Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

L’incomparable président Hollande

9.09 – 19 .09 – 22.10 2015     En apostille – Le réfugié normal de l’Élysée.

 

C’était la sixième conférence de presse du président de la République depuis le 15 mai 2012.

Une vingtaine de minutes avant la fin, un journaliste de Sud Ouest, se référant à l’ouvrage d’une consœur, l’interroge sur le possible inventaire de ses 3 ans 4 mois de mandature, qui le distinguerait de son prédécesseur.

Piqué au vif quand on ose le comparer à N. Sarkozy, le président répliqua qu'[il n’était] pas pour une distinction sur tous les sujets ; c’était pour dire surtout que la question le fâchait et  que pour lui le temps de penser à l’inventaire viendrait …  après le réveillon du jour de l’an 2017.
Enfin, comme il était là pour répondre, il  préféra égrener ses propres questions et tenter d’y répondre :

♦   – Est-ce que tout a été bien fait ?
On le verra à la fin du quinquennat parce que la cohérence doit /^^^/* en être le fruit.
Traduction :  il n’est ni sûr de la cohérence de sa ligne politico-socio-économique ni de ses bons résultats ;  mais  le président inch’allah croit au miracle en 2017.

♦ ♦  – Est-ce que le pays va se sentir plus fort ?
Pour l’instant, il n’en a pas encore conscience
(!). Je dois lui dire. Je dois le démontrer. Je dois surtout le faire (!)
Traduction : les Français stupides ne savent pas ce qu’ils lui doivent, dans ce qu’ il n’a pas encore fait mais qu’il va faire.

Il poursuivit :
– Est-ce que le pays a plus de capacités ?
– Et donc, je dois libérer toutes ses capacités jusqu’au bout ; 

et j’vais pas me regarder côté miroir : Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai  bien fait ? Qu’est-ce que j’vais faire ? Qu’est-ce que pensent les autres ?
–  Se comparer même, généralement, c’est rassurant.
(!)

Traduction :  Il va nous épater jusqu’au bout, il en a la capacité ; et s’il ne fait pas  son autocritique, ce n’est pas qu’il en est incapable, mais qu’elle est inutile. Sa jauge, c’est lui-même, et quand il se compare à « l’Autre », il est rassuré.

Quant aux réflexions  des journalistes  les mots,  les paroles, les livres, pardon, que vous écrivez et que je ne lis pas, tout cela glisse sur lui, président, comme la pluie du 15 mai 2012, sur les plumes du canard.

Et du côté des ministres,  Y’a d’la joie ! Mesdames Taubira et Vallaud-Belkacem sont hilares et pour un peu, elles applaudiraient.

Ainsi nous retrouvons, incarnée, la Philautie d’Érasme, cet homme s’adore !  Il ne veut être comparé à personne.  Lui, le président, n’a pas besoin de miroir. Il sait depuis son élection  par défaut, qu’il a vraiment de la chance, qu’il est le meilleur, le plus intelligent et qu’il a bien raison d’en jouir avec sa joyeuse bande de copains et de copines, toutes et tous aux commandes de L’État  avec de belles pensions à la clef- promotion Voltaire oblige.

Et nous, dans le miroir de la télévision, nous avions l’image de l’orgueil d’un homme,  le président Hollande rassuré d’être incomparable.

Devant ce niveau de perfection, il nous reste la définition de l’orateur selon Érasme   : « Moins il a de valeur et plus il a de prétention et d’impertinence, plus il se rengorge et plastronne ».

♦_____________________________________♦

NB 
Pendant ces deux minutes, l’incomparable président a dit 20 fois JE ( un toutes les six secondes) et une fois nous. Ses paroles sont en italique. [2′ 1h38-1h40]
*  ^^^
flottement dans l’expression
__________________

vendredi 18 septembre 2015

Apostille sur un incroyable patrimoine

À propos d’une autre question posée au président Hollande, lors de sa conférence de presse du 7 septembre 2015

Le président Hollande, réfugié normal à l’Élysée

Où l’on découvre que le seul refuge du président Hollande est le palais de l’Élysée et quand un journaliste lui propose de suivre l’exemple du premier ministre finlandais, qui déclare vouloir accueillir des réfugiés dans sa maison secondaire, la réponse fuse, avec de petits hochements de tête : c’est ici, si je puis dire, je n’ai pas de résidence secondaire aujourd’hui disponible.

Cette déclaration est franchement conforme à celle qu’il fit à Paris, le 15 mars 2012, en tant que député, président du conseil général de Corrèze, candidat normal à la présidence de la République.
Il n’avait en effet, déclaré aucune résidence principale à Paris, ni quelque pied- à- terre à Tulle, mais aussi, aucune valeur mobilière cotée (ou non) en bourse, aucun placement (SICAV, Fonds communs de placement, SCPI etc.)  ni collections, ou objets d’art, et autres bijoux, pierres précieuses ou or, ni véhicule à moteur, ni fonds de commerce ou clientèles, charges et offices, ni autres biens et/ ou biens immobiliers et comptes détenus à l’étranger.
La mention « Néant » donne la mesure de la déclaration du candidat Hollande.
De même, pour la maison de Mougins (Alpes-Maritimes) M. Hollande n’avait mentionné qu’un montant de 15 000 euros de meubles meublants, ce qui fait que dans l’éventuel F2 de Tulle, il lui aurait fallu mettre le matelas par terre !

Enfin devenu président, nous savons qu’il a pu acquérir avec ses 14 910 euros net mensuels, un scooter et un casque, pour ses chevauchées normales et nocturnes.
♦ Mais quelle période de vache maigre que celle qui s’étend pour M. Hollande de 1981 à 2011 ! Cela fait pitié ! Haut fonctionnaire, chargé de mission auprès du président Mitterrand, directeur de cabinet etc. puis député normal de 1988 à 1993 et de 1997 à 2011, il n’aura survécu en 2011 et 2012 que grâce à deux prêts de trésorerie de 30 000 euros (somme remboursée : 586,15€).

Alors que, pendant ces trente années de gros salaires, M. Hollande aurait pu – à l’instar de ses confrères de la Haute administration, avec lesquels il fait partie des 2 % de Français normaux les plus riches  – se constituer un patrimoine hors immobilier entre 700 000 et 1 000 000 d’euros ; mais que nenni ! Il n’aurait même pas une montre comme son camarade J. Dray.

Au-delà de l’accueil de réfugiés syriens, une question me taraude  :
Où se réfugiera M. Hollande, s’il ne garde pas sa maison de l’Élysée en 2017 ?

♦ À moins qu’il ne faille douter de la déclaration de patrimoine du candidat Hollande en 2012 ?
♦  De toute façon, s’il a enfin pu se constituer en 5 ans un patrimoine, il pourra acquérir un  F2 pour commencer en comptant 11 000 euros pour les meubles meublants ; mais le pourra-t-il ?
Sinon dans l’urgence, même sans avoir à payer le passeur, s’il n’a pas un sou,  il trouvera toujours refuge, n’en doutons-pas, chez une Française charitable.

__________________________

♣   Fin provisoire de ce compte (ou conte) de patrimoine 2012.
Les 19- 20 septembre 2015,  pendant les Journées de notre Patrimoine, le refuge du président normal se visite.
♣  Un dernier clin d’œil 😉
Les premières journées du Patrimoine de la présidence de M. Hollande, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre 2012, avaient pour thème « patrimoines cachés ».

 

2012 Patrimoines cachés

source vidéo Borowic5  La vérité sur le patrimoine de F. Hollande


  Ajout du 22.10.2015  
Pour voir quelques bonnes astuces de Ces très riches qui échappent à L’ISF / 12.06.2014 Ivan Best / La Tribune  … sans oublier de compter les ultra-riches qui ont leurs paradis fiscaux et/ou leur domiciliation hors de nos frontières…
__________♣

 

9 septembre 2015   Commentaires fermés sur L’incomparable président Hollande

Gouverner, c’est faire le beau temps pour les riches en 2014

 ♦___________________        

Par ses billevesées comme  « Gouverner, c’est pleuvoir»,  M. Hollande tourne une nouvelle fois en ridicule et sa fonction de président de la République et sa responsabilité d’homme politique.

En 2014, le personnel politique et la classe possédante seront  riches et  l’immense majorité des Français, les familles des salariés, pensionnés, les familles des chômeurs expulsés de leurs emplois par des actionnaires milliardaires, seront encore plus pauvres.

♠ Exemple :  maintien des privilèges acquis pour le pouvoir politique, mais possible nouvelle baisse du taux d’intérêt misérable  du Livret A♦ :

«La baisse de 30% des salaires de nos gouvernants a été déclarée anticonstitutionnelle.
Les sénateurs ont refusé que leur prime de chauffage de 4300 €/an soit diminuée (ils gagnent entre 4000 et 6000 € mensuels).»

♠ Exemple :  les  primes
:

« Marisol Touraine : 1,907 million d’euros pour les 154  membres de son équipe.

• Jean-Marc Ayrault : 6, 264 millions d’euros pour distribuer des primes à ses 523 collaborateurs.

• Arnaud Montebourg :  1,037 million d’euros pour les primes de  ses 98 collaborateurs.

• Najat Vallaud-Belkacem552 001 euros pour récompenser son équipe de 47 collaborateurs.

• Pierre Moscovici dispose d’une enveloppe de 1,734 million d’euros, à redistribuer aux 157 personnes de son équipe.

541 770 euros pour que Valérie Fourneyron distribue des primes à ses 53 collaborateurs.

• Cécile Duflot : 863 271 euros  pour 90 personnes.

Delphine Batho : 1, 227 million d’euros, à répartir entre les 204 collaborateurs.

Vincent Peillon, 908 289 euros destinés à financer les primes qu’il attribue à ses 88 collaborateurs.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères : 2,253 millions d’euros, destinés à financer les primes attribuées à ses équipes (251 collaborateurs).

Aurélie Filippetti, 642 710 euros pour ses 91 collaborateurs.

Michel Sapin, 821 367 euros pour 97 collaborateurs.

Manuel Valls, Budget primes : 1 547 452 euros pour un effectif Total de 252 personnes.

Jean-Yves Le Drian, 1,199 million d’euros à répartir entre les 253 personnes qui composent ses équipes.

Christiane Taubira : 983 000 euros pour lui permettre de récompenser ses 169 collaborateurs.

Stéphane Le Foll : 512 457 euros, pour 94 collaborateurs.♦♦» etc.

Au total pour le Premier ministre, les 20 ministres et les 17 ministres délégués PS /EELV , leurs 525 membres de cabinet et les 2 378 personnes (fonctions support) le montant des primes annuelles 2013 a été de  25  861  755 euros.

________________________   ♦♦♦

MM. Hollande et Moscovici avaient baissé le taux en février 2013 de 2,25 % à 1,75% et en août 2013, de 1,75% à 1,25%. C’est encore trop ?  oui … depuis le 1er août 2015, le taux est de 0,75%.

♦♦  Cf. Annexe au projet de loi de finances 2013 / Personnels affectés dans les cabinets ministériels

NB Quand on voit les injustices financières et sociales, les privilèges d’ancien régime que perpétue la classe politique française, on comprend que pour les politiciens,  les banquiers, les femmes et les hommes d’affaires (sic), les historiens et autres doctrinaires du libéralisme, l’héroïne nationale soit Marie-Antoinette, fieffée traîtresse à son pays,  organisatrice en chef de la contre-révolution ; on comprend encore mieux pourquoi ils haïssent autant  Maximilien Robespierre, l’Incorruptible *, quand les leurs, La Fayette, Mirabeau, les Feuillants et les Girondins étaient conseillers secrets ou ministres de Louis XVI.

Voir ainsi dans le documentaire /2.01.2014  France 5/  Les trésors des Archives nationales  comment l’on présente une Marie-Antoinette vertueuse et bonne mère,  alors que c’est elle qui avait préparé soigneusement avec M. de Fersen (que leurs relations fussent chastes ou non), la fuite hors de France de la famille royale en juin 1791 et causé sa propre perte et celle du roi.
… Robespierre est, a contrario, pour marquer les esprits, nommé  par les mêmes, « l’homme de la terreur » …

Toujours dans le documentaire,  les auteurs nous disent qu’à la Saint-Barthélemy , le 24 août 1572, eut lieu le plus grand massacre connu à Paris ; ils ont dû oublié le massacre des Républicains parisiens par Thiers et Mac Mahon pendant la Commune en 1871... Ces deux criminels devinrent respectivement premier et deuxième président de la IIIème République. Thiers obtint de la grande bourgeoisie reconnaissante, les fonds pour bâtir le Sacré- Cœur à Montmartre, afin de remercier le dieu des catholiques de sa grande bonté pour les riches, sur les lieux du massacre des pauvres.

_______________________________

Note du 5 janvier 2014 actualisée le 29 décembre 2015

5 janvier 2014   Commentaires fermés sur Gouverner, c’est faire le beau temps pour les riches en 2014

A Nanterre, procès du petit peuple stupéfiant de la « culture » et des médias

»    ♦  Note  modifiée le 25 août 2012       _______________________

On avait remarqué, dans ce bloc-notes, l’admiration béate, stupéfiante du petit peuple ( people) du spectacle, de la culture, des arts et des médias envers le monde des trafiquants de drogues à l’école du grand banditisme dans un univers carcéral.
Le  film de J. Audiard, Un prophète avait en effet reçu, sous leurs acclamations, le Grand Prix au Festival de Cannes en 2009.
 Les journalistes, critiques de cinéma, avaient fait ensuite tant de louanges du film, dans de dithyrambiques articles, que l’on aurait pu penser à une sorte de reconnaissance  de leur part. 
Et puis vint encore la reconnaissance de la corporation du spectacle avec Les neuf César stupéfiants que décrocha le film en 2010. 
________________________ 

     ♦ ♦           Deux ans après, il est intéressant de voir le traitement (mièvre et gentillet) de l’information sur les trafics et les usages  de la cocaïne dans et par le petit peuple des médias.

                Dans le journal Le Monde* lors du procès **de Jean-Luc Delarue pour «détention et acquisition de stupéfiants», les fournisseurs sont appelés «cinq petits trafiquants de 24 à 29 ans » même si leur chef, Farès Boughediri empoche  90 000 euros (96 000?) par an grâce à M. Delarue. 
Ce dernier interpellé en septembre 2010, est toujours présenté comme le «client vedette (sic) qui, « outre son statut de VIP célèbre et riche consacre jusqu’à 8 000 euros par mois à son addiction à la cocaïne.» 
La seule dont on apprendra le nom est une galeriste consommatrice et  complice de Farès Boughediri.

»    ♦     Les autres  « petits trafiquants » ainsi que les douze consommateurs-clients
(évidemment on ne dit ni petits ni camésresteront dans un très pudique anonymat.
Bien sûr, ce serait maladroit de se fâcher avec l’un ou l’une d’entre eux ! »    ♦    Ce n’est que du beau monde : « des directeurs artistiques, des publicitaires, des directeurs de marketing, des producteurs, des galeristes, des agents de mannequins.»  »    ♦  
Alors comme disent les malfrats et autres tueurs de banlieue : respect.
 

              Dans Le nouvel Observateur*** encore plus prudent, on tait la profession des clients, mais M. Delarue reste «la star du petit écran». Par contre l’on apprend le surnom du chef et les codes pour les commandes de cocaïne.
«La drogue étant ensuite livrée à domicile par un fournisseur attitré (sic) Osias Anderson, 25 ans (récidiviste) déjà condamné en 2008 pour trafic de stupéfiants, [qui] a refusé [ omerta de la mafia ] de dire aux juges où il se procurait la précieuse (sic) poudre blanche».
 

             Quant à France TV info ****elle se contente de reprendre le premier article, en ne citant que le nom de Farès Boughediri.
Loi du silence ou omerta, comme à Naples ou à Villiers-le-Bel, pour  »    ♦   taire les noms des autres trafiquants et/ou les professions des personnalités que l’on invite régulièrement sur les plateaux de télévision…

La justice toujours clémente a requis de fortes amendes et des peines de prison de six mois à deux ans ferme contre les cinq hommes ; une  amende de 15 000 euros  et une peine de quinze mois avec sursis pour la galeriste. »    ♦ Des peines  requises contre « les directeurs artistiques, les publicitaires, les directeurs de marketing, les producteurs [de cinéma , de spectacles et de télévision], les galeristes, les agents de mannequins.»  on ne saura rien    ♦  

Le trafic de cocaïne, ses mafieux et ses consommateurs ont de beaux jours devant eux
…  Avec la garantie de la bienveillance de la justice française : la multirécidive sera même encouragée par  Mme Taubira  ministre de la justice du gouvernement PS.

_____________________                               
 
*Le dealer (revendeur) de cocaïne de JeanLuc Delarue décrit les exigences de son client vedette  Yves Bordenave Le Monde 4.07.2012
»    ♦    **Pour M. Delarue, malade d’un cancer de l’estomac et du péritoine – »    ♦    mort le 24 août 2012- »    ♦   le procès avait été renvoyé au 1er février 2013.
Cf. ma note  »    ♦   La répugnante recette de la cocaïne  et la page  »    ♦  Lexique de «people à trash – sniffer»  
***  Nanterre : procès d’un vaste réseau de revendeurs de cocaïne sans l’animateur Jean-Luc, jugé en février 2013  Paris AP 2.07.2012
**** Delarue, un client « très pressé », selon son dealer (revendeur)  France TV info 3.07.2012

18 juillet 2012   Commentaires fermés sur A Nanterre, procès du petit peuple stupéfiant de la « culture » et des médias

Ni Nafissatou ni Tristane

                 _________________

Enfin, nous voilà rassurés. La vérité a jailli une fois de plus d’une télévision commerciale, en même temps que les gains publicitaires.

Le 18 septembre 2011 devant des millions de Français, M. Strauss-Kahn a déclaré solennellement que  ni Nafissatou, ni Tristane ne l’avaient violenté. Enfin une bonne nouvelle pour l’ex-candidat aux primaires du PS : ces dames ne lui ont jamais fait mal.
Dans la chambre d’hôtel à New York  avec Nafissatou « ce qui s’est passé ne comprend ni violence, ni contrainte, ni agression, ni aucun acte délictueux * » et dans l’appartement parisien avec Tristane « il n’y a eu aucun acte d’agression, aucune violence *».  D’ailleurs il en veut pour preuves qu’il  n’a ni «traces, ni blessures* ».

               En fait la seule dame qui pourrait se fâcher est son épouse milliardaire. On comprend qu’il lui présente ses excuses, étant donné les bénéfices qu’il en tire. On comprend aussi qu’il ait eu une pensée émue pour toutes ces Françaises, avec lesquelles il avait rendez-vous en 2012, et  qui lui auraient fait tant de bien … en l’élisant  président de la République.

                Ni Nafissatou, ni Tristane ne l’ont blessé,  mais chez celui qui rêvait tout haut de revenir aux affaires (sic),  en pensant à l’Élysée chaque matin en se rasant, la peine d’orgueil et l’aveu final d’impuissance politique  laisseront des traces.

 ________________________________            

* Verbatim  «J’ai manqué mon rendez-vous avec les Français» lemonde.fr Extraits de l’intervention de M. Strauss-Kahn sur TF1 

20 septembre 2011   Commentaires fermés sur Ni Nafissatou ni Tristane

Les « épreuves « * de campagne de Dominique Strauss-Kahn

    note  modifiée  le  23  mai  2011            

 Une fois terminées les émouvantes manifestations en souvenir du 10 mai 1981 et de l’élection à la présidence de la République de François Mitterrand ; M. Pierre Bergé, grand ami du défunt  président prépare 2012 à la direction de son nouveau journal.

Après avoir soutenu Ségolène Royal en 2007, quel homme providentiel du PS  parfaitement bilingue pourrait-il choisir pour l’année prochaine ? et quel slogan serait le meilleur pour faire florès chez les bobos ?

Il est tout trouvé sur lemonde.fr*, partageant  le tiers de l’écran avec les deux-tiers pour un gros plan de M. Strauss-Kahn : ce sera celui de la montre parfaitement «bling-bling»  R…x, ce sera «Vivre pour la grandeur»  (sic) mais peut-être en anglais** pour faire encore plus bobu côté train de vie que le «care» de Martine Aubry ! 

                Et,  le samedi 14 mai 2011, une autre redoutable   » épreuve «  (prévisible ou imprévisible (?)  de campagne, dans le luxe raffiné  de la suite  2806  ( 3 000 euros) de l’hôtel Sofitel ( New York), attendait le présumé futur candidat aux Présidentielles … au risque de faire de tant de   » grandeur « … une décadence qui entraîne avec elle,  inéluctablement  le  » Pacte de Marrakech  » ***  si cher à la direction du PS … et une perte financière collatérale pour lemonde.fr, car, si les écrans sont saturés de portraits de M. Strauss- Kahn,  la  « grande  » montre ne s’incruste plus à ses côtés.  » Grandeur  » de la marque oblige !

________________                  

* Lemonde.fr 11 mai 2011 La question du train de vie, épreuve de campagne prévisible pour DSK / Alexandre Piquard. 
** Je vous laisse trouver la  traduction anglaise !
*** Lieu d’une résidence somptueuse du candidat éprouvé.

 

12 mai 2011   Commentaires fermés sur Les « épreuves « * de campagne de Dominique Strauss-Kahn

La gent stupéfiante des médias et de la culture (1)

             

 On avait remarqué, dans ce bloc-notes, l’admiration béate, stupéfiante du petit peuple ( people) du spectacle, des arts et des médias envers le monde des trafiquants de drogues à l’école du grand banditisme dans un univers carcéral. Le  film de J. Audiard, Un prophète* avait en effet reçu, sous les acclamations, le Grand Prix au Festival de Cannes en 2009.
Les journalistes, critiques de cinéma, avaient fait ensuite tant de louanges du film, dans de dithyrambiques articles, que l’on aurait pu penser à une sorte de reconnaissance  de leur part. 
Et puis vint encore la reconnaissance de la corporation du spectacle avec Les neuf César stupéfiants que décrocha le film en 2010.

L’information suivante de l’AFP  nous en fournit une illustration lugubre dans cet extrait  : 

 » …  un responsable de TF1 condamné à 1 an avec sursis

AFP | 09.12.10 | 19h57

L’ancien patron de TF1 International, Patrick Binet, a été condamné jeudi à Paris à un an de prison avec sursis et 35.000 euros d’amende pour homicide involontaire, après la mort par overdose d’un homme à son domicile, et infraction à la législation sur les stupéfiants.

M. Binet, devenu depuis les faits directeur général de TF1 Droits audiovisuel, avait été placé en garde à vue le 17 avril 2008 après la découverte à son domicile parisien du corps sans vie d’un homme avec qui il avait passé la soirée.

C’est à son réveil qu’il avait fait la macabre découverte et appelé les secours. La victime, âgée de 40 ans et haut fonctionnaire au ministère de la Culture, avait succombé à une crise cardiaque à la suite d’une partie fine, au cours de laquelle elle avait consommé des produits stupéfiants.

De la cocaïne et du GHB avaient été retrouvés dans l’appartement. Le GHB, ou acide gamma hydro butyrique, est une molécule à l’effet désinhibant, particulièrement toxique lorsqu’il est consommé avec de l’alcool ou à dose élevée.

M. Binet également poursuivi pour possession, consommation et cession de drogue était par ailleurs soupçonné d’avoir détruit des preuves, dont des papiers ayant contenu de la cocaïne, jetés dans une poubelle et à la rue avant l’arrivée des policiers.

(…) Le** (la) procureur Anne-Cécile Alexandre avait requis 8 mois d’emprisonnement et 10.000 euros d’amende contre le prévenu, estimant que M. Binet  » n’avait pas pris les mesures permettant d’éviter l’issue tragique « .  (…)  »

_______________________                        

Un prophète de mauvais augure     
La dernière saisie de drogues dans les beaux quartiers de Neuilly-sur- Seine nous renseigne un peu plus sur la proximité des classes aisées et des trafiquants, et sur le chef du réseau récidiviste et criminel ….qui aurait pu servir de  » modèle « (sic) … et qui est en fuite
  2010 Record des saisies de cannabis, de cocaïne et d’héroïne

 ** L’AFP souffre de L’articulite .

         _______________________

26 décembre 2010   Commentaires fermés sur La gent stupéfiante des médias et de la culture (1)

… et la lettre du 7 août du marquis de Ferrières


              

Lettre du marquis de  Ferrières* à son épouse

                                        Versailles, 7 août 1789

(…)
«   Nous avons eu une séance très mémorable, mardi 4 août… S’il en résulte quelques avantages pour le bien général, je me consolerai facilement de ce que je perds comme gentilhomme, et comme seigneur de fief.

Venons aux affaires. Aussitôt ma lettre reçue, fais cesser tout travail aux réparations, soit aux fossés, soit au château. Ce n’est pas le moment de mettre son argent à réparer une maison qui peut-être n’existera pas, dans un an, ou six mois. (…)

Voilà ce que tu dois faire, mais apportes-y la prudence et le secret nécessaires : 1°  Tu prendras l’argent qui est dans le Trésor. Labbé** pourra te l’atteindre ; tu lui diras que c’est pour me l’envoyer. 2°  Tu chercheras un aveu*** de Marsay de 1723 ; un aveu de Mondon de 1723 ; un aveu de la Tour de Ry de 1723 ; ou à leur défaut, des aveux de 1699 ; tu y joindras mes deux livres de recette des rentes, un du temps de M. du Tillet, et laisse celui qui me sert à les recevoir ; tu prendras le carton où sont les lettres de noblesse des Ferrières. J’en avais mis un gros paquet dans mon bureau. Tu prendras aussi un aveu de la Griffonnière, de Puygirault, si tu peux les trouver. Mais que Labbé, ni personne n’aient connaissance de cela. Quand tout sera prêt, tu diras que tu vas à Poitiers pour affaire.

Tu feras toi-même la  » vache « **** avec tes filles ; tu y mettras l’argent, les titres, aveux, livres de recette, une partie de ton argenterie, comme cuillers à  » oïlle « , cafetières et couverts ; tu finiras par la remplir de ton meilleur linge ; et tu iras déposer le tout à Poitiers, dans l’endroit que tu croiras le plus sûr. Tu annonceras que tu veux meubler la maison des Malvaux pour ta fille, et tu feras charroyer, à Poitiers le même jour que tu iras, les matelas, courtes-pointes, couvertures, et généralement tous les dedans du lit de l’appartement et de la chambre de la niche. Tu y joindras des draps ; ce sera en cas d’événements, quelque chose de sauvé.

Aie surtout grande attention que l’on ne soupçonne rien de l’argent, des papiers, et que l’on ne puisse imaginer qu’il entre, dans ce que tu fais la moindre crainte. Ces précautions seront, je l’espère, très inutiles, mais qu’importe ; dans le moment actuel, il faut tout prévoir.

Vends tes moutons, le prix que tu en trouveras, mais argent comptant. Tu feras vendre aussi à la Saint-Roch, une paire de bœufs, et une autre paire à la Saint-Barthélemy. Les six paires restantes, avec les mulets, feront le service, quitte à en racheter si les affaires prennent une marche plus tranquille. En cas d’événements, tu seras mieux et plus en sûreté à Poitiers qu’à Marsay. L’intérêt public protège, dans une grande ville, l’intérêt particulier. (…)

Quant à notre récolte, tu vendras, à mesure que le blé sera battu, mais sans affectation, uniquement comme ayant besoin d’argent. Lorsque tu auras une certaine somme, tu la serreras dans quelque endroit sûr, qui ne craigne pas le feu, mais non dans le Trésor, car, si l’on venait à Marsay, je ne crois pas que ce fût pour brûler le château, étant trop aimé dans le pays, mais pour brûler les titres de rentes et devoirs. Tu pourras donc cacher ton argent dans le second caveau, sous la salle, dedans la grande cave, en un endroit où il n’y ait pas de vin.

(…)
Adieu. « 

              _______________

* Correspondance inédite 1789, 1790, 1791 de Charles-Élie de Ferrières-Marsay, député de la noblesse de la sénéchaussée de Saumur aux États généraux de 1789 publiée et annotée par Henri Carré /  Librairie Armand Colin 1932 /dans la collection Les Classiques de la Révolution française – publiés sous la direction de M. Albert Mathiez
** Labbé est un homme de confiance
*** terme de féodalité – acte établissant une vassalité
**** malle en cuir

_______________________              

5 août 2010   Commentaires fermés sur … et la lettre du 7 août du marquis de Ferrières

La nuit du 4 août 1789 …

4 août 2010

Note mise en avant le 4 août 2017 pour une comparaison  avec l’actuelle Assemblée nationale et son parti majoritaire de « la République en marche » du président Macron,  ♦ « politicien à la journée » dirait Jaurès.

    –
    Trois semaines après la Prise de la Bastille, alors que la Constituante préparait la Déclaration des Droits de l’homme, la révolution paysanne était en marche…

Voilà ce qu’en écrit Jean Jaurès (1) :

« 
Elle [la Constituante] était tout entière à ce haut et noble travail, quand les premières nouvelles du soulèvement des campagnes lui parvinrent. Elle apprit de toutes parts, dans les derniers jours de juillet et les premiers jours d’août, que les paysans, devançant ou dépassant même par leur action spontanée les décisions du législateur, refusaient le paiement des impôts les plus odieux, comme celui de la gabelle, et des droits féodaux, cens, champart, etc. Ils pénétraient armés dans les châteaux, et, s’abstenant de toute violence contre les personnes, saisissaient et brûlaient les vieux parchemins, les titres anciens et nouveaux d’exploitation féodale. C’était l’abolition violente de tout le système féodal… la grande révolution paysanne s’accomplissant en dehors des formes légales et de la volonté du législateur.
L’émoi fut grand dans l’Assemblée : on eût dit qu’elle hésitait à aborder en face le problème de la féodalité.« 

En cette séance du 4 août, deux membres de la noblesse,  le vicomte de Noailles et le duc d’Aiguillon firent  «  la proposition [qui] était le seul moyen, pour les nobles de retrouver par le rachat l’équivalent des privilèges abandonnés. Les motions de Noailles et  d’Aiguillon, évidemment rédigées d’avance et très calculées jusque dans le détail, attestent … un plan médité et exécuté de sang-froid. (…)
Il serait assez triste, vraiment, que  l’abolition même simulée du privilège féodal fut seulement l’effet d’une manœuvre des nobles, et il serait douloureux que l’âpre voix paysanne n’eût pas retenti, en cette minute historique, dans la grande assemblée bourgeoise, devant ces seigneurs qui venaient d’étaler je ne sais quel sacrifice équivoque où il entrait sans doute, même à leur insu, autant de calcul que de générosité.
Mais un obscur député Le Guen de Kerangall [ propriétaire à Landivisiau, député du Tiers État de la sénéchaussée de Lesneven], de cette province bretonne qui avait tant souffert de la dureté des nobles, se leva, et on eût dit que des souffrances longtemps contenues et comme ensevelies faisaient soudain éclater la terre.
–  » Messieurs, (…) le peuple impatient d’obtenir justice s’empressa de détruire ces titres, monument de la barbarie de nos pères.
Soyons justes, Messieurs, qu’on nous apporte ici les titres qui outragent…l’humanité même. Qu’on nous apporte ces titres qui humilient l’espèce humaine, en exigeant que les hommes soient attelés à une charrue comme les animaux du labourage. (…)
– Qui de nous, Messieurs, dans ce siècle de lumière, ne ferait pas un bûcher expiatoire de ces infâmes parchemins et ne porterait pas la flamme pour en faire un sacrifice sur l’autel de la patrie ?« 

C’est ainsi qu’en cette nuit du 4 août,   la révolution paysanne s’ imposa au législateur, même s’il fallût attendre la Convention et le 17 juillet 1793 pour en finir vraiment avec les droits féodaux.

«  Le texte définitif, rédigé par Du Port, et adopté dans la séance du 6 août fut ainsi conçu :
 » L’Assemblée nationale abolit (2) entièrement le régime féodal ; elle décrète que dans les droits et devoirs tant féodaux que censuels, ceux qui tiennent à la mainmorte réelle ou personnelle et à la servitude personnelle, et ceux qui les représentent sont abolis sans indemnité. Tous les autres sont déclarés rachetables, et le prix et le mode de rachat seront fixés par l’Assemblée nationale. Ceux desdits droits qui ne sont point supprimés par ce décret continueront néanmoins à être perçus jusqu’au remboursement.

Dans le journal Les Révolutions de Paris (3), Loustalot …  raconte qu’à la nouvelle des décrets qui abolissaient les privilèges des ordres et la tyrannie féodale les citoyens s’embrassaient dans les rues ; dans les campagnes le retentissement fut immense.« 

           __________________________

Histoire socialiste de la Révolution française  ( Éditions sociales 1977) Tome I La Constituante (1789 -1791)
Édition revue et annotée par Albert Soboul.

 » C’est le 10 février 1900 que l’on vit apparaître sur les murs de Paris les énormes affiches rouges qui annonçaient aux habitants de la capitale la mise en vente imminente des premières livraisons que les souscripteurs avaient déjà reçues. Elles se succédèrent à un rythme rapide bihebdomadaire. (…) Les derniers fascicules furent publiés en 1903. Cette régularité, cette promptitude n’avaient rien d’exceptionnel : le système en était à l’époque fort répandu et la maison d’édition  populaire Jules Rouff, sise cloître Saint-Honoré, avait déjà publié sous cette forme l’Histoire de France de Michelet et les œuvres de Victor Hugo. (…)
Comme l’écrivait Jaurès dans son « Introduction générale », c’est d’abord au peuple de France, « aux ouvriers, aux paysans » que s’adressait l’Histoire socialiste.(…) 
Il fallait donc rééditer ce livre (…) Qu’il puisse aider enfin ceux qui aujourd’hui prennent au sérieux la vie publique, c’est ce que Jaurès lui-même suggérait le 4 janvier 1914, dans un de ses derniers articles de la Revue de l’Enseignement primaire :
 » L’Histoire ne fournit pas de similitudes complètes et elle ne dispense pas les vivants d’une perpétuelle invention dans le combat. Mais elle suggère d’intéressantes analyses, et surtout elle constate quelques résultats, ♦
elle met en évidence quelques grandes forces que le politicien à la journée pourrait méconnaître ou sous-évaluer, dans la nuée de poussière que soulèvent les pieds des passants.
Parmi ses forces, il faut ranger le prolétariat , qu’il n’est au pouvoir de personne d’éliminer de la vie nationale et internationale. »
Madeleine Rebérioux  [Le Livre et l’Homme (pp.35-51).]

2  Jean Jaurès met le mot  abolition  entre guillemets dans le titre de son paragraphe.

3  n°4  Événements du 2 au 8 août.

______________________________        

4 août 2010   Commentaires fermés sur La nuit du 4 août 1789 …

M. Pinault, les milliardaires et Paul McCarthy

           Note du 8.09.2009   complétée le 26 octobre 2014   et  le 27 juillet 2017  

M. F. Pinault, milliardaire français n’a pas peur des artistes contemporains. Il nous le prouve avec sa collection rassurante de 2 000 œuvres. Et s’il avait commencé par fuir l’île Seguin à Boulogne- Billancourt,  ce n’était pas par peur du  fantôme du  prolétariat, mais parce que  « la François Pinault  Foundation »  faisait une meilleure affaire en  achetant le bâtiment des douanes de Venise.

Non, ce qui fait peur à M. Pinault, c’est l’ignorance stupide des foules qui n’ont rien compris ni aux «pigeons qui chient» sur un bel escalier du Louvre, de Jan Fabre,  ni au « veau d’or » dans le formol de Damien Hirst, ni au homard de Jeff Koons à Versailles, ni à la truie gonflable de Paul McCarthy ;  l’ignorance de  ceux qui ne savent pas si c’est du         doll’art * ou du cochon.

Alors, comme un brave milliardaire dont la mission  est de renchérir en permanence la cote de ses placements artistiques, M. Pinault ne craint pas de dire que pour lui  «l’art n’est pas un luxe parce que l’appréhension  de l’art exige un engagement » ** ;  traduisez pour les visiteurs de ses expositions l’engagement de payer le   billet d’entrée / même pas de gratuité pour les moins de 26 ans / en échange de quoi il promet « d’éveiller leur intérêt ».

Le milliardaire ne craint pas le partage : « le désir de possession né lors de mon premier contact avec l’art s’est transformé en un profond besoin de partager » ;  aussi a-t-il eu le besoin de faire la même année une exposition à Moscou au Garage-center for contemporary art, au Palazzo Grassi, à la pointe de la Douane à Venise et à Dinard au Palais des arts.

On l’a bien compris, l’exposition de Dinard intitulée  Qui a peur des artistes ?  « encouragera le visiteur à dépasser ses propres appréhensions pour s’engager dans une véritable expérience de l’art.» ***

         Si je ne suis restée dans le hall que l’instant de voir la truie en plastique rose gonfler et  dégonfler sur la machine  Mechanical Pig  2005 Paul McCarthy♦ section humilité (sic) et humour, c’est sûrement, cher M. Pinault, que j’ai eu peur de rire aussi de la section peur de la mort avec le mannequin de Jean Paul II La Nona ora 1999 Maurizio Cattelan … peur de rire avec les artistes contemporains qui se moquent de moi, rassurés qu’ils sont d’être aimés  des milliardaires  comme vous  ! 

    à suivre …       

* néologisme personnel à partir du jargon de milliardaire :          le « doll »  vaut un million de dollars.

** Vivre à Dinard n°54 – juin 2009 – le guide de l’été citations de F.P.

***
Caroline Bourgeois, commissaire de l’exposition. Il est intéressant de noter le double sens du  mot appréhension  tel qu’il est utilisé par le milliardaire et la commissaire … sachant qu’il y a l’appréhension sans l’appréhension mais aussi l’appréhension de l’appréhension ou doute réflexif, sans oublier  l’appréhension de l’ appréhension ou  peur d’avoir peur.

 NB   Puisque « Tel est son bon plaisir » le milliardaire rassuré par ses multiples alliés politiques, se verrait bien « investissant »  le Louvre, Versailles  et nos autres châteaux de la République, des créations de ses  favoris, tel un nouveau monarque  nous privant de la liberté de jouir sereinement du fruit du travail et du génie de nos ancêtres bâtisseurs, artisans d’art et artistes qui ont accompli des chefs-d’œuvre  et qui ont transmis aux générations suivantes leur savoir-faire et le goût du beau.

A quand l’encombrant Mechanical Pig  de Paul McCarthy devant La Liberté guidant le peuple de Delacroix au Louvre ?

       M. Pinault milliardaire intrépide, aura-t-il peur de nous l’ imposer  ? …
_____________________

Paul McCarthy  … Suite  ……  le 26  octobre   2014

L’inspiration
scatologique, pornographique et homosexuelle de l’artiste ne pouvait que séduire le gai petit monde des milliardaires qui s’agite et s’impose (fortune oblige) au Comité Vendôme pour orner notre place Vendôme à Paris et les salons de notre Hôtel  de la Monnaie en cette fin d’octobre 2014, pour la Foire (sic)  internationale d’art contemporain.

Cet extrait du texte de l’AFP / 24.10.2014/  est d’une grande clarté :

« (…)  Sous les dorures du salon d’honneur de l’hôtel de la Monnaie, situé au cœur de Paris, près de la Seine, la « Chocolate Factory » de Paul McCarthy produit à la chaîne des répliques en chocolat de deux célèbres œuvres de cet artiste controversé : « Tree » [ pour la place Vendôme ], dont la forme conique évoque davantage un plug anal qu’un arbre, et « Santa Claus », gnome barbu [copie de nain de Blanche-Neige de Walt Disney ] portant une cloche et un plug surdimensionné, créé en 2001 à Rotterdam (Pays-Bas).
Symboles d’un productivisme outrancier, les moulages – impropres à la consommation – sont stockés sur des étagères dans les 1.000 m2 de salons en enfilade du premier étage de l’aile Est du bâtiment du XVIIIème siècle. L’odeur, combinée à la projection répétitive d’une vidéo de l’artiste écrivant et déclamant d’une voix rauque et lancinante « Are you the artist ? Fuck you in the asshole ! », produit une sensation proche de l’écœurement. (…) »

Le président , Christophe Beaux, laisse une notice plus flatteuse sur les site de  l’Hôtel de la Monnaie et dans son « book shop »  nous vend une médaille de « Santa » en bronze florentin, le livre de 160 pages  « entièrement conçu par l’artiste autour de l’imaginaire de Noël à Paris (sic) …)» et les sculptures en chocolat noir « Tree »  et « Santa » de l’artiste, sorties de la chocolaterie de  Guy Savoy.

Consolons-nous en pensant que nous avons échappé à cette autre création de l’artiste américain sur la place Vendôme :


«Complex Pile». Hong Kong, avril 2013. AFP

que M. Beaux aurait déclinée, pour le plus grand bonheur des bobos parisiens, de M. Arnault, de Mme Hidalgo et du président Hollande,  en médaille de bronze (sic),  et M. Savoy, en délicatesses chocolatées de 300 grammes à (s’)offrir pour Noël  !

Décidément l’art contemporain est « du dernier bourgeois »  !

 _____________________

En guise de conclusion provisoire,  je propose à Mme Jennifer Flay, directrice artistique de la FIAC,  de remercier le fringant M. Paul McCarthy (1),  en lui offrant,  au nom de l’Internationale des milliardaires,  des marchands d’art et  des présidents des Hôtels des ventes, un billet d’entrée au Crazy Horse pour le spectacle de Conchita Wurst, l’ homme si féminine qu’elle « incarne la femme sublimée et sensuelle. »
 ♥ Et qui sait ?  Gai ! Gai ! Marions-les  !  Quel beau mariage ce serait après la Foire !
Après la cérémonie dans la cathédrale de verre de M. Arnault, la signature dans notre bel Hôtel de Ville de Paris en présence de tous nos ministres de la culture !
La mariée serait très beau dans la robe de J.P. Gaultier, sa barbe fleurie par un figaro de luxe, le buffet offert par M. Bergé  et pour l’attraction,  je verrais bien une apparition du président  Hollande qui viendrait faire un beau discours électoral du genre (2) : La France et moi sommes aux côtés de Paul  McCarthy et de Conchita Wurst. 

_________________________________

1)  Paul McCarthy
–    Présentation officielle de La Monnaie de Paris :
« Figure majeure de la scène artistique internationale et une source d’inspiration pour de nombreux artistes, toutes générations confondues, Paul McCarthy insuffle l’énergie et la capacité de réinvention permanente propre à Los Angeles dans cette première exposition personnelle dans une institution française.(…) Invité par Chris Burden, Paul McCarthy a enseigné à l’Université de Californie à Los Angeles de 1992 à 1999, en charges du département « Nouveaux Genres. » 
–    Présentation   de Francetvinfo /avec Télérama et Le New York Times :
« Né en 1945 à Salt Lake City (Utah),  il commence sa carrière artistique par des performances et des vidéos. En 1974, il utilise son corps comme pinceau et de la mayonnaise, du ketchup, de la viande et des excréments comme peinture. (…) En 1976, il fait des « choses impliquant des poupées Barbie, des saucisses, de la vaseline et ses orifices corporels ou ceux des autres (…).»
……………………………………
Depuis, il s’est lancé dans le croquis des dites performances. On verra et on appréciera dans son exposition à Londres, Galerie Hauser & Wirth , le niveau de la « figure majeure » dans  l’art du dessin  et  « la capacité de réinvention permanente propre à Los Angeles ».

2)  Lors de l’inauguration de la fondation Louis Vuitton de Bernard Arnault, le 20 octobre 2014, le président Hollande déclara : «La France sera toujours aux côtés des artistes, comme je suis aux côtés de Paul McCarthy.»
_____________♦♦♦_______________

27  juillet 2017   Le président Macron et sa première dame confirment :  La France sera toujours aux côtés des artistes,  comme nous sommes aux côtés des milliardaires de la chanson : Bono /U2 le 24 juillet 2017 et  Rihanna le 26 juillet 2017 pour financer leurs fondations … avec notre nouveau prélèvement sur les retraites des Français.

______________________

8 septembre 2009   Commentaires fermés sur M. Pinault, les milliardaires et Paul McCarthy

La Halde entre montre et burqa

                   Quand   » Le regard de Plantu  » ,  à la une du journal Le Monde du 24 mars 2009,  illustre les statistiques ethniques, ce n’est plus un regard,  mais un drôle de double clin d’oeil. 

Et tout d’abord jetons  un coup d’oeil sur le mot ethnie / du grec ethnos peuple  / qui voudrait nous épingler comme des papillons dans les boîtes du Muséum d’Histoire naturelle,  et nous étiqueter peuples différents, alors que,  apprenant et/ou parlant le français et  vivant en France, on est tous un même peuple ;  comme la République française, le peuple de France est un et indivisible.
 
                   Suivons donc le regard de Plantu ; il  glisse  des personnages entre beige et ocre,  aux deux fonctionnaires gris  qui s’activent à classer tout ce petit monde *;  l’un  remarque  avec une loupe, que  l’homme  beige  en vêtement de travail  bleu avec une casquette blanche n’a pas de montre  :   » Chef !!  il n’a pas de R___x  **! On le classe dans quelle catégorie ?  Le chef alors, notant sur son carnet dit,  » Heu !…: Pauvre type « . Ainsi, du bout de son crayon, Plantu a pointé  « LA »  grande classification ethno-sociale de l’espèce Homo sapiens, qu’en notre balbutiant XXI ème siècle,  un ethno-riche-type publicitaire***, anthropologue au  petit pied, a redit avec ses mots, c’est la montre qui fait l’homme ! 

         En fait, Il n’y aurait besoin que de deux boîtes ethniques pour nous classer : celle pour les ethno -pauvres- types  sans R___x,  et celle pour les ethno- riches – types  avec R___x.    

Mais le  second clin d’oeil  est que le journal Le Monde a  justement  un lectorat  » haut de gamme « , comme l’indiquait sa publicité du 20 septembre 2008 :  » On peut être exigeant et plaire au plus grand nombre. Le Monde/ quotidien /magazine / internet est la 1ère marque de presse quotidienne sur les CSP+ ****avec 2 860 000 lecteurs ou internautes  devant l’Equipe – 20 minutes – Le Figaro – Libération.  » Ce qui signifie que côté montre le lectorat   du journal Le Monde***** sait  ce que R___x veut dire. 

          Tout comme  M. Louis Schweitzer, président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) et président du conseil de surveillance du Monde. En tant qu’administrateur,  parmi les  ethno-riches- types avec R___x,  il  peut  aisément   » lutter  contre les discriminations  » en faisant un rapport sur   »  leurs inégalités  »  avec les ethno-pauvres- types  sans R___x.

            Ainsi, je lui suggère une statistique ethno-riche-type avex R___x,  pour les administrateurs de sociétés et autres membres de la Halde, afin que nous sachions,  par exemple,  combien sans discrimination  ont fréquenté l’école publique et /ou combien sans discrimination y ont inscrit leurs enfants ?  ou encore une statistique ethno- riche-type avec burqa   pour savoir qui est prêt  sans discrimination,  parmi les ethno-riches,  à porter la burqa  ?
C’est en effet à  M. Louis Schweitzer  de la Halde que les préfets renvoient désormais les dossiers ;  c’est en effet la Halde qui déciderait (?) que les femmes  en France  peuvent en toute soumission à l’islamo-intégrisme de leurs maris, se déplacer avec leur linceul sur la tête. 

        C’est pourquoi, avant de décider que le port de la burqa est conforme à l’égalité républicaine entre les hommes et les femmes, je propose  à M. Louis Schweitzer et à ses collègues de la Halde de  porter sans discrimination la burqa, régulièrement pendant leurs séances et pendant leurs sorties en ville.
S’ils  pensent toujours que c’est juste et bon pour eux, donc bon pour les femmes, qu’ils obligent alors les hommes à être les égaux de leurs épouses et à  porter également, sans discrimination de sexe, la burqa.       

 Hélas !   De la discrimination sociale millénaire entre les pauvres et les riches, à la discrimination dogmatique et religieuse entre les hommes et les femmes, la Halde apparaît bien incompétente pour décider seule et en ethno-riche, hors-débat législatif   du sort des ethno-pauvres. 
    Sa vision étriquée, manipulée par de puissants communautarismes,  fait que des ethno-riches-types avec R___x  pourraient sans discrimination, condamner  des  ethno-pauvres-femmes-sans- R___x à porter toute leur vie, l’inhumaine  burqa
Avec la Halde, Haute Autorité de Lutte Anti-Laïque,  le  » toilettage  » anti- laïque s’installera-t-il durablement ? 

 

         

______________       _________________________                                                                                                             

*    » le petit monde  »  renvoie au  » grand monde  » ou au  » beau monde  » que la vulgate médiatique traduit dans son jargon par  » beautiful people  » ou  mieux encore par les tellement chics  » beautiful  » ou   » people  »  » marqueurs  de  la  » branchitude  » française, signes de la niaiserie ambiante de la riche société du spectacle. 

**  marque Rolex en toutes lettres dans la bulle du dessin de Plantu.
*** Jacques Séguéla :  » Si à 50 ans on n’a pas une R_x, on a quand même raté sa vie « . / France 2 – 13 février 2009
****Catégories socio-professionnelles supérieures

*****L’austère journal de M. Hubert Beuve-Méry est livré depuis  » les années J-M. Colombani/ E. Plenel « , à la déferlante publicitaire du luxe à pleines pages, ciblant, flattant, fidélisant  les précieuses CSP+ .

     Dès la page 2 de ce même Monde du 24 mars 2009,  nous attend le second clin d’oeil :  une publicité pour la montre R…e de N….s de B…..t ; suivra le supplément de 59 pages Spécial montres du jeudi 26 mars 2009, avec  en double page  une R___x ; à la une du Monde du 27 mars … une publicité pour la montre R___x,   et toute la dernière page est pour la R___x.

      Dans le M, supplément mensuel consacré à l’art de vivre ethniquement riche du 2 avril 2009, on a le  choix ethno –bling-bling dans toute sa splendeur pour  »  ethno -riches- types   » avec la nouvelle Porsche Cayenne (qui séduit tant les chefs de gangs mafieux) et des montres  où  » le caractère viril (sic) du dessin de l’instrument  » s’enorgueillit chez  H….t  de  544 diamants baguette noirs etc. etc.

                                                  ___________________                

cf ma note de novembre 2007 : Se souvient-on de ce portrait de femme ? L’imam égyptien Abou Omar laisse voir sa montre, mais pas sa femme qu’il garde sous le linceul.
NB          Les talibans mettent la burqa quand il s’agit de venir prélever manu militari leur part sur les ventes d’héroïne. / Opium War film de l’Afghan Siddiq Barmak – 2008 / cité par Tahar Ben Jelloun dans son excellent article : Afghanistan : l’opium et  l’obsession de la sexualité féminine. Le Monde 10.04.09 p.19        

26 avril 2009   Commentaires fermés sur La Halde entre montre et burqa

Rêve à Milan et cauchemar à Naples

Le 18 septembre 2008,  » six Africains [étaient] retrouvés criblés de balles dans un atelier de confection à Castelvolturno, près de Caserte (nord de Naples) . Il s’agissait d’un  » règlement de compte entre la mafia napolitaine    qui contrôle le trafic de drogue, et les immigrés qu’elle emploie à revendre des stupéfiants. » *

La publication de Lettre à Gomorra **  dans La Republica du  22 septembre 2008, permettait alors à Roberto Saviano de hurler sa colère contre la passivité de la société italienne face à ce nouveau massacre, nouvelle preuve sanglante  » de la liberté d’action laissée à une telle meute de tueurs … » 

A Milan, les défilés du prêt-à-porter féminin des grandes marques italiennes commençaient. Véronique Lorelle écrivait : « D’Armani à Dolce & Gabbana, Burberry, Missoni et Ferreti, l’été 2009 parie sur un retour de l’optimisme…la mode fait ce qu’elle sait le mieux faire : fabriquer du rêve » et elle admirait  » le savoir-faire exceptionnel »  d’un  » maître italien. » ***

     Dans le chapitre II intitulé Angelina Jolie  de son livre Gomorra,  R. Saviano explique précisément le fonctionnement des ateliers de confection clandestins gérés  par la camorra , où  » chacun sait qu’il travaille sur l’excellence et a conscience de toucher un salaire infime (10h par jour pour cinq cents à neuf cents euros par mois). «   Ces ateliers sont autant de zones de non-droit du capitalisme qui pour augmenter démesurément ses profits, s’associe honteusement et dans l’illégalité totale à la mafia. 

 » Dans ce coin de Campanie, les grandes marques italiennes organisent des enchères très particulières « . Ainsi quand l’une d’elles propose 800 vêtements à fabriquer, la dernière proposition d’un patron :  » Vingt euros (pièce) en vingt-cinq jours «  est une véritable aubaine. Mais  » les marques italiennes ne paient qu’une fois le travail fait, ou mieux : une fois qu’elles l’ont accepté. Salaires, coûts de fabrication et même frais d’expédition : les fabricants avancent tout de leur poche. Les clans prêtent de l’argent aux entrepreneurs qui opèrent dans leur zone d’influence : à Arzano les Di Lauro, à Sant’Antimo les Verde, à Crispano les Cennamo et ainsi de suite…Faire appel à la camorra est également la seule solution qu’ont les salariés qui veulent obtenir un prêt immobilier… Les entrepreneurs qui ne satisferont pas aux exigences des marques trouveront des acheteurs : ils vendront aux clans, qui redirigeront les produits vers le marché de la contrefaçon. La mode des défilés, le lustre des soirées mondaines ; tout vient d’ici. De la région de Naples et du Salento, les principaux centres de production textile au noir… «   

R. Saviano avait rencontré  Pasquale, couturier talentueux :  » Il travaillait sur des vêtements et des dessins que lui envoyaient directement les stylistes… Certaines griffes – qui se fiaient à ses compétences – l’autorisaient à commander la matière première en Chine et à vérifier lui-même sa qualité. «   Pasquale savait qu’il fabriquait du rêve et du luxe pour l’Amérique mais quand il a vu  » à la télévision, Angelina Jolie… sur la scène lors de la soirée des Oscars, vêtue d’un magnifique tailleur-pantalon en satin blanc. Un tailleur fait sur mesure … cousu par [lui] dans un atelier au noir d’Arzano. [il] est sorti de la maison…… deux mois plus tard, ON l’avait mis au volant des camions… » (pp 39 -52)

Loin du rêve et de la poésie, la camorra s’est vengée des ouvriers immigrés comme elle s’est vengée de Pasquale,      comme elle VEUT se venger de R. Saviano. Ce n’est pas du cinéma, ce n’est pas un jeu vidéo, c’est LA VRAIE VIE,  la vie d’un innocent condamné à mort par des criminels aux complices innombrables, puissants et armés sur toute la planète …

Roberto Saviano attend. Il attend que toutes celles et tous ceux qui ont voix au chapitre dans les médias, écrivains, journalistes, artistes, politiciens, chefs d’entreprise, mécènes, PDG, avocats, philosophes, défenseurs des droits de l’homme et de la femme etc. se réveillent en comprenant que  » la fabrique de rêve  » pour les client(e)s fortuné(e)s – qu’ils/elles sont peut-être (?) – n’est qu’un cauchemar hideux pour les plus pauvres.

                                                                 

*  Agence France Presse (AFP.) Le Monde 21/22.09.08 quinze lignes bas de page

       » Selon les journaux italiens …le clan des Casalesi … l’un des plus violents de la camorra…responsable de la récente tuerie de Castel Volturno  »  aurait placé un « contrat » sur l’écrivain Roberto Saviano et veut qu’[il] soit exécuté avant Noël. » /AFP et Reuters Lemonde.fr 14.10.08

     La camorra agissant de fait comme le bras armé du capitalisme frauduleux qui VEUT également faire taire  R. Saviano,  » l’empêcheur d’exploiter à fond « .

** Roberto Saviano Prisonnier de  » Gomorra  » une page Philippe Ridet Le Monde  17.10.08
***  Rêve et poésie à Milan , Une mode légère, colorée et gaie  – citations en italique deux pages articles de Véronique Lorelle Envoyée spéciale Le Monde 24.09 et 27.09.08 

Voir  Angelina Jolie (Beauty & Life –         Photo Getty Images)  En 2001 pour la soirée des Oscars  » elle opta pour un sobre tailleur-pantalon blanc signé par le duo de créateurs Dolce & Gabbana.  »

oscars-2001  

         26 mars 2009  :  le lien vers cette  photo d’Angelina Jolie était supprimé ; il avait  subi  auparavant de multiples suppressions avec messages d’erreur .
  messages d’erreur ou messages de vérité ?       

—————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta et cosa nostra

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europe – n’drangheta (mafia calabraise) réalisatrice Agnès Gattegno
*RFI 11.05.09 Arrestation dans son bunker d’un parrain de la mafia calabraise Salvatore Coluccio le 10 mai 2009

2- Halte à la mafia – cosa nostra (mafia sicilienne) réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

                                       
Roberto Saviano sur France 5  le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50. François Busnel l’accueille dans La Grande Librairie.
        Samedi 21 mars 2009          
 » Manifestation anti-mafia à Naples
Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre la mafia, dans le cadre de la Journée de la mémoire des victime de la « pieuvre ». L’écrivain Roberto Saviano, menacé de mort par la camorra, pour son enquête intitulée Gomorra, sur les crimes de la mafia napolitaine, était dans le cortège.  » (AFP.) Le Monde 24.03.09                                                        

21 octobre 2008   Commentaires fermés sur Rêve à Milan et cauchemar à Naples

L’art de la tromperie sur l’art

8 mai 2008

En ce mois de mai 2008, l’art de la tromperie sur l’art s’expose en France, dans lsalle consacrée aux frères Duchamp – dont Marcel le surdoué qui inventa les  » ready-made  » et changea ainsi la face du monde de l’art – au Musée Maillol, rue de Grenelle, et en Suisse, – à la Fondation Beyeler, Baselstrasse pour l’exposition Action Painting.

  Du détournement simpliste d’objets industriels de Marcel Duchamp à la dégoulinure de peinture sur une toile posée par terre de Jackson Pollock, l’extase si  » financièrement correcte  » est garantie.

L’art depuis Marcel Duchamp est une  » valeur refuge  » pour les plus riches. Alors la  » critique d’art « contemporaine, les galeristes, les propriétaires de salles de vente et autres spéculateurs – inlassablement font passer le message : l’art n’est beau que lorsqu’il est cher !

        Et en juin, il reste encore au 2ème étage de l’aile Richelieu,L’ange de la métamorphose, Jan Fabre  auquel le musée du Louvre a donné carte blanche avec (entre autres) son  » Autoportrait en plus grand ver de terre du monde  » sortant de pierres tombales   brisées et  » spécialement conçu pour la salle Rubens  » !

Marcel, Jackson et Jan feront-ils blêmir de rage ou de jalousie le fantôme de Rubens, après avoir fait glousser de plaisir les marchands d’art ? 

                              

8 mai 2008   Commentaires fermés sur L’art de la tromperie sur l’art

Questions sur le trafic de drogue

25 avril 2008    


???
 Qui avait intérêt à ce que les filières de cannabis et de cocaïne de Sevran en Seine-Saint-Denis soient sauvegardées ? Qui a prévenu les trafiquants avant l’opération de police du mercredi 23 avril 2008 ?

Pour une fois, les réponses ne sont pas dans Le Canard enchaîné du 30 avril 2008 ; à la  page 5  des Canardages, rubrique Zig Zag, avec le titre   « On se came (sic) », il se contente de citer Le Monde du 26.04.08, et ironise (avec toute l’ambiguïté du titre) sur la déclaration du procureur de Bobigny :   « Nous disposions  de renseignements précis… »

Alors ? Le dessin de Sardon Opération antidrogue dans Le Monde, nous apporterait-il un début de réponse avec une autre question :   « Et si on fouillait les journalistes ? »

??????????  ?????????????

 ???  Réponse de Virginie Despentes (Le Monde du 13.04.06) :  « Quand on arrive à Paris en venant de province et qu’on fréquente les gens riches, le premier truc qui choque, c’est que tout le monde a de la cocaïne ; c’est leur drogue, elle est partout (…) Dans certains milieux, je suis sûre que huit personnes sur dix marchent à la cocaïne, et sont modifiées par la cocaïne. Mais elles ne le diront pas, parce que c’est la France.  (…). Un mec comme X… (écrivain à la mode) ne va pas dire franchement combien il met dans sa coke. Si les gens connaissaient le budget coke de certains privilégiés et comparaient à ce qu’ils gagnent (…) X… claque dix smics par mois dans sa coke. Mais il ne va pas dire : je mets 10 000 euros dans la coke par mois (…) personne ne peut l’entendre. En plus, dans ces milieux, on angélise complètement la coke. Mais, moi, je n’ai jamais vu quelqu’un que ça rendait brillant sur le long terme. La cocaïne, ça fait juste des cons arrogants, bavards, très sûrs d’eux, agressifs, paranos, certainement pas géniaux (…). »???  

 

  Un an plus tard … Attention danger !                 

   Sevran  10 août 2009 : L ‘incendie avec deux départs de feu au 1er et au 7ème étage dans un immeuble des Beaudottes a fait cinq morts (deux enfants, un nourrisson et deux hommes) et 27 personnes intoxiquées.            

              La phase prévisible de la guerre entre chefs mafieux et de la terreur barbare qu’ils veulent instaurer dans leurs  « territoires (sic) »   se met-elle en place  ?

Selon le maire Stéphane Gatignon, cet immeuble, en partie brûlé, est  au centre d’un    « système carrément mafieux… C’est un trafic à grosse échelle qui met en jeu d’importantes sommes d’argent. »

extrait de l’article d’Yves Bordenave Incendie de Sevran : la piste d’un règlement de comptes est privilégiée     Le Monde 12.08.09

                    

 

Cf  note du 27 janvier 2008 : Cadres (privé / public) et cocaïne  / note du 13.06.08 : Ni le cannabis ni la cocaïne ne rendent intelligent  /  note du 5.10.08 : Du trafic de cannabis ? en (Ile-de-) France ?

     Roberto Saviano auteur de Gomorra (camorra– mafia napolitaine) sur France 5 – il est accueilli par François Busnel dans La grande Librairie le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.  « …Toute la cocaïne française est traitée à travers les cartels italiens qui traitent avec les cartels d’Amérique du Sud … » R.S.     

  —————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta (mafia calabraise) et cosa nostra  (mafia sicilienne)

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europen’drangheta  réalisatrice Agnès Gattegno

2- Halte à la mafiacosa nostra  réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

                                                           

25 avril 2008   Commentaires fermés sur Questions sur le trafic de drogue