 4 avril 2018

…………………………………………………

Note  du 17 février 2016 – mise en avant le 9 août 2018

Serait-ce la fin de  « l’heure  d’été   » ?
Serait-ce la fin du midi en pleine chaleur de 14h  ?
Serait-ce la fin du temps perdu et de l’argent gaspillé dans l’absurde imbroglio des deux changements d’heure ?

Le Parlement européen s’est réveillé … mais en France, le temps a suspendu son vol. Pour M. Macron -de-Brégançon,  le sujet  brûlant est la température de l’eau de sa piscine, et M. Hulot est … en vacances.

 Le président Macron, « maître des horloges (sic) » et notre « humble serviteur »(sic)  connaît  « la  proposition de Directive du  Parlement européen et du Conseil mettant fin aux changements d’heure saisonniers et abrogeant la directive 2000/84/CE « . Il sait aussi qu’ il n’y a jamais eu de pouvoir démocratique dans l’Union européenne ;  c’est l’illégitime Commission de Bruxelles qui sera aux commandes, et suivra les directives … des groupes de pression privés (ou lobbies).


_________________________________________

Note du 17 février 2016

 ♦ Ajout du 30 avril 2016 /  Depuis  le 31 mars 2016,  des « couche-tard » se  sont métamorphosés,  en  « nuit debout »◊  place de la République.  Qui  leur conseillera de passer à  l’heure norvégienne et d’ essayer   « le soleil de minuit debout » … dans le Spitzberg 
________________________________

Vous savez comme moi que par ces petits matins frisquets de février, il fait toujours nuit à 6h (1) et que lorsque sonnera  » l’heure d’été » (TU+2) », il fera à nouveau nuit et encore plus froid à 6h, le 27 mars et jour de Pâques  … et bien sûr  à 7h le 31 mars …!
Les cloches de Pâques carillonneront midi à quatorze heures et il faudra attendre encore presqu’un mois pour voir la pointe du jour … en ouvrant l’œil !

… et clin d’œil aux couche-tard…

Ah ça, mais  quels grincheux ! diront les couche-tard péremptoires :
  ♦  Passe encore de se lever tôt mais maugréer chaque année, c’est trop !

Comme on s’est levé du bon pied,  on ne leur en tiendra point rigueur, et on prendra l’heure que l’on va bientôt perdre …  pour remonter … le temps…

… du partage du globe terrestre en 24 fuseaux horaires,  lors de la conférence internationale de Washington  en 1884 (2) de la loi du 9 mars 1911 (3), à  la première mention de l’heure « dite d’été » TU+1 dans la loi du 9 juin 1916, pérennisée  ensuite par celle du 24 mai 1923,  puis alourdie à TU+2 pendant l’occupation nazie.
Après avoir frôlé en août 1945,  le retour à  l’heure du méridien de Greenwich -TU0,  le décret du 5 novembre 1945 fixa l’heure à  TU+1 sur toute l’année.
On allait enfin souffler, sans le couperet de l’heure en moins, voir les jours rallonger peu à peu pour se réveiller au lever du jour avec … le printemps.

Mais le président Giscard en décida autrement, et de même qu’il voulut changer notre Marseillaise, il nous infligea à nouveau  la punition de l’heure d’été allemande TU+2  pour quarante ans voire beaucoup plus !

Pour ce nouvel aristocrate, il fallait que le bon peuple comprît que même le soleil lui serait facturé et l’on parla d’économies de bouts de chandelles, arguant  un moindre usage d’électricité le soir dans les chaumières, alors que les palais de la République, les rues, les monuments des villes, les casinos et autres lieux de fête seraient illuminés toutes les nuits d’été.

Le comble de la farce étant que l’on attribue encore  à « l’heure d’été » environ  la même économie d’éclairage qu’en 1976,  soit 440 GWh,  sans juger bon de rappeler que l’éclairage domestique est loin d’être le plus gros consommateur d’énergie et encore moins le plus gros producteur de rejet de CO2 … ! (4)

Et on se souviendra comment, depuis 1976,  chaque nouvelle « heure d’été » ramenait devant les micros et les caméras, Mme Ségolène Royal – c’était le « marronnier  » de mars des journalistes.
Elle venait symboliquement déplorer une mesure, que devenue ministre de l’Environnement d’avril 1992 à mars 1993, puis ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie en 2014 (et depuis le dernier remaniement du 11 février 2016,  ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des relations internationales sur le climat), elle s’est bien gardée de modifier…  Et d’évidence, ce n’est pas encore ce mercredi 17 février et son changement pour une heure de gloire – à la présidence de la COP 21- qui lui fera tenir sa parole  !

Quant à « l’heure d’été Giscard » … inchangée par MM. Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande depuis quarante ans,  il semble qu’elle éloignera encore longtemps de nous, l’harmonieuse douceur de ces quelques minutes en plus chaque jour,  jusqu’à ce 21 juin resplendissant de ses seize heures de soleil …. puis de ces quelques minutes en moins chaque jour, jusqu’à  cette dernière semaine de l’année où les bougies allumées fêtent déjà le retour de la lumière et des jours qui rallongent en janvier.

♦_________________________

1  6 heures en février [temps universel +1 / TU+1] quand l’heure solaire de notre vrai fuseau horaire est TU0 soit 5 heures. Depuis 1970, utilisation d’un compromis des initiales du français TUC, temps universel coordonné et de l’anglais CUT, coordinated universal time  soit UTC.
2 En 1884, le méridien de Greenwich (en concurrence avec le méridien de Paris) devint  la référence internationale.
3  Le 9 mars 1911, l‘heure moyenne  du méridien de Greenwich, en anglais « Greenwich Mean Time » (GMT), fut adoptée par la France qui  donc -pour la première fois- retarda  l’heure nationale  du méridien de Paris de neuf minutes et 21 secondes.  Quand le France passait à l’heure anglaise  Marie-Aude Bonniel  23.10.2015 Le Figaro.fr.
Sources diverses :  webastro.net / Wikipédia /  l’Observatoire de Paris

4  3. 11. 2016 Source : par le savant M. Gordon :

« De l’intérêt de savoir calculer l’absurdité d’une mesure politique  

« En premier lieu, il faut rappeler que l’économie d’énergie liée au changement d’heure ne porte que sur l’énergie électrique et in fine, uniquement sur l’éclairage domestique et privé.
En effet, les consommations énergétiques industrielles, de transport, de chauffage, tout comme les consommations domestiques d’appareils ménagers : fours, plaques chauffantes, fers à repasser, réfrigérateurs, congélateurs, télévisions, ordinateurs, et aussi de chauffage,  TOUTES  ces dépenses restent indépendantes des horaires jours-nuits…et elles sont très consommatrices d’énergie.

Quant aux éclairages publics, ils sont en général contrôlés par des systèmes photo-électriques, de sorte qu’il n’y a aucune économie à en attendre, puisque les lampadaires publics s’allument et s’éteignent les nuits et les jours au rythme des saisons, lesquelles ignorent nos petites querelles partisanes.

Puisque les « économies » ne concernent que les seuls éclairages privés et domestiques, précisons ce qu’il en est dans la réalité.
L’ADEME ( Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a estimé en 1976 à 350 Giga Wh les « économies réalisées » par le changement d’heure. Et une projection pour 2030 prévoit 340 GWh d’économies « plates ».
De 2009 à 2013 on retrouve une seule estimation de 440 Gigawatts-heure », puisque 2009 est la dernière étude publiée par l’ADEME. Car il est malaisé, pour ne pas dire impossible,  de « calculer » l’économie réalisée sur l’éclairage, d’autant qu’avec les incitations fortes à s’équiper de lampes dites basse consommation au néon, puis aujourd’hui de LED, la baisse de consommation associée ne doit rien aux changements d’heures.
ERDF, acteur majeur de gestion du réseau électrique, a donné les chiffres précis de production totale d’électricité pour 2015 : 546,767 Térawatts-heure dont 416,797 TWh produits par les centrales nucléaires, donc sans émission de CO²,  et par  l’hydraulique pour 53,47 TWh.
L’argument du rééquilibrage de la balance commerciale du fait de l’importation de pétrole ne tient pas, au moins pour l’éclairage électrique d’origine nucléaire, très majoritaire en France…mais jusqu’à quand ?
Quant aux centrales à combustible fossiles : charbon et gaz, génératrices de CO²,  elles ont produit 34,381 TWh. Les équipements d’énergies « renouvelables » : éolien, solaire, biomasse…ont produit 36,510 TWh dont 21,100 TWh  par l’éolien.
⇒ On notera incidemment que la combustion du bois, de la biomasse et des déchets est tout sauf « écolo », car elle rejette beaucoup de CO², de résidus polluants et de gaz à effet de serre.

En ramenant ces chiffres aux économies estimées par l’ADEME en 2015, on arrive à un résultat proche de zéro.
Rappel de ce petit calcul… élémentaire, diront certains. Certes, mais très édifiant !
Économies selon ADEME                                           = 440 Gwh

Production électricité totale France 2015 (ERDF)      = 546 767 Gwh ( 1Twh = 1000 Gwh )
Économies en rapport de la production totale : 440/546.767 = 0,00080473.

♦ ⇒ Exprimée en pourcentage, cette « économie » représente entre 0,06 et 0,08%…  moins de 1 pour mille.    Dérisoire !

___________________

Note :
Méga watts/Heure : 1.000.000 ( 106) – Giga W/H : 1.000.000.000 (109) – Téra W/H : 1.000.000.000.000 (1012).

Le  « Choc pétrolier de 1971 »

En 1971, les US, premiers producteurs mondiaux à l’époque, allaient atteindre un pic de production pétrolier, atteignant leurs limites de production. En réponse, le 15 août 1971, les États-Unis décident de mettre fin aux accords de Bretton Woods et à la convertibilité du dollar en or. Le dollar se déprécie alors rapidement, ce qui a pour conséquence une baisse des revenus des producteurs de pétrole, dont le prix est établi en dollars . De 1947 à 1967, le prix du baril en dollar américain était resté stable, autour de 2 $. Mais en octobre 1973, le prix du baril sur le marché libre allait passer de 3 à 18 $ en quelques semaines. Fin décembre, les pays de l’OPEP décident d’un prix du baril à 11,65, un prix du baril de brut qui ne cessera d‘augmenter, depuis 2$ en 1970 jusqu’à 135 $ en 2008 (crise financière mondiale) pour se stabiliser aujourd’hui autour de 60 $.  On cherchera vainement l’efficacité des changements d’heure dans cette escalade des prix du pétrole. »
—————————————————————

Apostille 
 ♥ et pour la vraie vie qui va,  ne pas manquer le changement d’horaire vu par les Bretons  dans le reportage sur l’île de Molène en mars 1976 . INA.fr 

_____________________________________
_____________________________________


Note du 17 février 2016 – 
mise en avant le 26 mars 2016 pour les 40 ans de condamnation à la peine de mise à l’heure allemande, décrétée par le président Giscard en 1976…

30 avril 2016Les « nuit debout » ou les qui nuiront ?

3 novembre 2016  : après le retour à TU+1 le 30 octobre 2016 ….sachant que la Cie Hollande-Royal a programmé le vol d’une heure pour le 26 mars 2017 …

♥ et autre clin d’œil :  Retrouver « le vrai Monsieur Gordon »  de Voltaire au chapitre dixième de  l’Ingénu 

Pour L’ingénue, il s’appelle Bernard.
_______________________________

Ajout du 27 mars 2017

Dernier petit clin d’œil sur Mme Royal, actuelle – pour encore une quarantaine de jours–  ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et qui fut en 1990,  rapporteur parlementaire sur « L’heure d’été » en tant que députée de la 2ème circonscription des Deux-Sèvres.

Dans le condensé de l’INA sur Le changement d’heure du 25.10.2013 mis à jour le 21.10.2016 [le dixième de la série], on peut revoir un bulletin d’information de France 3 (récit V. Gaurel – montage M. Bennhabiles) intitulé Avec l’heure… le doute / Haro sur l’heure d’été.

…………. Tout se passe comme si la vie des humains, notre vie, était moins importante pour le pouvoir politique depuis Giscard,  que l’avis des pseudo-scientifiques de José Bové à Cohn-Bendit, de la commission de Bruxelles aux défenseurs des loups et aux nostalgiques du tout- chandelle.
________________________________________________

Humour noir et point de vue sur l’imbécillité

7 février 2019 – 21 février 2019

 

L’équipe d’information matinale de Radio Classique avait lu l’article sur Les Échos du 6.02.2019 (1) et le répéta mot pour mot sur la chaîne qui venait de recevoir le bras droit du président de la Société générale ; lequel avait minimisé tout naturellement l’absence d’imposition sur les bénéfices du capital.

Très en verve, le gentil présentateur nous apprit que « l’ex – bras droit de l’islamophobe hollandais Geert Wilders » s’était converti à l’islam, et reprit la formule de son confrère des Échos :

« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis » !

 

◊ C’était d’une grande finesse, tant il me semble bien vrai
que ni les 45 000 islamistes radicalisés antisémites fichés S,
ni la troupe de djihadistes antisémites qui débarque en France,
ni MM. Castaner et Macron et « leur pseudo-majorité de la République – soumise à l’islam- antisémite-en-marche » avec leur déni de la vraie laïcité fraternelle, leur déni de la loi de 1905, pour satisfaire le CFCM de M. Ogras,
ne sont des types prêts à changer d’avis.

_________________________

 » Ca (sic ! – Les Échos ont perdu la cédille) se passe en Europe… » Les Echos.fr – Didier Burg – 6.02.2019

___________________

Cf. par L’ingénue  l’autre clin d’œil du jour : Humour et foi d’animal

et  l’humour noir du 22 février 2019 :  et conseil de la ministre de la Santé en 2019

 

Leçon de beauté et leçon de sagesse

4  janvier 2019

 

                           Il faut ouvrir Les Bucoliques de Virgile (1) 

 

 

…  à la cinquième églogue (2) :

Deux bergers, Ménalque et Mopsus, font paître leurs chevreaux. Tous deux déplorent la mort de Daphnis. Mopsus évoque sa vie terrestre :

« Daphnis n’était plus. Les nymphes pleuraient son cruel destin. (…) Daphnis nous apprit à soumettre les tigres au joug, à former des danses en l’honneur de Bacchus (…) Comme la vigne embellit l’ormeau, le raisin la vigne, les moisson une riche campagne ; ainsi Daphnis, tu fus la gloire des tiens. (…)
Pasteurs, couvrez les fontaines d’ombrages. Daphnis mérite ces honneurs. Construisez-lui un tombeau, et gravez-y ces vers :

 » Je fus Daphnis, habitant des bois, d’où mon nom s’est élevé jusqu’aux cieux : gardien d’un beau troupeau, encore plus beau moi-même. »

 

Et Ménalque l’imagine :

 » Brillant de lumière, Daphnis contemple avec ravissement l’Olympe, son nouveau séjour. (…) Le dieu Pan, les bergers et les jeunes dryades applaudissent à son bonheur. (…) Comme à Bacchus et à Cérès, les laboureurs t’adresseront leurs vœux tous les ans et tu exauceras leurs vœux. (…) »

…Avec Les Bucoliques de Virgile, il nous semble trouver la source de l’inspiration de Nicolas Poussin, pour son tableau :

                                                                     Les Bergers d’Arcadie  (3)

 

La leçon de beauté ne serait-elle pas  la vision d’un grand peintre inspiré par un poème de Virgile ?
Couronnés de lauriers et se croyant immortels, trois bergers et une jeune fille, ont découvert un tombeau près des arbres ; le plus âgé, un genou en terre, approche son visage pour mieux voir, et lire tout haut ce qui est gravé : Et in Arcadia ego, ce qui pour chacun prend peu à peu son sens : Je suis (je vécus) en Arcadie.
Celui qui est debout, la main posée sur le tombeau, comme le plus jeune qui pointe le doigt sur l’ombre de la tête … et regarde la jeune fille songeuse, tous semblent être émus et saisis par l’idée de la  brièveté, de la fragilité de toute vie.
La leçon de sagesse ne serait-elle pas d’entrevoir pour chacun que le meilleur est possible ?

                                ________________________

Et pour nous rapprocher de l’œuvre de Nicolas Poussin et de l’ombre de Virgile, une vidéo surprenante (4)  :

     Et in Arcadia  ego

_____________________________________________________

1 Virgile (Mantoue – 70  Brindisi -19)

« L’illustre poète latin   introduisit trois genres de poésie empruntés de trois fameux poètes grecs. Supérieur à Hésiode dans le poème géorgique, il cède la palme à Théocrite dans le poème pastoral, et à Homère dans le poème épique. La maturité du goût, un jugement sûr et éclairé le distingue de Théocrite. Dans Virgile la nature est franche et naïve, comme dans l’auteur grec qu’il a pris pour modèle, mais sans jamais avoir de rudesse ou de grossièreté.(…) »
Notice sur Virgile de Th. Cabaret-Dupaty – traducteur des Œuvres complètes de Virgile – 1897 -Hachette.

 2  Petit poème pastoral où l’on met en scène des bergers  (Le grand Robert p.1920).                          3    source Wikiart.
4 Bergers d’Arcadie Nicolas POUSSIN
Scénario et réalisation Pierre Oscar Lévy/Droits photos © RMN René-Gabriel Ojéda.

⇒ Voir le tableau au musée du Louvre (Paris) dans l’aile Richelieu, 2e étage, salle 14 / Huile sur toile, 85 x 121 cm.

________________________________________________

Du masque et de l’apparence …

2 septembre 2018

 

En guise de clin d’œil pour la rentrée du personnel politique et pour la rentrée studieuse  de notre jeunesse, j’ai puisé dans le XVIème siècle de la collection littéraire de Lagarde & Michard – celle dont se gaussaient (1)  « les intellectuels – qui -ont- lu -tous- les- livres »- un extrait réjouissant du Livre III des Essais de  Montaigne (1580) au chapitre X :

 

    « La plupart de nos vacations sont farcesques« Le monde entier joue la comédie »(2).
Il faut jouer dûment notre rôle, mais comme rôle d’un personnage emprunté.
Du masque et de l’apparence il n’en faut pas faire une essence réelle, ni de l’étranger le propre. Nous ne savons pas distinguer la peau de la chemise. C’est assez de s’enfariner le visage, sans s’enfariner la poitrine.
J’en vois qui se transforment et se transsubstantient en autant de nouvelles figures et de nouveaux êtres qu’ils entreprennent de charges, et qui se prélatent jusques au foie et aux intestins, et entreprennent leur office jusques en leur garde-robe*.
Je ne puis leur apprendre à distinguer les bonnetades qui les regardent de celles qui regardent leurs commissions, ou leur suite, ou leur mule. « Ils se livrent à leur fortune au point d’en oublier leur nature »(3).
   Ils enflent et grossissent leur âme et leur discours naturel, selon la hauteur de leur siège magistral. (…) Pour être avocat ou financier, il n’en faut pas méconnaître la fourbe qu’il y a en de telles vacations (…)  »

______________________________

Je donne la traduction française des citations latines mais je ne retranscris pas les notes, car pour quelques mots curieux, il suffira de suivre son intuition première…
*  … Juste une citation dans  Littré  pour la garde-robe : 4°.   » ( … ) M. de Richelieu avait pris un lavement ; il demanda ma garde-robe et il y monta en grande hâte, Saint-Simon, 18, 217.
_____________________

1 gausser (se)  – 1561
Robert tome III p.1245 :  P. Guiraud suggère un gallo-roman gabiciare, fréquentatif de gabicare (cf. var. se gaucher « se moquer » (…) Littér. Se gausser : se moquer ouvertement (de quelqu’un ou de quelque chose). ⇒ Railler
(…) nous voyons que d’un homme on se gausse,
Quand sa femme chez lui porte le haut-de-chausse.
Molière, les Femmes savantes, V, 3.

2 Pétrone

3 Quinte-Curce
__________________

et … ammoniaque à la station « Hôtel- de-Ville » … pour les J.O 2024 ?

   février 2011- juillet 2017 – 12 juillet 2018

 Extraits de la lettre  que j’ai reçue le 2 juillet 2018 de « La passagère de l’Hôtel -de- Ville » et qui est adressée à Mme Hidalgo, maire de Paris :

« (…) Je voudrais évoquer l’odeur pestilentielle des couloirs de correspondance. Pour emprunter chaque jour celui de la station « Hôtel- de- ville », j’affirme que l’odeur qui y règne vous suffoque instantanément. (…) J’ai vu des personnes se sentir mal jusqu’à l’évanouissement, dans cette puanteur ammoniaquée ambiante.(…)
Je voudrais m’adresser à la maire de Paris et lui demander si elle n’a pas honte que l’Hôtel de Ville de la capitale de la France soit desservi par une station aussi malpropre et insalubre. L’image que cela renvoie aux touristes comme à tous les clients voyageurs réguliers est déplorable. (…)

_________________________

Question L’humble serviteur- président Macron qui- nous- aime- avec- des- gants- de -boxe et Mme  Hidalgo maire de Paris-Plage, envisagent-ils d’asphyxier les athlètes olympiques avec  l’air de la station de métro  « Hôtel- de- Ville » – comme ils asphyxient quotidiennement  les Parisiens ?

______________________________________

28.02.2011

Par ce  maussade après-midi de février, Paris était tout gris, alors du Louvre à l’est parisien, quoi de plus rapide que le métro ?
C’était sans imaginer que l’air me manquerait  sur le quai de la station Hôtel- de- Ville ; et que me viendrait vite à l’esprit le premier mot du roman de Raymond Queneau, Zazie dans le métro :     Doukipudonktan        ?

L’air raréfié à l’odeur âcre d’ammoniaque me faisait tousser ; c’était tellement désagréable, cela sentait tellement l’urine tout le long des murs, que je me suis demandée si monsieur le maire (1), et  mesdames et messieurs les adjoint(e)s, conseillères et conseillers municipaux, prenaient souvent le métro en sortant de la mairie de Paris. Je subodore que non.

Si, pour l’élite parisienne qui a le nez creux, et les fins nez connaisseurs en art contemporain et en Nuit blanche, l’urinoir de Marcel Duchamp (2) est le chef d’œuvre absolu, pour les voyageurs diurnes, ressentir à la station Hôtel -de- Ville des odeurs d’urinoirs est pour le moins peu subtil et peu jubilatoire.

Alors je propose l’autre solution après le balai et  l’eau de javel :  installer tout bonnement des copies du chef d’œuvre industriel du génial Marcel,  tous les  cinquante centimètres, le long des quais. Qui sait ? Les marchands d’art du quartier pourraient en vendre, de temps en temps, un ou deux !  

 

Ou encore pourquoi ne pas renommer  la station « Hôtel- de- VilleMarcel -Duchamp », puisque c’est un nom qui fleure bon le succès commercial (3), pour les affairistes et autres escrocs du  marché de l’art contemporain (4),  jusque de l’autre côté de l’Océan atlantique, et sur toute la planète ?

___________________________________

1    En 2017,  il faut lire « madame la maire »
2   « Fontaine » de Marcel Duchamp 
3   Comme  les boîtes de soupe à la tomate  de son heureux disciple, Andy Warhol.
4 Cf. par L’ingénue la note  :   Qui veut la peau … du musée des Beaux-Arts de Tours ?    27 juillet 2017
Le bon conseil de L’ingénue :
Lire le livre passionnant écrit par Aude de Kerros, L’imposture de l’art contemporain – Une utopie financière  / Eyrolles 2016.

_______________________________________