Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Lettre de la bergère au roi d’Angleterre

         

Faut-il  croire  Georges Duby * quand il  explique  comment « avec la Pucelle, le merveilleux (sic) s’engouffre dans le champ du politique », comment Dieu dans Sa grande pitié (resic) du peuple de France  » a choisi  dans le peuple une jeune fille  à  faire périr – quelle pitié ! – sur un bûcher ? 

Faut-il croire  l’histoire d’un dieu qui  découvrit à Domrémy la seule pastourelle qui sût monter à cheval, la seule bergère illettrée  qui écrivît en «chef de guerre»  au roi d’Angleterre, la seule paysanne  plus à l’aise avec l’épée et l’étendard qu’avec la quenouille et le fuseau, plus à l’aise parmi « ses bonnes gens d’armes » que parmi ses moutons etc. ?
                                 
                             Voilà la lettre de Jeanne au roi d’Angleterre**
 
   Roi d’Angleterre et vous duc de Bedford, qui vous dites régent du royaume de France, vous Guillaume de la Pole, comte de Suffolk, Jean sire de Talbot et vous Thomas sire de Scales, qui vous dites  lieutenent du dit duc de Bedford, faites raison au Roi du ciel, rendez à la Pucelle qui est ici envoyée par Dieu, le roi du Ciel, les clés de toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France. Elle est ici venue de par Dieu réclamer le sang royal♣. Elle est toute prête à faire la paix, si vous voulez lui faire raison en abandonnant la France et payant pour ce que vous l’avez tenue.
   Et, vous tous, archers, compagnons de guerre , gentilshommes et autres qui êtes devant la ville d’Orléans, allez-vous en en votre pays, de par Dieu ; et si vous ne le faites ainsi, attendez des nouvelles de la Pucelle qui ira vous voir sous peu, à vos bien grands dommages.
   Roi d’Angleterre, si vous ne faites ainsi, je suis chef de guerre et en quelque lieu que j’attendrai vos gens en France, je les en ferai aller, qu’ils le veuillent ou non. Et s’ils ne veulent obéir, je les ferai tous occire ♣ ; je suis ici envoyée de par Dieu, le Roi du ciel, pour vous chasser hors de toute la France. Et s’ils veulent obéir, je les prendrai en miséricorde. Et, n’ayez point une autre opinion, car vous ne tiendrez point le royaume de France de Dieu, le Roi du ciel, fils de sainte Marie, mais le tiendra le roi Charles, vrai héritier : car Dieu, le Roi du ciel le veut et cela est révélé par la Pucelle (au roi Charles), lequel entrera à Paris en bonne compagnie.
   Si vous ne voulez croire ces nouvelles de par Dieu et la Pucelle, en quelque lieu que nous vous trouverons, nous frapperons dedans et y ferons un si grand hahay♣ qu’il y a bien mille ans qu’en France il n’y en eu un si grand, si vous ne nous faites raison.
   Et croyez fermement que le Roi du ciel enverra plus de forces à la Pucelle que vous ne sauriez lui mener avec tous vos assauts, à elle et à ses bonnes gens d’armes ; et aux horions♣, on verra qui  a le meilleur droit de Dieu du ciel.
   Vous, duc de Bedford, la Pucelle vous prie et vous requiert que vous ne vous fassiez pas détruire. Si vous lui faites raison, vous pourrez encore venir en sa compagnie là où les Français feront le plus beau fait qui fût jamais fait pour la chrétienté. Et faites réponse, si vous voulez faire la paix en la cité d’Orléans ; si vous ne le faites ainsi, de vos biens grands dommages qu’il vous souvienne sous peu.
Écrit ce mardi ♣, semaine sainte.

♣ Réclamer la libération de Charles d’Orléans, cousin de Charles VII ♣ mettre à mort ♣ cri de guerre d’où bataille ♣ coups ♣ 22 mars 1429

     La Pucelle d’Orléans p.333 Le Moyen Âge  987- 1460 De Hugues Capet à Jeanne d’Arc Tome 1 G. Duby Histoire de France / Hachette 1987
** telle qu’en la version du procès de condamnation, article 22 du Libelle d’Estivet ( citée par Colette Beaune p.523 Jeanne d’Arc /Perrin 2004 rééd 2009/
    
 NB  Évoquer « Dieu, Roi du ciel » comme Jeanne le fait tout au long de la lettre  prouve qu’elle a reçu une éducation religieuse, prouve que la religion est  un ressort politique du pouvoir au XV ème siècle en France et en Angleterre … mais ne prouve ni l’existence de dieu, ni son implication dans l’Histoire de France 🙂   

        ………à suivre ………..