Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Lui, président … comme dans la fable

Note mise à jour le 14 novembre 2013 :
♦Lui, président- comme la grenouille de la fable, s’ enfle toujours ; il est  à 85 % d’impopularité en novembre 2013.♦

♦♦♦

Quelle mouche a donc piqué M. Hollande, un soir d’été 2013 en son pavillon de la lanterne  à Versailles ?

 La mouche de l’ivresse du pouvoir absolu ? La mouche qui avait déjà  piqué tous les monarques du château  ?

M. Hollande pense qu’il n’a pas besoin du vote du parlement de la République pour bombarder Damas…et il s’enfle…
M. Hollande pense qu’ il n’a pas besoin du vote du parlement européen. .. et il s’enfle…
M. Hollande pense qu’ il n’a pas besoin du vote du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies. .. et il s’enfle… 

Il pense que « Lui, président »,  a le droit de vie et de mort sur la population civile syrienne… et il s’enfle… 

M. Hollande  est tellement sûr de sa majorité PS-EELV,  tellement  ivre de son pouvoir … et il s’enfle…  
lui, le modeste
secrétaire de  parti
, jamais ministre d’aucun gouvernement PS… et il s’enfle…
lui, hissé à la plus haute magistrature de l’État, par les primaires du PS, parce que  le rival favori Dominique Strauss-Kahn s’était disqualifié honteusement dans une chambre d’hôtel à New York… et il s’enfle…

Lui, président Hollande, telle la grenouille de la fable pense qu’il peut se faire aussi gros que le bœuf G. Bush  qui fit bombarder Bagdad en 2003 et que le bœuf B. Obama qui rêve de faire aussi mal en 2013… et il s’enfle…

Lui, président,
suit derrière le républicain Bush et derrière le démocrate Obama,  le vert étendard de l’Arabie Saoudite qui arme les rebelles salafistes syriens et il s’enfle…

Lui, président, se range servilement derrière la bannière au sabre de l’islam djihadiste et il s’enfle…

♠Lui,  président brandit la torche qui réduira en cendres tout espoir de liberté et de démocratie pour la population syrienne martyrisée – musulmane comme chrétienne – et il s’enfle…

Lui,  président de l’«après Lui le déluge», veut mettre  au pouvoir à Damas un gouvernement salafiste pro-saoudien   et il s’enfle…  pour bombarder … avec  l’argent de nos impôts* …   

Lui, président, serait plus sage  – au lieu de s’enfler chaque jour davantage pour atteindre  77 % d’impopularité en septembre 2013  – de  méditer la morale de Jean de La Fontaine et de songer au sort  de la grenouille** :

« La chétive pécore s’enfla si bien qu’elle creva.»

 

  _______________________

*Le président et son grand vizir Fabius le riche, seraient-ils du PS comme Parti Saoudien ? parce que le PS comme Parti Socialiste de Jean Jaurès est mort depuis longtemps.

** Apostille du 3 janvier 2014 – Selon Confucius :

« L’enflure creuse, la prétention vide et l’incompétence pompeuse s’accordent mal avec la bonne volonté.»

 

1 septembre 2013   Commentaires fermés sur Lui, président … comme dans la fable

Vive le chocolat de Colombie !

            

    Lu dans  La Lettre de la MILDT [ Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie]  de  décembre 2011 / n°53  ce très intéressant article de M. Aldo Lale-Demoz :

                Le Programme de développement alternatif en Colombie                 

 Les stratégies de développement alternatif promues par le Gouvernement colombien, ont généré des innovations qui sont considérées aujourd’hui comme un exemple de « bonnes pratiques » digne d’être répliqué au niveau international. Plusieurs pays comme le Pérou et l’Indonésie ont déjà exprimé leur intérêt à connaître plus en détails l’expérience colombienne.

Entre ces bonnes pratiques qui suscitent un intérêt mondial, je souhaiterais mentionner les critères suivants :

  L’application d’une politique de transfert économique temporaire et conditionnée, pour promouvoir la culture de la légalité ; la ferme exécution d´une politique de « zéro coca, zéro illicite », comme condition de bénéfice des programmes  ; l’implication de paysans dans des projets productifs et les efforts pour que les familles soient propriétaires de leurs terres ; la mise en œuvre de projets avec des résultats positifs en matières environnementales ; enfin, la mise en œuvre d’une approche différentielle pour des communautés particulières qui ont été affectées par les économies et les marchés illicites.

  L’un des principaux objectifs du Programme de développement alternatif, est de couper les liens des familles qui dépendent ou sont en risques de dépendre de l’économie illicite. Le développement alternatif a permis l’éradication volontaire d’environ 15 000 hectares de cultures illicites. Plus de 30% des familles bénéficiaires ont arrêté de cultiver la coca. Ainsi notre Bureau a validé 4.3 millions d´hectares, libres de cultures illicites une superficie qui équivaut à celle d’un pays comme la Hollande.

 Les projets productifs de développement alternatif (en 2009), ont bénéficié à près de 50 000 personnes et renforcé plus de 600 organisations et petites entreprises paysannes, indigènes et afro – descendantes. Et les ventes des produits de développement alternatif ont atteint 28 millions d´euros.

La Colombie est aujourd’hui le leader mondial de la lutte contre les drogues, la preuve en est la réduction de 61% de la superficie de cultures illicites durant la dernière décennie. Tout aussi convaincante est la réduction de 19% de la production potentielle de cocaïne entre les années 2009 et 2010.

  L’une des réussites du Programme de développement alternatif en Colombie est d´avoir aussi créé des partenariats avec les acteurs locaux ainsi qu´avec la coopération internationale. Actuellement, l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime exécute le Projet de développement alternatif avec les gouvernements locaux dans les départements de l’Antioquia, Córdoba, Huila et Chocó, zones fortement affectées par les cultures illicites, la violence et dans certains cas par le sous-développement. Cette initiative est soutenue politiquement et économiquement par un groupe de pays « amis » tels que l´Autriche,  la Belgique,  la France (sur fonds de la MILDT et de la Fondation Veolia), l’Italie,  la Suisse et  les Etats-Unis.

  Il s’agit d’un Projet innovant qui regroupe plus de 1 500 familles et qui vise à assurer la sécurité alimentaire de celles-ci, en semant 3 500 hectares de cultures de remplacement (à travers le cacao, le café, le caoutchouc, la canne à sucre et l’apiculture).  Actuellement, plus de 2 000 hectares ont déjà été plantées et il est prévu d’augmenter l’objectif initial en 2012. Dans le seul département de l’Antioquia les cultures de coca sont passées de 10 000 hectares en 2007 à 4 900 hectares en 2010.

  L’originalité de ce Projet, c’est qu’il traite plus particulièrement du problème foncier. Plus de 80% de la population rurale ne détient pas son titre de propriété. Le Projet s’est doté d’une équipe d’avocats, d’ingénieurs du cadastre et  de topographes afin d’aider ces familles à obtenir leurs titres. Nous avons vite compris qu’un paysan propriétaire de sa parcelle se motive plus que les autres à développer un patrimoine productif et familial. Le premier objectif en cours est de remettre 2 000 titres aux familles du département de l’Antioquia.

  La France a démontré un réel engagement politique et financier envers ce Projet depuis plus de deux ans. Lors de son déplacement en Colombie, M. Etienne Apaire, Président de la MILDT a eu l’opportunité de de se rendre compte directement de l’ampleur du problème. Les contributions de la MILDT ont été utilisées pour réactiver les économies agricoles licites et pour aider les paysans à devenir propriétaires de leurs terres et ainsi éviter le déplacement de ces populations. L’actuel ambassadeur de France en Colombie, S.E. M. Pierre-Jean Vandoorne, a participé à l’une des remises massives de titres dans la municipalité de Tarazá en Antioquia.

           
     L’un des autres défis du Projet est la commercialisation des produits de développement alternatif afin de garantir les revenus des paysans. Deux chaînes françaises de supermarchés (Carrefour et Casino) ont ouvert leurs portes en Colombie à ces produits comme par exemple aux tablettes de chocolat Anorí, ex municipalité « cocalera » et ultra violente, en phase de pacification. Une exportation massive de cacao commerce équitable et bio est en cours de préparation à destination de l’Autriche et je ne doute pas que les prochains containers partiront en direction de la France pour l’industrie gourmet.

                Aujourd’hui la Colombie est engagée dans un effort intégral et assume sa responsabilité en investissant d’importantes ressources tant pour le bénéfice de ses citoyens que celui de la communauté internationale.

 Aldo Lale-Demoz,  

Représentant de l’Office des Nations Unies
Contre la Drogue et le Crime en Colombie (UNODC – Colombie)
___________________           

11 décembre 2011   Commentaires fermés sur Vive le chocolat de Colombie !

Le « plomb durci » de soixante [-dix] ans de guerre

Article publié le 13 janvier 2009 – mis en avant le 8 décembre 2017
_____________________

En nommant  Plomb durci  la guerre dans Gaza, l’état-major israélien n’a fait que poursuivre  l’implacable  durcissement du conflit depuis soixante ans sous l’égide des États-Unis et de  l’ONU.

La paix n’étant pas au programme des futures élections israéliennes, l’opération Plomb durci rendra plus complexe l’ouverture d’un dialogue de paix, tant elle aura infligé  de souffrances, d’humiliations et de deuils aux Palestiniens les plus démunis ; tant elle aura  parachevé  la rupture politique entre Gaza et la Cisjordanie,  fragilisant toujours plus l’Autorité palestinienne. Mais n’était-ce pas le but recherché ? *

Depuis soixante ans, le  » plomb durci  »  de la guerre de partage de la Palestine n’a cessé de foudroyer  les corps et les esprits. La colombe de la paix et son rameau d’olivier sont ensevelis sous les  ruines et les cendres. Il y aura un après  » Plomb durci « , et  les peuples palestinien et israélien contempleront avec horreur  l’abomination de la désolation  dans ce minuscule fragment de terre palestinienne.

On ne sait pas encore quand les  » bâtisseurs de ruines  » s’arrêteront, mais la diplomatie française se grandirait si  grâce à  elle et à l’Europe,  le peuple palestinien bénéficiait enfin d’une aide politique loyale des États-Unis et de  l’ONU. Ce peuple magnifique pourrait alors  construire un État totalement libéré de l’occupation israélienne,  et devenir, avec une aide internationale – non volatilisée en permanence par les bombardements –   aussi prospère que l’État israélien.

                                        __________________________

                              
        *cf  M. Abbas : Israël cherche à anéantir le peuple palestinien  /Lemonde.fr avec AFP 13.01.09

         L’Union juive française pour la paix  a une analyse particulièrement lucide et courageuse de la guerre : Pourquoi y a-t-il la guerre à Gaza ? A cause du sionisme Pierre Stambul ( Bureau national de l’UJFP) .

Lire aussi la lettre de Rima Tarazi   de l’Union générale des femmes palestiniennes  au sénateur Mitchell (26.02.09)
Extrait : » (…)  L’Union générale des femmes palestiniennes représente des milliers de femmes en Palestine et à l’étranger. Fortement engagées pour l’établissement d’un monde harmonieux et juste où nos enfants pourraient connaître la paix et la sécurité aux côtés des autres enfants du monde, nous sommes très inquiètes pour l’avenir de l’humanité si la situation actuelle perdure. C’est pourquoi, nous comptons sur vous, M. Mitchell, pour comprendre la profondeur de la colère et du désespoir qui remplit les cœurs de notre peuple, surtout chez les jeunes.
Cela fait soixante ans que notre peuple se bat pour rétablir ses droits et pour faire régner la justice. Générations après générations, on s’est adressé aux Nations Unies pour honorer les résolutions. (…) »

          Point de vue très émouvant parce que profondément humaniste : Effacez le nom de mon grand-père à Yad Vashem de Jean-Moïse Braitberg  Écrivain  (Le Monde 29.01.09 )

«Monsieur le Président de l’État d’Israël*,

Je vous écris pour que vous interveniez auprès de qui de droit afin que l’on retire du Mémorial de Yad Vashem dédié à la mémoire des victimes juives du nazisme, le nom de mon grand-père, Moshe Brajtberg, gazé à Treblinka en 1943, ainsi que ceux des autres membres de ma famille morts en déportation dans différents camps nazis durant la seconde guerre mondiale. Je vous demande d’accéder à ma demande, monsieur le président, parce que ce qui s’est passé à Gaza, et plus généralement, le sort fait au peuple arabe de Palestine depuis soixante ans, disqualifie à mes yeux Israël comme centre de la mémoire du mal fait aux juifs, et donc à l’humanité tout entière.

Voyez-vous, depuis mon enfance, j’ai vécu dans l’entourage de survivants des camps de la mort. J’ai vu les numéros tatoués sur les bras, j’ai entendu le récit des tortures ; j’ai su les deuils impossibles et j’ai partagé leurs cauchemars.

Il fallait, m’a-t-on appris, que ces crimes plus jamais ne recommencent ; que plus jamais un homme, fort de son appartenance à une ethnie ou à une religion n’en méprise un autre, ne le bafoue dans ses droits les plus élémentaires qui sont une vie digne dans la sûreté, l’absence d’entraves, et la lumière, si lointaine soit-elle, d’un avenir de sérénité et de prospérité.

Or, monsieur le président, j’observe que malgré plusieurs dizaines de résolutions prises par la communauté internationale, malgré l’évidence criante de l’injustice faite au peuple palestinien depuis 1948, malgré les espoirs nés à Oslo et malgré la reconnaissance du droit des juifs israéliens à vivre dans la paix et la sécurité, maintes fois réaffirmés par l’Autorité palestinienne, les seules réponses apportées par les gouvernements successifs de votre pays ont été la violence, le sang versé, l’enfermement, les contrôles incessants, la colonisation, les spoliations.

Vous me direz, monsieur le président, qu’il est légitime, pour votre pays, de se défendre contre ceux qui lancent des roquettes sur Israël, ou contre les kamikazes qui emportent avec eux de nombreuses vies israéliennes innocentes. Ce à quoi je vous répondrai que mon sentiment d’humanité ne varie pas selon la citoyenneté des victimes.

Par contre, monsieur le président, vous dirigez les destinées d’un pays qui prétend, non seulement représenter les juifs dans leur ensemble, mais aussi la mémoire de ceux qui furent victimes du nazisme. C’est cela qui me concerne et m’est insupportable. En conservant au Mémorial de Yad Vashem, au cœur de l’Etat juif, le nom de mes proches, votre Etat retient prisonnière ma mémoire familiale derrière les barbelés du sionisme pour en faire l’otage d’une soi-disant autorité morale qui commet chaque jour l’abomination qu’est le déni de justice.

Alors, s’il vous plaît, retirez le nom de mon grand-père du sanctuaire dédié à la cruauté faite aux juifs afin qu’il ne justifie plus celle faite aux Palestiniens. Veuillez agréer, monsieur le président, l’assurance de ma respectueuse considération.

Shimon Peres – Président d’Israël depuis 2007 – Prix Nobel de la Paix 1994 avec Yasser Arafat et Yitzhak Rabin
___________

Cf.  Gaza, un temps de plomb 17.01. 2009

13 janvier 2009   Commentaires fermés sur Le « plomb durci » de soixante [-dix] ans de guerre

“L’Etat palestinien sera créé avant janvier 2009″

Dixit M. Bush en visite au Proche-Orient* en janvier 2008.

  Quelle force, quelle puissance, quelle loyauté avec le discours présidentiel a eu la diplomatie américaine pour que cela se matérialise, après toute une année de blocus total du territoire palestinien de Gaza**, par l’arrivée des chars israéliens  après des bombardements d’une semaine !

Il est vrai que la nouvelle présidence tchèque de l’union européenne y voit une opération militaire défensive ; certainement de la même sorte que la mise à feu et à sang de l’Irak par l’armée américaine depuis six ans. 

C’est la diplomatie bien connue  de la canonnade : la paix pouvant attendre, ne rapportant rien à celui qui se croit le plus fort, et comme les milliers de morts, innocentes victimes, ne coûtent rien …   

La preuve :                                        
Dixit Ehoud Olmert le 23 janvier 2009 :  » Quand vous gagnez (une bataille), il est clair que vous avez fait plus de mal que vous en avez subi. Et nous ne voulions pas perdre cette campagne. Que vouliez-vous ? Que des centaines de nos soldats meurent ? » 23.01 2009 lemonde.fr avec AFP   ———————————–

                                          

* cf Selon G. Bush, l’Etat palestinien sera créé avant janvier 2009 Michel Bôle-Richard Le Monde 11.01.08    
 **  ou quelle inertie totale des Etats-Unis et de l’ONU a été opposée à la demande humanitaire de  Mahmoud Abbas » Le président palestinien Mahmoud Abbas « a appelé le gouvernement israélien à lever immédiatement le bouclage (…) pour faciliter la vie des innocents et permettre aux hôpitaux, qui font face à une crise mettant des vies en danger, de fonctionner« , selon son porte-parole, Nabil Abou Roudeina, qui ajoute que M. Abbas a appelé à une « réunion spéciale » du Conseil des ministres de la Ligue arabe et pourrait saisir le Conseil de sécurité de l’ONU dans les prochaines heures.  » Le Monde d’après AFP et Reuters 20 janvier 2008 / et quelle inertie totale et coupable des Etats-Unis et de l’ONU pour ne jamais avoir fait appliquer par Israël toutes les résolutions de l’ONU favorables aux Palestiniens.

                3.01.09 Des habitants de Gaza et de Sderot appellent à une nouvelle trêve. 
« Malgré les tirs continus de roquettes sur leur ville depuis Gaza, tirs qui durent depuis des années, quelque 500 habitants de Sderot ont récemment signé une pétition appelant à l’arrêt des opérations de l’armée israélienne dans la bande de Gaza et à une nouvelle trêve avec le Hamas.
Arik Yalin, 43 ans, habitant de Sderot, a déclaré que plus de 1 800 Israéliens et Palestiniens avaient déjà signé cette pétition : « Il y a environ un mois, nous nous sommes rendu compte que la situation allait se détériorer et mener à un chaos total.(…)  » Hakim Hassona, propriétaire d’une société de grutage à Gaza, a salué cette initiative : « Pourquoi utiliser la violence quand il n’y a pas de vainqueur dans cette guerre ? Au fond, nous sommes cousins et voisins, et il n’y a aucune nécessité d’en arriver là. Ils disent qu’un assaut sera dissuasif. Mais quelle sorte de dissuasion ? Cela ne mènera qu’à davantage de haine. Il n’y a pas une seule famille à Gaza qui n’ait un proche touché par les opérations militaires (…) L’homme de la rue ne veut pas la guerre, il veut vivre en paix. »

            7.01.09   Urgence sanitaire à Gaza   

Appel des Médecins israéliens pour les droits de l’homme http://www.phr.org.il/phr/

cf ma note La visite de l’Oncle Sam  12 janvier 2008

4 janvier 2009   1 Comment

Son plus mauvais souvenir de militant des droits de l’homme

Stéphane Hessel, ambassadeur de France, résistant de la première heure à l’occupant nazi , déporté à Buchenwald Dora  raconte * :  » En 1946, je passe le concours du Quai d’Orsay ; on m’affecte en Chine ; je passe par New York … le secrétaire des Nations-Unies et son adjoint Henri Laugier ont besoin de jeunes pour travailler, j’avais trente ans … Henri Laugier obtient du Quai d’Orsay qu’on m’affecte comme fonctionnaire international au secrétariat des Nations-Unies. Je m’y trouve dans le département des questions sociales et des droits de l’homme et je commence à travailler avec les responsables, sur la Déclaration des droits de l’homme adoptée le 10 décembre 1948.  »

Alors que l’on commémore solennellement  les 60 ans de la Déclaration des droits de l’homme, Stéphane  Hessel   ** avec toute sa force de conviction, nous livre  » son plus mauvais souvenir de militant des droits de l’homme  » : son séjour en Palestine le mois dernier ;  » Je vois les Palestiniens humiliés, colonisés, occupés par les Israéliens, alors que la naissance de l’état d’Israël avait été pour nous en 1948 le sentiment d’une victoire sur les nazis ; et maintenant les Israéliens traitent leurs voisins les Palestiniens de façon infâme, inadmissible, violant les droits de l’homme ; très très mauvais souvenir.  »

                                                   ______

 *  » Un témoin exemplaire  » Mémoires israéliennes, mémoires palestiniennes   » série documentaire de Marc Kravetz et Gilles Mardirossian France Culture 14.02.07

 ** Arte 

cf  la voix de ceux qui oeuvrent inlassablement pour la paix :

L’ Union Juive Française pour la Paix  

La Paix Maintenant,

Les amis du théâtre de la liberté de Jénine

  ma note Salam Shalom  25.12.2007 

15 décembre 2008   1 Comment

Le droit de vivre en paix

Octobre 2008 -et pendant deux mois- sur Arte.tv, un documentaire quotidien :

                                    Gaza  Sderot        la vie malgré tout        

                            la vie à Gaza (Palestine) et la vie à Sderot (Israël) 

Deux vidéos par jour qui ouvrent une fenêtre sur des destins douloureusement entrecroisés depuis 1947/ Partage de la Palestine et 1948/ Création de l’Etat d’Israël.

Six voire sept générations déjà ont vécu et/ou vivent sans la paix.

Echec massif  des dirigeants politiques et de l’ONU qui s’accompagne d’un souverain mépris pour celles et ceux qui souffrent toujours plus. 

Echec des lois et de la morale des trois monothéismes quand elles inspirent crimes et violences.

Echec de la pensée démocratique quand sont bafoués quotidiennement les droits de l’homme et de la femme.

Sur quel(s) livre(s) est-il écrit que seule la guerre est bonne pour l’humanité ? 

La jeunesse du monde n’a besoin que de paix.

                                                                  

NB Le mercredi 10 décembre 2008, jour du soixantième anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme fut un jour sans vidéos. /   Cf ma note  Stéphane  Hessel  Son plus mauvais souvenir de militant des droits de l’homme 15.12.08 

31 octobre 2008   Commentaires fermés sur Le droit de vivre en paix

Salam Shalom

Note du 25 décembre 2007 à 21 h

Quel temps faisait-il ce samedi 29 novembre 1947 à New York  ? Peu importe à vrai dire,  mais ce fut le jour du vote du Plan de Partage de la Palestine et le déclenchement d’un vent de tempête qui  brise  des vies depuis trois générations. La cruelle diplomatie internationale de 1947 n’ayant pu concevoir l’installation du «septième million» * survivant du drame de la Shoah, qu’au prix de l’exode, des souffrances et des humiliations de 800 000 Palestiniens.

Des 45% de la Palestine sous mandat britannique qui furent attribués aux Palestiniens, en 1947,  il ne reste plus que 22% – densité 612 hab/km2  (environ la superficie du département d’Indre- et- Loire – densité 90 hab/km2). 22%, serait-ce encore trop ?

Shalom Salam, deux mots magnifiques pour dire la paix en hébreu et en arabe, deux mots magnifiques de la belle famille des langues sémitiques, deux mots magnifiques pour deux peuples si proches, filles et fils d’une même terre que l’on dit « trois fois sainte et sacrée».

Mais deux mots encore inaudibles, alors que les solutions concrètes existent. Il suffirait que cesse le vacarme des armes,  que s’arrêtent les machines qui  construisent un mur et des colonies, pour que l’on entende enfin la voix des Justes israéliens et palestiniens**, la voix de ceux  qui oeuvrent  inlassablement pour la paix, pour l’avenir de leurs enfants… ailleurs qu’en enfer.

     

 *Titre du livre et du film de Tom Seguev 

** la voix de ceux qui œuvrent inlassablement pour la paix comme   La Paix Maintenant.

                                                              

25 décembre 2007   Commentaires fermés sur Salam Shalom