Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Vous seriez CHARLIE si …

Note du 10 janvier 2015- complétée le 11 janvier 2015 (Journée internationale de la LIBERTÉ  d’expression contre  la terreur islamique).

 15  janvier  2016 : la formule « Je suis CHARLIE » qui marquait alors notre solidarité nationale avec le combat pacifique de CHARLIE HEBDO pour défendre notre laïcité, pilier définitif de notre devise républicaine Liberté Égalité Fraternité,  n’était qu’hypocrisie  pour les politiciens, double langage pour les chefs religieux,  bref, l’expression cachait la lâcheté des premiers et le cynisme des seconds.
___________________________

Sans CHARLIE HEBDO, nous aurions eu une société française paralysée par la terreur et la violence de l’islam radical et djihadiste.

Sans CHARLIE HEBDO, la France n’aurait depuis 2007,  pour seule devise que : SILENCE  ON  TUESILENCE  ON  ÉGORGE  ! SILENCE  ON  LAPIDE ! SILENCE  ON  VIOLE !

C’est grâce à CHARLIE HEBDO et au procès qu’ils ont gagné SEULS en  2007 /dans le silence coupable des médias français/ CONTRE La Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman, l’Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale, que notre République française et tous les peuples frères que l’on sent  aujourd’hui si proches de nous peuvent en ce 11 janvier 2015,  témoigner de la valeur universelle de la liberté, de la liberté de pensée, de la liberté d’expression et de la force fraternelle d’une société laïque, libérée du pouvoir tyrannique des religions et de leurs chefs.

Mais  que de travail et d’intelligence,  il faudrait encore déployer en France pour vaincre  l’islam radical et poursuivre dans cette voie démocratique  !

Vous Président,  F. HOLLANDE, seriez CHARLIE si, vous aviez voulu entendre et comprendre CHARB venu vous dire en 2014,  que CHARLIE HEBDO mourait faute de financement.

Vous seriez CHARLIE si,  au lieu de psalmodier unité nationale, vous connaissiez la réalité en Seine-Saint-Denis et si vous aviez compris ce qui s’y trame depuis les années 80, et si vous aviez lu – depuis trente-cinq ans, un peu plus que les seules dépêches de l’AFP- et, entre autres livres , Quatre-vingt-treize de Gilles Kepel.

Vous seriez CHARLIE si, vous saviez que Saint-Denis est la Mecque de l’Islam de France, que les courants les plus intégristes des frères musulmans égyptiens et des salafistes d’Arabie saoudite y prospèrent, et forment selon leurs dogmes obscurantistes et assassins,  les imams des mosquées  et les aumôniers des prisons françaises.

Vous seriez CHARLIE si, vous aviez pris conscience que la proche banlieue est  devenue en 30 ans,  un territoire d’Outre-République laïque.

Vous,  M. VALLS, Premier ministre, et vous Mme TAUBIRA ministre de la Justice,  vous seriez CHARLIE si, vous aviez étudié, afin de prendre les bonnes décisions,  les nombreux rapports de la police et de la justice sur la dangerosité des délinquants islamistes armés et multirécidivistes, comme Mohammed Merah – Saïd Kouachi – Chérif Kouachi – Amedy Coulibaly et les milliers d’autres.

Vous, Mesdames et Messieurs, députées, sénatrices et sénateurs du PS, vous, M. DRAY, président de SOS racisme, vous seriez CHARLIE  si, vous laissiez  » l’idéologie de l’islamophobie »  aux seules organisations islamistes,  qui font semblant de condamner l’exécution de 12 personnes à CHARLIE HEBDO, tout en  gardant pour seul mot d’ordre, le refus ostentatoire de la laïcité. Vous leur octroyez par votre passivité, la liberté de nous massacrer.

Vous seriez CHARLIE  si, vous condamniez « l’idéologie  djihadiste de la mécréance » par laquelle les intégristes s’arrogent  – selon leurs dogmes –  le droit de bafouer nos  lois républicaines et le droit de brûler nos villes.

Vous seriez CHARLIE  si,  vous  remplaciez votre « Touche pas à mon pote (islamiste mais laisse-le massacrer CHARLIE HEBDO) ! »  par un SOS Terreur islamique !

Vous, le Gouvernement de la France, vous seriez CHARLIE  si vous défendiez les droits de l’homme et de la femme, notre droit de
vivre en paix,
dans un pays où la laïcité est la loi pour tous ses citoyens ;  où l’on veut vivre ensemble, citoyens, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs,  au-delà de tous les communautarismes réducteurs  ou dévastateurs ;
dans un pays qui  sait résister pour combattre l’État islamique qui lève contre nous l’étendard sanglant de sa tyrannie djihadiste …

Vous, le Gouvernement de la France,  et vous,  Mme Taubira, entendez-vous le souffle de l’Histoire ?      Entendez-vous le premier couplet de la Marseillaise ?
______________________________

10 janvier 2015 – note revue et mise en avant le 15 janvier 2016.