Sous la loupe du conseil de la jeunesse de Seine-Saint-Denis

   Le Monde du 93 * tel qu’il est mis en pages par le conseil de la jeunesse **de Seine-Saint-Denis nous donne à voir des pans entiers d’une réalité, la plupart du temps occultée  par les seules actualités dramatiques.

Dès l’éditorial d’Ingrid Nivert et d’Eros N’Simba, nous apprenons que le conseil travaille depuis juin 2006 sur  » l’image des jeunes, la relation jeunes-police, l’égalité des chances à l’école et le logement « .

Les forces vives sont là, comme partout ailleurs, dans un riche tissu associatif qui aide à la réalisation de projets visant à la réussite scolaire des enfants ou à « une nouvelle solidarité Nord-Sud « .

Eros N’Simba, dans son article  » Les primo-votants, entre découragement, désir de changement et volonté d’agir  » exprime clairement toute l’importance qu’aurait  » l’implication de ces jeunes au sein d’associations et de partis politiques. »

Notre société s’est construite siècle après siècle grâce à l’enthousiasme, à la générosité et au génie de sa jeunesse. Plus que jamais elle a besoin de tous les talents et de toutes les imaginations créatives.  Bienvenue aux jeunes citoyens !

* Cahier du « Monde » daté mercredi 16 janvier 2008

**  conseil départemental de la jeunesse, des sports et de la vie associative (CDJSVA)

La visite de l’Oncle Sam

 Ainsi, ayant attendu sept longues années pour se pencher sur  le dossier d’Israël et de la Palestine, la diplomatie républicaine ficelle depuis Annapolis une sorte d’ultimatum d’un an pour aboutir au traité de paix.

Avec sept ans de déni total des problèmes humanitaires dans les territoires palestiniens jusqu’à  la catastrophique scission politique entre Gaza et la Cisjordanie, et une sanglante guerre en Irak, l’Oncle Sam en viendrait-il  à considérer que sa politique internationale est un brûlot permanent qu’il s’agirait éteindre ?

Le miracle annoncé que serait une paix-éclair  » à l’américaine », pourrait bien n’être qu’un mirage. De fait, sa visite au Proche-Orient le montre tel qu’il est, un poisson dans le pétrole du désert arabique. Sa  tournée vise surtout à caler son éventuelle intervention en Iran – les marchands de bombes s’en frottent déjà les mains – sales.  

Il en est un qui ne semble pas confondre M. Bush  avec un messager de paix. C’est Mgr Elias Chakkour, palestinien, israélien, archevêque Grec-catholique de Galilée, chargé  d’accompagner le président au Mont des Béatitudes – à la demande du gouvernement israélien et de l’ambassade des Etats-Unis en Israël- :  » Nous sommes une voix qui crie dans le désert, et nous voulons crier avec l’espérance qu’il y a encore une pièce de terrain fertile dans sa conscience, pour qu’il comprenne que ce n’est pas comme cela qu’on régit le monde, en éliminant une nation, en oppressant une autre nation, en favorisant une troisième nation. C’est pas comme cela que l’histoire s’écrit *… »

* propos recueillis par Xavier Sartre pour Radio Vatican.

NB  Et pour les affamés de fraternité, il y a aussi « La Visite de la Fanfare » !

Salam Shalom

Note du 25 décembre 2007 à 21 h

Quel temps faisait-il ce samedi 29 novembre 1947 à New York  ? Peu importe à vrai dire,  mais ce fut le jour du vote du Plan de Partage de la Palestine et le déclenchement d’un vent de tempête qui  brise  des vies depuis trois générations. La cruelle diplomatie internationale de 1947 n’ayant pu concevoir l’installation du «septième million» * survivant du drame de la Shoah, qu’au prix de l’exode, des souffrances et des humiliations de 800 000 Palestiniens.

Des 45% de la Palestine sous mandat britannique qui furent attribués aux Palestiniens, en 1947,  il ne reste plus que 22% – densité 612 hab/km2  (environ la superficie du département d’Indre- et- Loire – densité 90 hab/km2). 22%, serait-ce encore trop ?

Shalom Salam, deux mots magnifiques pour dire la paix en hébreu et en arabe, deux mots magnifiques de la belle famille des langues sémitiques, deux mots magnifiques pour deux peuples si proches, filles et fils d’une même terre que l’on dit « trois fois sainte et sacrée».

Mais deux mots encore inaudibles, alors que les solutions concrètes existent. Il suffirait que cesse le vacarme des armes,  que s’arrêtent les machines qui  construisent un mur et des colonies, pour que l’on entende enfin la voix des Justes israéliens et palestiniens**, la voix de ceux  qui oeuvrent  inlassablement pour la paix, pour l’avenir de leurs enfants… ailleurs qu’en enfer.

     

 *Titre du livre et du film de Tom Seguev 

** la voix de ceux qui œuvrent inlassablement pour la paix comme   La Paix Maintenant.

                                                              

Qui a peur de la lecture à l’école maternelle ?

On connaissait   la peur du loup.  Est-ce la lecture du Petit Chaperon rouge qui a communiqué à une inspectrice générale de l’éducation nationale, un(e) maître de conférences en sciences du langage à l’IUFM de Versailles  et  à Alain Bentolila, professeur de linguistique à Paris-V, la peur de la lecture en grande section maternelle ?

En tout cas, il n’est actuellement de bon colloque * sur la formation des enseignants,   qui ne réactive ce frisson d’angoisse. Si bien que le prochain rapport de M. Bentolila sur la refondation de l’école maternelle lui fera, à n’en pas douter la part belle.

 Il est en effet celui qui, dès la fin du siècle dernier, a  mis en garde les enseignants contre le code graphique de l’écrit, d’une  » d’une telle complexité « ** qu’il bloque la communication.

Saperlipopette ! la lecture n’est pas un jeu pour les enfants !   Ce Barbe-bleue de la linguistique nous a  conté  » l’ aventure  » pendant laquelle, dans quatre-vingts classes des Yvelines,  il verrouilla tout préapprentissage de la lecture, son postulat étant  » qu’il ne faut pas proposer à un enfant de cinq ans un système d’adulteafin que les enfants forgent eux-mêmes la clé qui ouvre la porte de l’écrit… » 

Avec une abondante illustration,  il nous narre comment on peut communiquer avec pictogrammes et idéogrammes au premier trimestre et  dessiner encore une   vingtaine de phonogrammes jusqu’en avril.  Est-ce  l’effet du printemps ? mais  en mai et juin  “l’enfant doit être immergé dans un bain d’écrit, il doit manier (sic) des illustrés des affiches, des livres surtout.”

Surtout ? Enfin serait plus juste. Ce n’est pas très grave pour tous les enfants dont l’immersion dans l’écrit remonte aux premiers bains, mais comment ne pas penser aux autres dont la  seule plongée culturelle se fait à l’école maternelle ?

Ceux-là, Alain Bentolila les laisse à la porte de la « grande école » après avoir dit aux enseignants de leur  » présenter un tableau de correspondance avec les lettres de l’alphabet ; … non pas pour les leur faire acquérir mais simplement pour leur montrer qu’un autre code leur sera proposé,… un code d’adultes dont on leur montre l’utilisation dans des livres, sur des affiches. »  

 La clé forgée pendant un an et décorée de petits dessins n’ouvrira pas la porte de l’écrit, elle ne facilitera aucunement le futur apprentissage.  Alors que l’histoire de Barbe-bleue se termine bien, il se pourrait que nos jeunes « grands écoliers » aient à leur tour la peur d’apprendre à lire. 

Et ne trouvez-vous pas cette fin : ils ne furent pas heureux et ils n’apprirent pas à lire…   teRRiblement injuste ? 

* La maternelle doit se recentrer sur l’apprentissage du langage oral article de Martine Laronche et Catherine Rollot Le Monde 6/12/07

**  Les premiers pas dans le monde de l’écrit  A. Bentolila  in Recherches actuelles sur l’enseignement de la lecture  Retz 1976

Par la lunette du sociologue

 Pour Marwan Mohammed*, c’est un fait scientifique avéré : l’idée que   » les bandes de banlieue incarnent le danger social… matérialisent l’insécurité… » est au plus une  » attitude collective « ,  » un objet social [qui] n’a jamais été défini précisément « , voire  » une représentation « .  D’ailleurs, selon lui  » L’observateur extérieur « (non sociologue) confondra facilement « un groupe d’adolescents qui ont le malheur de porter des capuches [avec] un regroupement de jeunes ayant un objectif criminel. »

 Ce fait est bien documenté depuis le Moyen-Age,  » il y a toujours eu des regroupements de jeunes avec un caractère conflictuel ou transgressif « … »et ces bandes étaient déjà montrées du doigt pour des viols collectifs, des violences en groupe, des bagarres, des troubles, etc. »

Mais le sociologue observe que  » mis à part l’aspect ludique ou quelques opportunités délinquantes, derrière les émeutes, il y a des colères et des demandes de changement. »  

Bref, ses études lui permettent désormais d’y voir plus clair dans la psychosociologie de ces groupes de jeunes et d’affirmer qu’ils veulent ainsi changer les  » situations économiques et sociales « , changer  » le regard porté par la société  » et changer « certaines pratiques policières« .

Donc, sociologiquement parlant : point n’est besoin pour les garçons de faire comme les filles et de travailler à l’école, au collège, ou au lycée, point n’est besoin pour eux de lire, de réfléchir etc. Ils ont  » la bande … [qui] offre une forte visibilité (sic) et de la reconnaissance à des jeunes qui se sentent invisibles parce qu’en échec scolaire ou professionnel. Elle [leur] offre une histoire. »

Et quelle histoire ! Un garçon, non seulement cela peut jouer à mettre le feu au quartier, mais c’est bon pour lui, c’est bon pour la survie du groupe.

Où voir « un danger social » puisque le but de la bande est de changer la société ? Et en effet, cela change tout pour celui ou celle qui n’a plus sa voiture, son école, son magasin, son autobus, son gymnase ; pour celui ou celle qui est blessé(e), brûlé(e), lapidé(e)… pour la collectivité qui financera les millions d’euros de la reconstruction

Pour celles et ceux qui sont spectateurs, pour les voisins, les gardiens de HLM, les animateurs de MJC, les enseignants, les maires, les pompiers et les policiers, la réalité est visiblement différente car  » l’aspect ludique ” disparaît vite dans la fumée. 

 La bande instaure ses propres lois, son code moral, son code pénal.  Gare aux contrevenants, à  » la police – qui rentre malheureusement dans le jeu en utilisant aussi le registre de l’intimidation, du viril et de l’informel« .

Serait-ce qu’en laissant la bande gouverner, le quartier pourrait devenir comme  elle,    » un espace de solidarité et de convivialité  » ? Quel dommage que ses habitants n’y voient que du feu !  

* sociologue au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales. Ses propos sont extraits de son entretien avec Luc Bronner Le Monde 9.10/12/ 2007