et discours politique en 1848

                 

En cette fin d’année 1848 qui voit l’élection de Louis Bonaparte comme président de la République, Victor Hugo* est attentif et écoute avec intérêt le  » peuple des faubourgs « , le  » peuple de la banlieue « , les gamins de Paris  et les hommes politiques. C’est ainsi qu’il note :

«  Je suis entré l’autre jour, rue Saint-Antoine, près l’église Saint-Paul, dans le club socialiste des Acacias, au moment où l’orateur prononçait cette phrase au milieu d’applaudissements frénétiques :
 » Il y a une vieille peau de lièvre mangée par les asticots. La peau de lièvre, c’est la société ; les asticots, c’est nous !  »

* Œuvres complètes  Édition chronologique publiée sous la direction de Jean Massin Le Club français du livre Tome VII

_______________________                 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *