Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

En 2010 et en 2012 Martin, Sofiane et Kévin sont lynchés à Grenoble

_19 janvier 2013__Par L’ingénue_______________

Dans notre bonne ville de Grenoble, dans notre quartier de la Villeneuve – utopie de cité radieuse*, dans un magnifique parc de 13 hectares, au bord d’un lac, avec piscine et terrains de jeux – ; dans notre douce France, trois jeunes gens ont été lynchés par « une bande de  potes ».

Martin, en avril 2010, Kévin et Sofiane, le 28 septembre 2012 n’ont  pas plu aux « potes ».
Ils étaient trop corrects, trop calmes, trop instruits, trop sages, trop  citoyens,  pour accepter leur loi du plus fort, leur loi du  plus dangereux, leur loi du plus haineux.

L’idéologie dite « black blanc beur » du « Touche pas à mon pote » est à la dérive, emportée par la haine de l’autre. Cette idéologie est devenue, à l’opposé du vivre ensemble dans la diversité, une démarche de  discrimination entre « le pote » et  l’autre -celui qui ne l’est pas, l’autre qui doit baisser son regard par soumission… sinon…

Et en ce XXIème siècle, l’idéologie s’est constituée en véritable machine de guerre ; elle devient même une menace envers notre société, car elle signifie  de plus en plus « Touche pas aux délinquants de ma bande** ». Désormais, elle nous cible tous – « black blanc beur », si nous n’obéissons pas à la loi des barbares ;  les  premiers dans leur ligne de mire étant nos si courageux policiers et  gendarmes qui eux, obéissent aux lois de notre République.

___________________________

*À un  journaliste de France Culture, en septembre 2010, R……  -« poteau (sic) » de Karim Boudouda, le braqueur du casino d’Uriage qui, en fuite avait tiré sur la police le 16 juillet 2010 – disait : « Ici, on a tout ».

**Dans le journal Le Monde / B. Pavan/ du  6.10.12, nous apprenons d’un policier qu’une « dizaine de caïds» – parmi lesquels on trouve  des potes de Karim Boudouda –  « sont toujours en place dans la cité. »

Les dix commandements du « respect du pote» dans les quartiers sensibles :   
«Touche pas à mon pote»  
mais
1- Laisse-moi violer les filles  black blanc beur avec tous mes potes.
2- Laisse-moi poignarder ma ou mon professeur black  blanc  beur pendant que mon pote prend la photo.
3- Laisse-moi lyncher qui je veux black blanc beur avec mes potes. 
4- Laisse-moi vendre de la drogue aux  mineur(e)s black blanc beur avec mes potes.
5- Laisse-moi tirer sur les policiers black  blanc  beur  avec mes potes.
6- Laisse-moi brûler l’école publique pour les enfants black blanc beur de mon quartier avec mes potes.
7- Laisse-moi immoler et lapider les filles black blanc beur avec mes potes.
8- Laisse-moi taper sur les chauffeurs de bus black blanc beur avec mes potes.
9- Laisse-moi casser les ascenseurs des habitants black blanc beur de mon immeuble avec mes potes.
10- Laisse-moi faire «
le djihad » en France pour te tuer, black blanc beur avec mes potes.
_________________________________

Jusqu’à quand ces dix commandements criminels  seront-ils tolérés au sein du quartier de la Villeneuve, comme partout ailleurs en France,  par la Justice, par l’Assemblée nationale, le Sénat, par le Président de la République  ?
  Jusqu’à quand « les  potes»  pourront-ils  continuer à violer en toute impunité nos lois républicaines et rejoindre ceux qui, comme Mohamed Merah, n’obéissent qu’aux dogmes haineux des abrutis sanglants et autres fanatiques intégristes.
______________________________