Des hussards noirs de la Troisième République …

… aux grognards de maintenant…

Le Président Sarkozy d’avant et son ministre Darcos du chaos pédagogique national *  leur avaient accordé la semaine des 4 jours d’école. Ils les détestaient, mais ils avaient pris le cadeau, et sans dire merci, ils l’avaient mis dans leur havresac des avantages acquis  – donc in-tou-chables.

Pour continuer de leur plaire
, dès qu’il eut son portefeuille –le nouveau ministre Peillon du chaos pédagogique national , s’empressa de leur faire cadeau de 3 jours supplémentaires pour les vacances de la Toussaint 2012.

…. Mais voilà qu’après une consultation « à la hussarde »** pendant les vacances d’été 2012, ce nouveau ministre, après avoir évoqué une possible semaine de 5 jours (!) –  et s’être vu remonter les bretelles par le Président Hollande -du- changement- c’est maintenant (sic)-, décida du retour au régime d’avant le Président d’avant, c’est-à-dire au régime des 4 jours et demi d’école par semaine.

♠ Tollé général et grogne massive
 des syndicats d’enseignants pourtant si proches du Président de maintenant, qui  donnèrent sur le champ, les mots d’ordre de grève ***et de manifestations, dans tout le pays.
Les grognards, fervents défenseurs du chaos pédagogique national et de la loi du maximum de 4 jours défilèrent dans les rues de la capitale et de nos bonnes villes, avec les slogans révolutionnaires :   Touche pas à mes 4 jours d’école !  Vivent les 4 jours d’école pour tous !

C’était dit: les grognards de maintenant se battraient jusqu’au bout !

Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira,
Vive le chaos pédagogique !
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Nos quatre jours on les aura !
♦Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Vivent les beaux jours de vacances !
Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira
Nos deux mois d’été on les aura !


D’ailleurs, ils ont leurs arrières bien protégés par les chronobiologistes qui découvrirent la loi de la durée minimale des 4 petites vacances de l’année scolaire (Toussaint – Noël – Hiver- Pâques) :
♦ en-dessous d’une période de 15 jours de vacances,
les enseignants et nos chers petits, ne sauraient être suffisamment reposés pour reprendre le chemin de leur école…

♠♠ Ainsi  les syndicats de grognards défendront jalousement – envers et contre tous – leurs bons rythmes scolaires bien cadencés de 4 jours par semaine et 16 semaines de vacances.

NB  Au sujet de la photo : La laïcité interdit toute forme de prosélytisme politique ou religieux à l’école publique.
L’affiche électorale PS de M. Hollande n’y a pas sa place.
__________________

*  voir la note :    Et M. Darcos créa le chaos pédagogique

** voir  Les apostilles de la « refondation de l’Ecole de la République »   et   En copie à M. Peillon et au comité de pilotage

***Ajout du 29 mars 2013 Le Monde.fr avec AFP / 25 mars 2013 :
«L’intersyndicale parisienne (CGT-Educ’Action, SUD-Education, CNT-STE, Snudi-FO, Snuipp-FSU, SE-UNSA) a appelé  à une nouvelle journée d’action lundi 25 mars contre la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013… Jérôme lambert, secrétaire départemental du Snuipp-FSU, majoritaire dans le primaire [a prévu] avec les instituteurs une réunion dans l’après-midi pour reconduire le mouvement mardi (..)»

 Une aure façon astucieuse pour les grognards de maintenant d’inventer la semaine des 2 jours  d’école
jeudi et vendredi !

♦Ajout du 25 février 2013 – inspiré de  la réaction de Mme Bernadette Groison, présidente de la FSU /première fédération d’enseignants grognards/ après les propos de M. Peillon /24.02.2013 BFMTV/ concernant un possible (!) retrait de deux semaines aux  vacances d’été  ;  proposition qui fut rejetée immédiatement, avec la formule tant raillée du Président d’avant, redevenue utile car dissuasive :     😉     Si vous voulez qu’on travaille plus, il faudra nous payer plus ! 
♦♦♦ Enfin, ignorez-vous, chère Bernadette, que les enfants dont les parents n’ont ni 16 semaines de vacances, ni les moyens de « partir en (petites) vacances », resteront à la maison, devant la télévision, ou dans la cour de leur école transformée en « centre aéré » ?

 

Alors, à part les milieux aisés et l’industrie touristique – avec en prime, le triple zonage- à qui profite les 16 semaines sans école ?