Première lecture du questionnaire Macron

mardi 15 janvier 2019  

Note relue le 16  et le 17 janvier 2019  :
Grand Bourgtheroulde ou petit Hollywood ?
E. Macron y a fait son cinéma hier, pendant 7 heures, filmé par au moins six chaînes de télévision française ; les patrons des médias- du- pouvoir-en marche sont ses mécènes.
… La montagne du débat Macron accouchera-t-elle de la souris des 80 km/h ?

———————————————————-

Le 15 janvier 1789, tout allait bien à Versailles et le 15 janvier 2019, tout va bien à l’Élysée et à Grand Bourgtheroulde où les magasins seront fermés pour cause de la venue du président Macron  [et de la jacquerie des Gilets jaunes] avec son questionnaire pour lire avec M. le maire, son premier Cahier. (1).

⇒ Comme à son habitude, le président de la République aime à se produire hors de son fief de Paris, en grandes pompes de médias et de photographes.

Une première lecture très rapide du questionnaire ne manque pas de retenir mon attention  sur  un président grandiloquent :  la France, nation la plus fraternelle, la plus égalitaire et la plus libre ! Il est encore tout miel et tout fiel, il nous aime, il nous  flatte, il nous a  menti et il persiste.

On note d’abord sa reconnaissance tardive et opportuniste de l’importance des maires, auxquels il n’avait pas tenu sa promesse d’assister à leur congrès de l’AMF (Association des maires de France) du 20 -22 novembre 2018,  pour leur  « rendre compte des engagements » du gouvernement ; il avait préféré faire un cocktail de charme à l’Élysée  avec un petit nombre « d’élus ».

⇒  et ce président qui ne tient pas ses promesses a dit qu’ il ne reviendrait pas sur le privilège de la suppression de l’ISF – impôt sur la fortune, au prétexte que cela a causé « l’émigration des riches ». Ces riches qui ont  déjà ruiné notre pays et son industrie depuis trente ans, en délocalisant sans vergogne, et mettant au chômage des millions de travailleurs, ceux dont les aïeux avaient fait la richesse de leurs familles. Une émigration qui perdure … comme le chômage …

mais parole de président : « Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l’effort partagé par tous ». Ce fameux « sens de l’effort » que le sieur Macron aurait … mais que les Français n’ont pas … même pas selon lui, pour traverser la rue.

⇒ Alors pourquoi  les riches Français sans les aléas de la vie-, ne partagent-ils pas l’effort des Français salariés, en payant un impôt juste sur leurs œuvres d’art et leurs œuvres d’art contemporain, avec lesquelles ils spéculent en permanence, pour gonfler toujours plus leurs fortunes ?

⇒ Pourquoi ne pas ponctionner  l’argent sale des mafieux de la drogue et des armes de guerre qui pourrissent notre société, comme celui des proxénètes, comme celui qui circule dans les réseaux islamiques venant des théocraties du Golfe et du Maroc ?

Le peu fraternel ministre de l’Économie et des Finances qu’il a été pendant le quinquennat  Hollande, s’en était bien gardé ; et M. Macron poursuit lâchement ses mêmes règles  de l’injustice fiscale  

⇒  mais   parole de président :  » C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires (sic). »

Puis, il a l’insolence de nous demander :
 « Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?
Quels impôts faut-il à vos yeux 
(sic)  baisser en priorité ? »

⇒ et parole de président : c’est pour ajouter sournoisement : « Nous ne pouvons (…)   poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.  »

Et il nous interroge hypocritement pour avoir notre avis sur les services publics inutiles :

« Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? »

… pour mieux occulter tous les gâchis du fonctionnement de la machinerie technocratique de l’État, que dénonce la Cour des Comptes chaque année, en vain.

——————————–

Juste un survol de   « Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? »

⇒ car  parole de président jésuite  : il persiste sur le vote de sa loi Hulot de transition énergétique :   « Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports ».
I
l trouvait normal de réduire de 2018 à 2022,
le pouvoir d’achat des travailleurs qui ont besoin de leurs voitures, sans dire quand ils y gagneraient  « pour gérer leurs déchets ».

Désormais, nous sommes convaincus que « Faire la transition écologique », est  bien la machine de guerre idéologique de M. Macron et de tous les Bobios riches, pour augmenter le plus largement possible les prélèvements fiscaux.

Le prélèvement à la source de l’impôt est une autre machine de guerre fiscale, vue par M. Darmanin, (dans sa lettre du 21 novembre 2018) comme simple et  moderne pour « mettre fin au décalage d’un an (sic) qui existait jusqu’à présent entre la perception des salaires et pensions et le paiement de l’impôt sur le revenu ». 

⇒  Mais c’est dit : le gouvernement Macron / Philippe étouffe à cause de notre 1% de CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère. 
À ces messieurs qui -sans effort-  prennent l’avion aussi souvent que nous la voiture, nous rappelons que les 27% du pétrole utilisé en France, dans nos aéroports,  par les Compagnies aériennes françaises et étrangères, sont détaxés.
Il faut savoir que c’est le survol des avions sur L’Atlantique Nord qui participe largement à l’effet de serre …  largement plus que nos voitures et nos chauffages.

—————————————

De cette première lecture, j’ai retenu aussi la fin du questionnaire Macron :

« Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. »

Macron, le faiseur de misère et d’émeutes, voudrait nous faire croire  que c’est la jacquerie des Gilets jaunes qui fait que notre nation est en janvier 2019, moins démocratique, moins citoyenne, et surtout moins laïque.

Pour ces dossiers majeurs, le choix des questions  n’est pas à la hauteur des enjeux qu’il feint de poursuivre.

Et c’est son dernier tour de manipulateur, car il n’évoquera pas la gravité de la situation dans toutes nos banlieues et nos quartiers Nord, partout où l’Outre-République islamique a transformé notre vie quotidienne si tranquille en cauchemar.
Destructions, dévastations, incendies, les crimes et les violences sont le mal commun de tous nos « territoires »    et depuis 2012, la terreur islamique est partout.

D’ où ma question au président :

Pourquoi n’avez-vous pas eu  le courage de  nous  demander ce que nous pensions de cette guérilla civile, qui voit désormais la collusion des sinistres anarchistes /façon section d’assaut comme le 1er mai 2018 contre la CGT/ avec les 45 000 islamistes radicalisés (2) qui n’obéissent qu’aux lois du Coran et se battent, dans tous nos « territoires », à chacune de leurs exactions, contre nos forces de sécurité, nos plus vaillants protecteurs, nos pompiers, sauveteurs admirables ?

Vous, l’itinérant mémoriel,  ouvrez les yeux !

Lisez les lettres que vous recevez des habitants de toutes les villes et de tous les quartiers !
Cherchez bien où est votre « vivre ensemble »,  sans la citoyenneté et sans la laïcité fraternelle,  sans le respect des autres et des lois de la République !

De 2014 à 2018,  les tranchées sanglantes sont sur tous nos territoires. (3)

Ce sont 59 870 policiers et  34 043 gendarmes qui ont été blessés ; au total  93 913 blessés. 

Ce  sont  43 policiers et 51 gendarmes qui ont été tués ; au total  94 tués.

En 2017,  ce sont 2 813  sapeurs-pompiers qui ont été victimes d’une agression au cours d’une intervention. En 2016, ce nombre s’élevait à  2 280  soit  5 093 blessés en deux ans, avec une augmentation  d’agression de 23 % en un an.

Ils méritent mieux que votre étrange silence …

________________________________________________________

1 On relira avec grand intérêt les deux premiers  chapitres du tome I. La Constituante  (1789-1791) de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès.

2  25 000 radicalisés fichés S et 20 000 en voie de radicalisation islamiste à caractère terroriste fichés FRPRT.

Institut national des Hautes études de la sécurité et de la justice.

__________________________________________________

 

Le président Macron, l’islam radical et la loi de 1905

9 janvier 2019 – note revue le  12 janvier 2019  Apostille du 13 janvier 2019

Nous sommes désormais dans  l’An VII de la terreur islamique, contre laquelle, se battent courageusement en France et dans le monde nos forces de sécurité (police et gendarmerie) et nos militaires.

Ce  7 janvier 2019, le matin du jour du  quatrième anniversaire de l’attentat  sanglant de 2015 contre les journalistes de Charlie Hebdo, l’itinérant  président Macron (1) a eu l’impudence de recevoir en entretien amical, pendant 1h 30,  des membres du Conseil français du culte musulman (CFCM), en présence du Premier ministre et de M. Castaner, ministre de l’Intérieur.

Ainsi, « en même temps », le chef de l’État refusait de participer aux cérémonies d’hommages aux victimes de la semaine sanglante du 7 au 11 janvier 2015, mais il faisait allégeance aux chefs d’une organisation islamique, dont le président Ahmet Ogras , n’a cessé de déclarer : « il n’y a pas d’islam radical »(2) en exigeant toujours plus d’argent de la République grâce à   « un toilettage (sic)  » de la loi de 1905.

Nul doute que tous les messieurs du culte d’allah  étaient d’excellente humeur quand ils sortirent de l’Élysée,  puisqu’il est rapporté que le CFCM avait été « rassuré »  par Macron (1)

Dès à présent,  le réformisme politique de M. Macron, « l’humble serviteur » du grand capital international,  est tellement  affligeant d’incohérence, d’aveuglement stupide et d’étroitesse d’esprit, qu’ il nous apparaît difficile de lui laisser faire  le « toilettage » de la loi de 1905 de séparation des églises et de l’État avec ces très inquiétants radicaux islamiques, qui ne lâcheront rien pour que les Français  musulmans et les Françaises musulmanes aient la même liberté de conscience que les autres Français ;
avec ces très inquiétants radicaux islamiques qui ne lâcheront rien et qui ne signeront pas « la Charte de la laïcité ». 
(2)

Nous ne pouvons plus  faire confiance à M. Macron,
inféodé à  cet islam  radical qui menace et qui tue, aussi bien ses croyants que ceux qu’ils appellent haineusement, les mécréants ;
inféodé à  cet islam radical qui ose nous donner des leçons de morale et de démocratie en violant nos lois républicaines.

Quant à la très servile majorité en marche derrière Macron, il est certain qu’une dissolution de l’Assemblée nationale, redonnerait à tous les citoyens la possibilité de s’exprimer – et là encore, il ne nous faut plus de candidats amateurs, choisis dans les réseaux sociaux, il nous faut des vrais candidats sérieux qui ont l’expérience du terrain,  proches et conscients des vrais problèmes économiques et sociaux et qui sauront défendre notre laïcité.


Et pour continuer la journée du 7 janvier 2019 de M. Macron, son déjeuner fut tranquille avec les membres du Conseil constitutionnel, le Premier ministre et Mme Belloubet, ministre de la Justice.

Avant son entretien de 15h 45 avec Mme Belloubet, Emmanuel  Macron « Je ne suis pas Charlie »,  est sorti de son mutisme, de son indifférence,  pour écrire quelques mots sur sa petite messagerie, à 15h 28 :

« Ceux qui se sont lâchement attaqués à Charlie Hebdo, il y a 4 ans déjà, combattaient la liberté d’expression et donc la République. La République est toujours là  (sic), et la liberté d’expression plus forte que jamais (3) .
Nous n’oublions pas (sic)ceux qui ont payé cela de leur vie. »

 

Ainsi pour Emmanuel Macron, le Janus au double langage, l’aveuglement est total face à l’islam radical ♠.
Non seulement, il est dans le déni de tous les meurtres et de tous les attentats commis par les radicalisés islamiques, durant ces quatre dernières années en France, mais il est aussi dans la mystification de la réalité quand il ose dire que « la liberté d’expression [est] plus forte que jamais » alors que les défenseurs de la République laïque et de la liberté de penser sont toujours menacés de mort.

Le 7 janvier 2019, M. Macron le lâche, a choisi son camp, le camp islamique, plutôt que l’hommage aux victimes de 2015 et aux victimes depuis 4 ans.
M. Macron le lâche n’a pas voulu voir et entendre, les survivants de Charlie Hebdo à l’Élysée.
M. Macron le lâche  feindra d’ignorer ce que Riss, le directeur du journal, a expliqué sur France info (3), le matin du 7 janvier 2019 : comment, pour faire face aux menaces de mort que profèrent en permanence, les fondamentalistes islamiques chers au président Macron -« [de] la République- qui est toujours là « , Charlie Hebdo doit payer « 1,5 million d’euros par an,  pour assurer la sécurité des locaux et du personnel » ; une telle situation n’est pas « viable ».

♦  Demain, 10 janvier 2019, à l’Élysée :

Réunion avec les représentants des cultes en présence du Premier ministre et de     M. Castaner, ministre de l’Intérieur.

♦♦                Tous les clergés de l’obscurantisme, tous ses messieurs en robes,                                       partent à l’assaut de la laïcité républicaine , de notre géniale loi de                                      séparation des églises et de l’État !

       ♦ ♦  ♦ Et TOUS, avec Macron le lâche, Macron le père jésuite, jubilent !

 

____________________________________________

 Pour conclure sur le « vrai »♠ visage du CFCM actuel, « rassuré » par M. Macron,  il faut se souvenir de la « vraie » déclaration qu’ avait faite Ahmet Ogras, l’actuel président, sur RFI,  le 15 décembre 2015, à propos de la page de couverture du numéro des survivants (4). 

 

 

« Il n’y a pas d’islam radical » dixit Ahmet Ogras CFCM   15 janvier 2015

« Pour moi, il est inadmissible dans la conjoncture actuelle de persister et de signer.
Il y a trouble de l’ordre en provoquant les personnes, en humiliant deux milliards de personnes aujourd’hui. »
S’adressant à RFI qui l’accueille et aux médias, en général :
 » Vous êtes complices  pour moi. Vous persistez.
Je ne comprends pas comment vous admettez que c’est possible qu’au nom de l’islam on peut égorger, qu’on peut tuer des personnes.
Vous êtes des associés à ces terroristes en disant ça.
Il n’y a pas d’islam radical. »

En ce début d’année 2019, puisque M. Ahmet Ogras est encore dans l’ignorance totale, il faut lui dire que M. Macron, son gouvernement, le Parlement et les Français, savent qu’il y a 25 000 individus islamistes radicalisés S et 20 000 individus sur le FSPRT en voie de radicalisation islamiste (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) en France.

_________________________________

Agenda du président

8.01.2019 Loi de 1905 : le Conseil français du culte musulman « rassuré » par Macron Le Monde.fr   Par Louise Couvelaire

Cf. par L’ingénue 7 janvier – 7 juillet 2015

3    7.01.2019France info « C’est un peu tous les jours le 7 janvier pour nous » rappelle Riss

7.01.2019  Ouest- France a repris l’émission et ajouté le passage sur les frais de sécurité de Charlie Hebdo

  4  L’Opinion – La polémique du jour  « Il n’y a pas d’islam radical »  RFI 15 novembre 2015

♠ Apostille du 13 janvier 2019

…  À venir un clin d’œil de L’ingénue  …

sur l’allocution debout de M. Macron « qui a le sens de l’effort » et qui était encore à l’Élysée, le 31 décembre 2018,  au sujet des  trois vœux  qu’il a formés pour lui  (!) et pour nous, ses « chers compatriotes (sic)«  :

« D’abord un vœu de vérité. Oui, nous souhaiter en 2019 de ne pas oublier (sic) qu’on ne bâtit rien sur des mensonges ou des ambigüités. Or, je dois bien dire que depuis des années, nous nous sommes installés dans un déni parfois flagrant de réalité.
suivent (…) » … « un vœu de dignité … un vœu d’espoir. »

Il semble  que le 7 janvier 2019,  il avait déjà oublié les trois …   

_________________________________________________

 

Faire-part du président Macron

24 – 25 – 26 décembre 2018
Faire – part 

Le président Macron, M. Philippe, Premier ministre, M. Castaner, ministre de l’Intérieur, et Mme Belloubet, ministre de la Justice  ont le plaisir de nous souhaiter  un joyeux Noël 2018 et une bonne année 2019,
en nous offrant un lâcher de 450 fauves djihadistes entre 2018 et 2019.
Ils ont été -et seront- libérés par la République française – donc libres de rejoindre les gardiens salafistes et frères musulmans des zoos radicalisés par Al-Qaida et l’ État islamique, dans l’Outre-République fondamentaliste de nos villes.

MM. Macron et Philippe savent que les fauves islamistes trouveront dans les sous -sols,  avec l’argent de la drogue, les armes en abondance pour de nouveaux massacres d’innocents.

MM. Macron et Philippe assurent qu’ils seront présents en costumes noirs, et mettront des bougies ou des roses sur les lieux ensanglantés, de même qu’ils rendront  hommage aux victimes dans la cour des Invalides.

 Enfin, « pavés sur les policiers »,* MM. Macron et Philippe nous transmettent le vœu d’un des lyncheurs des trois motards de la police, sur les Champs-Élysées, le soir du 22 décembre 2018 :
– « Casse-toi fils de pute ! »

On l’aura compris, ce faire-part n’annonce pour nous que de mauvais présages, en guise de « Bonne année 2019 », mais l’on sait qui est, et sera, aux commandes.

__________________________

* « Cerise sur le gâteau » pendant la trêve des confiseurs

_______________________________

Lu sur RTBF.be 22.12.2018 : Une vidéo d’allégeance au groupe Etat islamique (EI) retrouvée sur une clé USB du tueur Chérif Chekatt  ( Strasbourg. 11 décembre 2018 – AFP


La France, pays vertueux et solidaire au 1% d’émission de CO2

3 décembre 2018 –   Apostille du 5 décembre 2018


Alors que « notre pays n’émet que 1/100 des émissions mondiales de CO2, une proportion qui décroît régulièrement »
(1), M. Macron et le gouvernement Philippe (II) « [prélèveront] 62 milliards d’euros par an en 2019 (2)
pour financer des projets de lutte contre le réchauffement climatique, généralement économiquement peu rentables : Taxation des carburants, du gaz et de l’électricité, subventions aux énergies renouvelables : éolien, solaire, biomasse, subventions à la rénovation de bâtiments privés et publics, et aux nouveaux véhicules. »

♠ Ces 62 milliards d’euros prélevés « à la source » donnent l’ampleur de la spoliation fiscale.

« Même si la France n’émettait plus aucun gramme de CO2, cela ne changerait rien au problème climatique. » et Ph. François,(l’auteur) de conclure : « Sacrifier son économie et le niveau de vie des Français à la volonté d’affichage de ses responsabilités politiques à l’international n’est pas acceptable. Comme d’habitude, nos concurrents nous féliciteront en public, tout en ironisant en privé sur ce zèle intempestif et naïf. (3) »

⇒ Les fanfaronnades de M. Macron à Buenos Aires (Argentine) n’effaceront pas non plus le fait que si le 20 octobre 2018, les députés de La-République-en-marche ont voté l’augmentation de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE)  chaque année pendant quatre ans, ces députés n’ont été élus que par 20% des électeurs le 18 juin 2017 (4).

♠♠ Autrement dit M. Macron n’a qu’une majorité LREM fictive à l’Assemblée nationale.

Et même si son zélé Premier ministre E. Philippe, le 23 octobre 2018, devant cette Assemblée nationale, avait déclaré cyniquement  « assumer la hausse courageuse (sic) du prix du diesel au nom de la transition écologique [en ayant] indiqué très tôt que si nous voulions mettre en place la transition que beaucoup de Français attendent, s’agissant de la prise en compte de l’économie décarbonée, il fallait envoyer un signal prix, donner une trajectoire carbone, visible, prévisible et irréversible. » (5)

♠♠♠ M. Macron ne doit pas oublier que sa « majorité actuelle » qui ne représente que 20% du corps électoral est « minoritaire »,  face aux 80% de Français qui n’ont pas voté pour lui et qui ont soutenu les Gilets jaunes dans leur revendication, le 17 novembre 2018.


♦ L’immaturité et l’inexpérience politique de M. Macron faisaient craindre des erreurs de jugement, des analyses erronées, des outrances possibles.

♦ Son passage à la présidence de la République doit nous servir de signal d’alarme et nous inviter à la lucidité, au courage, au respect de nos valeurs citoyennes, à la fraternité, car le laxisme présidentiel face aux violences criminelles et aux discours de haine (islamistes et anarchistes) impunis, détruit notre société républicaine jour après jour.

La République a besoin de nous

Réveillons-nous
___________________

Apostille du 5 décembre 2018

♦ Suggestion d’un conservateur américain à méditer
par le président Macron, grand frotteur de vestons de chefs d’État,
itinérant multilatéraliste – archi- écolo -libéral-capitaliste ,
petit maître des horloges et du CO2 de la planète :
  ♦
Si M. Macron défendait les travailleurs français comme M. Trump défend les travailleurs américains … il serait populaire !

Ah ! Ce mot « populaire  » honni par les arrogants écolos-bobos-en-marche d’aujourd’hui.
Comme notre Front populaire qui faisait dire en 1936
à la honteuse bourgeoisie française : « Plutôt Hitler que le Front populaire ».

Il serait temps aussi que les syndicats si proches de la politique de l’itinérant président, aient aussi des oreilles pour entendre les travailleurs … comme avait su le faire notre grande CGT, de 1936 et de 1968. 
______________________________


1 Transition énergétique française : retour à la réalité Philippe François

[Dossier IFRAP -Agriculture et énergie ] 22.11.2018.

2 Fiscalité environnementale Samuel-Frédéric Servière 28.11.2018.
« La fiscalité environnementale doit augmenter de 5 milliards d’euros entre 2018 et 2019… mais selon les prévisions gouvernementales, elle doit passer de 50 milliards en 2017 à 67 milliards d’euros d’ici 2022. Soit une augmentation de 17 milliards. Une vraie falaise … et surtout une augmentation à contre sens de la tendance européenne »
[Dossier IFRAP – Budget et fiscalité]

3 De fait, si les autres chefs d’État ont ri sous cape de Macron à la réunion du G 20, le 1er décembre 2018, quand il se prenait pour le grand maître du climat, lui se moque bien de nous, quand il parle   avec commisération des classes dites « moyennes ».

4 Cf. Par L’ingénue Macron et le « ça n’a pas voté » le 18 juin

5 Le gouvernement assume la hausse du diesel au nom de la transition écologique 23/10/2018 par SudOuest.fr avec AFP
__________________________________________

Le discours du général P. de Villiers à méditer par le « chef » Macron

20.07.2017

E. Macron – qui se disait notre humble serviteur durant sa campagne électorale- et qui déclare sept mois plus tard aux armées et au général d’armée P. de Villiers : « Je suis votre chef » serait bien inspiré d’apprendre que « La force des armes ne peut se concevoir sans un esprit qui la vivifie » (…) que « toute autorité est un service » et que le premier service du président de la République- chef des armées-  est « la protection des Français, avec un seul but : le succès des armes de la France » pour avoir « une paix d’avance »!

 

… Nous attendons « l’esprit qui vivifie » la politique du « chef »notre humble serviteur (1)…  alors que nous sommes en guerre contre le fascisme islamique, dans et hors de nos frontières.

 ____________________

Paris, le 13 décembre 2016

Général d’armée P. de Villiers
aux Officiers de la 24e promotion de l’Ecole de guerre, promotion général Gallois,

Officiers, sous-officiers, officiers mariniers des écoles de formation,

Vous les chefs militaires, d’aujourd’hui et de demain,

Il n’existe pas de service plus noble ni plus exigeant que celui de commander les hommes et les femmes qui vous sont confiés. Jour après jour, pour vous guider dans l’exercice de vos responsabilités, il vous faudra cultiver notre trésor, c’est-à-dire notre style de commandement, notre état d’esprit.

La force des armes ne peut se concevoir sans un esprit qui la vivifie. C’est là l’exorbitante responsabilité du chef. Donner l’élan, donner du souffle, donner du sens, donner la flamme. S’arracher à soi-même pour se donner, sans compter, au bien commun. Cultiver l’obéissance d’amitié, là où l’adhésion l’emporte sur l’autorité.

Il y a cent ans, précipités dans « l’enfer de Verdun » et son effroyable logique de destruction, les « Poilus » semblaient condamnés à s’éteindre dans cette obscurité. Et pourtant, contre toute attente, ils ont illuminé cette nuit noire d’un « feu sacré ».

Nous, les chefs d’aujourd’hui, et vous, les chefs de demain, ne craignons jamais de rappeler ce que ce « feu » doit aux chefs d’alors. Rendons hommage à ceux, qui par leurs attentions fraternelles, ont su réchauffer les cœurs transis de froid et de peur. Rendons les honneurs à ces hommes dont l’exemplarité du comportement a su créer un élan qui a conduit à la victoire.

Derrière cette reconnaissance, point d’idéalisation du passé ! Les chefs de 1916 ont connu les tourments de l’hésitation et du doute ; leurs certitudes se sont effondrées, leurs convictions ont vacillé, mais l’écrasante majorité d’entre eux a tenu bon, obéissant à une règle de vie simple que tout chef militaire doit faire sienne : « penser et agir comme l’honneur le commande » ; l’honneur est la poésie du devoir.

Cette exigence vaut aussi pour tous les chefs d’aujourd’hui, quels que soient leur grade et leur armée. Officiers-généraux, officiers, sous-officiers, officiers mariniers, nous sommes réunis par la proximité de nos obligations. Nos subordonnés, quels qu’ils soient, sont d’abord nos frères d’armes. Nous sommes unis à eux par la fraternité qui relie ceux qui partagent le même engagement et ont accepté l’éventualité d’un même sacrifice.

De nos hommes, nous sommes en droit d’attendre la loyauté. En regard, nous leur devons la vérité et la vision. Car, c’est bien au chef qu’il appartient d’ouvrir des perspectives, d’explorer le champ des possibles, d’organiser l’innovation et d’orienter l’action.

Le général de brigade aérienne Pierre-Marie Gallois offre un parfait exemple de la figure du chef : courageux, précurseur, loyal et visionnaire. A vous, les officiers de la 24e promotion de l’Ecole de guerre, je veux dire combien judicieux est votre choix de le prendre pour parrain.

Jeune officier de l’armée de l’air, il rejoint la Grande-Bretagne, en 1943, et participe aux bombardements stratégiques sur l’Allemagne, jusqu’à la fin de la guerre. Affecté, aussitôt après, en état-major, il ne cède pas à la sinistrose et s’impose, au contraire, comme le principal artisan du plan aéronautique de 1950, qui réorganise en profondeur une aviation militaire au plus mal. Bel exemple d’optimisme de volonté qui incline à ne pas subir.

Ce n’était là que le prélude d’une œuvre, ô combien déterminante, pour la paix et la souveraineté de la France. Alors que beaucoup pensaient la guerre sur le modèle de celle qui venait de s’achever, il affirme que l’atome militarisé crée une nouvelle hiérarchie des puissances entre celles qui « s’autoprotègent  nucléairement » et les autres. Pour défendre sa vision et parvenir à la faire triompher, il combine intelligence, finesse et agilité. C’est un succès. Par la force de son travail et la compréhension de son environnement, le chef militaire Pierre-Marie Gallois a pesé sur le destin de son pays et sur celui du monde, en prônant une paix d’avance.

Vous, les officiers, les sous-officiers, les officiers-mariniers, cultivez ces mêmes valeurs dans la discrétion et le désintéressement de vos missions du quotidien. Aujourd’hui, en cette cour d’honneur des Invalides, haut lieu chargé d’histoire militaire, pas de parole inutile : soyez tout simplement des chefs, à l’image de ceux d’il y a cent ans et dans le sillage du général Gallois. Avec modestie et humilité, mais aussi, avec audace et ténacité, soyez d’abord convaincus que « toute autorité est un service ». Là où vous serez, fédérez toutes les énergies pour accomplir votre mission, au service de la protection des Français, avec un seul but : le succès des armes de la France !

Général d’armée P. de Villiers   Paris, le 13 décembre 2016.

_____________________

Sources : État-major des armées Droits : Ministère de la Défense

1  Cf. la note de L’ingénue  13-14 mai 2017 avec la transcription du discours d’E. Macron le soir du 7 mai 2017 au Louvre : Macaron Ier était en campagne devant la pyramide

Fin – Extrait :
(…)  « je vous servirai avec humilité avec force
je vous servirai au nom de notre devise liberté égalité fraternité
je vous servirai dans la fidélité de la confiance que vous m’avez donnée

je vous servirai avec amour vive la République vive la France »
______________________