(2) La Résistible extension de l’anarcho-djihadisme : 12 mai 2018 – Paris

17-18-  2027 mai 2018

Ou comment les communautarismes des anarchistes et des islamistes sont des « Blocs hostiles et violents » prêts à combattre notre société républicaine.

Après l’attaque de l’anarcho-« benditisme (1) » du 1er mai 2018 contre le défilé pacifique de la Fête du Travail, et avant le ramadan, à Paris, le soir du 12 mai 2018, un égorgeur djihadiste  hurlant  « allah akbar »  a sacrifié, comme ils feront pour les moutonsRonan, un jeune homme de 29 ans, avant de se jeter sur quatre autres personnes pour les tuer aussi, et qu’il a blessées.

Alors que les cinq malheureuses victimes baignaient dans leurs sang, le- président- Macron- du- haut- de- son- Fort- de -Brégançon, osait déclarer que la France payait « une nouvelle fois le prix du sang ».
C’était une nouvelle fois,
alors que nous étions révoltés par la bestialité djihadiste, l’expression de la lâcheté convenue du discours présidentiel.

Pourquoi Emmanuel Macron n’a-t-il pas dit à qui nous payons le prix du sang de ces cinq victimes innocentes ?
Parce que le sanglant déferlement djihadiste que nous subissons en France, depuis 2001, est financé par des états islamiques, avec lesquels il a signé un pacte d’allégeance.

⇒ Et, comme son prédécesseur F. Hollande, il fera tout pour leur obéir, pour les décorer de la Légion d’honneur, pour les remercier de doter nos villes de France de mosquées pro-djihad, dans lesquelles  des imams salafistes ou frères musulmans débitent en arabe, cinq fois par jour, leur charia de mort du VIIème siècle contre les juifs et les chrétiens, contre les musulmans et musulmanes laïques, contre nous tous, qui les avons accueillis en France.

⇒ Il ne faudra pas compter non plus sur Macron, le jésuite « blanc »(2), et son « frère » Yassine Belattar, pour faire signer par les organisations islamiques de France et leurs imams, la Charte de la Laïcité républicaine.

Tous les citoyens peuvent donc s’attendre encore à payer, pendant l’ère Macron « le prix de leur sang ».

___________________________________

Apostille

Pour tous ceux et toutes celles qui rechignent à écouter, à chanter La Marseillaise,  on peut l’actualiser, pour qu’ils en comprennent le sens à la fois tragique mais aussi de défense de notre République, avec tout le sang versé par les soldats de l’An 2 … comme par nos soldats de 1914-1918 … comme par nos Forces Françaises Libres (FFL), nos Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), nos Francs-Tireurs et Partisans (FTP) et nos Résistants (♥)en lutte contre le nazisme(1940-1944)  …

  Allons ! Enfants de la Patrie !
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de l’islam djihadiste,  (3)
 
L’étendard sanglant est levé ! (Bis)
Entendez-vous dans les campagnes
 Mugir ces féroces soldats ?
 Ils viennent jusque dans vos bras
 Égorger vos fils, vos compagnes.

 _____________________________________

1 « benditisme » ; néologisme de L’ingénue sur le nom de  D. Cohn-Bendit , celui qui avait appris (où ? avec qui ?)  comment on déclenche un mouvement anarchiste en milieu étudiant, avec des occupations d’universités et des violences urbaines ; les arrestations justifiant à chaque fois,  le redoublement et l’extension des violences, incendies et barricades.

♥  Ballade de celui qui chanta dans les supplices  Louis Aragon.

⇒ 2  M. Macron se définissant comme « un mâle blanc » (sic),  son « frère » Yassine Belattar serait-il  « un mâle beur » et son épouse et Première dame Brigitte, qui l’avait qualifié de « meuf /mec extrêmement utile aux femmes (sic)« , serait-elle « la Première femelle blanche de France », dans le nouveau lexique présidentiel ?
Cf. par L’ingénue : Black  Blanc   Beur, ou tous citoyens ?

3 Cf. par L’ingénue Paris 1944 : libéré des nazis – Paris 2014 : occupé par les djihadistes

__________________
NB  20 mai 2018  
par L’ingénue : Le nouveau titre : (1) La Résistible extension de l’anarcho-« benditisme »: 1er mai 2018 – Paris, fait référence au titre de la pièce de théâtre de Bertolt Brecht : La Résistible Ascension  d’Arturo Ui  / Traduction en français : Armand Jacob – Éditeur : L’Arche 1959 / Date de création : 8 novembre 1960 – Paris -Théâtre national populaire – Metteur en scène : Jean Vilar.
__________________

Les commentaires sont clos.