Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

L’incivilité est de l’anti-citoyenneté

mardi 4 octobre 2016  note revue le 23  octobre 2016

L’incivilité vue par l’œil perçant de Jean de La Bruyère (1) sous Louis XIV, et cela vaut aussi pour la France de 2016.

 » L’incivilité n’est pas un vice de l’âme ; elle est l’effet de plusieurs vices, de la sotte vanité, de l’ignorance de ses devoirs, de la stupidité, de la distraction, du mépris des autres, de la jalousie. Pour ne se répandre que sur les dehors, elle n’en est que plus haïssable, parce que c’est toujours un défaut visible et manifeste ; (…)

Le commun des hommes va de la colère à l’injure ; quelques-uns en usent autrement : ils offensent, et puis ils se fâchent. (…)

Si la pauvreté est la mère des crimes, le défaut d’esprit en est le père
.

Il est difficile qu’un fort malhonnête homme ait assez d’esprit ; un génie qui est droit et perçant conduit enfin à la règle, à la probité, à la vertu. Il manque du sens et de la pénétration à celui qui s’opiniâtre dans le mauvais comme dans le faux : l’on cherche en vain à le corriger par des traits de satire qui le désignent aux autres, et où il ne se reconnaît pas lui-même ; ce sont des injures dites à un sourd. (…)

À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur ; l’inhumanité, de fermeté : et la fourberie, d’esprit.
Les fourbes croient aisément que les autres le sont : ils ne peuvent guère être trompés, et ils ne trompent pas longtemps.
(…)    On ne trompe point en bien ; la fourberie ajoute la malice au mensonge.  »
  ……………………………………………………………


Retour sur
l’expression  « vivre-ensemble » qui, dans la phraséologie du  PS, occulte le mot  » citoyenneté ».

Qu’est-ce-que ce « vivre ensemble«  magique de MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, de Mme Vallaud-Belkacem …    ?

Comment « vivre ensemble«  quand  les chefs religieux du soi-disant « islam de France », MM. Boubakeur, Ramadan et Lasfar restent spectateurs inertes, sourds, figés, passifs, alors que de toute part,  leurs coreligionnaires assassins appellent au djihad en France, et nous massacrent au nom de leur dieu ?

À moins que  ce « vivre ensemble«  ne soit, après chacun des massacres, que cette  pitoyable mise en scène de cérémonie  religieuse, rassemblant trois catégories d’ hommes, dans leur grand apparat de robes et de bonnets  et  « priant ensemble »  leurs trois dieux ?

…  En attendant bien sûr, le prochain « mourir ensemble »…  des futures victimes innocentes …

  ♦  L‘incivilité est de l’anti -citoyenneté, de l’anti-respect des  autres et des lois, et depuis la montée de l’islamisme salafiste, de la subversion terroriste contre notre  laïcité fraternelle et citoyenne …

1  Les Caractères  – Chapitre X –  De l’homme -1688
_________________

 

               Apostille  sur l’école et l’incivilité

  Avec la radicalisation islamique, l’ignoble incivilité sanglante est présente partout ; elle vise – depuis 2012  et les massacres de Mohamed Merah- les élèves, les professeurs, les directeurs, les principaux de collège, les proviseurs,  tout comme ceux qui les protègent, les policiers et les gendarmes.
À la rentrée 2016, l’Éducation nationale évoquait aussi « 600 élèves considérés comme dangereux* » sachant que pour la ministre Najat Vallaud-Belkacem, cela ne voulait pas dire « que chacun de ces élèves est dangereux ». … Jusqu’où ira son déni d’une réalité tragique ?  

 ♦  Et  c’est peu dire que le plus difficile reste à faire pour combattre l’incivilité faite d’ignorance de ses devoirs, de stupidité et de mépris des autres !  
 Le projet présidentiel de M. Hollande en 2012,  modestement nommé  « Refondation de l’école de la République« ,-  et dont « le socle »,  bricolé pendant deux ans par MM. Peillon et Hamon,  a fini bâclé par Mme Vallaud-Belkacem-, n’aura aucun effet bénéfique, ni sur la qualité des apprentissages du CP à la Troisième, ni sur l’éducation à la citoyenneté.

Quand redonnera-t-on  du temps au temps scolaire ?  Ni les familles ni le secteur du  tourisme ne devraient être donneurs  d’ordre.
Quand les professeurs, porteurs de nos valeurs humanistes, auront-ils à nouveau le temps et la formation nécessaires pour  mener à bien les apprentissages, pour l’éveil des intelligences, pour dire et faire découvrir le vrai, le bon, le juste et aussi le beau ?      
                                       ♦___________♦

4 octobre 2016   Commentaires fermés sur L’incivilité est de l’anti-citoyenneté

Le droit au calme, à la beauté et au savoir à l’école

22-29 novembre 2015

  On a vu comment la fameuse Refondation de  l’école, claironnée depuis 2012 par MM. Hollande, Peillon, Hamon et Mmes Pau-Langevin et Vallaud-Belkacem, n’avait consisté qu’à faire financer, de façon ruineuse pour les municipalités, le remplacement du temps scolaire par des activités périscolaires – autrement dit un appauvrissement des apprentissages fondamentaux.

On a vu comment l’apprentissage des valeurs morales et laïques avait été reporté à la rentrée 2015, afin de privilégier en 2013 et 2014 leur idée fixe :  la « notion de genre  »  justifiant  le mariage homosexuel (seule promesse tenue du candidat) – diversion programmée pour laisser prêcher le djihad dans les mosquées en France et fermer les yeux sur la radicalisation des organisations islamiques.

On a vu comment Mme Vallaud-Belkacem achève bien le collège avec sa réforme qui supprime encore de précieuses heures d’apprentissage pour des activités dites transversales (pure chimère, quand on sait la faiblesse des acquisitions en langue française / vocabulaire-orthographe- conjugaison- syntaxe et compréhension en lecture/ des élèves de 6ème) et les fleurons que sont les langues fondatrices de notre français : le latin et le grec.

On a vu comment l’ École de la République – (di)version Hollande Peillon Hamon Vallaud-Belkacem- a laissé filer la laïcité en n’appliquant pas la loi ; et si les collégiens français sont à 15 ans moins instruits et moins vifs que ceux de 24 autres pays [Pisa 2013] , les niveaux de violence dans les collèges et les lycées atteignent par contre des records … Je ne refais pas ici la liste interminable des actes criminels commis en milieux scolaires – sur les élèves, sur les professeurs – principaux et proviseurs …

… ♥ Or, la première condition de réussite scolaire et intellectuelle est le calme qui permet l’attention et la concentration, donc le travail intelligent dans une classe, où chacun(e) aurait pris conscience de la nécessité de ce calme pour la réussite de tous, c’est-à-dire lorsque chacun(e) commence à se penser citoyen(ne).

…   Et, dans la refondation du calme intelligent, le port de la  blouse serait une bonne approche qui gommerait  l’apparence vestimentaire et son marquage socio-culturel  et  diminuerait  les réactions  et les excitations   sur les  différences entre les élèves, qui sont à l’origine des troubles continuels (cris, insultes, menaces, harcèlements, coups etc.) qui dévastent les journées de classe.

…♥ Et quoi de mieux pour apaiser, que la beauté et l’harmonie de la musique classique aux horaires d’entrée, de sortie, de pauses et d’interclasses  ?
Cette découverte quotidienne d’un univers musical exceptionnel ne serait-elle pas  une vraie chance de culture, pour la plupart des collégiens et des lycéens ?
   ♥ Entendre ensemble, pour la première fois, un concerto pour luth  et mandoline de Vivaldi  ? Une symphonie de Haydn ? Une sonate pour violon et piano de Fauré ? Un  quatuor de Beethoven ? Des airs d’opéras de Mozart ?  Ce serait simplement  du bonheur !

♥ Ainsi  à l’école, au collège et au lycée, ce serait déjà l’ébauche d’une chance d’avoir le droit au calme et à la beauté pour mieux apprendre – et même apprendre « à la perfection »   disait Édouard Glissant * !

_____________________

* Source :  Un siècle d’écrivains France 3 /1996
Édouard Glissant Écrivain poète (1928 Sainte-Marie en Martinique -2011 Paris)

…………………………à suivre … 
Redonner  aux collégiens et aux lycéens le calme  et la paix  dans leurs établissements scolaires est la responsabilité politique du gouvernement.
Face à la tragédie islamique qui ensanglante  la France  et le monde, l’éveil à la compréhension de la gravité de la situation actuelle rend encore plus impérative la nécessité d’apprendre  …. 

_________________________

NB      Survol d’une Refondation PS type- Hollande-Peillon- Hamon- Pau-Langevin- Vallaud-Belkacem :

En copie à M.Peillon et au comité de pilotage 8 juillet 2012

Les apostilles de la « refondation de l’Ecole de la République »  14 septembre 2012

M. Peillon et son double langage sur la morale et le haschisch  15 octobre 2012

Des hussards noirs de la Troisième République … 19 février 2013

La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ? 3 février 2014

……………………………

22 novembre 2015   Commentaires fermés sur Le droit au calme, à la beauté et au savoir à l’école

F. Hollande persiste dans le déni de la loi sur la burqa

Note du 19.03.2015  actualisée le 16 avril 2016
/ suite à l’émission spéciale « Dialogues citoyens », avec M. Hollande, sur France 2, jeudi 14 avril 2016.

En plus d’être un politicien narcissique, omnubilé par sa seule réélection, en plus de ses propos oiseux, M. Hollande a la mémoire courte.

Rappelons donc la loi au président Hollande mais aussi aux islamistes du CFCM et de l’UOIF – frères musulmans – salafistes et djihadistes,  qui  font
comme si on était  déjà (?)  sous le gouvernement de l’État islamique,  et qui défient et bafouent avec arrogance – après plus de cinq années  de promulgation, la loi républicaine :

LOI n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public 

Article 1  :  Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.

Article 2  :  I. ― Pour l’application de l’article 1er, l’espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public.

♦ Rappelons à tous ces Messieurs que les Facultés de l’Université française sont des lieux publics, des lieux d’enseignement public,  avec des professeurs salariés du secteur public.

Et pour les étudiantes comme pour les élèves des écoles primaires, des collèges et des lycées, aucun signe d’appartenance à une religion ne peut être admis.

♦  Sachez Messieurs, une fois pour toutes, que ni la bible, ni  la torah, ni le coran, ne feront plus JAMAIS la loi en France. 
La séparation des églises
(temples et mosquées) et de l’État est DÉFINITIVE depuis 1905.
Nos Communards, précurseurs géniaux – avant d’être massacrés par deux autres
(futurs) présidents de la République, les ignobles Thiers et Mac-Mahon- l’avaient instituée, il y a 145 ans, le 2 avril 1871.

                                 Nul ne touchera à notre laïcité, si tragiquement défendue dans le sang de la Commune, et qui est fraternité universelle !


Je m’interroge sur la situation actuelle :

– un président de la République qui n’obéit pas aux lois républicaines,

– un président de la République qui n’interdit pas des attroupements nocturnes, avec trafics de drogues et incitations à la haine et à la violence  (comme ces voix pâteuses qui traitent Alain Finkielkraut de « fasciste »…)

– un président de la République qui  tolère ainsi que des centaines d’hommes cagoulés  sèment la peur et la casse dans les quartiers de Paris, la nuit du 14 avril 2016, blessant des policiers,

– un président de la République qui laisse beugler le fameux slogan éculé  : « CRS  SS »  chers aux  petits bourgeois  trotskistes menés par Cohn-Bendit en 1968,

                               ALORS  que la France  de 2016 est en État d’urgence,  et que le devoir du président est de veiller à la sauvegarde de sa population, dont la sécurité est assurée par nos courageux militaires,  gendarmes et  policiers, qui luttent quotidiennement contre le terrorisme islamique.

Un tel président de la République n’est-il pas passible  de destitution ?

_______________________________________
_______________________________________

 

19 mars 2015

C’est peu dire que l’actualité en France me tire à nouveau par la manche. Il aura fallu que M. Sarkozy, ce mardi 17 mars 2015, rappelle simplement la loi d’interdiction de la burqa* dans les espaces et les lieux publics et en priorité absolue dans les établissements scolaires, en l’occurrence à l’Université  pour que le PS,  en infraction totale avec la loi, ose crier au scandale !

Il faut dire que le PS  rechigne devant la loi républicaine et laïque. Mais alors où le PS  puise-t-il son idéologie ? Au Qatar**, en Arabie saoudite, en Iran. Le PS préfère la loi islamique. Le PS préfère obéir au coran de MM. Lasfar; Boubakeur, Zekhri et Moussaoui. C’est pourquoi l’ordre a été donné à la police et à la justice depuis l’élection de M. Hollande en 2012, de ne pas appliquer la loi.
 

Non seulement, le PS n’applique pas la loi d’interdiction de la burqa, mais en plus pour montrer son allégeance à l’UOIF –créature intégriste de l’Arabie saoudite– et pêcher des voix  inch’allah, le PS  (toujours pour gagner en 2017)  ne finira-t-il pas par proposer au Parlement une loi décrétant le porc TABOU*** dans les établissements scolaires ?

♠ Laisserons-nous  MM Hollande, Valls et Mme Vallaud-Belkacem décider que notre alimentation omnivore millénaire est « impure » parce que non conforme au « sacré » du coran ?  Mais que viennent faire « le sacré et l’impur » dans nos écoles laïques ?

 – Chaque burqa n’est que le signe d’ un communautarisme agressif de salafistes djihadistes qui, en France, punissent de la sorte  les femmes « impures »  comme le font les talibans au Pakistan et en Afghanistan, les hommes de  l’État islamique en Irak et en Syrie, les chiites en Iran, l’émir d’Arabie et les hommes de Boko Haram en Afrique. Pas de quoi être fier !

– Chaque famille (souvent le père menaçant)  qui exige un régime pour son (ses) enfant(s) à l’école publique selon sa religion marque son appartenance à un communautarisme dominateur,  contre la laïcité, contre notre loi républicaine.

◊ L’école  laïque n’est pas un lieu religieux, c’est un lieu libéré de toute obédience à de quelconques dieux, à de quelconques dogmes, ce qui en fait pour les jeunes, le lieu idéal pour développer en toute liberté de pensée  leur intelligence et acquérir les savoirs qui fonderont leur avenir.
◊ L’école laïque protège la jeunesse du prosélytisme religieux  permanent. Imaginons un instant que notre République laisse 2, 3, 4, 5 religions  prendre le pouvoir dans nos écoles divisées en 5 classes  où les  parents décrèteraient les programmes et les méthodes, les temps pour les 5 prières 5 fois par jour et les 5 jours fériés différents.  Et tout cela bien sûr, sans bœuf, sans porc, sans viande, sans viande avec légumes etc.  

♠♠ Or, non seulement le PS  programme la très résistible ascension du coran intégriste  dans nos écoles et nos facultés laïques, mais  pour capter  les voix des musulmans tous considérés (?)  comme  intégristes islamistes et non laïques, donc mécontents de notre école gratuite (?) ,  il concocte des ouvertures d’écoles coraniques à la mode des talibans, aux frais de la République.
Ce seront les réponses « coraniques «   de F. Hollande  à la haine islamiste contre la France, aux massacres de citoyens français perpétrés par les Merah , Kouachi et Coulibaly . L’État républicain ne contrôle pas les prêches en arabe dans les mosquées et dans les prisons, il ne contrôlera rien dans les écoles coraniques.
Les  sinistres effets sont garantis : toujours plus d’islam intégriste, toujours plus de crimes contre l’humanité ! Les futurs imams directeurs suivront à la lettre les programmes que leur imposera depuis Saint-Denis , la Mecque de l’islam en France,  l’Institut  européen des sciences humaines (IESH)  de MM. Jaballah et Ramadan rattaché à l’UOIF et aux frères musulmans -c’est-à-dire avec l’objectif  de former des bataillons de djihadistes sur tout le territoire national.
Les filles iront à l’école en burqa
et les garçons en djellaba, le français sera la deuxième langue qu’ils ne sauront ni parler, ni lire, ni écrire, car  il n’est permis selon ce dieu que de réciter par cœur en arabe le coran. Plus de sport  pour les filles,  plus de programme scientifique, plus d’Histoire de France, plus de morale citoyenne et humaniste …

Saurons-nous  résister à ce renforcement du communautarisme qui stigmatise, discrimine  les enfants et les jeunes de l’école maternelle  à l’Université ?
– Saurons-nous  résister à cette violence faite à notre idéal laïque 
qui  considère tout enfant comme une personne (quelque soit la religion de sa famille)  libre citoyen(ne) en devenir, dans un pays sans dogme religieux d’État ?
– Saurons-nous  défendre notre fraternité face à la haine générée honteusement par les intégristes ?

♦♦♦ De sinistre mémoire, l’étoile jaune préparait en France, par la volonté de MM.Pétain et  Laval, aux ordres des nazis, l’abominable déportation et la mort effroyable des personnes de confession juive.
♦♦♦ La burqa est l’étoile jaune des musulmanes, et  la mort est pour nous tous, les non islamistes, comme en janvier 2015.
MM. Hollande et Valls, Mmes et MM. de la majorité  PS au gouvernement et au Parlement, pensez-vous nous rejouer  honteusement cette tragédie jusqu’en 2022 ?

Votre devise serait-elle : Vive le mourir-ensemble ? Et jouer aux hypocrites larmoyants, lors des hommages funèbres aux victimes, serait-il votre seul savoir-faire politique et social  ?

Ne laissons pas stigmatiser ces femmes par les fascistes islamistes, les nazis d’aujourd’hui. Leur loi inique, la charia est à l’opposé de notre idéal de liberté, d’égalité et de fraternité. Ne laissons pas les fondamentalistes s’acharner contre ce qui fait notre identité nationale et notre force morale !

Le communautarisme qui veut  imposer  la charia aux musulman(e)s  induit une violence et des manifestations permanentes des familles contre l’école laïque et contre ses personnels enseignants ou techniques.  Non seulement, cette violence trouble la vie de l’école mais aussi la sensibilité et la sécurité affective des enfants, et cela dès le plus jeune âge****. Il est fini le joli temps où notre école laïque était un sanctuaire de calme et de paix , où syndicats d’enseignants et Fédération des conseils de parents d’élèves étaient des soutiens sans faille à la laïcité.

L’intrusion dans la société française d’une religion islamique qui veut supplanter nos lois (alors que la religion catholique a accepté la règle de la laïcité) est inadmissible.

Plus nous serons passifs devant la montée du communautarisme agressif, plus nous laisserons bafouer notre laïcité, plus les organisations islamiques nous mépriseront, plus elles nous haïront, plus elles s’imposeront comme une force politique réactionnaire et oppressive, plus elles se réjouiront en faisant semblant de pleurer quand leurs frères nous tueront, car enfin, c’est bien là le seul objectif monstrueux de la charia, le massacre des mécréants.

Apostille
Ne respectant pas la loi républicaine et laïque, et n’ayant aucune bonne politique sociale,  le PS se fait à la fois complice  de l’intégrisme islamique et  allié objectif du Front national, dont il est depuis 2002 le pourvoyeur.

Jeannette Bougrab s’exile [retour sur son entretien avec Ruth Elkrief du 8 janvier 2015 – BFMTV et sur le témoignage de Laurent Sourisseau (Riss) dessinateur de Charlie Hebdo le 21 janvier 2015 – C à vous France 5 ]

__________________________

* loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public / son décret d’application   circulaire du 2 mars 2011

** Le Qatar qui a déjà infiltré (après le Printemps de M. Pinault -entre autres)  le PSG ou Qatar Saint-Germain, dont l’ineffable attaquant multi millionnaire ne sait dire en français qu’un mot grossier sur notre pays ou   lever – comme les potes – son index pour nous montrer que son dieu nous a dans le collimateur !

*** La seule interdiction religieuse, avec également la menace de « péché (?sic) »  émanait du clergé catholique et romain, à savoir,  la viande le vendredi. Ironie du sort,  dans notre France paysanne et pauvre d’alors, car la viande n’était même pas souvent au menu du dimanche. Depuis des lustres, elle ne s’impose plus au service restauration de l’école laïque, pas plus que les 40 jours de carême !

****  (Re)lire la note sur l’action condamnable des islamistes contre  la crèche Baby Loup à Chanteloup-les-Vignes.
______________________________

 Note du 19 mars 2015 complétée le 20 mars 2015.

19 mars 2015   Commentaires fermés sur F. Hollande persiste dans le déni de la loi sur la burqa

Fête ou sacrifice tragique ?

Cette note  du 16 octobre 2014 sur  l’Aïd 2014 devrait  bouleverser les mêmes (1),  car pour que ce soit vraiment la fête, pour un vrai sacrifice,  l’agneau doit être « conscient » quand on l’égorge ….  c’est vrai aussi pour l’égorgement ou la décapitation des  infidèles par l’État islamique…
________________________

Samedi 4 octobre 2014, c’était Aïd al-Adha (la fête du sacrifice), la plus belle, la plus grande fête islamique, l’équivalent du Noël chrétien pour les musulmans.
Mais foin de la dinde rôtie de Noël , le mouton doit être bien vivant comme le jeune Ismaël, fils d’Ibrahim (Abraham pour les judéo-chrétiens).
Selon la croyance antique, dieu avait demandé au père d’égorger le fils, puis avait changé d’avis devant la soumission du père brandissant le couteau et préféré le sacrifice d’un animal. On est encore dans la tradition des rituels païens sanglants.

Donc, c’est la fête !  Certes, pour découper la dinde ou la bûche de Noël, comme pour égorger le mouton, il faut un couteau. Pour la bûche, en souvenir du feu joyeux dans la cheminée, pour l’agneau, en souvenir d’un sacrifice sanglant nécessaire à la fête.

Le rédacteur d’un site islamique* encore réjoui et plein d’humour, le lundi 6 octobre, raconte l’histoire de «la mystérieuse chute du mouton qui a tenté de se suicider», le vendredi, veille de l’Aïd, en sautant par la fenêtre du 5ème étage d’un immeuble de Lille.
C’est d’autant plus drôle pour le rédacteur qu’il sait que  l’agneau «blessé et conscient »(sic) a été récupéré par la famille : « Happy end pour le mouton donc. Du moins pour quelques heures seulement…**» écrit-il.

Mais en cette même veille de l’Aïd, le 3 octobre, à Diyarbakir en Turquie***, une chèvre gardée pour le sacrifice par Mehmet Yildirim, en haut d’un immeuble de 6 étages, est tombée sur son fils Heval,  âgé de 13 ans qui jouait avec ses camarades près de l’immeuble. Heval, grièvement blessé est mort.

Est-ce la fête, la tragédie sanglante de la mort d’un enfant, dans le sacrifice préparé par son  père et qui aurait pu se produire de la même façon, le même jour, à Lille ?

 

« Nulle contrainte en religion »  nous répètent en boucle les organisations islamiques, mais alors :

Qui contraint les musulmans à perpétuer le sacrifice sanglant d’un animal, qu’ont abandonné depuis longtemps les autres monothéismes ?
Qui contraint les musulmans à circoncire les petits garçons ?

Et quand Abdelwahab Meddeb ♦ nous dit comment, tout petit, après avoir assisté à un égorgement, il faisait des cauchemars où il était à la place du mouton,  on se prend à imaginer une autre fête de l’Aïd, un fête sans sacrifice sanglant, une fête où l’on offrirait des moutons en peluche aux enfants, une fête qui ne leur donnerait plus de cauchemars et où l’on s’enverrait simplement des jolies cartes …

___________________________

  Mercredi 30 mars 2016
Toutes les radios et toutes les télévisions ont repris hier l’information venue d’une association de défense des animaux, si sensible au malheur des bêtes qu’elle supporterait mieux la ruine et/ou le suicide  de tous nos paysans éleveurs  : « il y avait eu des actes de cruauté dans un abattoir ».

* saphirnews.com 6.10.2014 / source La Voix du Nord

**  ♠ Le rédacteur, évoquant le sursis du  mouton « se demande encore combien de temps le journalisme d’investigation a devant lui».  Serait- ce un rappel de la tragédie de l’Algérie durant «la décennie noire 1991-2002» quand le GIA (groupe islamique armé) massacrait les journalistes ou en France , quand le CFCM, l’UOIF et la Ligue islamique mondiale intentaient en 2007, un procès aux journalistes de Charlie Hebdo ?  Serait-ce une menace ?

*** saphirnews.com 9.10.2014 Le rédacteur n’établit aucun lien entre les deux faits.

♦  sur France Culture – dans l’émission Cultures d’Islam de Abdelwahab Meddeb du dimanche 27 décembre 2009 : Rencontres d’Averroès(1/2) à Marseille. Étaient invités Mahmoud Hussein, Penser le Coran, Grasset, 2009 et Jean-Christophe Attias, Juifs et musulmans, une histoire partagée, un dialogue à construire, La Découverte, 2006.
Laissons la parole à Abdelwahab Meddeb « (…) La mise en scène du rite sanglant ne prédispose-t-elle pas à la dérive régressive qui retourne le couteau vers le cou de l’homme dont l’immolation est légitimée par l’accusation de mécréance, faisant de lui un ennemi de Dieu, dont le sang devient licite ? (…)»

______________________

– Abdelwahab Meddeb, né en 1946 à Tunis, est décédé à Paris le 5 novembre 2014 –  Lire cette dernière citation  comme un hommage à l’humaniste qu’il fut.

Abdelwahab Meddeb 1946-2014

16 octobre 2014   Commentaires fermés sur Fête ou sacrifice tragique ?

Chanteloup-les-Vignes, Baby-Loup et la haine de la loi républicaine

Note du 27 mars 2014 complétée le 23 septembre 2014 ♠

Cela dure depuis 25 ans  ;  cela s’intensifie en émeutes, en guet-apens, en explosions de  «cocktails molotov», en barricades de poubelles ;
cela
brûle les voitures et les pneus devant les maisons etc.
cela casse et fracasse, cela détruit, saccage, vandalise ; cela vole les femmes et les personnes âgées avec coups et blessures ;
cela frappe et blesse gravement les policiers et les policières* quand ils ou elles interpellent un voleur, un trafiquant, un multirécidiviste, etc.
cela caillasse les voitures de police, de pompiers, du Samu ; cela insulte avec le sempiternel chapelet d’injures  ;
cela crache, cela barbouille de graffitis qui disent le niveau de culture ;
cela s’enrichit d’ immondes trafics de drogues ;
cela achète des armes de guerre aux mafieux.
Le 16 mars 2014, cela se déchaîne en folie furieuse et cela ravage les bâtiments des services publics**, éducatifs et sociaux. Bref,

 cela nous a déclaré la guerre  depuis 25 ans,
cela a déclaré la guerre à notre République ;
nos gardiens de la paix sont en première ligne.

 

Il s’agit d’un groupe de malfaisants et autres délinquants majeurs ou mineurs multirécidivistes qui, refusant d’être citoyens français, exigent d’être toujours libres de nuire à la collectivité, aux personnes et au bien commun,  d’attaquer en permanence la police, de bafouer une loi qu’ils rejettent.

Cela s’appelle la haine ordinaire contre notre loi républicaine.

 

Et la haine ordinaire a fait aussi des petites victimes collatérales : les bébés de la crèche Baby-Loup.
La haine ordinaire à Chanteloup n’a pas accepté le principe de laïcité qui accorde tant d’importance à la liberté de conscience de chacun qu’il impose que chacun respecte la liberté de conscience des autres.
La haine ordinaire a chassé de Chanteloup la crèche implantée depuis 1991, au cœur de la cité de la Noé et qui fonctionnait 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et  accueillait  des enfants de familles souvent défavorisées et/ou travaillant en horaires décalés.
La haine ordinaire, grâce aux atermoiements de la justice française – la cour de cassation /19.03.2013/  contredisant le conseil des Prud’hommes /13.12.2010/♣- des dirigeants du communautarisme islamique de Chanteloup-les-Vignes, prônant la charia au-dessus de la laïcité a eu raison de cette structure bienveillante et ouverte à tous.
Par contre, les juges de la République n’ont réussi en 25 ans, ni à supprimer ni même à réduire la grande délinquance de la cité de la Noé, ni à stopper les trafics de drogues et d’armes.

Ici, à Chanteloup-les-Vignes, en Île-de-France,  la justice française s’acharne et expulse une institution laïque exemplaire, mais elle laisse une paix royale aux malfaiteurs et à leur haine ordinaire contre notre démocratie.
Comme en Seine-Saint-Denis, un territoire d’Outre-République laïque se constitue.

Cherchez d’où vient la trahison de nos valeurs républicaines pendant qu’il en est encore temps !

________________________________

* À Chanteloup-les-Vignes, six policiers (dont une femme) ont été blessés le dimanche 16 mars 2014.
** Le Monde 18.03.2014   Douze bâtiments publics ont été ravagés (le 16.03.2014)  parmi lesquels le commissariat de police ( le portail a été défoncé par une voiture bélier incendiée ensuite ), une école, une crèche, la poste, la Maison de l’Emploi (parquet brûlé, matériels de bureau et ordinateurs jetés par terre etc./ [il faut savoir qu’elle est promise à la fermeture en 2015,  faute de soutien financier du gouvernement Hollande / Le Parisien 10.03.2014], la gare et ses caméras de surveillance, etc.
♦ Voir dans la note sur les lynchages de Martin , Sofiane et Kévin à Grenoble,  les dix lois du «touche pas à mon pote» ou La haine de notre société républicaine.

♣  Cependant il  faut savoir que,  selon un sondage BVA pour iTélé-CQFD, publié samedi 19 octobre 2013, 87% des personnes interrogées donnaient raison à Baby Loup et 84% se disaient favorables à une loi interdisant les signes religieux ou politiques dans les entreprises privées. 
De même, la cour d’appel de Paris, dans son jugement du mercredi 27 novembre 2013  confirmait le bien-fondé du licenciement de Fatima Afif, salariée de la crèche de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines),  estimant que le port du voile islamique était une «faute grave».
Mais  l’attaque de la laïcité de la précédente décision de la cour de cassation  avait  déclenché « des tensions croissantes et une augmentation des demandes liées au religieux. Notamment la mise en place de repas halal : « Certains parents n’hésitent pas à faire pression sur le personnel musulman de la crèche pour les prendre à partie. La direction n’a donc plus de légitimité laïque et elle doit jongler au quotidien avec le poids communautaire de certains parents et membres du personnel »  (Didier Cros, trésorier de l’association Baby Loup) La crèche Baby Loup déménage 7.06.2013

À quand une loi Baby Loup sur la laïcité dans  les entreprises privées, dans tous les lieux d’éducation et d’enseignement (supérieur -grandes écoles-facultés) M. Hollande ?
On peut être « normal » et avoir du courage !

Un premier projet de loi Baby Loup présenté par Éric Ciotti (UMP) a été rejeté par la majorité PS de l’Assemblée nationale le 6 juin 2013. 

____________________________

NB 
Mais je n’oublie pas  dans cette actualité inquiétante de rendre hommage aux paisibles citoyens (croyants ou athées), aux valeureux pompiers, aux courageux policiers, à tous les personnels des services publics, aux médecins et aux enseignants de Chanteloup-les-Vignes qui ont l’immense mérite de faire au mieux chaque jour leur travail, tout en subissant contre eux depuis 25 ans, la haine furieuse de délinquants et de trafiquants qui les traitent de …  « sales Français (sic)»  et de « sales racistes ».

♠   En septembre 2014, le calife de l’État islamique nous traite aussi de « méchants et sales Français » et appelle les musulmans à nous égorger.

___________________

 

27 mars 2014   Commentaires fermés sur Chanteloup-les-Vignes, Baby-Loup et la haine de la loi républicaine

La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ?

Empêtré  dans sa Convention interministérielle du 7 février 2013 conclue pour la période 2013-2018 – dont le préambule pleurnichard, verbeux et redondant pourrait devenir un morceau d’anthologie  sur « l’éducation à la sexualité dans toutes ses dimensions [et] les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre » – M. Peillon, ministre refondateur de l’Éducation nationale se débat dans les médias comme un beau diable, avec des propos  du genre : on ne parle pas du genre dans ma convention. De fait, le  pesant discours officiel se veut habile dans l’amalgame de la notion d’égalité filles-garçons avec  la théorie pseudo-scientifique du genre.

Le ministre a  signé ce document où l’on demande aux chefs et cheffes* des établissements d’enseignement supérieur de mettre en place «des actions de formation au genre et à l’égalité entre les femmes et les hommes (…)  pour encourager «la diffusion de bonnes pratiques… et le développement d’outils innovants sur le rôle des stéréotypes de sexe dès le plus jeune âge (…) [et] porter sur la prévention des discriminations en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre  (…) [mais aussi proposer] des outils de mise en œuvre, notamment pour l’école primaire,  veiller à ce que les sites académiques et régionaux établissent une liste d’associations agréées (?) et autres structures institutionnelles susceptibles d’assurer cette mission

Il faut bien reconnaître que le document de M. Peillon est un chef- d’œuvre du genre. 😉

En 2013,  l’institution d’un mariage homosexuel mit à l’ordre du jour la possibilité pour une femme d’être un genre de père et pour un homme d’être une genre de mère.  Ce qui faisait bien un genre d’égalité entre femme homosexuelle  et homme homosexuel mais ce qui ferait des enfants avec des genres de parents différents des autres.

♦♦ Alors, pour parachever le mariage unisexe avec la fabrication sexuée et commerciale (PMA pour les dames plus GPA pour les messieurs**)  des enfants, il fallait former rapidement les enseignants de l’école primaire en leur inculquant l’élucubration irrationnelle de la notion de «genre», afin qu’ils puissent à leur tour, «dès le plus jeune âge»,  enseigner aux enfants à nier l’autre sexe et  sa vraie part fondatrice dans la création d’un être humain, en faisant du couple homosexuel, un couple parental normal.  Selon la convention de M. Peillon, les associations agréées LGBT  assurent désormais cette «mission» en dirigeant «les actions de formation au genre» qui seront généralisées en 2014-2015.

♦♦♦ Il serait temps que MM. Hollande et Peillon s’expliquent sur le fait qu’ils aient  décidé seuls – sans demander d’autorisation à la Nation, de donner semblable mission aux  groupes de pression, avatars de  l’association «Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender»*** (made in  Berkeley California) si largement financés par des milliardaires, afin qu’ils inculquent (sans aucune autre possibilité de réflexion et d’analyse) à notre jeunesse, cette notion de genre que les LGBT eux-mêmes, disent queer c’est-à-dire  bizarre ♦.

Vous avez dit bizarre ?   Nous aussi, nous jugeons tout cela  bizarre, singulier♦, étrange ♦, voire suspect ♦ !

♦♦♦♦_______________________________

* Cela fait belle lurette que l’on dit «la chef». mais je note que depuis Marie Gouze alias Olympe de Gouges, bon plaisir du duc d’Orléans et courtisane entretenue qui se disait «auteresse» et «défenseuse» de Louis XVI, certaines féministes sont passées «cheffes» dans l’art du ridicule.

** PMA :  procréation médicalement assistée /  GPA :  gestation pour autrui

***  La plume de la convention interministérielle de M. Peillon s’est directement inspirée  de la définition du but de l’  Inter-LGBT  : « L’Interassociative Lesbienne, Gaie, Bi et Trans, créée sous le nom de Lesbian & Gay Pride Ile-de-France en 1999 (…)» qui entend régenter « les mœurs, l’orientation ou l’identité de genre  (…)  et favoriser l’émergence d’une stratégie collective.» … ou bien encore de l’article 2 § 9 des statuts de la Fédération LGBT.

♦   bizarre – singulier – étrange – suspect – sont les traductions de queer dans mon Harrap’s concise french and english dictionary.

NB Quant au film Tomboy  et à son utilisation bizarre /queer à l’école primaire, on le trouve sur www.education.gouv.fr . La fiche du film indique «Genre : film de genre».   😉

…. Enfin pour participer à l’incontournable débat,  je pense qu’une fille n’a pas besoin de vouloir devenir un garçon ou homosexuelle pour commencer des études scientifiques ou devenir astronaute, policier, juge ou pompier ; c’est oublier tout le reste (pour les garçons comme pour les filles) et la seule explication par le sexe et les jeux de l’enfance n’est que trop simpliste …  Pour l’égalité entre les filles et les garçons, je verrais avec plaisir les filles refuser de fumer tabac et haschich en buvant comme des garçons  et je pense qu’il serait bon, pour le futur de notre société, qu’elles ne gâchent pas leur jeunesse avec des jeux vidéo de guerre comme ..  les garçons …  qui eux, feraient mieux de grandir dans leur tête …

3 février 2014   Commentaires fermés sur La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ?

« le Meilleur des mondes », est-ce maintenant ?

30 mars 2013 / 13 avril 2013  / 29 mai 2013  – noce « gaie  » en grande pompe à Montpellier
◊◊◊
J’ai mis cette note  en avant les 16 et 17 janvier 2014, car le même groupe de pression (lobby LBGT en Bobu) qui a obtenu  » le convolage homosexuel » en 2013,  a le même pouvoir d’obtenir en 2014  du Parlement PS, avec la bénédiction de M. Hollande, la Gestation Pour Autrui,  qui s’avère être, en plus du déni des Droits de l’enfantun nouvel esclavage imposé aux femmes des pays pauvres.
Ainsi, en Inde, on tue leurs bébés filles mais on construit une usine de mères porteuses inconnues pour « gais » français et pour le plus grand profit des capitalistes indiens.

 ______________________________

Passée la dérisoire journée de la femme du 8 mars, pour laquelle on pouvait entendre l’appel pathétique de Michelle Bachelet demandant aux gouvernements de tous les continents de légiférer, pour que les hommes arrêtent de battre les femmes,  je m’interroge sur l’abîme qui sépare encore l’humanité de l’aphorisme poétique de Louis Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme » mais il n’a pas dit quand.

C’est maintenant que la majorité PS du Parlement français vote la loi sur le mariage pour les homosexuels*, puis elle votera , pour le bon plaisir des barbus, une loi pour discriminer  leurs femmes selon les dogmes vestimentaires de la charia des intégristes dans tout notre espace public- dans tous nos services pulics – dans tous les services fonctionnant grâce aux subventions publiques / ce qui concerne, entre autres, tous les établissements scolaires catholiques sous contrat d’association.

J’ajoute pour faire bonne mesure, que les grands et petits bourgeois du PS  doivent avoir la raison qui s’embrouille de plus en plus après tant de haschich fumé et de cocaïne reniflée : ils  ne savent même plus discerner la valeur universelle des droits de l’enfant et celle de l’humanisme laïque, pour laquelle la France a toujours été à l’avant-garde.

C’est maintenant que le PS et le Président Hollande ouvrent
leur nouveau grand magasin :

   ♠Au Bonheur
des homosexuels tondus
et des salafistes barbus♠

 

♠ Les messieurs tondus y trouveront les catalogues des fabricants de bébés-numéros-d’éprouvette ** et profiteront des soldes en janvier et en juillet. Il y aura des bébés à tous les prix, selon la sélection α β ou γ  des femmes.
Les femmes seront salariées et regroupées en deux catégories dans les fabriques : les donneuses inconnues d’ovocytes  qu’on leur prélèvera chaque mois, et les mères porteuses inconnues, dans le ventre desquelles on  implantera, tous les 9 mois, trois embryons (pour qu’elles soient rentables).
Les bébés achetés n’auront aucun accès possible à l’information sur les filières de leur fabrication. Ils n’auront JAMAIS  de réponses  sur leur origine maternelle.  Ils devront se construire,  – hors filiation biologique et hors l’amour d’une vraie mère. – éduqués seulement par deux mâles, qui ne leur diront pas  (par pudeur (?) l’argent qu’ils ont déboursé pour les acheter.
C’est maintenant que le tout-puissant PS décide de la fabrication légale d’enfants de père inconnu et/ou de mère inconnue  pour couples d’ homosexuel(le)s mariés.

Dessin de CHARB. / CHARLIE HEBDO n° 1092 22 mai 2013

Merci à CHARB. d’avoir, avec tant de justesse et de talent, illustré ce qui reste à l’enfant auquel on a volontairement refusé une mère… alors que les «vraies» mères des mariés « gais » seront à leur noce Chercher l’insupportable égoïsme et l’intolérable injustice …

_________________________________

♠ Quant aux barbus salafistes polygames et récemment sortis de prison, ils y trouveront toutes les tailles de burqas et de voiles bien noirs et bien épais pour embroncher leurs femmes, pour les transformer en preuves vivantes de l’inhumanité de leur charia, pour terroriser les jeunes enfants, pour transmettre aux jeunes mâles, l’idée obsessionnelle  de leur pouvoir despotique sur leurs sœurs, leurs mères et leurs femmes.

M. Hollande ne laissera pas le souvenir d’un Président laïque, ayant renforcé les droits des enfants et des femmes,  face aux  égoïsmes et aux délires communautaristes, face au fondamentalisme islamique hors-la-loi républicaine.

♠ M. Hollande et le PS ne sont ni l’avenir de l’enfant, ni l’avenir de la femme. 

_______________________

* D’après les photos aériennes prises à Paris, lors de la manifestation du dimanche 24 mars 2013, réclamant la tenue d’un référendum sur le mariage homosexuel, on a compté 1 800 000 personnes.

 
** Lire ou relire Le Meilleur des mondes / Brave New World / d’Aldous Huxley écrit en 1931. Publié en livre de poche, l’éditeur Plon  assène, en quatrième de couverture, un péremptoire « Le meilleur des mondes est possible. Aujourd’hui, il nous paraît familier (sic)…»   Faudrait-il penser comme l’éditeur  ?  Sommes-nous déjà dans l’ère NF  du dieu Ford  ?

Dans sa nouvelle préface en 1946, Aldous Huxley écrivait : «(…) il semble que l’Utopie soit beaucoup plus proche de nous que quiconque ne l’eût pu imaginer, il y a seulement 15 ans. A cette époque je l’avais lancée à six cents ans dans l’avenir. Aujourd’hui, il semble pratiquement possible que cette horreur puisse s’être abattue sur nous dans le délai d’un siècle.»
___________________
Extraits des  chapitres 10 et 11 /pp. 188-195

La scène se passe dans la Salle de Fécondation. Le D.I.C  (Directeur de l’Incubation et du Conditionnement) y a donné rendez-vous à Bernard Marx (Alpha-Plus)  pour faire « un exemple public devant les travailleurs des castes supérieures». Il l’accuse de refuser «d’obéir aux enseignements de Notre Ford … le Directeur fait un signe de T et  se propose de le transférer« en Islande, dans un sous-centre de la catégorie la plus basse». Mais Bernard  présente Linda  qui s’adresse au D.I.C :

–  «Tu m’as fait avoir un bébé …  oui, un bébé et c’est moi sa mère.

Elle lança cette obscénité, tel un défi, dans le silence outragé (…) Se tournant vers la porte : – John ! cria-t-elle, John !

John  entra … tomba à genoux devant le Directeur, et dit à voix distincte : Mon père !
Ce mot (car père n’était pas tant obscène –en raison de la distance que ce terme impliquait par rapport aux secrets répugnants et immoraux de l’enfantement-  que simplement grossier, c’était une inconvenance scatologique plutôt que pornographique), ce mot comiquement ordurier provoqua un soulagement dans ce qui était devenu une tension absolument intolérable.

Des rires éclatèrent, énormes, quasi hystériques… Mon père, et c’était le Directeur ! Mon père ! Oh! Ford, oh ! Ford.
Cela, c’était véritablement par trop énorme ! Les hoquets et les tempêtes de rires se renouvelèrent … Six nouveaux tubes de spermatozoïdes furent renversés. Mon père !
 
Blême, les yeux hagards, le Directeur se couvrit les oreilles de ses mains et se précipita hors de la pièce.

Après la scène de la Salle de  Fécondation, le Tout-Londres des castes supérieures brûlait d’envie de voir cet être délicieux  … cet être qui s’était affalé  en l’appelant mon père.
Linda, au contraire, ne provoqua nul enthousiasme ; personne n’éprouvait le moindre désir de voir Linda; Dire qu’on est mère, ce n’était plus une plaisanterie : c’était une obscénité »

________________________
Ajout du 13 avril 2013  /d’après Le Figaro/ Le Point / 9.04.2013

*** En plein débat parlementaire sur le mariage de couples unisexes stériles, flairant les bonnes affaires avec des clients fortunés, le Centre de fertilité de l’Illinois et un laboratoire américain de fécondation in vitro,  avaient loué les salons du grand hôtel parisien Lutetia pour y proposer leurs catalogues bourrés d’offres de bébés à vendre, le mercredi 10 avril 2013…

«Le Meilleur des mondes» – c’est maintenant – avec le Président Hollande.

30 mars 2013   Commentaires fermés sur « le Meilleur des mondes », est-ce maintenant ?

♥ Savoir « par cœur » ou le régal des mots ♥

Enfants, oiseaux et fleurs

 Jeanne était au pain sec

 

Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir,
Pour un crime quelconque, et, manquant au devoir,
J’allai voir la proscrite en pleine forfaiture,
Et lui glissai dans l’ombre un pot de confiture
Contraire aux lois. Tous ceux sur qui, dans ma cité,
Repose le salut de la société,
S’indignèrent, et Jeanne a dit d’une voix douce :
– Je ne toucherai plus mon nez avec mon pouce ;
Je ne me ferai plus griffer par le minet.
Mais on s’est écrié : – cette enfant vous connaît ;
Elle sait à quel point vous êtes faible et lâche.
Elle vous voit toujours rire quand on se fâche.
Pas de gouvernement possible. A chaque instant
L’ordre est troublé par vous ; le pouvoir se détend ;
Plus de règle. L’enfant n’a plus rien qui l’arrête.
Vous démolissez tout. – Et j’ai baissé la tête,
Et j’ai dit : – Je n’ai rien à répondre à cela,
J’ai tort. Oui, c’est avec ces indulgences-là
Qu’on a toujours conduit les peuples à leur perte.
Qu’on me mette au pain sec. – Vous le méritez, certes,
On vous y mettra. – Jeanne alors dans son coin noir,
M’a dit tout bas, levant ses yeux si beaux à voir,
Pleins de l’autorité des douces créatures :
– Eh bien, moi, je t’irai porter des confitures.

Victor HUGO

L’Art d’être grand-père VI -première édition : mai 1877.

NB  Oeuvres Complètes Edition chronologique publiée sous la direction de Jean Massin. Le Club français du livre MCMLXX. Tome XV-XVI/1 p. 910. En marge, l’annotation suivante : «… la saveur douceâtre du pot de confiture n’en finira plus d’imprégner le génie hugolien dans la mémoire de générations entières d’écoliers ! »

Hélas ! Les ministres de l’Education nationale et de la Culture se reconnaîtront – de droite et de gauche confondus- qui, pour avoir goûté goulûment à ce pot de confiture-là, en auront privé les élèves depuis des décennies.
Pour ces beaux esprits à la mode soixante-huitarde, cultiver sa mémoire, en donnant à tous les élèves la chance de lire et d’apprendre de beaux textes, ne faisait plus « moderne (!) ».

À Victor Hugo et à son pot de confiture, ils auront préféré le mistral gagnant de Renaud, à Paul Eluard, la marmelade écœurante et dégoulinante d’obscénités du « rap (sic) de N…. ta mère,  d’Orelsan ou de Booba», ou encore à Léopold Sédar Senghor, le « slam (sic) », molle et fade bouillie de mots écorchés.

 Bref, ils ont mis les écoliers dans le cabinet noir, loin de la vraie beauté de la langue française, privés du plaisir de s’en régaler « par cœur ».

 ___________________

 Je suis des bois l’hôte fidèle

 

Je suis des bois l’hôte fidèle,
Le jardinier des sauvageons,
Quand l’automne vient, l’hirondelle
Me dit tout bas : Déménageons.

Après Frimaire, après nivôse,
Je vais voir si les bourgeons frais
N’ont pas besoin de quelque chose
Et si rien ne manque aux forêts.

Je dis aux ronces : Croissez, vierges !
Je dis : Embaume ! au serpolet ;
Je dis aux fleurs bordant les berges :
Faites avec soin votre ourlet.

Je surveille, entr’ouvrant la porte,
Le vent soufflant sur la hauteur
Car tromper sur ce qu’il apporte
C’est l’usage de ce menteur.

Je viens dès l’aube, en diligence,
Voir si rien ne fait dévier
Toutes les mesures d’urgence
Que prend avril contre janvier.

Tout finit, mais tout recommence,
Je m’intéresse au procédé
De rajeunissement immense
Vainement par l’ombre éludé.

J’aime la broussaille mouvante,
Le lierre, le lichen vermeil,
Toutes les coiffures qu’invente
Pour les ruines le soleil.

Quand mai fleuri met des panaches
Aux sombres donjons mécontents,
Je crie à ces vieilles ganaches :
Laissez donc faire le printemps !

 Victor HUGO

 Mai 1870 L’Art d’être grand-père Xpremière édition : mai 1877

 

3 mars 2013   Commentaires fermés sur ♥ Savoir « par cœur » ou le régal des mots ♥

La nouvelle « morale » des homosexuel(le)s

  note complétée  le  27 janvier 2013    

Comme c’est mignon !  Si nos chers homosexuels et nos chères homosexuelles mettent tant d’insistance à vouloir se marier, c’est qu’ils veulent faire des bébés officiellement, pour percevoir les allocations familiales, bénéficier – alors qu’il s’agit de couples stériles par définition  – du remboursement par notre Sécurité sociale déjà ruinée de  procréation(s) médicalement assistée(s)*, assortie(s)  des congés parentaux idoines. Pour l’état-civil, il faudra choisir : les bébés auront-ils le nom du papa ou celui du mari du papa ou les deux,  ou bien celui de la maman ou celui de la femme de la maman ou les deux ?  Comme c’est attendrissant !  Comme c’est moral ! 

Vous me direz que jusque- là, pour le tout-venant, on n’avait pas besoin du maire ou du curé pour  faire des bébés … mais voilà … dans notre société moderne,  avec le Beaujolais nouveau, « la nouvelle morale du mariage homosexuel »  est arrivée. Elle s’impose à nous, sans aucun débat d’éthique,  tant  les  homosexuel(le)s – rive gauche ont pesé lourdement sur les décideurs politiques PS et EELV. Pour « faire les enfants » auxquels ils  auraient droit (?), ils exigent de passer devant  M. le maire.**
Et l’on sait fort bien, dans «l’intelligentsia gay», user de tous les subtils arguments gestuels et de toutes les plaisanteries fines ad hoc, pour soutenir le «grand projet sociétal» de M.  Jean-Marc Ayrault, lors du prochain débat parlementaire. Nouvelle morale oblige !

« C’est maintenant » dirait M. Hollande que  le PS paie le prix de sa promesse électorale.  C’est  un  « progrès historique (?) pour toute la société » annonce-t-il, fièrement. Comme c’est moral !  

Pourtant, cela faisait belle lurette que ni la morale, ni la légalité ne les empêchaient de dormir. Ils faisaient même passer le message  dans tous les médias  : au cinéma, au théâtre, à la radio, à la télévision, dans la presse, dans Le Monde, dans l’Express, dans Libération etc.  Ils avaient les adresses et les modes d’emploi  de  faiseurs de bébés en échange de petits accords financiers. Était-ce moral ?                                      

Ainsi dans le journal Le Monde*** , une photo nous montrait «un couple de femmes et ses deux filles, conçues en Belgique par insémination artificielle avec donneur inconnu. » Était-ce moral ?
Les petites filles ne sauront jamais quel père (et grands-parents paternels) elles ont :   les deux femmes  hilares (sur la photo) s’en moquent comme d’une guigne, puisque tel a été leur bon plaisir.
        L’enfant sera officiellement orphelin ou orpheline de père par décision d’ homosexuelles. Comme ce sera moral !

Pour les messieurs, on sait combien dans la gent cléricale et bourgeoise, la pratique homosexuelle avait justement l’avantage de n’engrosser personne. C’était la morale d’avant ! La morale de maintenant est de payer une mère porteuse qui abandonnera son ou ses bébé(s) aux messieurs. Selon le témoignage de l’un d’entre eux, dans l’émission « L’enfant pour tous (sic) » de B. Duquesne /France 2 9.01.2013/ – les deux messieurs avaient auparavant commandé des ovocytes fécondés in vitro-, et  il était encore fier de dire qu’avec ces deux ou trois mères, la fille et le garçon n’auraient pas de maman, ne sauraient pas ce qu’est une vraie maman ; qu’ils n’auraient,  pour tout horizon pendant leur enfance et leur adolescence que … deux hommes.

       L’enfant sera  officiellement orphelin ou orpheline de mère par décision  d’homosexuels.  Comme ce sera moral !  


Quelle éthique  peut dénier aux enfants le droit de connaître leur origine biologique, leur hérédité ? D’autant plus que ces mêmes homosexuel(le)s écologistes militants – derrière  MM. Mamère, Bové et Cohn-Bendit-, donnent aussi dans  « l’idéologie du Bio».
Ils crient à l’envi :  » Vive la carotte bio ! Vive le chou bio ! » mais défilent fièrement  ****pour revendiquer leur bébé artificiel, leur petit OGM (Organisme Génétiquement Manipulé), et clamer leur rejet de la stérilité inhérente aux rapports homosexuels.

 Quelle éthique peut justifier que la seule volonté égoïste d’homosexuel(l)es  devienne un droit et une loi violant le droit de l’enfant à sa filiation d’être humain ?

Quelle éthique peut laisser des médecins et une société  civilisée « fabriquer un enfant » de père inconnu en lui substituant légalement  une femme  -ou-  de mère inconnue en  lui substituant  légalement  un homme ?

L’enfant est-il un objet, un numéro sur une éprouvette, ou est-il une personne ?

♠♠♠ Que diront-elles, que diront-ils, lorsque, devenu(e)s adultes, les médecins leur demanderont, pour évaluer leurs risques, si parmi leurs ascendant(e)s, il y a eu des cas de cancers, de maladies cardiovasculaires, de maladies dégénératives etc. ?
Dans l’émission Révolutions médicales de René Frydman, sur France Culture le 11.12.12, dont le sujet était le cancer du sein, le professeur Serge Uzan, doyen de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie et directeur de l’institut universitaire de cancérologie, a longuement insisté sur « le rôle des prédispositions génétiques ». L’oncogénéticien interroge sa ou son patient(e) sur les cancers  des ascendant(e)s et de leurs fratries : cancer du sein, des ovaires, mais aussi du pancréas et de la prostate.

_______________________             

* Mme Taubira, ministre de la Justice,  ravie du mariage, s’invite au baptème et à la circoncision, avec son amendement sur la procréation médicalement assistée. 
** Le dieu des chrétiens s’opposant déjà  au mariage civil, après l’Hôtel de Ville et M. Delanoë, ils n’auront pas « droit» à Notre-Dame et à Mgr Vingt-Trois.  Quant au dieu de l’islam, si favorable à l’usage de  la polygamie chez l’homme, les autorisera-t-il à avoir plusieurs époux ? 😉
*** 26 septembre 2012 /p.12 – à la rubrique société.
****
Voir la note Défilés des patriotes le 20 juin 1792 et des « gays » le 30 juin 2012

 
NB         
 
Un article du Daily Mail raconte comment Thomas Lobel, fils adoptif de Pauline Moreno et Debra Lobel, est  devenu Tammy après l’opération pour son onzième anniversaire. Les deux femmes semblent satisfaites.

 http://www.dailymail.co.uk/news/article-2043345/The-California-boy-11-undergoing-hormone-blocking-treatment.html  ♦vu dans http://www.dreuz.info

6 novembre 2012   Commentaires fermés sur La nouvelle « morale » des homosexuel(le)s

En rappel à M. Peillon et aux candidats à la présidentielle de 2017

Note du 8 juillet 2012 mise en avant le 16 .12 2016 et précisée (!) le 21.12.2016

Ou quand M. Peillon,
[
candidat in extremis à la Primaire du PS « hollandais » 
pour être élu président de la République en 2017 , mais plus sûrement pour affaiblir (toujours selon la méthode « hollandaise »)  M. Valls], 
était ministre refondateur de l’Éducation nationale, en 2012.

 Le dossier  adressé  à M. Peillon et au « comité de pilotage »  ♦ n’a  reçu aucune réponse ni par courrier,  ni a fortiori, par le vote d’une loi  juste … M. Peillon  n’ayant retenu dans sa refondation factice de l’école primaire, que le péri-scolaire sous le  nom de « rythmes scolaires (sic) » à la charge des municipalités,   Mme Vallaud-Belkacem  s’étant chargée  de ruiner les contenus des programmes du collège. 

« Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale,

En ce temps de « Refondation de l’École de la République », exercice obligé à chaque nouveau gouvernement depuis la première consultation nationale organisée par M. Savary – premier ministre de l’Éducation nationale de M. Mitterrand en 1981 et après les passages au ministère de MM. Lang et Jospin, on souhaite que cette énième concertation soit utile pour en finir avec le « toujours moins d’école »,  pour en finir avec une formation où un professeur frais émoulu de l’IUFM de Créteil, ne déclarerait  plus «hyper réac la morale !» quand la violence est partout.
Il est temps de retrouver  le sens fondamental de la  mission d’enseignant et suivant l’exemple de nos admirables instituteurs de la laïque  depuis la fin du XIX ème siècle : donner les moyens de  la langue française et des sciences à l’éveil de l’intelligence  de tou(te)s les futur(e)s citoyen(ne)s.

Sous la III ème République, l’école primaire publique était ouverte cinq jours par semaine et 223 jours par an, elle n’ouvre plus que quatre jours par semaine et 140 jours par an [soit l’équivalent d’une année scolaire en moins]-  laissant les élèves devant la télévision, les jeux vidéo, les sites glauques de la toile, les publicités incessantes etcC’est cette carence d’école qui constitue désormais le véritable « handicap socio-culturel ».

Il y a cinq ans,  j’ai écrit une lettre au président Sarkozy. Comme elle me semble toujours d’actualité, je la verse au dossier des membres du « comité de pilotage » qui se chargeront du rapport « Refondons l’École »  à remettre en octobre 2012.
     L’Histoire de l’école publique et laïque s’écrit, mais sa plume est  paresseuse quand il s’agit de  faire progresser du  XX ème au  XXI ème siècle, les droits au savoir du peuple. »
__________________

 

         Extraits d’une lettre* adressée à M. Sarkozy, Président de la République, lundi 1er octobre 2007

« Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous écrire avec une totale liberté de ton, hors langue de bois (…)

 Comme il faut parler franc  « l’avenir de nos enfants  » n’est pas seulement entre les mains de chacun d’entre nous, éducateurs , il est aussi et surtout … entre les mains des décideurs politiques, représentants de la Nation tout entière.

Ce qui me fait dire que tous les dysfonctionnements observés actuellement sont les effets d’une volonté politique aveugle aux problèmes de démocratisation, délibérément laxiste et se dotant d’incompétences multiformes à tous les niveaux de l’institution.

Comme je suppose que les enfants de ministres et de présidents sont accueillis, la plupart du temps dans l’enseignement privé catholique, tel M. Luc Ferry qui s’en était expliqué un jour, d’un ton badin, sur une chaîne de télévision publique, on comprend aisément que le signal d’alarme ne s’allume jamais dans leurs bureaux. Et pourtant…

Votre belle définition de notre mission :  « Aider l’intelligence, la sensibilité à s’épanouir, à trouver leur chemin, quoi de plus grand et de plus beau en effet ? Mais quoi de plus difficile aussi ? » fera l’unanimité. La nuance que j’apporterai sera pour   « Eduquer c’est chercher à concilier deux mouvements contraires  » car je ne vois rien de contradictoire entre  « celui qui porte à aider chaque enfant à trouver sa propre voie et celui qui pousse à lui inculquer ce que soi-même on croit juste, beau et vrai.

D’autant plus qu’il s’agit là, pour notre société d’un véritable enjeu vital de transmission de valeurs universelles, pour aider les jeunes à se construire, et à construire leur propre vie  hors du champ exclusif de la tyrannie de la culture commerciale (1).

Lorsque vous abordez  « notre modèle d’école républicaine  qui brasse toutes les origines, toutes les classes sociales, toutes les croyances », il me semble que vous embellissez le tableau, car les classes moyennes et moyennes supérieures ont depuis ces dernières décennies largement opté pour l’enseignement privé.

Sachant que les classes aisées n’avaient bien évidemment pas attendu Jules Ferry pour doter leurs enfants d’une éducation aussi soignée que possible,  « notre modèle d’école républicaine »   fut créé  pour les enfants du peuple, les fils de paysans, d’ouvriers et d’employés, afin de les sortir d’un analphabétisme incompatible avec l’essor du développement industriel et commercial de l’époque. Il s’agissait de fournir au patronat une main d’œuvre qualifiée, plus performante.

Ainsi  « notre modèle d’école républicaine …s’est affaibli », je dirais même qu’ il est bel et bien en panne, on se demande même s’il faut parler de  « modèle ».
♦ Comment notre école qui avait réussi une si belle ébauche d’accès aux savoirs fondamentaux pour tous, a-t-elle pu ensuite faillir à sa mission d’approfondissement des savoirs au collège ? … Q
uand on sait combien pour les couches privilégiées, ce parcours d’études jusqu’à 16 ans est simple et banal depuis des siècles.

La  conclusion que vous tirez de cet   « affaiblissement »  est  la suppression de la carte scolaire. Cela ne servira qu’à satisfaire les parents qui cherchent à fuir le   « modèle d’école républicaine » de leur quartier. C’est dire si dans certains quartiers ce modèle a perdu la cote ! Elle facilitera encore davantage la formation dans l’enseignement public de parcours scolaires d’excellence qui seraient l’apanage des seuls beaux et bons quartiers de centre ville. Ces   « bonnes écoles  » mériteraient le nom de  « zone où l’éducation est vraiment prioritaire – ZEVP « , car contrairement à leurs jumelles de banlieues et d’arrondissements  « modestes », elles correspondent parfaitement au  « modèle d’école républicaine », celui qui peut éduquer tous ses élèves jusqu’au meilleur niveau. C’est pourquoi je persiste à dire que cette mesure n’a aucun effet sur le fonctionnement pédagogique de l’école ni sur la réussite scolaire pour tous.

La réforme du collège – dit   « unique »(?)  ne devrait en aucun cas apparaître comme un   renoncement aux perspectives généreuses et démocratiques qu’avait ouvert le Plan Langevin – Wallon à la Libération.

 Ce serait désastreux car ce serait se suffire de fausses évidences pour en tirer de mauvaises conclusions. On retrouve là dans vos propos les trop fameuses   « différences de rythmes…de formes d’intelligence ».
De l’évidence qu’ aucun enfant n’est pareil à un autre, on a depuis ces quatre dernières décennies, voulu nous faire croire qu’en fait, certains étaient surtout  « moins doués », et d’étonnants psychosociologues ont voulu nous convaincre que c’était – toujours- les enfants des classes « modestes  » ; cette discrimination étant accompagnée de théorisations plus   « savantes »   les unes que les autre qui conditionnèrent toujours plus les esprits.

Ainsi c’était prouvé, l’échec des collégiens était bien dû à leur faible intelligence et/ou à la « classe socioculturelle » de leurs parents, non au collège et/ou à l’école primaire laquelle, de circulaires en décrets ministériels inadéquats avait été écartée stupidement de sa mission primordiale d’enseignement des savoirs fondamentaux.

On a vu poindre insidieusement l’ombre de la régression démocratique avec l’invention du nom dévalorisant de  « massification ». Parler d’enseignement secondaire en France revient depuis quelques années à gloser sans fin sur la   « massification » dans le collège -dit unique. Cela ferait rire s’il ne s’agissait de  « nos enfants  » et de l’avenir de notre société.

Faut-il donc continuer à instiller le doute sur  l’intelligence des élèves, en déclarant que tous nos collégiens ne peuvent suivre un cursus secondaire ? Que nous n’atteignions pas tous le niveau de savoirs d’un(e) astronome… ou d’un(e) biologiste, je le conçois aisément, mais dire que le niveau de 3ème de collège – à condition que l’on sache lire et que l’on ait envie d’apprendre – n’est pas accessible à tous, serait une véritable imposture éducative et morale.  

En tant que Président de la V ème République, vous avez là un véritable défi à relever : faire que l’enseignement secondaire public égale en qualité celui dispensé dans les collèges   « privilégiés « , dans ces lieux où   « la culture humaniste[ ne] s’étiole [pas] et où   « la culture scientifique [ne] régresse [pas] ».
 
Il s’agit bien pour ce « temps de la refondation  » de ne plus se tromper d’objectif et de donner la même vraie culture générale à tous les adolescents de notre pays, et non pas seulement au petit nombre. Il s’agit d’avancer dans la conquête citoyenne des droits à l’égalité, de faire enfin, plus et mieux que les pionniers de la III ème.

L’avenir de l’enseignement public ne saurait en effet se satisfaire du simple accueil  « charitable » ponctuel et forcément partial de quelques lycéens de banlieues à l’Institut des Sciences Politiques de Paris.

Ce  « temps de la refondation » devrait, il me semble, avoir pour base la formation des professeurs et l’excellence de leur travail … car enfin, jusqu’à quand voudra-t-on nous faire croire que pour faire un bon professeur, il suffirait d’un an avec des formateurs, éminents universitaires certes, mais qui n’ont jamais enseigné aux 3-16 ans, alors que pour faire un bon artisan, il faut de trois à cinq ans avec des maîtres qui excellent dans leurs métiers ?
Une vraie formation de l’apprenti-professeur devrait se faire sur une période d’au moins deux ans, en alternance théorie-pratique, sachant que le plus précieux savoir-faire sera acquis en présence des élèves, avec l’exemple et les conseils de l’enseignant-maître d’apprentissage, lequel donnera de plus en plus d’initiatives à l’apprenti durant la seconde année. On ne leur demandera pas de faire le Tour de France comme aux Compagnons, mais  le tour des écoles de la ville et/ou du canton sera des plus enrichissants.
C’est ainsi que celle ou celui qui a enseigné en centre ville enseignera de la même façon, avec la même attente exigeante, dans une école rurale ou une école de banlieue.
Les cinq premières années d’enseignement devraient permettre aux professeurs débutants de retrouver régulièrement leurs tuteurs pour se perfectionner, venir à bout de leurs difficultés et se cultiver encore et toujours.

La nouvelle fraîche de la suppression du samedi matin me conforte dans ce que j’avais repéré … comme étant la tendance lourde   « au toujours moins d’école ». Avec la mauvaise foi qui n’appartient qu’au discours officiel, on dit que cela améliore les rythmes scolaires des élèves alors que l’emploi du temps scolaire sur quatre jours est particulièrement bousculé.

La diminution du temps scolaire pour les élèves est lourde de conséquences et n’exonère en rien les présidents, les ministres et les enseignants de leurs responsabilités éducatives et culturelles pour le plus grand nombre – c’est-à-dire pour tous ceux qui remplaceront l’école par la télévision, les jeux vidéo et le grignotage, le mercredi et le samedi.
Pour ceux-là, au manque d’école s’ajoutera le manque de temps forts d’acquisition culturelle et artistique : fréquentation des bibliothèques, des médiathèques, des musées, des ateliers d’artisans, des entreprises aux techniques innovantes, des lieux de recherche scientifique, fréquentation des écoles de musique, d’arts plastiques, de théâtre et de danse,  rencontres avec les élus, les sorties au théâtre, au concert,  l’apprentissage   « vivant » de langues dans des activités ludiques (jeux de société – chansons), culturelles (théâtre), ou sportives, les échanges avec les jeunes européens etc.

Je suis en plein accord avec votre conclusion : « A nous de reprendre le fil qui court depuis l’humanisme de la Renaissance jusqu’à l’école de Jules Ferry en passant par le projet des Lumières. »
A cette nuance près que  « le fait religieux » , s’il est abordé en histoire des civilisations, a une place telle dans notre histoire nationale – la monarchie de Droit Divin, les guerres de religion, l’Inquisition et ses bûchers jusqu’aux privilèges du clergé avant la Révolution de 1789  etc.– que l’on ne peut dans une perspective laïque chèrement acquise, le survaloriser.
Si d’après vous,  « le spirituel, le sacré accompagnent de toute éternité l’aventure humaine. S’ils sont aux sources de toutes les civilisations », je pense que les dieux sont les fruits de l’imagination créatrice de mythes d’Homo sapiens, et que notre humanité aurait un bien plus bel avenir, si ces dieux n’empêchaient pas la fraternité… 

En vous remerciant de l’attention … je vous prie de croire, Monsieur le Président … »

Michèle Pacory-Poncet

 * en réponse à sa « lettre aux éducateurs » de septembre 2007
__________________________________________
  ♦   9 août 2012 /  Le service du courrier du Ministère de l’Éducation nationale n’a pas trouvé le cabinet de M. Peillon  et  son  «comité de pilotage de la  Refondation de l’École de la République».
Il a refusé mes lettres adressées à Mme  Mons
  sociologue et à M. Christian Forestier IGEN et me les a retournées copieusement chiffonnées comme sorties de la poubelle.
L’histoire ne  dit pas si le
 service  susdit a remis les lettres à Mme Colombani journaliste au magazine Elle  et à M. Bonneau président de la région Centre — ou si elles sont simplement passées à  la choucrouteuse… Je penche pour la deuxième solution

Voir la fine étude de Dominique PASQUIER : Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité Autrement février 2005  / Voir aussi l’excellent travail de Catherine ROBERT professeur de philosophie au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers qui fait de la culture un vrai festin pour ses élèves…

_____________________
note du 8 juillet 2012

8 juillet 2012   Commentaires fermés sur En rappel à M. Peillon et aux candidats à la présidentielle de 2017

Ce vendredi 3 février 2012, au menu de l’école publique

  Discrimination et prosélytisme    ♦   Petite chronique des nouveaux Tartuffe         

Ce vendredi 3 février, il n’y aura  pas d’exemple de mère ou de père de famille venant apostropher, de façon agressive, le directeur ou la directrice d’une école publique laïque, parce qu’il n’y avait pas de poisson* au menu du restaurant scolaire !

Comme le dit si bien Michel Onfray,  l’église catholique, apostolique et romaine n’a plus « les moyens du bûcher » pour imposer quelque  dogme que ce soit, ni quelque  interdit  alimentaire, au service public de restauration scolaire.

De même, toutes nos  familles de confession juive qui ont toujours admiré et respecté  notre enseignement laïque,  n’ont jamais exigé de menu cascher à l’école publique, pour leurs enfants.
Il n’est que de se souvenir de la stigmatisation des leurs, par le port obligatoire de l’étoile jaune voulu par le gouvernement pétainiste pour complaire à ses  alliés nazis,  pour comprendre le drame de  la perte de l’égalité et de la liberté citoyennes qu’est la discrimination par le religieux.

C’est pourquoi il est bon de  savoir qu’ en ce vendredi 3 février 2012, dans les écoles maternelles publiques des secteurs 3 et 4 de la ville de Tours,  les enfants – qui ne mangeront jamais de poisson les autres vendredis de février–  ont  au menu,  de la galette au jambon … de dinde.
             Ce jour-là, les enfants de l’école publique n’auront mangé ni cascher, ni catholique, ils auront mangé islamique.

         Faudrait-il croire  que l’islamisme aurait  toujours « les moyens du bûcher» pour faire peur à ce point, à la société française du  XXI ème siècle, pour imposer  la charia  aux élus  municipaux, aux  conseillers généraux, aux conseillers régionaux, au ministre de l’Éducation nationale, au Premier ministre, pour interdire la consommation de viande de porc dans tous les restaurants scolaires de l’école publique ?

S’il y a  le souci de l’hygiène alimentaire, de la gastronomie , de  la diététique et du bio, chez les responsables des cuisines centrales, il y a désormais en permanence,  à la demande des élus,  l’impératif du  jonglage pour faire islamique.

De même, dans la ville de Joué-lès-Tours, en février 2012,  il y aura du poisson tous les mardis, le rôti de porc d’un jeudi (sur quatre), sera remplacé par de la … dinde,  et tous les mercredis (au centre de loisirs) et tous les lundis et tous les vendredis, ce sera du  sans porc.

             Est-ce parce que 2012 est une  année bissextile, que la restauration scolaire dans les écoles laïques est totalement islamique en février,  ou est-ce par crainte de menaces des pères et des  imams  ?

Au pays de Rabelais et des rillons,  dans notre pays libéré de la dîme infâme et de l’asservissement au pouvoir religieux catholique dès 1789,  il semblerait que  les hommes politiques – tous partis confondus, veuillent – après nous avoir infligé  la loi Debré –  nous faire courber  l’échine devant le coran.
    Le résultat est insupportable  : l’interdit islamique – avec la complicité des élus de la République laïque- introduit  dès l’école maternelle,  la notion de « péché » qui serait commis par les seuls enfants mangeant du porc, discriminés  aux yeux des autres   – ceux dont les parents** sont de la  « seule bonne religion islamique ».

Le dieu de l’islamisme
  (après le dieu du christianisme) vient semer la haine dans les esprits, la discrimination, dès le plus jeune âge, au sein même de notre école laïque et fraternelle.
 

 Le futur président de la République fera-t-il  une croix – ou  plutôt un croissant, sur cette fraternité sans discrimination religieuse, en transformant l’école laïque, libérée  de tous les dogmes religieux depuis sa création au XIX ème siècle,  en école d’obédience coranique ? 

_________________________

*Il  est bon de savoir aussi que le dogme catholique impose quarante-six jours de carême, c’est-à-dire quarante-six jours de jeûne du mercredi des cendres à Pâques, du 22 février au samedi 7 avril 2012.
Il me semble que les imams d’Indre-et-Loire ne trouveraient pas à leur goût que les enfants des familles musulmanes jeûnent à l’école publique et laïque, pendant tout ce temps, à cause du dogme catholique et qu’ils s’y opposeraient vigoureusement en portant plainte, soutenus comme à l’ordinaire,  par SOS racisme et par le MRAP.
**   Le « choix » laissé par les élus municipaux aux familles musulmanes a, en plus, un grave effet pervers sur les  parents, qui «surveillés par leur communauté »  sont tenus  par le contrôle, voire les menaces- contre leur gré et leur liberté de conscience – à  l’interdit pour leurs enfants. Ce « choix » introduit avec la discrimination, la pression du prosélytisme islamique dans l’école publique  et est donc doublement anti-laïque. 
_________________________

    8 février 2012        Clin d’œil à Molière dans la chronique des nouveaux Tartuffe de l’école laïque
     Face aux trois dieux des monothéismes vieux de dizaines de siècles, notre toute jeune laïcité n’a qu’une centaine d’années
Et même après la séparation des Églises et de l’État de 1905, il y a encore le statut concordataire en Alsace -Moselle et  des Tartuffe pour les servir au sein même de notre laïcité.
Les premiers (loi Debré 1959 jamais abrogée par le PS) pour subventionner totalement l’Enseignement privé de «caractère propre -sous-entendu religieux», les seconds pour poser sur la table du restaurant scolaire la loi de  leur premier commandement :   « Tu ne mangeras plus de viande de porc à l’école publique française car c’est interdit par l’islam.»

………………….mais chut ! il ne faut pas le dire, ni l’écrire – ce qui signifie que l’on n’a pas le droit de le penser (?) ….. sinon gare à la réaction d’un nouveau Tartuffe !  L’ingénue aura seulement droit à une leçon de morale laïque bien sentie sur son absence de bon respect des bonnes convictions laïques (sic) du monothéisme islamique :
« Quelle violence !  je suppose que vous avez écrit ce texte …  sous l’effet de la colère ….  Puis avec le recul, vous vous dites peut-être que vos propos sont allés  trop loin et ne sont plus tout à fait en accord avec vos convictions laïques qui impliquent aussi le respect des convictions de chacun. Et vous n’êtes peut-être pas très contente de vos écrits.»

          Au nouveau Tartuffe, la réponse de l’ingénue qui ne voulut ni demander pardon ni faire pénitence fut claire :
« Non, absolument pas, je ne regrette pas un mot de ce que j’ai écrit !
Non, c’est faux, Je ne suis pas en colère, je dis la vérité face à l’hypocrisie.  
Je suis très contente de ce que j’ai écrit : la violence n’est pas de mon côté et vous le savez bien
…»
 
 
  ____________________________________        

3 février 2012   Commentaires fermés sur Ce vendredi 3 février 2012, au menu de l’école publique

L’école primaire, les parents, et le programme du soir


                

Pour l’immense majorité d’entre nous, l’école primaire de la République, l’école pour tous, date d’un peu plus d’un siècle.
Pour les familles nobles, puissantes et riches, cet enseignement a une histoire pluri-millénaire, tant il était évident pour elles, que l’éducation dès le plus jeune âge, assurait la pérennité de leur pouvoir sur le peuple illettré.

Ainsi apparaît dans toute sa vérité l’importance capitale que revêt pour les 3-11 ans la première école. Les parents d’aujourd’hui savent-ils que dans ce domaine précis leur rôle et leur sens de la responsabilité sont  irremplaçables ? Et surtout savent-ils, que contrairement à ce que l’on distille depuis une quarantaine d’années, point n’est besoin d’être gosse de riche pour réussir les apprentissages fondamentaux et surtout apprendre, comprendre et aimer lire ?

J’en veux pour preuve l’obtention du Certificat de fin d’études primaires  pour les enfants de paysans, d’ouvriers et d’employés, dès la fin du XIX ème siècle. Si l’arrêt brutal de la scolarité gratuite à 12 ans laissait tant de jeunes sur leur faim de culture et de savoirs – [car c’est là que surgissait l’inégalité socio-économique face  à la poursuite des études payantes au collège et au lycée – et à la nécessité impérieuse d’apporter un salaire de plus à la famille] –  ils avaient déjà  un capital solide de connaissances que beaucoup firent fructifier.
J’en veux pour preuve aussi mes petites élèves algériennes du bidonville de Nanterre qui, à l’école toute neuve des Pâquerettes, avaient un aussi bon niveau en lecture et en rédaction que celles de l’école annexe des Batignolles.

Depuis les premiers écoliers en sarrau noir jusqu’aux petites élèves de Nanterre ;  de la III ème  République (223 jours d’école) au début de la V ème République (188 jours d’école), l’école était ouverte cinq jours par semaine soit 30 heures. On avait alors tout  le temps nécessaire pour bien  apprendre 😉    … et du départ de la maison à 7 h30, au retour à 19 h, je n’ai pas le souvenir d’avoir été fatiguée.

Depuis 1969, le nombre de jours d’école n’a cessé de diminuer, du fait du pouvoir politique qu’il soit de droite ou de gauche. L’école primaire n’ouvre désormais que 140 jours  par an,  et  l’on pleure des larmes de crocodile sur la fatigue des enfants,  et sur la mauvaise répartition de leurs  225 jours de vacances. Si l’on ajoute que 25 % des élèves de collège ne comprennent pas ce qu’ils lisent, je pense que la France a  tellement malmené son école primaire qu’elle  mérite le bonnet d’âne. 

D’ailleurs, comme on n’arrête pas la sottise, les solutions affluent en 2011 : les uns, étonnés de voir les enfants bâiller à 9h, proposent de commencer l’école à 11h, ou  de  remplacer les cours de la matinée par « un sas anxiolytique » (sic),  et ceux de l’après-midi  par le sport, d’autres encore sont pour le tout  ludique afin d’éviter à  l’enfant l’effort de l’apprentissage etc.

L’école primaire tant aimée  a été tellement malmenée que les parents ne savent même plus qu’elle est décisive pour leur enfant.
Alors, ils  en oublient les principes simples qui doivent régler les rythmes de vie de leurs enfants à la maison,  et cèdent à tous leurs caprices. Depuis une vingtaine d’années, la télévision trône dans la chambre des petits. Les parents ne se soucient pas des effets à court, moyen et long terme de cette vilaine nounou sotte et braillarde qui abrutit leurs enfants jusqu’à ce qu’ils en perdent la capacité  intellectuelle de se concentrer sur une page de lecture, ou de fixer leur attention sur un exercice à faire.

Sans attendre qu’une énième commission propose les bonnes (ou les moins bonnes) solutions pour  la semaine à l’école primaire, les parents  seraient bien inspirés d’ôter prestement  la télévision de la chambre des petits,  de limiter l’usage des jeux vidéo et surtout, de veiller au précieux sommeil qui garantit  croissance, santé et  équilibre :  12 à 10 heures par nuit pour les 3-5 ans  – 10 à 9 heures pour les 6-12 ans … et le lendemain, de préparer le petit-déjeuner sans les faire passer par l’abominable case criarde de la télévision du matin.  

Arrivés bien éveillés et  bien reposés à l’école, leurs chers enfants seraient ravis de retrouver  leur classe,  et les apprentissages s ‘effectueraient  facilement avec – en plus –  beaucoup de mémoire disponible … à condition bien sûr,  que leurs petits camarades aient eux aussi bien dormi, et  soient calmes, intéressés et attentifs aux multiples découvertes de la journée.

Comme quoi, ce sont aussi les parents qui peuvent montrer l’importance qu’ils accordent à  l’école primaire en changeant  le programme  du soir à la maison,  afin que les enfants puissent retrouver dans le temps d’école,  le plaisir d’apprendre et de cultiver la vivacité de leur intelligence …  au lieu de les laisser se rassoter et s’épuiser jusqu’à minuit, devant une télévision vulgaire et violente.

_________________________                                                  

11 février 2011   Commentaires fermés sur L’école primaire, les parents, et le programme du soir

L’école primaire selon les exigences des pouvoirs religieux

 

    Note complétée le 25 mai 2012     

 En cette période où l’on reprend la réflexion sur la semaine de 4 jours, il faut rester lucide, et considérer l’impact des enjeux de  pouvoir  (religieux et communautariste – politique- médiatique – financier – économique et syndical) sur le fonctionnement de notre école publique et laïque. Il faut discerner l’étroitesse d’esprit, les égoïsmes et la démagogie  qui ont imposé, depuis une quarantaine d’années,  le rétrécissement de la semaine scolaire avec le rallongement ad libitum  des vacances,  jusqu’ à 225 jours par an pour les 3-11 ans.

Malgré l’optimisme que l’on voudrait afficher, il apparaît que cette lourdeur aux couleurs de l’indifférence (voire de la satisfaction devant la médiocrité culturelle qui nivelle par le bas) des classes dirigeantes privilégiées, s’interposera une nouvelle fois, et mettra son veto sur toute volonté de  redonner aux plus jeunes du temps pour les apprentissages scolaires,  l’étude de notre belle  langue française,  le goût de la lecture, de la culture littéraire et scientifique.

  Commençons  par  les égoïsmes communautaristes des pouvoirs religieux.

La mission d’information créée par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation  sur les rythmes de vie scolaire en avril 2010 a déposé son rapport en décembre 2010 à l’Assemblée nationale*.
Les député(e)s de la mission ont reçu pour une audition le 8 juin 2010, Monseigneur Antoine Hérouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France**, et organisé une table ronde le 10 juin 2010, avec les représentants des confessions juive, musulmane et protestante : M. Charles Sulman, vice-président du Consistoire central des Israélites de France ; M. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, Madame Isabeau Beigbeder, membre du Conseil scolaire de la Fédération protestante de France.

Que pensent-ils d’une réhabilitation de la semaine à 4 jours 1/2 ou à 5 jours – bref que pensent-ils de la semaine scolaire continue ?

♣ Monseigneur Hérouard pose, comme un coin immuable dans la semaine, la confiscation définitive du mercredi matin. C’est pour lui, le temps du catéchisme –  symbole pour l’église catholique de la liberté d’expression religieuse ; le catéchisme qui concerne 25% d’enfants du CE1 au CM2.
Et  dans un raisonnement en boucle, il ajoute que justement, le mercredi matin, les dames catéchistes « qui sont souvent des mères » ne travaillent pas. Pour Mgr Hérouard, « une organisation de la semaine scolaire sur quatre jours et demi serait susceptible de « reléguer » l’exercice de cette liberté dans le domaine privé, la réduisant à un choix personnel entre diverses formes d’occupation » ; car insiste-t-il « si le choix – évident pour des enfants – devait être fait entre le football et la catéchèse, cette liberté fondamentale deviendrait « illusoire ». 
♦♦♦ Exigence des évêques  : En clair, Mgr Hérouard prescrit la vacance du mercredi matin,  pour ne pas laisser le choix  aux garçons – afin de garantir les vocations de séminaristes et  la pérennité de sa catéchèse.                            
 

♣ M. Moussaoui présente un enseignement musulman concernant les 6-15 ans et durant de trois à cinq heures par semaine. « S’il dure plus de deux heures, il peut avoir lieu le mercredi et le samedi ou le dimanche. (…)  Ceci explique que les familles rigoristes tiennent beaucoup au mercredi, surtout dans le primaire » ; auxquelles on ajoutera « la majorité des familles musulmanes qui sont attachées au week-end de deux jours » Et M. Moussaoui rappelle aux députés «  quelques demandes de certains membres (sic) de la communauté musulmane pour que les élèves soient libérés pour la prière communautaire du vendredi 12h-13h30 l’hiver ; 13h-14h l’été. ***» 

♣ Pour les protestants et les juifs, l’enseignement religieux n’interfère pas avec  la semaine continue, les premiers avec « l’école dominicale » pour les 7-15 ans,  et les seconds  avec « l’enseignement dit le « Talmud Torah »  le dimanche de 9h à 12h pour les 7-13 ans.»  ;  leurs deux religions ne mettent pas d’obstacle à une réflexion nationale. 

 Il reste que d’inquiétantes questions sont posées  : 

♣ Combien les exigences de M. Moussaoui et de Mgr Hérouard, concernant l’école laïque,  pèseront-elles dans les délibérations des députés et dans les décisions gouvernementales ?  

             Et sachant que le principe laïque est de tenir les élèves de  l’école primaire publique hors des communautarismes religieux, pour créer une égalité fraternelle entre eux : 
♦ Pourquoi l’école laïque devrait-elle s’interdire de travailler le mercredi et/ou le samedi matin  ? 
♦ Pourquoi devrait- elle se soumettre aux volontés des représentants de dieu(x) et de leurs dogmes ?
♦ Sommes-nous toujours dans l’Ancien Régime : «  au bon plaisir »  des  évêques, et de surcroît  « aux ordres » des imams ?

______________________________       

* Rapport d’information présenté par MM. Xavier Breton et Yves Durand – députés. Les extraits du rapport sont « entre guillemets » et les mots des intervenants en italique .
**
Direction nationale de l’Enseignement privé catholique aux frais de la République . Mgr Antoine Hérouard est «l’autre mininistre cultuel» de l’Éducation nationale,« l’Éminence grise » de l’actuel ministre, Vincent Peillon. 
 *** Exigence des imams :  suppression du mercredi matin plus suppression du samedi matin plus suppression du vendredi après-midi, ce qui équivaudrait à trois jours et demi d’école par semaine.  Décidément pour eux, il y aura  toujours trop de notre école laïque !

1 février 2011   Commentaires fermés sur L’école primaire selon les exigences des pouvoirs religieux

Les talibans et l’enfance sacrifiée

Les objectifs politiques des talibans sont clairs :  instaurer avec l’argent des trafics d’héroïne et des réseaux criminels, dans le sang, par les armes, leur régime de terreur islamique  en Afghanistan et au Pakistan.
Déjà, ils occupent toute la région frontalière côté Pakistan.
Ces   » zones tribales  »  servent de base arrière aux talibans du mollah Omar comme aux terroristes d’Al-Qaida parmi lesquels leur chef  Oussama Ben Laden, commanditaire des attentats de New-york du 11 septembre 2001, jouit d’une totale liberté  (grâce à quelle complicité politique internationale ?). C’est là qu’ils cachent leur arsenal d’armes et de munitions .

Le programme scolaire voulu par les talibans pour les enfants pakistanais, comme pour les jeunes afghans est conforme à leurs principes et fonctionne comme une mécanique monstrueuse pour atteindre leurs objectifs politiques :

         Pour les filles ( les jugeraient-ils trop promptes à devenir plus savantes et plus intelligentes qu’eux ?), la charia – loi divine qui sert de droit pour les talibans-  programme  la destruction systématique de leurs écoles, puis leur enfermement à la maison ou sous la burqa.

Avec  la journaliste pakistanaise  Sharmeen Obaid-Chinoy * nous rencontrons deux fillettes devant leur école en ruines** ; autrefois 400 jeunes filles y étaient scolarisées. Elles ont courageusement accepté de témoigner. Z… dit en pesant chaque mot :  » Je suis un peu en colère. Je me fais du souci, notre école a été détruite.  » R… ajoute :  » Ce n’est pas juste.  » Z… reprend :  » L’enseignement, c’est un rayon de soleil. J’ai envie de bénéficier de ce rayon de soleil !  »

         Pour les garçons, et tout particulièrement  les plus pauvres, les talibans ouvrent des écoles coraniques où ils sont nourris et logés. Les garçons  y apprennent à réciter par coeur le coran – en arabe, langue sémitique qu’ils ignorent -, à considérer les filles et les femmes comme des êtres inférieurs à soumettre par la violence,  à  » utiliser un fusil mitrailleur, des roquettes, des grenades anti-chars, des bombes, et  à préparer des attentats-suicides  » ***.

Cependant à entendre un   » professeur taliban  » de Karachi  «  les écoles coraniques jouent un rôle positif ; il n’y a ni haine ni terrorisme, mais amour, paix et harmonie.  » C’est ce que pourrait faire croire une vidéo de propagande où l’on voit des garçons de 12-14 ans psalmodier le coran en se balançant. La vérité est tout autre et hors caméra le mufti se dévoile : «  Nous avons le combat dans le sang. Les musulmans voient cette guerre comme le moyen de devenir martyrs. Quand on voit la mort comme une bénédiction, on devient invincible. »
Comme il faut que ces garçons perdent vite  le goût de la vie, les talibans leur suppriment les jeux. Ainsi dans un camp de Peschawar, un garçon de 14 ans qui a grandi dans une ferme de la région tribale de Bajaur raconte à la journaliste :  » Notre village était très beau. J’avais plein de copains avec qui je jouais au foot et au cricket, et puis les talibans sont arrivés et ils ont interdit les jeux. On a continué en cachette. Les talibans nous ont repérés et ils nous ont tiré dessus, ils nous ont interdit de jouer, et là  on a arrêté.  »

Quand Sharmeen montre la vidéo à K. Abdullah  » formateur taliban  » il dit :  » Les miens sont plus jeunes, ils ont  5, 6 ou 7 ans. Ils viennent à nous car nos armes leur plaisent. Il sont encore très petits. Les enfants sont les instruments qui permettent d’accomplir la volonté d’Allah. Il faut être prêt à des sacrifices. Cela est juste.  »

           Il serait temps que les bombardements des armées américaine et pakistanaise ne prennent plus pour cibles les villages en semant le désespoir  parmi les populations pauvres déjà victimes des crimes des islamistes radicaux. Ces bombardements aveugles et injustes renforcent  la cause terroriste des talibans et leur doctrine de haine.

            Il serait temps que tous les grands stratèges militaires piègent véritablemnt les talibans et les terroristes d’Al-Qaida, leurs chefs ; ce sont eux les véritables criminels, les véritables assassins, ceux qui sacrifient les enfants.

                                                                                                                                                                      

* Dans son  très intéressant documentaire Pakistan, l’étau des talibans  diffusé sur Arte les 8 et 13.08.09

**  Dans la vallée de Swat, surnommée autrefois au XXème siècle,  » la Suisse pakistanaise « . C’était une région touristique dans les montagnes himalayennes,  autrefois,  avant l’arrivée des talibans. Les touristes ont fui, mais  aussi 500 000 habitants qui vivent leur misère et soignent leurs blessures dans les camps de Peshawar ( 1 500 000 Pakistanais  réfugiés : 30 000 personnes dans chaque camp dont 15 000 enfants).
Comme le gouvernement pakistanais,  en février 2009,  a accordé aux talibans, (par lâcheté ou par complicité (?),  le droit d’imposer  la charia à toute la population de la vallée de Swat , on ne trouve plus maintenant que ruines et désolation,  avec des   » places sanglantes  » pour les flagellations et  les exécutions publique. Les policiers – tous musulmans-  sont massacrés et plus de 200 écoles de filles ont été détruites. Pour les talibans, tuer des musulman(e)s est leur droit puisqu’ils sont leurs maîtres ; on devine le sort qu’ils entendent réserver aux » infidèles « .
*** Le garçon de 14 ans qui énumère ses  » apprentissages  »  est prêt à  devenir à son tour un martyr en   commettant  un attentat- suicide ;  il veut  » anéantir le mal pour la plus grande gloire de l’islam et rendre Allah heureux   » en faisant mieux que S… qui s’est fait sauter en tuant 6 personnes, mieux que S…. qui a tué 22 personnes, mieux que M… qui a entraîné 28 personnes dans la mort  » et il ajoute :  » Nous sommes des milliers. Beaucoup de combattants sont plus jeunes que moi.  »          Dans les 10 000 écoles coraniques, il y a 1 500 000 garçons…

NB Nous assistons aussi à une conférence de presse du nouveau représentant  du Ht Commandement des talibans devant (encore) les ruines d’une école de filles.          Hakimullah Mehsud commence ainsi :  » Qu’Allah protège Oussama ! Qu’Allah protège le mollah Omar ! Y-a-il des gens plus valeureux qu’eux ? »  Questionné sur Barack Obama, il répond : «  Chez nous, il y a un proverbe qui dit Le chien noir est le frère du chien blanc, Obama est un infidèle, si Allah le veut nous nous débarrasserons rapidement de lui. « 

 28.08.09 Retour en France   
La charia islamiste sur la burqa n’a aucune légalité dans notre pays républicain.
Les femmes qui portent la burqa en France savent-elles qu’elles ne font qu’obéir aveuglément aux talibans afghans, aux salafistes égyptiens ou algériens, aux criminels terroristes  ?
Savent-elles qu’avec les talibans elles n’auraient pas eu le droit d’aller à l’école,  de poursuivre leurs études à l’université, mais seulement le droit d’être vitriolées ou lapidées ?
Savent-elles que ces hommes qui les commandent les sacrifient, les mettent hors-la-loi comme eux, en font leurs complices ?
Savent-elles qu’elles trahissent ainsi la cause de millions de femmes qui, en terre islamique, veulent conquérir le droit au  » rayon de soleil de l’enseignement «  ( comme le dit si bien Z…), le droit à la liberté, à l’égalité,  à la citoyenneté ?
        Pour redonner force et courage aux plus faibles, la loi républicaine doit s’appliquer ; une pétition adressée au président de la République s’ouvre avec Riposte laïque.
_____________________

  NB         En   mémoire de  Gilles  JACQUIER   tué d’un tir d’obus de mortier de 81 mm venu d’un quartier sunnite rebelle  lors d’un reportage pour Envoyé spécial  à Homs (Syrie) le 11 janvier 2012).
3.09.09 Carnet de route en Afghanistan Ecoles, un tableau noir
          Reportage de Gilles Jacquier – France 2 Envoyé spécial dans la province de Kandahar, quand les talibans s’opposent par leur charia à la scolarisation des filles, vitriolant 16 jeunes filles qui allaient à l’école  sous la burqa, assassinant les femmes professeurs les unes après les autres, brûlant les écoles…  A l’hôpital, Shamsia 16 ans qui souffrait d’atroces brûlures au visage disait :  » Moi de toute façon je veux retourner à l’école, je veux reconstruire mon pays.  »
_____________________

25 août 2009   Commentaires fermés sur Les talibans et l’enfance sacrifiée

Quand on peut faire la fête mais pas l’enfant

           L’apparition du sida dans  la communauté gay  en Californie fut une triste histoire puisque la maladie fait désormais au XXI ème siècle des ravages dans les populations les plus pauvres en Afrique comme partout dans le monde ; elle s’acharne sur les femmes et les enfants ; c’est un désastre humanitaire à l’échelle de la planète.

Cependant la souffrance  de millions de personnes ne semble pas être pour les dirigeants  de  la communauté gay   parisienne une raison suffisante pour se priver du  carnaval de la gay pride*.  Un peu de silence et de recueillement me paraîtrait l’attitude humaniste qui conviendrait davantage.

Mais il faut croire que «  la fête  » – de jour comme de nuit- est la spécialité gay ; la parade, les paillettes et les décibels sont désormais ses rituels annuels pour exiger de la société française une  reconnaissance   dans le  » no man’s land (sic) juridique  » **

            Faire la fête est un jeu d’enfant mais faire un enfant est une  histoire beaucoup plus sérieuse. 

Si l’on n’accepte pas la stérilité naturelle de son couple homosexuel, il faut appeler à l’aide l’autre sexe.  Les progrès de la procréation médicalement assistée permettent de se passer de l’acte sexuel. Mais en attendant l’utérus artificiel***, il faudra pour les hommes trouver un ventre de femme.

C’est ainsi que l’on entend  dans les coulisses de la gay pride  »  Nous cherchons une mère porteuse  »    – un peu lourd- , alors  qu’un homme dira que sa compagne est la mère de son enfant. 
Un peu lourd aussi quand Valérie  dit :    » Finalement, nous avons opté pour une insémination artificielle avec donneur en Belgique « , ce qui n’ est pas choisir par amour le père de son enfant.

Pour les unes comme pour les autres, l’enfant est  commandé, comme un  banal article le serait sur internet,    Mécontent délibérément  privé,  dès sa conception, de la vérité et  de la fierté de ses origines. 

MM. J.W et U.B  sont mariés (?) et s’ils ont adopté Stassa en Californie, cela ne  fait pas deux pères et une fille****, cela fait une petite fille vivant avec deux hommes, deux faux grands-pères, deux vieux messieurs en voyage de noces à Venise.

La fête donc pour J.W. et U.B. ; mais pour Stassa, pour une fillette de cinq ans ?

                                 ___________________________                  

  * expression adoptée par les  bobus  / traduction :  » marche des fiertés homosexuelles  »
 ** titre de l’ article d’ Ariane Chemin /**** portfolio Parents et gays – photographies de Mattia Insolera /  le monde 2  27 juin 2009 /
*** cf. ma note La maternité selon J. Attali / 6 mars 2008
      
  NB         La recherche de la vérité de ses origines biologiques, de l’identité de celui et de celle qui nous ont créé(e)s, de celle qui nous a porté(e)s est devenue une véritable raison de vivre pour celles et ceux qui furent  abandonné(e)s, adopté(e)s, ou qui sont né(e)s sous X -( mère et père inconnus), ou encore né(e)s de donneurs inconnus.
La nouvelle procédure de légalisation de  mères  » porteuses « , réclamée par les couples stériles,  est aussi lourde de secrets et de mensonges vis-à-vis des enfants. Hypocritement, taira-t-on que l’allaitement est  » porteur  »  d’un lien supplémentaire entre ces deux êtres ? Privera-t-on le bébé du lait de sa mère  » porteuse  » ?   Le contrat indiquera-t-il qu’elle doive faire tarir son lait ou bien qu’elle doive  l’envoyer par la poste ? …

29 juin 2009   Commentaires fermés sur Quand on peut faire la fête mais pas l’enfant