La jeunesse du XIXème arrondissement de Paris

7 décembre 2008

      Ce dimanche matin-là, France Culture* était rue Petit à Paris. En suivant Raphaël Haddad** dans le quartier de son enfance, nous sommes passés devant la bibliothèque où il venait enfant ; c’est aussi là que Rudy, le 21 juin 2008 a été si grièvement blessé. Plus loin, le gymnase lui rappelle les moments réunissant tous les jeunes sportifs du quartier. C’était il y a quinze ans. Cela ne se passe plus ainsi pour son jeune frère. Il le regrette.

A la question qui était aussi le titre de l’émission :  » Paris 19 ème, de quelle violence s’agit-il ?  » la réponse pourrait être d’abord : A qui cette violence profite-t-elle ?

Certainement pas aux victimes, à ceux qui sont tués, blessés,  humiliés, molestés … ni à leurs familles ; quant aux auteurs –forcément manipulés, de ces actes, de ces crimes, lorsqu’ils sont arrêtés, jugés, emprisonnés, ils y perdent leur jeunesse.

Ceux qui profitent de la violence, ce sont  » les chefs « , ceux qui ont tout intérêt à ce qu’elle s’installe dans ce qu’ils considèrent  » leur » territoire. Ils instaurent ainsi un climat d’insécurité, de peur, pour mieux « soumettre » leur voisinage à l’omerta, pour mieux imposer leur loi de trafiquants de drogues et d’armes, leur loi de voleurs et de receleurs.***

Ceux qui profitent de la violence sont ceux qui se réjouissent fort de souffler ainsi, en même temps sur les braises communautaristes, car ils savent qu’elles sont le terreau du fondamentalisme religieux ; ce même fondamentalisme religieux qui a déclaré la guerre à la laïcité républicaine.

Ceux qui profitent de la violence sont ceux qui embrigadent  » de très jeunes adolescents, parfois âgés d’une dizaine d’années…chargés de surveiller les mouvements des forces de l’ordre et d’assurer le contact avec les acheteurs. » **** Cette emprise mentale sur les plus jeunes aboutit à leur échec scolaire, les condamne à l’illettrisme et à la délinquance. Ce n’est qu’en éradiquant les foyers de criminalité organisée autour de la haine de l’autre, des trafics de drogues et de l’argent sale, que  l’on fera cesser la violence. La vigilance s’impose pour les familles, les éducateurs, pour la police et la justice, pour la municipalité.

Comme si la discrimination black blanc beur     ne suffisait pas, faudrait-il ajouter désormais l’appartenance religieuse et les nationalités [dites « ethnies »  ?   – dont la nationalité-ethnie  « gauloise »] ? Avec cet étiquetage insensé, puéril,  comment les jeunes pourraient-ils se trouver encore des points communs, des valeurs communes ?  Confucius, le grand sage disait  » la nature rapproche, la coutume sépare.  » Les communautés séparent. Elles désagrègent le sentiment d’appartenance au même lieu, à la même société, à la même nation, à la même histoire que les autres.

Les responsables de ces communautés et la municipalité doivent pouvoir s’entendre sur un code du  savoir-vivre ensemble avec des droits mais aussi des devoirs ; c’est pour cela que l’espace public doit être un espace citoyen, sans signes religieux (vestimentaires ou autres, réservés aux seuls lieux de culte). Quant à l’école publique, laïque et républicaine      , elle est  malgré les difficultés, une vraie valeur sûre.     

Et puis enfin, pourquoi ne pas imaginer une grande Amicale de toutes les associations de parents d’élèves (public-privé) de l’arrondissement, pour (re)trouver ensemble la force de faire vivre ensemble sa jeunesse ?

       

 Vivre sa ville de Sylvie Andreu (France Culture) 30.11.08 

** de l’ association Ensemble le 19 ème 

*** Le 11 février 2009 , les policiers parisiens ont interpellé dans le XIXe arrondissement cinq personnes et saisi 1,3 tonne de résine de cannabis ainsi que 200 000 euros. Les cinq personnes, âgées de 16 à 55 ans, sont soupçonnées d’être impliquées dans un vaste réseau de trafic de drogue…. lire la suite …
Il faut savoir aussi que la production annuelle du marché marocain est actuellement de 2000 à 3000 tonnes de cannabis.

 **** Le 19 ème : radiographie d’un arrondissement en proie à des tensions multiples Le Monde 20.09.08 Yves Bordenave et Luc Bronner

     cf ma note Black Blanc Beur, une erreur 2.11.08 /  ?   Ainsi on évoque dans l’émission  » son extrême mixité ethnique, 40 nationalités « …  

       » L’école a pour mission de transmettre les valeurs de la République parmi lesquelles l’égale dignité de tous les êtres humains, l’égalité entre les hommes et les femmes et la liberté de chacun y compris dans le choix de son mode de vie. Il appartient à l’école de faire vivre ces valeurs, de développer et de conforter le libre arbitre de chacun, de garantir l’égalité entre les élèves et de promouvoir une fraternité ouverte à tous. En protégeant l’école des revendications communautaires, la loi conforte son rôle en faveur d’un vouloir-vivre-ensemble.  » Loi du 15 mars 2004

Rêve à Milan et cauchemar à Naples

Le 18 septembre 2008,  » six Africains [étaient] retrouvés criblés de balles dans un atelier de confection à Castelvolturno, près de Caserte (nord de Naples) . Il s’agissait d’un  » règlement de compte entre la mafia napolitaine    qui contrôle le trafic de drogue, et les immigrés qu’elle emploie à revendre des stupéfiants. » *

La publication de Lettre à Gomorra **  dans La Republica du  22 septembre 2008, permettait alors à Roberto Saviano de hurler sa colère contre la passivité de la société italienne face à ce nouveau massacre, nouvelle preuve sanglante  » de la liberté d’action laissée à une telle meute de tueurs … » 

A Milan, les défilés du prêt-à-porter féminin des grandes marques italiennes commençaient. Véronique Lorelle écrivait : « D’Armani à Dolce & Gabbana, Burberry, Missoni et Ferreti, l’été 2009 parie sur un retour de l’optimisme…la mode fait ce qu’elle sait le mieux faire : fabriquer du rêve » et elle admirait  » le savoir-faire exceptionnel »  d’un  » maître italien. » ***

     Dans le chapitre II intitulé Angelina Jolie  de son livre Gomorra,  R. Saviano explique précisément le fonctionnement des ateliers de confection clandestins gérés  par la camorra , où  » chacun sait qu’il travaille sur l’excellence et a conscience de toucher un salaire infime (10h par jour pour cinq cents à neuf cents euros par mois). «   Ces ateliers sont autant de zones de non-droit du capitalisme qui pour augmenter démesurément ses profits, s’associe honteusement et dans l’illégalité totale à la mafia. 

 » Dans ce coin de Campanie, les grandes marques italiennes organisent des enchères très particulières « . Ainsi quand l’une d’elles propose 800 vêtements à fabriquer, la dernière proposition d’un patron :  » Vingt euros (pièce) en vingt-cinq jours «  est une véritable aubaine. Mais  » les marques italiennes ne paient qu’une fois le travail fait, ou mieux : une fois qu’elles l’ont accepté. Salaires, coûts de fabrication et même frais d’expédition : les fabricants avancent tout de leur poche. Les clans prêtent de l’argent aux entrepreneurs qui opèrent dans leur zone d’influence : à Arzano les Di Lauro, à Sant’Antimo les Verde, à Crispano les Cennamo et ainsi de suite…Faire appel à la camorra est également la seule solution qu’ont les salariés qui veulent obtenir un prêt immobilier… Les entrepreneurs qui ne satisferont pas aux exigences des marques trouveront des acheteurs : ils vendront aux clans, qui redirigeront les produits vers le marché de la contrefaçon. La mode des défilés, le lustre des soirées mondaines ; tout vient d’ici. De la région de Naples et du Salento, les principaux centres de production textile au noir… «   

R. Saviano avait rencontré  Pasquale, couturier talentueux :  » Il travaillait sur des vêtements et des dessins que lui envoyaient directement les stylistes… Certaines griffes – qui se fiaient à ses compétences – l’autorisaient à commander la matière première en Chine et à vérifier lui-même sa qualité. «   Pasquale savait qu’il fabriquait du rêve et du luxe pour l’Amérique mais quand il a vu  » à la télévision, Angelina Jolie… sur la scène lors de la soirée des Oscars, vêtue d’un magnifique tailleur-pantalon en satin blanc. Un tailleur fait sur mesure … cousu par [lui] dans un atelier au noir d’Arzano. [il] est sorti de la maison…… deux mois plus tard, ON l’avait mis au volant des camions… » (pp 39 -52)

Loin du rêve et de la poésie, la camorra s’est vengée des ouvriers immigrés comme elle s’est vengée de Pasquale,      comme elle VEUT se venger de R. Saviano. Ce n’est pas du cinéma, ce n’est pas un jeu vidéo, c’est LA VRAIE VIE,  la vie d’un innocent condamné à mort par des criminels aux complices innombrables, puissants et armés sur toute la planète …

Roberto Saviano attend. Il attend que toutes celles et tous ceux qui ont voix au chapitre dans les médias, écrivains, journalistes, artistes, politiciens, chefs d’entreprise, mécènes, PDG, avocats, philosophes, défenseurs des droits de l’homme et de la femme etc. se réveillent en comprenant que  » la fabrique de rêve  » pour les client(e)s fortuné(e)s – qu’ils/elles sont peut-être (?) – n’est qu’un cauchemar hideux pour les plus pauvres.

                                                                 

*  Agence France Presse (AFP.) Le Monde 21/22.09.08 quinze lignes bas de page

       » Selon les journaux italiens …le clan des Casalesi … l’un des plus violents de la camorra…responsable de la récente tuerie de Castel Volturno  »  aurait placé un « contrat » sur l’écrivain Roberto Saviano et veut qu’[il] soit exécuté avant Noël. » /AFP et Reuters Lemonde.fr 14.10.08

     La camorra agissant de fait comme le bras armé du capitalisme frauduleux qui VEUT également faire taire  R. Saviano,  » l’empêcheur d’exploiter à fond « .

** Roberto Saviano Prisonnier de  » Gomorra  » une page Philippe Ridet Le Monde  17.10.08
***  Rêve et poésie à Milan , Une mode légère, colorée et gaie  – citations en italique deux pages articles de Véronique Lorelle Envoyée spéciale Le Monde 24.09 et 27.09.08 

Voir  Angelina Jolie (Beauty & Life –         Photo Getty Images)  En 2001 pour la soirée des Oscars  » elle opta pour un sobre tailleur-pantalon blanc signé par le duo de créateurs Dolce & Gabbana.  »

oscars-2001  

         26 mars 2009  :  le lien vers cette  photo d’Angelina Jolie était supprimé ; il avait  subi  auparavant de multiples suppressions avec messages d’erreur .
  messages d’erreur ou messages de vérité ?       

—————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta et cosa nostra

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europe – n’drangheta (mafia calabraise) réalisatrice Agnès Gattegno
*RFI 11.05.09 Arrestation dans son bunker d’un parrain de la mafia calabraise Salvatore Coluccio le 10 mai 2009

2- Halte à la mafia – cosa nostra (mafia sicilienne) réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

                                       
Roberto Saviano sur France 5  le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50. François Busnel l’accueille dans La Grande Librairie.
        Samedi 21 mars 2009          
 » Manifestation anti-mafia à Naples
Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre la mafia, dans le cadre de la Journée de la mémoire des victime de la « pieuvre ». L’écrivain Roberto Saviano, menacé de mort par la camorra, pour son enquête intitulée Gomorra, sur les crimes de la mafia napolitaine, était dans le cortège.  » (AFP.) Le Monde 24.03.09                                                        

Du trafic de cannabis ? en (Ile-de-)France ?

ÎÎÎ**                5 octobre 2008

Souvenez-vous ! c’était en avril 2008 et des questions* pouvaient se poser suite à l’opération menée par la police et la justice à Sevran. Pourquoi de si maigres résultats ? Alors certains ( devinez lesquels ) avaient ironisé, jubilé ou fanfaronné ! D’autres avaient même cherché à ridiculiser la police et … le procureur de Bobigny.  En fait, pour qui suit l’évolution des trafics illicites en Ile-de-France comme sur tout le territoire, on avait assisté là, à une mise en scène « ordinaire » de truands habiles (si informés- par qui ?) à dissimuler les preuves de leurs méfaits.

Mais la réalité redevient visible **au travers du procès qui s’est ouvert le 23 septembre 2008 au tribunal correctionnel de Bobigny. On y apprend le fonctionnement du trafic « ordinaire » de cannabis dans la bonne ville de      Sevran       (mais que tou(te)s les maires des 36000 communes*** de France en soient informé(e)s, cela se passe de la même façon chez eux).
L. Bronner nous décrit donc les coulisses sordides d’un trafic « ordinaire » de cannabis : « plus de 200 kg de résine de cannabis, en blocs ou en plaquettes dans des valises, des sacs plastique, des cartons, des sacs de sport. Un total de 185 000 euros au fond des placards ou dans des coffres-forts. Des talkies-walkies utilisés par les guetteurs. Des armes de guerre. »
Il est question de la lourde emprise des trafiquants sur leur voisinage. Par des menaces, des violences, des voitures incendiées etc. et/ou des sortes de  salaires « quelques dizaines ou centaines d’euros, accompagnés, parfois, de « barrettes de cannabis gratuites », ils constituent une organisation qui ressemblerait fort à celle de la camorra.****
On assiste ainsi à la gestation d’une mafia, avec des « nourrices », nom donné à celles et ceux « amenés à stocker de la drogue, de l’argent et des armes dans leurs appartements pour déjouer les surveillances policières», et un parrain.

*** Fadela Amara le disait le 11.02.08 : « Et il y a aussi, vous le savez, des jeunes dans les quartiers qui ne veulent pas que la police revienne car ils sont en train d’organiser l’économie parallèle. Et ils ont pris en otage tout le monde. Je fais partie de ces gens qui veulent faire péter ces économies parallèles et permettre aux gens des cités de vivre  librement et tranquillement. »

  LA LOI du SILENCE imposée par les systèmes mafieux aux habitants de nos villes, pour les soumettre et garantir leurs monstreux profits de centaines de millions d’euros, est le début d’une subversion criminelle contre notre démocratie républicaine

***   Pour éviter le pire, il en est encore temps, saurons-nous voir, entendre

                                                    et… PARLER  ? 

   Un an plus tard … Attention danger !                 

  Sevran  10 août 2009 : L ‘incendie avec deux départs de feu au 1er et au 7ème étage dans un immeuble des Beaudottes a fait cinq morts (deux enfants, un nourrisson et deux hommes) et 27 personnes intoxiquées.            

              La phase prévisible de la guerre entre chefs mafieux avec la terreur barbare qu’ils veulent instaurer dans leurs « territoires »  se met-elle en place  ?

Selon le maire Stéphane Gatignon, cet immeuble en partie brûlé est  au centre d’un  « système carrément mafieuxC’est un trafic à grosse échelle qui met en jeu d’importantes sommes d’argent. »
extrait
de l’article d’Yves Bordenave Incendie de Sevran : la piste d’un règlement de comptes est privilégiée     Le Monde 12.08.09

                   

 * cf mes notes Questions sur le trafic de drogue du 25.04.08, Ni le cannabis ni la cocaïne ne rendent intelligent du 13.06.2008 et Cadres (privé/public) et cocaïnedu 27.01.2008.

** Luc Bronner  Le procès d’un trafic de cannabis à Sevran illustre l’enracinement du  » business » dans les quartiers. Le Monde 4.10.08

*** car ils/elles doivent savoir que « la demande annuelle de cette drogue en France s’élève à 208 tonnes ».  En italique,  information du commissaire divisionnaire Jean-Michel Colombani, chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants ( OCRTIS ). Cela fait beaucoup d’argent. « Le montant issu de la vente de haschisch s’établirait entre 746 et 832 millions d’euros ». Extrait de l’article de Mustapha Kessous Cannabis Trafic, réseaux et profits Le Monde 15.02.08

**** Lire  Gomorra de R. Saviano (re)voir  Gomorra, le film de M. Garrone –   ma note du 29.08.08

*** Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la ville, lors du débat organisé par  » Le Monde  » le 11 février 2008.

      Roberto Saviano sur France 5 – il est accueilli par François Busnel dans La Grande Librairie, le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.

—————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta et cosa nostra

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europe n’drangheta (mafia calabraise) réalisatrice Agnès Gattegno

2- Halte à la mafia – cosa nostra (mafia sicilienne) réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

Gomorra

  FILM  IMPRESSIONNANT de Matteo Garrone d’après le livre éponyme de Roberto Saviano. Il nous donne à voir le «  monde apocalyptique « *  de la camorra, la mafia napolitaine. Loin, très loin des clichés d’Hollywood, faisant d’Al Capone et autres parrains,  des  » icônes « .

 Film sans complaisance donc, sans romance ni état d’âme.  Matteo Garrone filme la férocité humaine, l’abominable apprentissage de très jeunes garçons à l’école du crime. 

Film réaliste, film courageux : la dictature de la Camorra a déjà condamné la belle ville de Naples et la fertile Campanie au pourrissement des ordures et aux déchets toxiques. Elle perpétue au XXI ème siècle l’asservissement des plus pauvres dans les ateliers clandestins, pour développer aux Etats-Unis, en Afrique, en Amérique latine, en Italie et dans toute l’Europe, de gigantesques profits ; avec le commerce de toutes les drogues, de toutes les armes, des articles de luxe et de Haute couture, avec la construction de complexes hôteliers et résidentiels de luxe dans les régions les plus touristiques etc. etc.

A la question : « un film peut-il changer les choses ? » Maria Nazionale**, après avoir dit combien le film reflétait l’actualité de chaque jour à Naples, répond que  » ça peut aider à réfléchir – ça peut être un espoir surtout  » ; et son visage s’éclaire d’un merveilleux sourire pour exprimer sa fierté d’être napolitaine. Roberto Saviano, napolitain lui aussi, n’est ni  » vraiment très optimiste [ni] désespéré «  ; le film*** peut faire  » bouger les consciences « … son livre aussi.

… la démocratie, que la camorra a condamnée à mort, bouge encore.

                                                                          

  * Entretien pendant le Festival de Cannes 2008 avec Matteo Garrone, Roberto Saviano et les acteurs du film.  

  ** Maria dans le film

  *** Gomorra

  cf ma note   Rêve à Milan et cauchemar à Naples 21.10.08

     Roberto Saviano sur France 5 – il est accueilli par François Busnel dans La grande Librairie le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.    » …Toute la cocaïne française est traitée à travers les cartels italiens qui traitent avec les cartels d’Amérique du Sud … » R.S.     

—————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta et cosa nostra

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europe – n’drangheta (mafia calabraise) réalisatrice Agnès Gattegno

 2- Halte à la mafia – cosa nostra (mafia sicilienne) réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

Ni le cannabis ni la cocaïne ne rendent intelligent

 Conseil à nos futur(e)s lauréat(e)s    Note du 13 juin 2008  revue le 8 juin 2015         


  À vous, Cher Ulysse et Chère Pénélope, vous qui abordez l’Odyssée 2015 du baccalauréat ou du brevet, j’espère que  vous n’avez pas  écouté les Sirènes qui vous susurraient à l’oreille, depuis la 5ème, les délices du cannabis  (1) et de la cocaïne  (2). Ce sont de drôles de Sirènes qui n’auraient fait qu’engraisser avec votre argent (celui de votre famille) les requins du terrorisme international.

D’ailleurs, vous vous en doutiez un peu, la régulière et exorbitante cotisation à la Grande Truanderie de la drogue ne remboursera pas vos futures dépenses de santé. Pour cela vous ne pourrez compter que sur la bonne vieille Sécurité sociale … Tiens, si vous révisiez l’histoire du syndicalisme et des luttes sociales en France ?

Bref, Cher Ulysse et Chère Pénélope, vous l’aviez compris,  le cannabis, la cocaïne etc. ne remplaceront jamais une bonne année de travail opiniâtre. Et si l’on comptait sur la drogue pour devenir intelligent, on aurait déjà tout faux. Les Sirènes, on le sait, ne racontent que des bobards. L’esprit s’embrouille, la mémoire immédiate disparaît avec la concentration, et la révision devient mission impossible.

Vous êtes beaucoup trop malins pour penser que la drogue changera le candidat ignorant en petit génie. Renifler la poudre, fumer l’herbe ne vous souffleront ni l’inspiration ni le savoir, devant le sujet de français, de philosophie ou de mathématiques. Le génie, c’est apprendre à réfléchir et à travailler régulièrement afin de réussir, tout en évitant  les sombres écueils   “ des troubles psychiques … des délires paranoïdes et …des attaques de panique.”

      Alors bon vent à vous !  
________________________

Pourquoi la consommation de cannabis est dangereuse ?
 Professeur Jean Costentin  – Unité neuropsychopharmacologie, faculté de médecine et de pharmacie de Rouen.
————-

 Voir aussi OFDT Observatoire français des drogues et des toxicomanies)
Les drogues à 17 ans. Analyse de l’enquête ESCAPAD  2014
“ En 2014, près de 9 adolescents de 17 ans sur 10 ont déjà bu de l’alcool (89,3%)
– près  de 7 sur 10 ont déjà fumé une cigarette (68,4%)
–  près  de 5 sur 10
ont déjà fumé du cannabis  (47,8%)”.
  Conclusion : Un jeune français de 17 ans sur deux a donc déjà expérimenté l’alcool, le tabac et le cannabis dès le collège

 Bon à savoir : l’effet « lourdingue » de la cocaïne :        

Témoignage de C. décoratrice de 35 ans : « … C. a vite compris le revers de la médaille en voyant ses collègues, ses patrons ou ses clients sous l’emprise de la cocaïne : « Les effets négatifs, on ne les voit pas sur soi, mais sur les autres, c’est criant. Un type sous coke se met à raisonner en boucle, il devient lourdingue. Il est de plus en plus surexcité, impatient. Hyper-sensible aussi, un rien l’agace. Puis il devient arrogant, parano, agressif. Il a toujours raison, les autres sont des cons, point. » La dépendance psychologique s’installe rapidement…  » Enquête La cocaïne au quotidien Yves Eudes Le Monde 13.04.2006
__________________

…    Du 13 juin 2008 au 6 juin 2015

 Roberto Saviano  (
Gomorra/ Gallimard 2007) sur France 5, accueilli par François Busnel dans La Grande Librairie le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.  
 » …Toute la cocaïne française est traitée à travers les cartels italiens qui traitent avec les cartels d’Amérique du Sud … » R.S.          

Le lent travail de pourrissement de notre société démocratique se poursuit. (Cf. ma note Cadres (privé / public) et cocaïne du 27 janvier 2008).  Les gangs et les mafias redoutables qui les approvisionnent sont actifs sur tout notre territoire  (Cf. ma note Du trafic de cannabis ? en ( Ile-de) France ?  du 10 octobre 2008).

♦ Voir  la page l’INSERM et les jeunes face au délire de Terra Nova -6 juin 2015

_______________________