Le discours du général P. de Villiers à méditer par le « chef » Macron

20.07.2017

E. Macron – qui se disait notre humble serviteur durant sa campagne électorale- et qui déclare sept mois plus tard aux armées et au général d’armée P. de Villiers : « Je suis votre chef » serait bien inspiré d’apprendre que « La force des armes ne peut se concevoir sans un esprit qui la vivifie » (…) que « toute autorité est un service » et que le premier service du président de la République- chef des armées-  est « la protection des Français, avec un seul but : le succès des armes de la France » pour avoir « une paix d’avance »!

 

… Nous attendons « l’esprit qui vivifie » la politique du « chef »notre humble serviteur (1)…  alors que nous sommes en guerre contre le fascisme islamique, dans et hors de nos frontières.

 ____________________

Paris, le 13 décembre 2016

Général d’armée P. de Villiers
aux Officiers de la 24e promotion de l’Ecole de guerre, promotion général Gallois,

Officiers, sous-officiers, officiers mariniers des écoles de formation,

Vous les chefs militaires, d’aujourd’hui et de demain,

Il n’existe pas de service plus noble ni plus exigeant que celui de commander les hommes et les femmes qui vous sont confiés. Jour après jour, pour vous guider dans l’exercice de vos responsabilités, il vous faudra cultiver notre trésor, c’est-à-dire notre style de commandement, notre état d’esprit.

La force des armes ne peut se concevoir sans un esprit qui la vivifie. C’est là l’exorbitante responsabilité du chef. Donner l’élan, donner du souffle, donner du sens, donner la flamme. S’arracher à soi-même pour se donner, sans compter, au bien commun. Cultiver l’obéissance d’amitié, là où l’adhésion l’emporte sur l’autorité.

Il y a cent ans, précipités dans « l’enfer de Verdun » et son effroyable logique de destruction, les « Poilus » semblaient condamnés à s’éteindre dans cette obscurité. Et pourtant, contre toute attente, ils ont illuminé cette nuit noire d’un « feu sacré ».

Nous, les chefs d’aujourd’hui, et vous, les chefs de demain, ne craignons jamais de rappeler ce que ce « feu » doit aux chefs d’alors. Rendons hommage à ceux, qui par leurs attentions fraternelles, ont su réchauffer les cœurs transis de froid et de peur. Rendons les honneurs à ces hommes dont l’exemplarité du comportement a su créer un élan qui a conduit à la victoire.

Derrière cette reconnaissance, point d’idéalisation du passé ! Les chefs de 1916 ont connu les tourments de l’hésitation et du doute ; leurs certitudes se sont effondrées, leurs convictions ont vacillé, mais l’écrasante majorité d’entre eux a tenu bon, obéissant à une règle de vie simple que tout chef militaire doit faire sienne : « penser et agir comme l’honneur le commande » ; l’honneur est la poésie du devoir.

Cette exigence vaut aussi pour tous les chefs d’aujourd’hui, quels que soient leur grade et leur armée. Officiers-généraux, officiers, sous-officiers, officiers mariniers, nous sommes réunis par la proximité de nos obligations. Nos subordonnés, quels qu’ils soient, sont d’abord nos frères d’armes. Nous sommes unis à eux par la fraternité qui relie ceux qui partagent le même engagement et ont accepté l’éventualité d’un même sacrifice.

De nos hommes, nous sommes en droit d’attendre la loyauté. En regard, nous leur devons la vérité et la vision. Car, c’est bien au chef qu’il appartient d’ouvrir des perspectives, d’explorer le champ des possibles, d’organiser l’innovation et d’orienter l’action.

Le général de brigade aérienne Pierre-Marie Gallois offre un parfait exemple de la figure du chef : courageux, précurseur, loyal et visionnaire. A vous, les officiers de la 24e promotion de l’Ecole de guerre, je veux dire combien judicieux est votre choix de le prendre pour parrain.

Jeune officier de l’armée de l’air, il rejoint la Grande-Bretagne, en 1943, et participe aux bombardements stratégiques sur l’Allemagne, jusqu’à la fin de la guerre. Affecté, aussitôt après, en état-major, il ne cède pas à la sinistrose et s’impose, au contraire, comme le principal artisan du plan aéronautique de 1950, qui réorganise en profondeur une aviation militaire au plus mal. Bel exemple d’optimisme de volonté qui incline à ne pas subir.

Ce n’était là que le prélude d’une œuvre, ô combien déterminante, pour la paix et la souveraineté de la France. Alors que beaucoup pensaient la guerre sur le modèle de celle qui venait de s’achever, il affirme que l’atome militarisé crée une nouvelle hiérarchie des puissances entre celles qui « s’autoprotègent  nucléairement » et les autres. Pour défendre sa vision et parvenir à la faire triompher, il combine intelligence, finesse et agilité. C’est un succès. Par la force de son travail et la compréhension de son environnement, le chef militaire Pierre-Marie Gallois a pesé sur le destin de son pays et sur celui du monde, en prônant une paix d’avance.

Vous, les officiers, les sous-officiers, les officiers-mariniers, cultivez ces mêmes valeurs dans la discrétion et le désintéressement de vos missions du quotidien. Aujourd’hui, en cette cour d’honneur des Invalides, haut lieu chargé d’histoire militaire, pas de parole inutile : soyez tout simplement des chefs, à l’image de ceux d’il y a cent ans et dans le sillage du général Gallois. Avec modestie et humilité, mais aussi, avec audace et ténacité, soyez d’abord convaincus que « toute autorité est un service ». Là où vous serez, fédérez toutes les énergies pour accomplir votre mission, au service de la protection des Français, avec un seul but : le succès des armes de la France !

Général d’armée P. de Villiers   Paris, le 13 décembre 2016.

_____________________

Sources : État-major des armées Droits : Ministère de la Défense

1  Cf. la note de L’ingénue  13-14 mai 2017 avec la transcription du discours d’E. Macron le soir du 7 mai 2017 au Louvre : Macaron Ier était en campagne devant la pyramide

Fin – Extrait :
(…)  « je vous servirai avec humilité avec force
je vous servirai au nom de notre devise liberté égalité fraternité
je vous servirai dans la fidélité de la confiance que vous m’avez donnée

je vous servirai avec amour vive la République vive la France »
______________________

Macron prend la pose entre de Gaulle et Gide

Note du 2.07.2017
complétée le 4, le 21, le 23  juillet et le 12 août 2017

Si  Macron prend la pose entre de Gaulle et Gide…… ce n’est pas le général de la France libre, et victorieuse des nazis qui l’inspire le plus.

Alors que le 3 juillet 2017 , dans notre France pacifique et fraternelle,
15 000 hommes djihadistes en armes, soldats de l’État islamique sont fichés S (Sécurité intérieure),  et menacent journellement notre paix publique,

Alors que 17 393 individus ( ils étaient 11 000 en 2015)  sont inscrits (mars  2017)  sur le fichier de traitement des signalements pour la prévention  de la radicalisation à caractère terroriste ((FSPRT),
Cf. le rapport du Sénat.

Alors que cette armée ennemie dévastatrice en Afrique, en Syrie et en Irak, est en lutte dans notre pays contre nous et notre Constitution démocratique et laïque,  le président Macron – chef des armées-  a déclaré que bien au contraire, c’était l’état d’urgence qui mettait en péril nos libertés (1).

C’est dire si le livre des Mémoires de guerre de Ch. de Gaulle lui est étranger … resterait alors le livre Les Nourritures terrestres d’un A. Gide, jeune, riche, égoïste, pédophile, oisif et jouisseur… comme référence (?) …

♠ ajout du 21.07.2017 
… surtout qu’à le voir endosser l’uniforme de chaque armée, selon chacune de ses visites dans les bases militaires,  et pour lesquelles son costume de président◊ suffirait, on finit par se demander s’il ne préfère pas jouer à la poupée barbie plutôt qu’aux petits  soldats … pour ne pas  affronter la gravité des  vrais enjeux actuels …

◊ Cf. code pénal – Article 433-15  et la note de l’ingénue du 20.07.2017 Le discours du général de Villiers à méditer par le « chef » Macron

________________________________

2 juillet 2017

… une fois de plus…  E. Macron L’humble serviteur (2),  montre sa satisfaction avec un sourire figé de figurine de mode, mais son regard est fixe …  et sans expression.
Entre Ch. de Gaulle et Gide

Il s’est planté là, au milieu de son bureau vide, comme s’il voulait s’asseoir dessus (!),  écartant les bras pour poser les mains de chaque côté, et pour que l’on voit ses bagues (?).
Son veston tiraillé sur un bouton et ses manches étroites lui donnent une allure étriquée, plutôt ridicule.

Tournant le dos au parc aperçu par la fenêtre ouverte, « on nous dit » que c’est le signe de son ouverture d’esprit (!).

… Et puis, sur  le bureau, il y a trois livres dont « on nous dit » les titres  : l’un, Mémoires de guerre de Ch. de Gaulle  est ouvert – à la bonne page (!) –   les deux autres  étant  Le Rouge et le Noir de Stendhal et Les Nourritures terrestres de Gide.
Comme il nous avait dit : « notre tâche est immense », il nous montre aussi qu’il est à l’ouvrage avec ses deux téléphones (!), sa pendule et son coq doré.

Tel Nathanaël,  petit pâtre tunisien, E. Macron semble avoir retenu la leçon du jeune Gide en 1897 et trouvé  sa posture parmi  « mille postures possibles en face de la vie .(…) Ne t’attache en toi qu’à ce que tu sens qui est nulle part ailleurs qu’en toi-même, et crée de toi, impatiemment ou patiemment, ah ! le plus irremplaçable des êtres. »

Ah ! Sera-t-il « le plus irremplaçable » des présidents ? Sa photo officielle et les « décryptages » de son service de presse ne permettent pas de l’affirmer.

________________________

1 Dans son discours devant le Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 :
« Je rétablirai les libertés des Français en levant l’état d’urgence à l’automne (…) »

2 Cf. la note de L’ingénue  13-14 mai 2017 avec la transcription du discours d’E. Macron le soir du 7 mai 2017 au Louvre : Macaron Ier était en campagne devant la pyramide

Fin – Extrait :
(…)  « je vous servirai avec humilité avec force
je vous servirai au nom de notre devise liberté égalité fraternité
je vous servirai dans la fidélité de la confiance que vous m’avez donnée

je vous servirai avec amour vive la République vive la France »
______________________

Ici, le groupe Etat islamique égorge … là, les frères musulmans bâtissent une mosquée

1er août 2016  –   Un an après …   note avec ajout mise en avant le 31 juillet 2017

 

Ici, c’était mardi 26 juillet 2016 en l’église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray, le père Jacques Hamel égorgé pendant la messe.

…  Là-bas, à Mulhouse,  les mêmes qui financent le groupe État Islamique, à savoir le Qatar, le Koweit, l’Arabie saoudite,  ajoutent leurs dons à ceux des musulmans à l’appel de M. Amar Lasfar, président de  l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) afin de construire la mosquée-cathédrale (sic) An-Nour,  sous le parrainage du cheikh Youssef al-Qardhawi, savant idéologue des frères musulmans, selon MM. T. Ramadan et Amar Lasfar.

On entrevoit déjà ce que seront les prêches des imams qataris et leurs injonctions pour le dressage  intégriste des fidèles  avec toujours plus de messages de haine envers la société française laïque et républicaine.

Ici, à Saint-Étienne-du- Rouvray, le jour de ses quatre-vingt-neuf ans, un paroissien était poignardé* à la veine jugulaire, au poumon et à la colonne vertébrale, les deux tueurs l’ayant obligé à photographier le père Hamel vomissant le sang ………

… Là-bas, dans les studios d’Al Jazeera (1), la chaîne favorite de la plupart des familles musulmanes en France, le cheikh al-Qardhawi, âgé aussi de quatre-vingt-neuf ans se réjouit encore de cette attaque sanglante du groupe État islamique, qui fait selon l’idéologie criminelle des frères musulmans, des deux assassins, des martyrs.

……………..   Jusqu’à quand serons-nous en France, les victimes annoncées des bourreaux islamiques et de leurs complices dans les mosquées ?

Jusqu’à quand  l’UOIF et les frères musulmans feront-ils  la loi dans nos quartiers, dans nos collèges, dans nos lycées, dans nos prisons … en exigeant  2 000 mosquées soumises aux théocraties de l’Arabie saoudite, du Qatar et du Koweit -afin de créer un parti politique islamique à leur solde, pour réduire à néant nos valeurs laïques de fraternité, bref, exécuter 1 400 ans après, les ordres de leur prophète ?

Jusqu’à quand le pouvoir PS politique et judiciaire de MM. Hollande  et Valls fera-t-il semblant de ne rien voir, de ne rien entendre (2) et de ne rien comprendre ?

               ♠ 31 juillet 2017
Jusqu’à quand le pouvoir LREM
(La République En Marche) politique et judiciaire de MM. Macron, Philippe et  de Mme Belloubet  fera-t-il semblant de ne rien voir, de ne rien entendre et de ne rien comprendre ?  

_______________________________

* Le vieux monsieur de 89 ans est en convalescence. (15 août 2016)
1 La chaîne de télévision Al Jazeera, est une chaîne de télévision satellitaire qatarie en arabe, en anglais, en turc et en serbo-croate.
2 On soulignera comment M. Hollande a été à l’écoute de la théocratie saoudienne et a exécuté son ordre, dans la matinée du mercredi 2 mars 2016 : décorer (de toute urgence !)  le prince héritier, Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, Grand Officier de la Légion d’Honneur, le 4 mars 2016.
♦Lire le détail des courriels entre Riyad et l’Élysée tel que restitué par Grégory Lassus-Debat dans Causette /10.03.2016[source RFI / 11.03.2016].

___________________________________

—– Cf. la note : 7 janvier- 7 juillet 2015   / 7 juillet 2015 – complétée le 21 novembre 2015  et le 31 juillet 2017

et la note  La Seine-Saint-Denis est-elle déjà un territoire d’Outre-République laïque ? / 19-26 décembre 2013

_____________________________________♠

Le jeu, le sérieux et -depuis 2012- le tragique

12 juin 2016 (note relue le 11 juillet 2016, puis complétée le 16 juillet – après  l’abomination perpétrée au nom du dieu des islamistes , toujours la même BARBARIE, la même INFÂMIE de la religion : 286 victimes , à Nice, le soir du 14 juillet 2016*.
————————————————

Oui
, je sais que l’air du temps est au jeu, au jeu de ballon rond du 10 juin au 10 juillet 2016 avec l’Euro 2016, au jeu de la course de vélos du 2  au 24 juillet 2016  avec le Tour de France, aux Jeux Olympiques du 5 au 21 août 2016 à Rio de Janeiro (Brésil).
Et il me semble que Monsieur Hollande compte aussi sur l’air du temps pour se forger encore trois fausses  gloires avec sa photo à côté des vainqueurs.
Pensez donc, à Saint-Denis le 10 juillet (regret),  à Paris le 24 juillet (?),  plus la balade, la photo et la fiesta, à Rio entre le 5 et le 21 août (?)…

———————————–

Mais l’air du temps, c’est aussi le baccalauréat et l’ épreuve de philosophie du mercredi 15 juin 2016. Et par le jeu du hasard,  il m’est venu ce matin une  réponse à une question qui ferait un bon sujet :

 Peut-on dire  que  la laïcité républicaine « à la française » est  depuis plus d’un siècle  la  meilleure idée pour humaniser  les religions ?
—————————————

Mais répondre à cette question n’est plus un jeu.
Face à la tragédie* liée à la montée en puissance de l’idéologie sanglante des armées islamiques dans les pays arabes, face aux massacres en France et à la guerre de religion larvée et menée sur tout le territoire par des djihadistes, il serait temps de comprendre les enjeux de la défense de notre  laïcité « à la française ».

En France, la laïcité  se charge d’apprendre aux hiérarques religieux des monothéismes chrétien, juif et islamique, le respect de la liberté de l’autre, en séparant l’enseignement des savoirs de l’endoctrinement religieux qui  emprisonne la pensée, et toujours discrimine et humilie les femmes.

 En France, la laïcité marque les limites du pouvoir absolu des monothéismes et de leurs dogmes, dans la sphère politique, la sphère publique et professionnelle, dans celle de l’éducation, de la maternelle à l’université.

En France, la laïcité  libère notre citoyenneté  du prosélytisme religieux. Avec elle, ni écolières  voilées ni écoliers n’apprenant sous la férule, jour après jour, que « les paroles du prophète« , comme en Afghanistan ou en Arabie saoudite.

En France, la laïcité est le fondement de notre paix civile, le fondement d’un retour aux vraies valeurs morales de notre fraternité républicaine.
La laïcité nous rassemble car elle est le vrai savoir-vivre- ensemble, et c’est ensemble et fraternels, que nous vaincrons l’agressivité meurtrière, la monstruosité guerrière de l’idéologie islamique. 

La laïcité est l’humanisme de la fraternité universelle qui  pourra résister aux  pouvoirs haineux de ceux  qui  tuent au nom de la « morale » de leurs dieux.

La laïcité est l’humanisme du XXI ème siècle, seule certitude de paix entre les peuples. 

Les peuples auront raison des chefs -de- guerres- de- religion.
Ils s’opposeront aux prêches des idéologues du massacre et de la soumission.
Les peuples aboliront les tribunaux d’exception et d’inquisition avec leurs docteurs en théologie et leurs califes, qui depuis des siècles allument des brasiers pour les autodafés, dressent des potences, accrochent « Les Têtes du sérail »(1) et  supplicient les condamnés,  avant  « l’enfer » qu’ils  leur promettent …

Tous les peuples pourront partager notre laïcité
et cette force fraternelle universelle  vaincra l’ INFÂME l’ INHUMAIN religieux et fanatique, nommé ainsi par Voltaire (2).

Et c’est aussi au nom de cette force fraternelle qui est notre honneur, que je souhaite à tou(te)s nos vaillant(e)s candidat(e)s le meilleur esprit philosophique possible – pour le bac et pour l’avenir  !

______________________

Cf.   Le ramadan 2014 serait-il djihadiste ? (juillet 2014)
Fête ou sacrifice tragique ?  (octobre 2014)

Et puisons dans notre poésie, notre littérature, notre philosophie :

1 Victor Hugo  Les Orientales Les Têtes du sérail

Cf. Quand Chateaubriand allait en Palestine

  2  Cf. De l’horrible danger de la lecture (1765) Voltaire
__________________________

Résonance du 19 mars 1962 dans la France sous menace islamique en 2016

19 mars 2016 – Devant le mémorial national du Quai Branly (1)

 Levant baissant, levant baissant la tête, pendant vingt minutes,  le président Hollande de sa voix sans timbre, au débit haché tous les quatre à six mots, (ceux  qu’il aura mémorisés (!), avant de replonger dans la copie,  lit son discours.

En fait,  après avoir  promulgué en décembre 2012, « la loi qui proclame le 19 mars,  journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc », il veut en « donner une traduction  » (sic).
Mais il s’applique surtout à gommer dans son discours les responsabilités politiques et gouvernementales monarchiques, impériales et républicaines de la grande bourgeoisie d’affaires  de 1830  à 1962. Et, s’il dit que le Maroc et la Tunisie sont des pays amis, pour l’Algérie, il passe sous silence la guerre civile  de 1991-2002. Or, le feu du terrorisme islamiste algérien couve encore sous les braises ;  le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) rallié à Al-Qaïda à l’automne 2004,  recrute toujours des djihadistes dans les prisons françaises (2)…

Pour nous faire sa leçon de morale sur l’Histoire qui a meurtri  nos ancêtres depuis des siècles,  il  dit  « les peuples ».

Nous,  en quelque sorte, les familles d’appelés et de rappelés du contingent depuis Guy Mollet (SFIO) en 1956 qui vécurent les  drames  des 25 000 tués et des 65 000 blessés. Mais aussi les  Français d’Algérie ou bien encore les Harkis Franco-Algériens, toutes celles et tous ceux qui ont été broyés par le FLN et par l’OAS.

Le président de Gaulle, le gouvernement Pompidou et les ministres Joxe et Messmer, les ont  odieusement délaissés, en signant le 18 mars 1962,  le cessez-le-feu des Accords d’Évian sans aucune garantie de l’unique signataire algérien,  Krim Belkacem du GPRA (et encore moins du FLN), pour la sécurité de la population civile, que l’armée française ne protégerait plus, à partir de 12h, le 19 mars 1962.

Alors M. Hollande « a une pensée », mais ce n’est pas pour dire que le tribut de guerre du FLN fut considérable puisque le million de citoyens français menacés du cercueil laissèrent tout, leurs maisons et tous leurs biens, et n’emportèrent qu’une valise

Donc, M. Hollande « a une pensée ».
Mais les petites formules de style du service de communication de M. Hollande (3) sur « la guerre des mémoires ou sur  la paix des mémoires »  n’ont aucun sens.
Comme le monde de la finance et de la politique française l’exige,   l’heure est au déni  de la vérité historique, et en ce  19 mars 2016, ceux qui savent  ne veulent pas la « partager » comme on se plaît à dire ; ils refusent de dire qu’ils ont menti avec M. Louis Joxe déclarant après les Accords d’Évian  :   « Au centre de toutes nos préoccupations se sont trouvés les Français d’Algérie. »

La journée nationale du 19 mars n’est pas « un  message d’unité,  de paix et de rassemblement ».
Le 19 mars est le signal d’une monstrueuse lâcheté politique… et quand M. Hollande  dit : « Faire du souvenir douloureux de la guerre d’Algérie qui a divisé et meurtri, un facteur de réconciliation et de rassemblement », il retourne le couteau dans la plaie du 26 mars 1962, jour du massacre de la rue d’Isly à Alger, dans celle du 5 juillet 1962, signal des enlèvements et des massacres à Oran, dans celle du génocide des Harkis, dans celle de la grande douleur de l’exode des Français …

Et puis aussi, quelle résonance douloureuse que ce 19 mars, quand la France est en état d’urgence !

Quand les messages de haine et de terreur islamique
sont martelés partout en France, à Saint-Denis, à Marseille, à Toulouse etc., dans les repaires des terroristes islamistes  (bien connus de la Justice et de MM. Valls et Cazeneuve) aux fusils mitrailleurs tout neufs, payés avec l’argent sale de leurs trafics de haschich et de coke, partout dans les prisons avec les imams salafistes infiltrés comme ils le sont dans les mosquées,  et tous nous promettant encore, comme le FLN… le cercueil (4) !

 Quand cinq cents nouveaux djihadistes de l’État islamique viennent d’entrer en France dans le flux des migrants ! …

♠ Et votre discours  mal préparé de vingt minutes nous apporterait « la paix »,  M. Hollande ?
Ne serait-ce pas plutôt une billevesée (5) de plus de la « promotion Voltaire de l’ENA » ?

__________________________

1   Discours de F. Hollande

2 La France sur le qui-vive    27.09.2005 Colette Thomas RFI.fr

3  Service de communication au logo qui représente depuis mars 2015,  une hache à double tranchant / copie de la Francisque, l’insigne de Pétain, chef de l’État français de 1940 à 1944.
   Vu par Jean Effel,  l’insigne avait donné lieu  alors à un dessin intitulé « la Francisque… Göring demande à Pétain : Pourquoi deux tranchants ? » et Pétain répond : « Pour défendre la Patrie et, au besoin, pour la combattre… » [extrait du livre de Jean Effel et René Andrieu : En feuilletant l’histoire de France, du front populaire à nos jours, paru  en 1969 chez Albin Michel – source La Résistance Alain Guérin Tome 2 p. 90].

4  À suivre avec attention  l’impact  sur les djihadistes haineux de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme du 21 au 28 mars 2016 de M. Hollande et Mme Vallaud -Belkacem :
 Contre la haine, soyons tous unis. Agissons au quotidien !

……………… Cependant, pour le cabinet du ministre de l’Intérieur Cazeneuve, « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad » , puisque toujours selon le cabinet du ministre,  l’appel au djihad n’est pas un appel à la haine [ou] au terrorisme ! C’est sûrement l’effet « double tranchant » du service de communication de M. Cazeneuve.
On en appréciera la finesse avec  
Le vrai du faux   A. Krempf vendredi 20 novembre 2015

ou baliverne, faribole, sornette, sottise – parole vide de sens, idée creuse. Le grand Robert p. 1422

♥ Voir ou revoir  Les Pieds Noirs  Histoire d’une blessure   un remarquable film documentaire de Gilles Perez 2007 2DVD  (France Télévisions distribution France 3)

________________

Note du 23 mars 2016 – complétée le 30 mars 2016