Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Chronique de Petiteville en France – épisode 3

un-ecureuil-en-hiver-3
                     Chronique de Petiteville en France                     

ou  Comment faire pour assurer une meilleure protection anti-drogue à la jeunesse née depuis 1989 ( les dix/vingt ans de 2009) ?

                                    Episode 3 (récidives)             Automne 2008

    Le profond silence feutré de la mairie avait-il été troublé par l’actualité  du 13 octobre 2008 avec sa nuit de récidives ? 

           J’en doutais si fort que j’adressais le 14 octobre 2008  une  nouvelle lettre au maire ; en voici quelques extraits :

 »  (…) Il se trouve qu’à échanger sur  » la vie en société   » à Petiteville, je m’aperçois que chaque personne concernée est volubile en petit comité, mais opte carrément pour le silence et ne souhaite pas témoigner. S’agit-il de peur ? et si oui, pourquoi ?
           C’est en effet la question qu’il faut se poser. Et c’est pourquoi je regrette qu’à la dernière réunion du conseil municipal du 29 septembre 2008, ni la majorité ni la minorité n’ait fait inclure à l’ordre du jour, une déclaration concernant les actes de vandalisme de la fin août.
           (…)  Pourquoi les unes et les autres avez-vous eu peur de dire ce qui s’était passé, la gêne causée aux usagers du bus qui se sont sentis méprisés par les casseurs ? Pourquoi les unes et les autres n’avez-vous pas dit, écrit, où en était la recherche des auteurs des dégradations, le montant des réparations etc. ? Pourquoi les unes et les autres n’avez-vous pas affirmé, dit, écrit, combien vous étiez vigilant(e)s et sensibles aussi à l’environnement  social* ?
           Dire également que la consommation de drogues est en pleine expansion parmi les jeunes Petitevillais(es) aurait été une façon courageuse de signifier votre attention au problème.
             Car enfin, je ne peux croire que ni les unes ni les autres, vous n’ayez entendu les vacarmes nocturnes de cet été, ou marchant **dans les rues et les chemins de Petiteville, vous n’ayez jamais surpris des petits groupes  » fumant « , se passant des doses, discutant des prix etc etc.
             (…) En tant que maire, la loi relative à la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 vous place au coeur du dispositif. Cette loi vous donne les moyens  » d’anticiper ou de détecter les évolutions de la délinquance « . Vous disposez de l’aide des services de police, de gendarmerie, des services judiciaires, ainsi que des ressources de services sociaux. Les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) des établissements scolaires***, les associations de parents d’élèves ( école, collège, lycée ) seraient aussi de bons leviers de prévention etc.
              C’est maintenant qu’il faut en débattre en conseil municipal. C’est maintenant qu’il faut agir avec lucidité et responsabilité (…)  »

 Lettre adressée en copie aux adjoint(e)s, et aux deux anciens maires, actuellement conseillers municipaux ( l’un est dans la minorité municipale et l’autre conseiller général) 

* lu dans Petiteville Magazine n°20 septembre 2008 :  » Petiteville prend soin de son environnement.  »
**  Dois-je en conclure que les élus se déplacent exclusivement en voiture et ne se promènent jamais dans leur charmante Petiteville ?
*** le maire est membre de droit des conseils d’école et des conseils d’administration des établissements scolaires de sa commune.

Mécontent Silence en guise de réponse….
Comme j’assistais à la cérémonie du 11 novembre 2008 – étant petite-fille d’un jeune homme mort dans la boue de la seconde bataille de  Champagne avec 135 000 autres , entre le 25 septembre et le 10 octobre 1915 -,  je tins à venir saluer M. le Maire. 
–  « Ah ! dit-il,  je me demandais quelle tête avait Mme …  !  »  Il put ainsi vérifier que j’avais une tête …  a-t-il aussi deviné  ce que je pensais ?  Mécontent          à suivre……………..