La France, pays vertueux et solidaire au 1% d’émission de CO2

3 décembre 2018 –   Apostille du 5 décembre 2018

 


Alors que « notre pays n’émet que 1/100 des émissions mondiales de CO2, une proportion qui décroît régulièrement »
(1), M. Macron et le gouvernement Philippe (II) « [prélèveront] 62 milliards d’euros par an en 2019 (2)
pour financer des projets de lutte contre le réchauffement climatique, généralement économiquement peu rentables : Taxation des carburants, du gaz et de l’électricité, subventions aux énergies renouvelables : éolien, solaire, biomasse, subventions à la rénovation de bâtiments privés et publics, et aux nouveaux véhicules. »

♠ Ces 62 milliards d’euros prélevés « à la source » donnent l’ampleur de la spoliation fiscale.

« Même si la France n’émettait plus aucun gramme de CO2, cela ne changerait rien au problème climatique. » et Ph. François,(l’auteur) de conclure : « Sacrifier son économie et le niveau de vie des Français à la volonté d’affichage de ses responsabilités politiques à l’international n’est pas acceptable. Comme d’habitude, nos concurrents nous féliciteront en public, tout en ironisant en privé sur ce zèle intempestif et naïf. (3) »

⇒ Les fanfaronnades de M. Macron à Buenos Aires (Argentine) n’effaceront pas non plus le fait que si le 20 octobre 2018, les députés de La-République-en-marche ont voté l’augmentation de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE)  chaque année pendant quatre ans, ces députés n’ont été élus que par 20% des électeurs le 18 juin 2017 (4).

♠♠ Autrement dit M. Macron n’a qu’une majorité LREM fictive à l’Assemblée nationale.

Et même si son zélé Premier ministre E. Philippe, le 23 octobre 2018, devant cette Assemblée nationale, avait déclaré cyniquement  « assumer la hausse courageuse (sic) du prix du diesel au nom de la transition écologique [en ayant] indiqué très tôt que si nous voulions mettre en place la transition que beaucoup de Français attendent, s’agissant de la prise en compte de l’économie décarbonée, il fallait envoyer un signal prix, donner une trajectoire carbone, visible, prévisible et irréversible. » (5)

♠♠♠ M. Macron ne doit pas oublier que sa « majorité actuelle » qui ne représente que 20% du corps électoral est « minoritaire »,  face aux 80% de Français qui n’ont pas voté pour lui et qui ont soutenu les Gilets jaunes dans leur revendication, le 17 novembre 2018.


♦ L’immaturité et l’inexpérience politique de M. Macron faisaient craindre des erreurs de jugement, des analyses erronées, des outrances possibles.

♦ Son passage à la présidence de la République doit nous servir de signal d’alarme et nous inviter à la lucidité, au courage, au respect de nos valeurs citoyennes, à la fraternité, car le laxisme présidentiel face aux violences criminelles et aux discours de haine (islamistes et anarchistes) impunis, détruit notre société républicaine jour après jour.

La République a besoin de nous

Réveillons-nous
___________________

Apostille du 5 décembre 2018

♦ Suggestion d’un conservateur américain à méditer
par le président Macron, grand frotteur de vestons de chefs d’État,
itinérant multilatéraliste – archi- écolo -libéral-capitaliste ,
petit maître des horloges et du CO2 de la planète :
  ♦
Si M. Macron défendait les travailleurs français comme M. Trump défend les travailleurs américains … il serait populaire !

Ah ! Ce mot « populaire  » honni par les arrogants écolos-bobos-en-marche d’aujourd’hui.
Comme notre Front populaire qui faisait dire en 1936
à la honteuse bourgeoisie française : « Plutôt Hitler que le Front populaire ».

Il serait temps aussi que les syndicats si proches de la politique de l’itinérant président, aient aussi des oreilles pour entendre les travailleurs … comme avait su le faire notre grande CGT, de 1936 et de 1968. 
______________________________


1 Transition énergétique française : retour à la réalité Philippe François

[Dossier IFRAP -Agriculture et énergie ] 22.11.2018.

2 Fiscalité environnementale Samuel-Frédéric Servière 31.10.2018.
[Dossier IFRAP – Budget et fiscalité]

3 De fait, si les autres chefs d’État ont ri sous cape de Macron à la réunion du G 20, le 1er décembre 2018, quand il se prenait pour le grand maître du climat, lui se moque bien de nous, quand il parle   avec commisération des classes dites « moyennes ».

4 Cf. Par L’ingénue Macron et le « ça n’a pas voté » le 18 juin

5 Le gouvernement assume la hausse du diesel au nom de la transition écologique 23/10/2018 par SudOuest.fr avec AFP
__________________________________________

Les commentaires sont clos.