Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Ne rien faire, toucher 750 euros, et fumer du haschich

16-18- et 20 janvier 2017 (après le dernier débat avant le 1er tour de la Primaire  de gauche).

Voilà le programme complet de M. Hamon (ou H. bis), ancien ministre de M. Hollande (ou Ubu H. 1er, et déjà élu selon « les sondages », candidat officiel du PS (qui n’aura jamais autant mérité mon appellation de Parti Stupéfiant) pour briguer la Présidence de la République.

Ce débat du dimanche 16 janvier 2017 était l’avant-dernier avant le 1er tour de la Primaire de gauche du 22 janvier 2017. M.H. bis complétait ainsi le programme de M. Ubu H.1er , qui, après le mariage homosexuel en 2013, aurait dû, selon le cahier des charges de Terra Nova, ce machin à penser du PS, légaliser en 2015, l’usage et le trafic de stupéfiants.

Devant Mme Ruth Elkrief tout sourire, qui avait rentré ses griffes -réservées -aux- candidats- de- la -primaire- de- la- droite- et- du- centre et plaisantait – tant que M. Ubu H.1er est président, tout est farce  (1) en posant la question aux candidats présents,  sur leur usage du haschich,  sachant bien que dans leur petit peuple de décideurs et de journalistes, on trouve les habitué(e)s et/ou les fournisseurs-complices des trafiquants islamistes et/ou sympathisants.
L’ambiance était donc à la franche rigolade. Décidément les ministres choisis par M.Ubu H.1er sont des candidats à la hauteur du maître :

♠  Seraient-ils toujours ainsi imprégnés de substances qu’ils n’auraient plus que cela à proposer aux Français ?

♠  En effet, comment M. H. bis peut- il être assez sot pour prétendre que la légalisation aurait un impact sur la violence et la criminalité des réseaux islamo-mafieux dans les lieux de trafics  partout en France ?

♠ Enfin, comment M. H.Bis peut-il affirmer que la légalisation du trafic et de la consommation augmentera les crédits attribués à la prévention,
-alors qu’elle  libère le trafic et démultiplie les possibilités de l’offre de haschich dès le collège ;
– alors que le gouvernement de M. Ubu H.1er n’a rien fait avec l’ex-Premier ministre et candidat Valls, la ministre Touraine de la Santé, la ministre Vallaud-Belkacem de l’Éducation nationale, la MILDECA (2), les préfets et les municipalités, les présidents de Conseils départementaux et régionaux, pour informer les parents, les enseignants et les Principaux de collège et leur distribuer le document : « Prévention des conduites addictives destinée aux jeunes – Structurer et mettre en œuvre une stratégie territoriale -Mars 2015. » (3)
alors que la recherche scientifique nous le rappelle depuis longtemps, l’usage du haschich abrutit, son addiction préparant celle à l’héroïne…

Mais M. H. bis n’en a cure ! Il y voit la bonne ruse démagogique à la soixante-huitarde, pour l’excitation finale de « la gauche pétard », la sienne, celle qui rechigne avec Mme Taubira et M.L. Wilson à chanter La Marseillaise,  parce qu’elle exprime trop la force de la volonté du peuple !

Allons-nous retrouver dans la campagne pour le premier tour des élections présidentielles le trio :  Hamon  et son chichon, Macron avec nos millionsvoire nos milliards pour ses amis les patrons , et  Mélenchon, le trublion  ?

Que pourra faire M. Hamon (4) de la Belle Alliance Populaire (sic), contre le parti  En marche (créé en avril 2016) de M. Macron (dauphin légitime de M. Hollande et de Mme Royal) et contre le Front de gauche de M. Mélenchon ?

Riront-ils encore avec les journalistes de la bonne farce qu’ils nous ont jouée pendant cinq ans, avec M. Ubu H. 1er ?

           Ou comprendront-ils enfin  que nous, simples citoyens électeurs, ne voulons plus les voir toujours rire à nos dépens !  Qu’ils se le disent !

_________________________________________________

1 D’ailleurs, pendant ce temps-là M. Ubu H. 1er s’amusait ! Il était aux Bouffes-Parisiens avec sa ministre de la Culture qui, elle aussi, se moquait bien du débat des  Sept de la Belle alliance populaire !

2 MILDECA : Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

3  C’est un  modèle fort intelligent de « Guide méthodologique pour les acteurs des collectivités territoriales ».  L’ex- Premier ministre l’a gardé sous le boisseau car il ne correspond pas à l’idéologie de l’abrutissement du peuple.

4  De fait, les médias  propulsent M. Hamon parce que c’est son élection à la Primaire de gauche, qui permettrait le plus de reports de voix sur leur favori, M. Macron, au premier tour des Présidentielles 2017.
_____________________________________

16 janvier 2017   Commentaires fermés sur Ne rien faire, toucher 750 euros, et fumer du haschich

2017, pour dire M***e au joint et à la cigarette !

26-29.10 –  18-25.11 2016 – 19.12 2016

Note mise en avant le  2 juin 2017
Tout le mois de juin, vous entendrez prononcer partout dans les médias, le mois de join … et les journalistes pouffer de rire … inutile de leur demander pourquoi.

Un grand BRAVO à toutes celles et à tous ceux qui ont dit  M♦♦♦e  à la cigarette ou qui le diront en 2017 !

——————-
En juin 2017 on a 15 ans
 et on n’a pas envie de commencer à fumer …
et on a raison !
Vu que la première fois, on tousse, on suffoque et  c’est exécrable.

Vu que si l’on insiste, bien sûr, on sera piégé, dépendant et on toussera toute sa vie,  et de plus en plus.

En juin 2017 on a  25, 30, 35, 40, 45, 50 ans  …
Comme  80% de fumeurs, on regrette d’avoir commencé à fumer à 15 ans !

On se demande pourquoi on est assez bête pour continuer à fumer … 
et on a raison !

♥Alors
, si on a 15 ans en juin 2017, on ne commence pas à fumer tabac (et cannabis).

♥Alors, si on a plus de 15 ans en juin 2017,  on décide d’arrêter tabac (et cannabis).

—————————-
En  juin 2017,
on souhaite Bonne FÊTE  à nos poumons !
Bonne Fête à
notre cœur, à notre cerveau, à nos artères !

Et voilà toutes les bonnes surprises qui nous attendent :

8 heures après la dernière cigarette ou le dernier joint
La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié.
L’oxygénation des cellules redevient normale.

24 heures après la dernière cigarette 
Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà.
Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.

48 heures après la dernière cigarette 
Le goût et l’odorat s’améliorent.
Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.

72 heures après la dernière cigarette 
Respirer devient plus facile.
Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.

2 semaines après la dernière cigarette ou le dernier joint
La toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle.
On marche plus facilement….

alors on continue ?
………………….

Si La Fête dure jusqu’en décembre, c’est que l’on a tout compris….

C’est bon signe  ! dirait le poète*, c’est le signe que l’on est malin et fier de l’être !

ALORS, c’est dit, promis, juré !  en  2017, on dit :

          M♦♦♦e  au  joint  et  à  la  cigarette  !

« Novembre, mon mois sans tabac, notre mois sans fumer  Et si on arrêtait de fumer tous ensemble ce 1er novembre ? C’est le défi de santé lancé à tous les fumeurs en France. »    Moi(s) sans tabac   

……………………….
          Avis de tempête sur le Tableau de bord de la santé  en France  ♠

En août 2016
, selon le « tableau de bord » tabac mensuel de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), les ventes de tabac ont évolué comme suit, par rapport au mois d’août 2015 (à nombre de jours de livraison constant) :
  • ventes de cigarettes : + 7,4 %           tabac à rouler : + 6,6%   pour les joints 
    ______________________________

   NB           Un joint de cannabis  jusqu’à 5 fois plus nocif qu’une cigarette  

♠ « La consommation de cannabis est associée à une dégradation du fonctionnement des bronches, avec obstruction respiratoire, ce qui sollicite davantage les poumons. Les fumeurs de joint souffrent de respiration sifflante, de toux, d’oppression de la poitrine, d’expectorations.
Cette étude [de l’Institut de recherche médicale de Nouvelle-Zélande], publiée dans la revue spécialisée Thorax, a été réalisée sur 339 patients adultes répartis en quatre groupes : les fumeurs de cannabis, les fumeurs de tabac, les fumeurs de tabac et de cannabis, et les non-fumeurs. Chaque participant a été soumis à des examens de tomodensitométrie des poumons (scanner à rayons X assisté par ordinateur) et à des tests respiratoires.
L’équivalence entre un joint et « 2,5 à 5 cigarettes » est cohérente avec les niveaux de goudron et de carboxyhémoglobine qui sont de trois à cinq fois plus élevés pour un joint que pour une cigarette. La carboxyhémoglobine est une forme d’hémoglobine associée au monoxyde de carbone qui est un gaz très toxique. » (Lemonde.fr avec Reuters 31.07.2007).

 ———————————–————————–
     *   Jacques Prévert Pour faire le portrait d’un oiseau   (À Elsa Enriquez) / Paroles
—————————————————————

 

26 octobre 2016   Commentaires fermés sur 2017, pour dire M***e au joint et à la cigarette !

L’incivilité est de l’anti-citoyenneté

mardi 4 octobre 2016  note revue le 23  octobre 2016

L’incivilité vue par l’œil perçant de Jean de La Bruyère (1) sous Louis XIV, et cela vaut aussi pour la France de 2016.

 » L’incivilité n’est pas un vice de l’âme ; elle est l’effet de plusieurs vices, de la sotte vanité, de l’ignorance de ses devoirs, de la stupidité, de la distraction, du mépris des autres, de la jalousie. Pour ne se répandre que sur les dehors, elle n’en est que plus haïssable, parce que c’est toujours un défaut visible et manifeste ; (…)

Le commun des hommes va de la colère à l’injure ; quelques-uns en usent autrement : ils offensent, et puis ils se fâchent. (…)

Si la pauvreté est la mère des crimes, le défaut d’esprit en est le père
.

Il est difficile qu’un fort malhonnête homme ait assez d’esprit ; un génie qui est droit et perçant conduit enfin à la règle, à la probité, à la vertu. Il manque du sens et de la pénétration à celui qui s’opiniâtre dans le mauvais comme dans le faux : l’on cherche en vain à le corriger par des traits de satire qui le désignent aux autres, et où il ne se reconnaît pas lui-même ; ce sont des injures dites à un sourd. (…)

À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur ; l’inhumanité, de fermeté : et la fourberie, d’esprit.
Les fourbes croient aisément que les autres le sont : ils ne peuvent guère être trompés, et ils ne trompent pas longtemps.
(…)    On ne trompe point en bien ; la fourberie ajoute la malice au mensonge.  »
  ……………………………………………………………


Retour sur
l’expression  « vivre-ensemble » qui, dans la phraséologie du  PS, occulte le mot  » citoyenneté ».

Qu’est-ce-que ce « vivre ensemble«  magique de MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, de Mme Vallaud-Belkacem …    ?

Comment « vivre ensemble«  quand  les chefs religieux du soi-disant « islam de France », MM. Boubakeur, Ramadan et Lasfar restent spectateurs inertes, sourds, figés, passifs, alors que de toute part,  leurs coreligionnaires assassins appellent au djihad en France, et nous massacrent au nom de leur dieu ?

À moins que  ce « vivre ensemble«  ne soit, après chacun des massacres, que cette  pitoyable mise en scène de cérémonie  religieuse, rassemblant trois catégories d’ hommes, dans leur grand apparat de robes et de bonnets  et  « priant ensemble »  leurs trois dieux ?

…  En attendant bien sûr, le prochain « mourir ensemble »…  des futures victimes innocentes …

  ♦  L‘incivilité est de l’anti -citoyenneté, de l’anti-respect des  autres et des lois, et depuis la montée de l’islamisme salafiste, de la subversion terroriste contre notre  laïcité fraternelle et citoyenne …

1  Les Caractères  – Chapitre X –  De l’homme -1688
_________________

 

               Apostille  sur l’école et l’incivilité

  Avec la radicalisation islamique, l’ignoble incivilité sanglante est présente partout ; elle vise – depuis 2012  et les massacres de Mohamed Merah- les élèves, les professeurs, les directeurs, les principaux de collège, les proviseurs,  tout comme ceux qui les protègent, les policiers et les gendarmes.
À la rentrée 2016, l’Éducation nationale évoquait aussi « 600 élèves considérés comme dangereux* » sachant que pour la ministre Najat Vallaud-Belkacem, cela ne voulait pas dire « que chacun de ces élèves est dangereux ». … Jusqu’où ira son déni d’une réalité tragique ?  

 ♦  Et  c’est peu dire que le plus difficile reste à faire pour combattre l’incivilité faite d’ignorance de ses devoirs, de stupidité et de mépris des autres !  
 Le projet présidentiel de M. Hollande en 2012,  modestement nommé  « Refondation de l’école de la République« ,-  et dont « le socle »,  bricolé pendant deux ans par MM. Peillon et Hamon,  a fini bâclé par Mme Vallaud-Belkacem-, n’aura aucun effet bénéfique, ni sur la qualité des apprentissages du CP à la Troisième, ni sur l’éducation à la citoyenneté.

Quand redonnera-t-on  du temps au temps scolaire ?  Ni les familles ni le secteur du  tourisme ne devraient être donneurs  d’ordre.
Quand les professeurs, porteurs de nos valeurs humanistes, auront-ils à nouveau le temps et la formation nécessaires pour  mener à bien les apprentissages, pour l’éveil des intelligences, pour dire et faire découvrir le vrai, le bon, le juste et aussi le beau ?      
                                       ♦___________♦

4 octobre 2016   Commentaires fermés sur L’incivilité est de l’anti-citoyenneté

« Apprendre difficilement les choses faciles »

Rien de tel qu’un 20 septembre 2016 pour rouvrir  les « Propos sur l’Éducation » d’Alain (1) avant de se plonger dans « le [énième]  socle commun de connaissances, de compétences et de culture concernant les élèves de 6 à 16 ans et entrant en vigueur à la rentrée 2016″ (2) concocté par la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem et son administration PS.
En effet,  Alain, professeur et rationaliste, les avait déjà repérés au vingtième siècle :  «  les illettrés de l’instruction publique« , ceux qui pratiquent  « toujours le même art de gouverner sans savoir » (3).

Dès le premier Propos, on comprend que la pensée sera claire, vive, impétueuse,  sans faiblesse !

«     Des gens jouaient aux Lettres, jeu connu ; il s’agit de former des mots avec des lettres éparpillées (…) ; l’extrême facilité des petits problèmes à trois ou quatre lettres engage l’esprit dans un travail assez fatigant ; (…) Ainsi me disais-je, l’attention de l’enfant est bien facile à prendre ; faites-lui un pont depuis ses jeux jusqu’à vos sciences ; et qu’il se trouve en plein travail sans savoir qu’il travaille ; ensuite, toute sa vie, l’étude sera un repos et une joie, par cette habitude d’enfance ; au lieu que le souvenir des études est comme un supplice pour la plupart.
Je suivais donc cette idée charmante en compagnie de Montaigne. Mais l’ombre de Hegel parla plus fort.

L’enfant, dit cette Ombre, n’aime pas ses joies d’enfance autant que vous croyez. Dans sa vie immédiate, oui, il est pleinement enfant, et content d’être enfant, mais pour vous, non pour lui. Par réflexion, il repousse aussitôt son état d’enfant ; il veut faire l’homme ; et en cela il est plus sérieux que vous, qui faites l’enfant. Car l’état d’homme est beau pour celui qui y va, avec toutes les forces de l’enfance. Le sommeil est un plaisir d’animal, (…) on y glisse ; on s’y plonge, sans aucun retour sur soi. C’est le mieux. C’est tout le plaisir de la plante et de l’animal, sans doute ; c’est tout le plaisir de l’être qui ne surmonte rien, qui ne se hausse pas au-dessus de lui-même. Mais bercer n’est pas instruire.

Au contraire, dit cette grande Ombre, je veux qu’il y ait comme un fossé entre le jeu et l’étude. Quoi ? Apprendre à lire et à écrire par jeu de lettres ? À compter par noisettes, par activité de singe ? J’aurais plutôt à craindre que ces grands secrets ne paraissent pas assez difficiles, ni assez majestueux. L’idiot s’amuse de tout ; il broute vos belles idées ; il mâchonne ; il ricane. Je crains ce sauvage déguisé en homme. Un peu de peinture, en jouant ; quelques notes de musique, soudainement interrompues, sans mesure, sans le sérieux de la chose. Une conférence…  ; l’ombre d’un squelette ; une anecdote. Un peu de danse ; un peu de politique ; un peu de religion. L’Inconnaissable en six mots. « Je sais, j’ai compris », dit l’idiot. L’ennui lui conviendrait mieux  ; il en sortirait, peut-être ; mais dans ce jeu de lettres il reste assis et fort occupé ; sérieux à sa manière, et content de lui-même.

J’aime mieux, dit l’Ombre, j’aime mieux dans l’enfant cette honte d’homme, quand il voit que c’est l’heure de l’étude et qu’on veut encore le faire rire. Je veux qu’il se sente bien ignorant, bien loin, bien au-dessous, bien petit garçon pour lui-même ; qu’il s’aide de l’ordre humain ; qu’il se forme au respect, car on est grand par le respect et non pas petit. Qu’il conçoive une grande ambition, une grande résolution, par une grande humilité. Qu’il se discipline et qu’il se fasse ; toujours en effort, toujours en ascension. Apprendre difficilement les choses faciles. Après cela bondir et crier, selon la nature animale. Progrès, dit l’Ombre par oppositions et négations. »

En ce début de XXI ème siècle violenté par tant de guerres de domination,  de conflits sanglants, d’attentats ignobles,  perpétrés par des chefs d’une religion islamique fascisante, il serait urgent de réfléchir sur le rôle primordial de  l’Éducation nationale et sur le formidable espoir pour nous tous, que serait l’ambition de son ancrage dans l’excellence des apprentissages des savoirs, dans la citoyenneté laïque et dans la fraternité*.

__________________________ ________________

1  Alain /  Émile Chartier (1868-1951) Philosophe
2 le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture   – septembre 2016
3  pp. 95-96   Propos sur l’Éducation  Alain  – PUF Presses Universitaires de France 108, Boulevard Saint-Germain, Paris – 10 ème édition  1961  – 1ère publication 1932,  Les Éditions Rieder


* La fraternité qui nous relie ensemble dans la paix  –  bien au-dessus des communautarismes.

20 septembre 2016   Commentaires fermés sur « Apprendre difficilement les choses faciles »

De l’horrible danger de la lecture (1765)

À Ferney, entre 1761 et 1778,  dans la dernière et lumineuse période de sa vie, Voltaire écrivit L’Ingénu (1767) qui nous  est cher, mais aussi, en se consacrant toujours à la défense de la Justice et à la philosophie,  le Traité sur la Tolérance (1763)  et le Dictionnaire philosophique (1764).

On verra dans cet extrait,  comment il sut communiquer ses idées sous la forme spirituelle du pamphlet ou du libelle,  pour mieux défendre la liberté de penser et de lire :

« Nous, Joussouf-Chéribi, par la grâce de Dieu mouphti du Saint-Empire ottoman, lumière des lumières, élu entre les élus, à tous les fidèles qui les présentes verront, sottise et bénédiction.

Comme ainsi soit que Saïd-Efffendi, ci-devant ambassadeur de la sublime Porte (1), vers un petit État nommé Frankrom, situé entre l’Espagne et l’Italie, a rapporté parmi nous le pernicieux usage de l’imprimerie, ayant consulté sur cette nouveauté nos vénérables frères les cadis et imans (2) de la ville impériale de Stamboul, et surtout les fakirs connus par leur zèle contre l’esprit, il a semblé bon à Mahomet et à nous de condamner, proscrire, anathématiser ladite infernale invention de l’imprimerie, pour les causes ci-dessous énoncées :

1° Cette facilité de communiquer ses pensées tend évidemment à dissiper l’ignorance, qui est la gardienne et la sauvegarde des états bien policés.
(…)
4° Il se pourrait, dans la suite des temps, que de misérables philosophes, sous le prétexte spécieux, mais punissable, d’éclairer les hommes, et de les rendre meilleurs, viendraient nous enseigner des vertus dangereuses dont le peuple ne doit jamais avoir connaissance.
(…)
6° Il arriverait, sans doute,  qu’à force de lire les auteurs occidentaux qui ont traité des maladies contagieuses, et de la manière de les prévenir, nous serions assez malheureux pour nous garantir de la peste, ce qui serait un attentat énorme contre les ordres de la Providence.

À ces causes et aux autres, pour l’édification des fidèles, et pour le bien de leurs âmes, nous leur défendons de ne jamais lire aucun livre (en français♦), sous peine de damnation éternelle. Et, de peur que la tentation diabolique ne leur prenne de s’instruire, nous défendons aux pères et aux mères d’enseigner à lire (en français), à leurs enfants.
Et, pour prévenir toute contravention à notre ordonnance, nous leur défendons expressément de penser (en français), sous les mêmes peines ; enjoignons à tous les vrais croyants de dénoncer à notre officialité quiconque aurait prononcé (en français)  quatre phrases liées ensemble, desquelles on pourrait inférer un sens clair et net.
Ordonnons que dans toutes les conversations on ait à se servir de termes qui ne signifient rien (en français), selon l’usage de la sublime Porte.

Et pour empêcher qu’il n’entre quelque pensée en contrebande dans la sacrée ville impériale, commettons spécialement le premier médecin de sa hautesse (…) lui donnons pouvoir, par ces présentes, de faire saisir toute idée (en français)  qui se présenterait par écrit ou de bouche aux portes de la ville, et nous amener ladite idée pieds et poings liés, pour lui être infligé par nous tel châtiment qu’il nous plaira. »

Donné dans notre palais de la stupidité, le 7 de la lune de Muharem, l’an 1143 de l’hégire.

1 En 1741
2 Les cadis sont des juges, les iman(m)s, des prêtres
♦ Ajout du 7 mai 2016

 ___________________________________
   De l’horrible danger de l’islamisme pour la jeunesse…  à la nuit tombée, en bas des immeubles, dans les mosquées, sous les ponts, dans les prisons*…………………..

Voilà un libelle criant de vérité où le Nous, Joussouf-Chéribi  est devenu une menace réelle pour notre société française et ses idéaux humanistes et culturels.
Souvenons-nous, 75 ans après l’entrée dans Paris de la Wehrmacht nazie et de la Gestapo  d’Hitler,  le 14 juin 1940, et 250 ans après ce libelle de Voltaire,  
le 7 janvier 2015, c ‘était encore l’INFÂME**
, le retour des tortionnaires avec les djihadistes  Kouachi  qui s’acharnèrent sur les rédacteurs et les dessinateurs de CHARLIE HEBDO pour venger Mahomet, …  et  pour condamner, proscrire, anathématiser  notre liberté de penser, de lire, d’écrire et de dessiner***. 
…………………………………………………..

* Voir la vidéo (LCP) de la question de M. Falorni au ministre de la Justice, sur les « casinos » de salafistes dans la cour de la prison de Saint-Martin-de-Ré.
** C’est le mot de Voltaire pour désigner le fanatisme religieux.
*** On remarquera que les gribouillis sur nos murs, les « nique les profs » et autres « fuck  » et  barbouillages obscènes, marquent depuis  plus de vingt ans, une régression à l’état de sauvagerie, sans que les municipalités et/ou l’Éducation nationale réagissent…
En toute impunité, les salafistes et les frères musulmans poursuivent leur infâme  décervelage de la jeunesse  avec eux les gribouilleurs illettrés sont  devenus des brutes haineuses, soumises, entraînées au djihad à  Saint-Denis-la Mecque et,  à chaque incendie, chaque agression, chaque viol, chaque lapidation, chaque destruction de bien public, chaque émeute… ils hurlent  « allah akbar » !    »
C’est la guerre !
leur avait rabâché le « grand frère rappeur » Larsen.
_____________________
7 mai 2016

7 mai 2016   Commentaires fermés sur De l’horrible danger de la lecture (1765)

Le droit au calme, à la beauté et au savoir à l’école

22-29 novembre 2015

  On a vu comment la fameuse Refondation de  l’école, claironnée depuis 2012 par MM. Hollande, Peillon, Hamon et Mmes Pau-Langevin et Vallaud-Belkacem, n’avait consisté qu’à faire financer, de façon ruineuse pour les municipalités, le remplacement du temps scolaire par des activités périscolaires – autrement dit un appauvrissement des apprentissages fondamentaux.

On a vu comment l’apprentissage des valeurs morales et laïques avait été reporté à la rentrée 2015, afin de privilégier en 2013 et 2014 leur idée fixe :  la « notion de genre  »  justifiant  le mariage homosexuel (seule promesse tenue du candidat) – diversion programmée pour laisser prêcher le djihad dans les mosquées en France et fermer les yeux sur la radicalisation des organisations islamiques.

On a vu comment Mme Vallaud-Belkacem achève bien le collège avec sa réforme qui supprime encore de précieuses heures d’apprentissage pour des activités dites transversales (pure chimère, quand on sait la faiblesse des acquisitions en langue française / vocabulaire-orthographe- conjugaison- syntaxe et compréhension en lecture/ des élèves de 6ème) et les fleurons que sont les langues fondatrices de notre français : le latin et le grec.

On a vu comment l’ École de la République – (di)version Hollande Peillon Hamon Vallaud-Belkacem- a laissé filer la laïcité en n’appliquant pas la loi ; et si les collégiens français sont à 15 ans moins instruits et moins vifs que ceux de 24 autres pays [Pisa 2013] , les niveaux de violence dans les collèges et les lycées atteignent par contre des records … Je ne refais pas ici la liste interminable des actes criminels commis en milieux scolaires – sur les élèves, sur les professeurs – principaux et proviseurs …

… ♥ Or, la première condition de réussite scolaire et intellectuelle est le calme qui permet l’attention et la concentration, donc le travail intelligent dans une classe, où chacun(e) aurait pris conscience de la nécessité de ce calme pour la réussite de tous, c’est-à-dire lorsque chacun(e) commence à se penser citoyen(ne).

…   Et, dans la refondation du calme intelligent, le port de la  blouse serait une bonne approche qui gommerait  l’apparence vestimentaire et son marquage socio-culturel  et  diminuerait  les réactions  et les excitations   sur les  différences entre les élèves, qui sont à l’origine des troubles continuels (cris, insultes, menaces, harcèlements, coups etc.) qui dévastent les journées de classe.

…♥ Et quoi de mieux pour apaiser, que la beauté et l’harmonie de la musique classique aux horaires d’entrée, de sortie, de pauses et d’interclasses  ?
Cette découverte quotidienne d’un univers musical exceptionnel ne serait-elle pas  une vraie chance de culture, pour la plupart des collégiens et des lycéens ?
   ♥ Entendre ensemble, pour la première fois, un concerto pour luth  et mandoline de Vivaldi  ? Une symphonie de Haydn ? Une sonate pour violon et piano de Fauré ? Un  quatuor de Beethoven ? Des airs d’opéras de Mozart ?  Ce serait simplement  du bonheur !

♥ Ainsi  à l’école, au collège et au lycée, ce serait déjà l’ébauche d’une chance d’avoir le droit au calme et à la beauté pour mieux apprendre – et même apprendre « à la perfection »   disait Édouard Glissant * !

_____________________

* Source :  Un siècle d’écrivains France 3 /1996
Édouard Glissant Écrivain poète (1928 Sainte-Marie en Martinique -2011 Paris)

…………………………à suivre … 
Redonner  aux collégiens et aux lycéens le calme  et la paix  dans leurs établissements scolaires est la responsabilité politique du gouvernement.
Face à la tragédie islamique qui ensanglante  la France  et le monde, l’éveil à la compréhension de la gravité de la situation actuelle rend encore plus impérative la nécessité d’apprendre  …. 

_________________________

NB      Survol d’une Refondation PS type- Hollande-Peillon- Hamon- Pau-Langevin- Vallaud-Belkacem :

En copie à M.Peillon et au comité de pilotage 8 juillet 2012

Les apostilles de la « refondation de l’Ecole de la République »  14 septembre 2012

M. Peillon et son double langage sur la morale et le haschisch  15 octobre 2012

Des hussards noirs de la Troisième République … 19 février 2013

La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ? 3 février 2014

……………………………

22 novembre 2015   Commentaires fermés sur Le droit au calme, à la beauté et au savoir à l’école

Terra Nova : non à la laïcité – oui à la jupe « saoudienne »

Terra Nova, « la boîte à droguer (ou think tank  du PS) »  nous  informe aussi sur  sa vision inch’allah de la laïcité.
Après sa dépêche  façon « go fast » du 19 décembre 2014, en collaboration avec le journal Le Monde, pour exiger la légalisation et l’augmentation  de l’usage du haschich dès l’adolescence –  nous avons, avec le retour des cloches d’avril,  l’avis de son «responsable – M. Mehdi Allal –  du pôle anti-discrimination (sic)»  sur la nouvelle mode féminine au collège : La jupe saoudienne ou   demi -burqa.

La jupe saoudienne ou la moitié de burqa

Quand Sarah K. 15 ans – se présente ainsi à la porte de son collège* ; elle ressemble aux Saoudiennes ** et aux Iraniennes de son âge (chères au cœur des intégristes de l’UOIF de M. Lasfar)  avec sa jupe longue et noire et son voile long et noir ;  on devine que sa communauté religieuse la prépare déjà à porter la burqa, selon la charia à la mode de Ryad, de Téhéran et de Kaboul.
Évidemment pour M. Mehdi Allal de Terra Nova***, tout serait pour le mieux à Charleville-Mézières, si comme à Ryad, s’appliquait  la charia.

Mais Patatras !    M. Allal en est encore scandalisé, il vient d’apprendre que la charia qui n’a jamais été appliquée en France,  ne sera pas appliquée pour Sarah dans ce collège : ni le voile islamique, ni la jupe demi- burqa ne sont obligatoires dans les collèges publics français.

M. Allal sera-t-il aussi  outré par le fait que notre laïcité, quoique fragilisée depuis des décennies, par l’agressivité des intégristes (frères musulmans ou salafistes), soit toujours aussi forte et vive, et que, comme la première fois en 1989 à Creil pour le voile islamique, c’est une Principale de collège qui a eu  la bonne autorité pour rappeler la  loi laïque à Sarah ?
La collégienne savait qu’elle devait enlever son voile islamique avant d’entrer au collège, elle sait désormais que sa jupe demi- burqa est une discrimination islamique à  des fins de prosélytisme et est donc interdite à l’école, en France.

Mais, soucieux de l’obéissance  à la loi républicaineM. Allal du «pôle anti-discrimination- de- Terra – Nova» sera certainement sensible au fait que Sarah, parmi ses camarades de classe,  puisse retrouver – sans sa demi-burqa –  toute sa place  dans son collège paisible car protégé contre la soumission à la charia (impitoyable et sanglante en France et dans le monde). ___________________________

* Photo (LEVY Guillaume / L’Union L’Ardennais / MAXPPP)

**  Voir le film  Wadjda  de la réalisatrice saoudienne Haifaa Al Mansour [ récompensé à la Mostra de Venise par le Prix du meilleur film d’Art et Essai en 2012 ] est une bonne peinture de la vie des jeunes filles et des femmes selon la charia saoudienne.
*** Jupe pas «laïque» : une erreur monumentale du proviseur (sic)   Mehdi Thomas Allal* et Asif Arif  29.05.2015  Libération.fr _____________________________

3 mai 2015   Commentaires fermés sur Terra Nova : non à la laïcité – oui à la jupe « saoudienne »

Voilà « le char go fast  » de Terra Nova et de Mme Touraine !

Mercredi 12 octobre 2016
M. Hollande n’a pas exécuté en entier la feuille de route  de Terra Nova, le- machin- à- penser- stupéfiant- du- PS.  Aussi, Mme Touraine, sa ministre de la Santé (?) n’a-t-elle que six mois pour faire voter la dépénalisation du cannabis -qui est si bon pour financer en milliards d’euros, les crapules des mafias et autres terroristes djihadistes en France.
Si, depuis 2012,  Mme Touraine s’est abstenue de toute action médiatisée d’envergure nationale, pour prévenir la consommation de drogues dans les collèges et les lycées,  nul doute qu’elle veuille laisser son nom à la postérité, à la fois comme la ministre du « shoot » et la ministre du « shit » .
Quel palmarès, ce sera pour la femme politique,  et pour le petit peuple des conseillers de l’Élysée, autour de M. H. et de son gouvernement PS !

Voir aussi  ma Lettre  ouverte aux élu(e)s du peuple français (2013)
_________________________________

Note du 22 décembre 2014 – complétée le 31 décembre 2014   le 15 janvier 2015 ou le double jeu du PS 

A toute vitesse, pour laisser le moins de temps possible aux citoyens, voilà  « le char  go fast » de Terra Nova(1) qui arrive avec ses obus de haschich (2) anti-jeunesse, pendant la trêve des confiseurs 2014 !

Après le cadeau électoraliste du PS en 2013 avec le mariage des homosexuel(le)s qui fera naître des bébés avec un père ou une mère en éprouvette numérotée, dans le déni total du droit des enfants à avoir accès à leurs origines et à leur hérédité biologique, voilà l’autre cadeau de Noël empoisonné de MM. Hollande et Valls rêvant de victoire en 2017.

Conjointement comme il se doit, puisqu’ils affichent la même idéologie, Terra Nova «la boîte à droguer de Thierry Pech et du PS» et « les décodeurs » du journal Le Monde ont publié, le 19 décembre 2014, les bans de la légalisation d’une drogue dont on sait les effets calamiteux sur les plus jeunes, s’ajoutant au tabac et à l’alcool.

Arguant que la France est championne d’Europe de consommation du cannabis – drôle de médaille pour les drogués – MM. Kopp, Ben Lakhdar, Perez et Laurent, promus champions du joint- sont convaincus que pour faire gagner le PS en 2017, il faut rallier désormais les vendeurs-soigneurs, en liaison directe avec le Maroc, et leurs deux millions et demi de drogués.

Arguant du fait que les drogués seraient sévèrement réprimés alors que le laxisme est quasi total, ils nous disent hypocritement que « la politique française est résolument répressive.»
Il faut avoir vu des extraits de  gentils « stages de sensibilisation » pour juger de leurs effets répressifs sur les drogués.

Pour finalement prouver avec « les calculs de M. Ben Lakhdar, économiste spécialiste de la question à Terra Nova   que « fumer des joints peut renflouer les caisses de l’État » grâce à « la légalisation de la production, de la vente et de l’usage dans le cadre d’un monopole public ».

Évidemment, M. Ben Lakhdar ne nous dit pas si sur le paquet de haschich, il veut que l’on imprime : fumer des joints tue –  fumer des joints abrutit – fumer des joints fabrique des schizophrènes –

 

Alors que s’est éteint définitivement le monopole d’État de la culture, de la fabrication et de la distribution du tabac en France ; alors que l’usine de Carquefou dans la banlieue de Nantes qui produisait 12,2 milliards de cigarettes blondes principalement des Gauloises et des Gitanes, a fermé en avril 2014 ; et cela  parce que le groupe Seita/ Altadis a été racheté  par Imperial Tobacco de Bristol qui relocalise en Grande-Bretagne, on peut être sûr  que  le soi-disant « monopole public du haschich »  sorti de la boîte de Pandore de  Terra Nova serait rapidement laminé par l’importation de la drogue « légale » américaine.

 

C’est peu dire que le projet PS -Terra Nova est aussi fumeux que dangereux, à l’image du modèle américain et de la drogue qu’il défend, et  qu’il serait temps de consulter les  millions de parents et citoyens français encore sains de corps et d’esprit.

 

 

___________________________

1   Les bobos  disent que  Terra Nova est un « think tank », expression que j’ai traduit librement dans Le Petit Bobu par « Les penseurs en char d’assaut » et désormais par « boîte à droguer du PS» .

2    haschich ou seum : mélange dit  sum  de l’arabe  semm سم   qui signifie poison
______________

NB
Δ
On reviendra sur l’impact pour les jeunes de la légalisation du haschich, qui annulerait de facto, toute tentative de prévention, au prétexte que la République juge bon pour ses finances de leur fabriquer du poison.


Le Projet PS est une atteinte grave à la mission d’éducation à la santé
de notre société, un déni du droit à la santé pour notre jeunesse.

Le gai journal fumeux et  libertin, Libération  a ouvert ses colonnes  le 30 décembre  2014 à M. Farid Ghehiouèche  se disant fondateur  de « cannabis sans frontières », et auquel on pourrait rétorquer qu’il vient longtemps après  les souverains marocains.

Ledit Ghehiouèche, fumeur en chef, qui défend les fumeurs et qui n’est ni scientifique, ni médecin est catégorique, il donne l’ordre au Premier ministre : « M. Valls, libéralisez le cannabis ! »
Son discours est affligeant  : « Logiquement (sic), il s’agit d’accepter que les dommages individuels et sociétaux causés par la consommation de cannabis psychotrope sont en réalité (sic) moindres – et sûrement surévalués (resic) du fait d’une approche privilégiant la répression policière à la prévention sanitaire — en les comparant [cumulant ?] objectivement aux  dommages causés par l’alcool ou ceux du tabac. En changeant le statut légal du cannabis psychotrope, votre gouvernement permettrait de nombreuses innovations sociales (?)  dont les retombées positives (?) seraient rapidement perceptibles. »

Ledit Ghehiouèche, fumeur en chef, ignorant de tous les rapports scientifiques sur les effets du haschich pour les adolescents, exige la mise en place  d’un  comité d’évaluation scientifique composé d’associations de défense des usagers.

Bref,  ledit Ghehiouèche et tous les revendeurs de haschich marocain en Seine-Saint-Denis, à Marseille, en Avignon, à Lyon, à Toulouse, à Lille, à Bordeaux et en Indre-et-Loire etc. exigent la dépénalisation qui – on le comprend bien – décuplerait leurs chiffres d’affaires  pour acheter des armes. Ah ! Les braves gens ! Ah ! Merci Terra Nova !

Pas de doute ! Pour M. Hollande, Mme Touraine  et leur  Parti Stupéfiant,  pour MM. Pech,  Kopp, Ben Lakhdar, Perez  (Terra Nova), et Laurent (décodeur – Le Monde)  forcément concernées par le produit :

                         Le shit, c’est maintenant.
2015 sera l’année stupéfiante ou ne sera pas.

        Tout est prêt ! Pour la cocaïne et l’héroïne aussi !

C’est même le fils cadet  de la stupéfiante Cie Royal-Hollande au pouvoir, qui assure,  avec  ses séries shlag- et- rap- street- culture- touch (!),  la promotion des ventes en Seine-Saint-Denis et au-delà, de toutes les substances psychoactives illicites.

_____________________

Pour Mieux connaître  Terra Nova  « le machin à penser – le machin à droguer du PS »

Voir les mécènes qui financent  Terra Nova   pour « favoriser la rénovation intellectuelle (sic)    de la social-démocratie [et] contribuer à la refondation de la « matrice idéologique (!) » de la gauche progressiste (!) et à la promotion de ses idéaux (!) »  parmi lesquels figure la  dépénalisation du haschich qui sera la future mission de M. Hollande et de Mme Touraine.
♠ Parmi ces mécènes, on trouve la MAIF, qui fut le fleuron des instituteurs laïques et  la  Mutualité Française qui «rassemble 500 mutuelles santé dont la MGEN (la grande absente de la prévention des conduites addictives au collège et au lycée) qui représentent 38 millions  de personnes.»

Que diront ces millions de Français mutualistes lorsque le projet de loi, sur la vente libre du haschich aux lycéens dans les bureaux de tabac, arrivera au Parlement ?
________________________

 ♠ Le double jeu du PS  le 15 janvier 2015 :
Le PS   s’avance toujours masqué : idéologie libertaire avec Terra Nova,  il vendrait la drogue aux adolescents

♠ ♠ Mais avec  la Mildeca  (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives),  il  soutiendrait le colloque scientifique INSERM ?

Le  Gouvernement PS   atteint un paroxysme d’ incohérence politique et sanitaire

 Colloque Inserm
« Conduites addictives chez les adolescents, usages,
prévention et accompagnement »

Ce   colloque, organisé par le Pôle expertise collective de l’Inserm et soutenu   par la MILDECA, aura lieu le mardi 20 janvier 2015 à Paris. Il   s’inscrit dans la continuité de la publication en 2014 de l’expertise   collective de l’Inserm Conduites addictives chez les adolescents,   commandée par la MILDECA dans le cadre de la préparation du plan   gouvernemental sur les drogues et les conduites addictives 2013-2017.La journée sera l’occasion de présenter les principaux constats et   recommandations de l’expertise en présence des chercheurs français et   internationaux (Professeure Myriam Laventure, Université de Sherbrooke) qui   ont contribué à cette publication. L’après-midi sera plus spécifiquement   consacrée à sensibiliser chercheurs et acteurs de prévention autour de   l’évaluation scientifique des programmes de prévention des conduites   addictives.

22 décembre 2014   Commentaires fermés sur Voilà « le char go fast  » de Terra Nova et de Mme Touraine !

Mon cri d’indignation de 2013 à 2015

  ♦  Note du 29 décembre 2013 complétée le 30 juin et le 20 décembre 2014, le 14 janvier  et le 23 juin 2015.  

Δ 
Il est bon de savoir que Terra Nova, la boîte à penser du président Hollande, a publié le 19 décembre  2014, une note à destination des ministres, des députés et des sénateurs pour qu’ils votent 
« la légalisation de la production, de la vente et de l’usage du cannabis dans le cadre d’un monopole public (…)».

Ma note Le PS et la légalisation du cannabis – PS comme Parti Stupéfiant ?  du 16 juin 2011  avait deviné juste sur ce que nous concoctaient  MM. Ferrand et Pech  avec MM. Vaillant et Boutih.
♠____________________ ♠

Mesdames et Messieurs, femmes et hommes politiques de notre République, Président, Ministres, Député(e)s, Sénateurs (trices), Madame la Ministre de la Justice si sensible à l’esclavage et à bonne santé des mineur(e)s,

Quel est votre bilan  face au flot incessant des trafics criminels organisés du Maroc vers la France, entre les truands propriétaires esclavagistes des champs de cannabis et des fabriques de  haschich du Rif – avec  » l’accord » du roi du Maroc et de ses sbires, tous gros bonnets politiques, militaires et banquiers,

et les caïds de la grande truanderie des villes de France (tous délinquants multirécidivistes, en  liberté conditionnelle  permanente et bénéficiaires d’«emplois aidés» grâce à nos augmentations d’impôts) fournisseurs officiels  pour le  bon plaisir du « petit peuple » des requins des médias, de la politique, du patronat  et de la finance, qui navigue  en eau trouble, des riads de Marrakech à  nos bonnes villes de Seine-Saint-Denis ?

♠ C’est au Maroc que les pires réseaux mafieux multidrogues prolifèrent avec toutes les immondes mafias pourries d’Europe et des États-Unis, avec les bandits d’Amérique du Sud qui débarquent  leur cocaïne.

Qu’aviez-vous prévu en 2013, Monsieur le Président, lors de vos entretiens avec le roi du Maroc*, Mohammed VI, en plus d’avoir déclaré avec votre air satisfait «Gouverner c’est pleuvoir» ?  

Qu’aviez-vous obtenu en 2013 du roi du Maroc, Monsieur le Président, en échange des voiles de Mmes Vallaud-Belkacem et Trierweiler ?

Qu’avez-vous fait depuis 2013 pour l’avenir de notre jeunesse, Monsieur le Président,  avec l’amateurisme qui vous caractérise, votre diplomatie au doigt mouillé, votre totale indifférence aux vrais sujets de société** ?

Savez-vous que vous êtes, avec votre gouvernement – mais aussi avec votre Parti Stupéfiant, englué dans votre impuissance par votre ignorance  crasse des certitudes scientifiques ? 

*** Savez-vous, Monsieur le Président, que vous êtes complice de ceux qui vendent aux mineur(e)s de la  schizophrénie, de  la dépression, de la  baisse de quotient intellectuel,  de la démotivation scolaire … jusqu’au doublement du risque de psychose,  quand ils/elles commencent à fumer du cannabis au collège ?
Monsieur le Président
qui vous réjouissiez de la pluie au Maroc, qui faites des moulinets de sabre en Arabie Saoudite, vous  savez bien que parmi les jeunes qui vous sont proches, la drogue est présente ;
mais cela doit  aussi vous faire rire !

Alors, pour les enfants des autres ◊◊◊

… Après vous, le déluge ?   Non !  Depuis 2013, on sait que le pire, c’est maintenant !

________________________

* Le Maroc est le premier producteur mondial de cannabis et le premier exportateur en Europe. En 2005, Mohamed VI a fermé l’antenne marocaine de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). L’organisation internationale ne peut plus effectuer d’enquêtes sur le terrain.

Au niveau du Conseil de l’Europe, on a aussi l’échec retentissant du Groupe Pompidou qui depuis 1971 « réunit les représentants des pouvoirs publics, les experts et les  professionnels de terrain d’une Europe élargie jusqu’au pourtour méditerranéen (sic) , autour d’une volonté communeen y intégrant le souci constant de l’éthique et du respect des droits de l’Homme ».

Quelle imposture, cette déclaration du Conseil de l’Europe ! « L’éthique et le respect des droits de l’Homme », c’est justement ce dont le Conseil de l’Europe et le roi du Maroc se moquent le plus.

Ainsi Mohammed VI  est maintenu en toute impunité  hors la loi  de l’ONUDC, hors la loi de l’éthique et du respect des droits de l’Homme ! Jusqu’à quand ?
________

♦   Actualité de juin 2014   ♦ Le 23 juin 2014, la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) qui avait mené l’enquête, a rendu possible l’arraisonnement par la police italienne, entre la Tunisie et la Sicile, d’un cargo  transportant 42,7 tonnes de résine de cannabis (haschich) en provenance du Maroc et à destination de l’Europe. (Le Monde.fr avec AFP 27.06.2014)
_________

** Vous et votre classe dirigeante PS « genre LGBT – Terra Nova », êtes tellement  obsédés par ces sujets secondaires que sont  l’homosexualité  et sa théorie amphigourique du genre, que vous voulez les asséner  aux Français  et prioritairement  à leurs enfants, dès l’école primaire, alors que les enseignants n’ont plus que 144 jours par an pour remplir leur mission fondamentale : réussir à leur apprendre à lire, à écrire  et à parler un français correct, dans des écoles, à nouveau laïques (sans voile islamique ou autre croix) et paisibles (où l’on ne trouverait plus  -par exemple- des seringues et des mégots de « shit » dans les cours de récréation).

Hélas, pour notre jeunesse ! La majorité PS a décrété en 2013 que la morale civique et laïque n’était pas une priorité éducative !
Où est son souci constant de l’éthique et du respect des droits de l’enfant ?
   Où est son souci constant de l’éducation à la citoyenneté ?
 ____________________
*** À lire l’excellent article Cannabis  Des ados marqués à vie   Science &Vie n°1145  février 2013

◊◊◊ À voir l’excellente vidéo P
aroles vraies sur les drogues illicites
: Et si ton dealer te disait la vérité ? 
__________________________ 
 
Δ  TRAHISON  dictée par Terra Nova « la boîte à  droguer les jeunes » En janvier 2015, le gouvernement PS a censuré la vidéo : Et si ton dealer te disait la vérité ?  pour la remplacer par l’écran d’accueil  sur la  « consultation des jeunes consommateurs CJC » et  le verbe  « chattez/  « dialoguez » ne serait pas « compris » par les jeunes »  …  par contre, ils comprenaient très bien   les paroles vraies  avec l’accent des revendeurs  comme dans leur vraie vie.
_____________________
Note publiée le 29 décembre 2013 / situation aggravée du 20 décembre 2014 ………. au 23 juin 2015

29 décembre 2013   Commentaires fermés sur Mon cri d’indignation de 2013 à 2015

Et le racisme anti-professeur dans le Val d’Oise, M. Peillon ?

11 juin 2013 / note complétée le 29 janvier 2015

Il aura fallu 17 victimes de djihadistes  et le refus de respecter la minute de silence en hommage aux victimes dans les établissements scolaires, le 8 janvier 2015,  pour que la (3ème) ministre de l’Éducation nationale de la mandature Hollande se réveille et déclare le 22 janvier 2015 « la grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République ».
__________________________

J’avais déjà noté l’indifférence des municipalités * et du ministre de l’Éducation nationale concernant toutes les obscénités placardées sur les murs de nos cités pour humilier et insulter gravement les professeurs.

Avec l’initiative de la LICRA -Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme – proposant une application pour aider les maires et les préfets à voir enfin les graffitis haineux que des crétins barbouillent sur tous les murs et en toute impunité , on peut légitimement penser que ce progrès de la communication instantanée, va servir à ouvrir les yeux de la classe politique et réveiller toutes les consciences citoyennes.

On peut espérer que la haine envers les professeurs et le service public et laïque de l’Éducation nationale sera considérée comme un acte d’une violence extrême envers le plus beau fleuron de notre humanisme, un acte raciste en cela qu’il discrimine odieusement ceux qui ont pour mission l’acquisition de savoirs et la formation intellectuelle de notre jeunesse; un acte qui témoigne de la progression de la bêtise, de l’ignorance et de la bestialitésignes tragiques de la résurgence de l’ obscurantisme d’un autre âge.

♠ Hélas !
La morale civique et laïque n’est pas une priorité  pour le président F. Hollande et son ministre de l’Éducation nationale
, comme l’était pour le PS  le très précipité mariage de deux messieurs et de deux dames.
Le 22 avril 2013, M. Peillon s’est contenté de confirmer que les cours de morale laïque ……… pourraient bien attendre ………….   l’an 2015  !
La devise du président Hollande  serait-elle alors, comme celle du très détesté Louis XV : «Après moi, le déluge !» ?

♠ Le projet de morale civique et  laïque à l’école ne serait-il  pas assez « sociétal» pour le  » pouvoir mou » (soft power)  de l’idéologie PS ?
♣♣
Ou bien l’ engagement-de -M. Pierre Bergé – à financer- la -campagne- électorale- du- candidat- Hollande- à- la- présidence- de- la- République , ne stipulait-il pas que la seule obligation pour le  PS serait de voter l’année suivante  la loi du mariage unisexe et du trafic de procréation  d’enfants sans père ou sans mère qui s’ensuivrait ? Le généreux donateur se souciant comme d’une guigne des droits de l’enfant et a fortiori de l’Éducation nationale.
_____________________________

* Exemple : Rouen, ville aux cent mille graffitis hideux / 12 octobre 2012

NB
I- Extrait de ma note du 19 décembre 2012, Quand le savoir d’une professeur agrégée, docteur ès lettres, ne fait plus autorité  :

«♠♠ Autre exemple du «respect» que l’on témoigne envers ses professeurs  dans une ville du Val d’Oise ; on y remarquera la croix gammée des nazis que reproduisent à l’envi -partout dans nos villes- les vandales antisémites …

Cette municipalité du Val d’Oise, la directrice de l’Académie de Versailles, SOS racisme – et tous les « indignés  »  auront-ils,  face à ces injures ignominieuses, le courage de porter plainte pour défendre l’honneur et la dignité des professeurs, pour s’indigner de l’antisémitisme et  de la dégradation des biens publics ?
Quelles leçons, le ministre « refondateur » M. Peillon, en retiendra-t-il  en 2013 ? »


Photo Olivier Corsan. Le Parisien.fr 13.12.2012

II- Apostille

Dans l’émission L’Esprit public de Ph. Meyer (France culture, 12 mai 2013) dont l’invité était Ph. Meirieu, Max Gallo disait son parcours scolaire, du CAP de mécanicien-ajusteur, au baccalauréat technique puis au doctorat etc. ; il témoignait de ce qu’il avait vécu dans un lycée comme jeune professeur agrégé. En arrivant devant les élèves debout (sans capuche ni casquette ) d’une classe de 6ème, il les saluait d’un cordial  » Bonjour Messieurs ».

Quand on lit les graffitis du Val d’Oise, on comprend l’abîme qui sépare ces deux époques ; l’actuelle étant devenue un tel déversoir de grossièretés et d’obscénités, que c’est le fait de dire  » Bonjour Madame  » ou « Bonjour Monsieur  » à sa /son professeur qui est formellement interdit par les « caïds »Δ, qui font la loi à l’école … car c’est à ceux-là – et non plus aux enseignants –  que les élèves doivent «respect».
_________________________

Δ
Lors de la minute de silence de la journée de deuil national, le  8 janvier 2015, après le massacre de 12 personnes de CHARLIE HEBDO, une enseignante entendait un élève de quatrième lui dire «Je te bute à la kalach», tandis qu’un autre proférait des menaces de djihad envers «tous les blancs».
___________

11 juin 2013   Commentaires fermés sur Et le racisme anti-professeur dans le Val d’Oise, M. Peillon ?

M. Peillon et son double langage sur la morale et le haschisch

 note du 15  octobre  2012
– revue le 15  février  2013
   / 
Janvier 2015 Le gouvernement PS a censuré l’excellente  vidéo  » Et si ton dealer te disait la vérité »
 
    

____________________

  M. Peillon,  ministre de l’Éducation nationale qui se voit aussi grand ministre que Jules Ferry,  fait un jour un discours sur « la morale laïque » et le lendemain, veut  dépénaliser le haschisch ♦, la pire drogue pour les collégiens et les lycéens, qu’elle abrutit et entraîne vers l’échec scolaire.

Ce double langage qui voudrait nous  faire croire que la dépénalisation serait une bonne réponse face à la monstruosité des trafics, équivaut dans son incohérence, à  une véritable trahison du droit à la santé de notre  jeunesse,  condamnée ainsi à rester complice des trafiquants criminels. Il est aussi caractéristique de  l’ignorance du ministre sur la mondialisation criminelle des filières ou pire encore, de son déni des études médicales sur le sujet.

                        M. Peillon feint d’ignorer tout de l’impact du haschisch sur le développement cognitif, comme il semble ignorer tout des effets irréversibles  du tabagisme et de l’alcoolisme précoces.
Il serait pourtant utile qu’un  ministre de la République puisse concevoir  les ravages que peuvent faire les trois drogues cumulées chez nos adolescents.

On sait combien « le mot Morale » ( jugé « Hyper réac (sic)»  depuis des décennies ), déplaît aux intellectuels «  rive gauche »,  aux professeurs, aux juristes, aux magistrats, aux énarques, aux cadres supérieurs privés et publics, aux politiciens PS et EELV,  au petit peuple stupéfiant des médias, des arts et des spectacles que relaient en boucle les « réseaux sociaux» etc.
On sait qu’ils vont tous plébisciter la libération  des trafiquants multirécidivistes par Mme la ministre de la Justice et l’on savait qu’ avant M.Peillon, une autre ministre EELV,  Mme Duflot, était  favorable à la dépénalisation du haschisch.

♦  Il serait temps que le mot Morale, dans notre société aux médias de milliardaires  (Bouygues-Dassault- Lagardère- Bergé etc.), qui ont tant banalisé la drogue,  dans notre société qui laisse sa jeunesse sous l’emprise des trafiquants ; il serait temps que le mot Morale reprenne tout son sens de protection des plus fragiles .
Car il semblerait que face à la déferlante des offres de produits toxiques, les parents, les professeurs et les politiciens aient perdu toute lucidité et tout sens de leurs responsabilités. ♠♠♠
À croire qu’ils ont été 
et/ou  seraient encore drogués ?

La première leçon de Morale est donc à faire aux professeurs, aux parents, aux politiciens et au ministre, pour leur rappeler leurs Devoirs envers la jeunesse :
Ils doivent  dire toute la vérité sur les drogues aux adolescents.

Ils  doivent faire confiance à leur intelligence en éveil.
Ils doivent leur donner toutes les explications scientifiques et médicales. 
Car ils doivent comprendre et faire comprendre que la Morale est d’abord conscience et respect de soi, de son intégrité physique ; c’est une recherche de vérité, sur la vie, sur soi, sur les conséquences de ses actes ; une recherche  qui donne ou redonne le goût de vivre, le goût des apprentissages,  le bel entrain , l’esprit 
(à nouveau vif) dans un corps sain.
Bref, la morale, c’est se donner, et donner aux autres, la liberté de choisir intelligemment sa vie.

_______________________
Cf.
 la note  Notre jeunesse est en danger

♠♠♠ Il est vrai qu’il faudrait commencer, pour les ministres – et leurs cabinets-, pour le Président de la République -et ses proches –  à veiller à ce que leurs fils et leurs filles ne soient pas les premiers à fumer du haschisch sur le trottoir, devant leur lycée du XVI ème arrondissement de Paris (comme ce fut le cas pour le fils de la favorite).
Si on ajoute que le haschisch marocain est fourni par les bons soins de  la filière parisienne d’élu(e)s d’EELV ..je ne laisse pas de m’interroger sur le caractère opportuniste de la déclaration du ministre de l’Éducation nationale. / à noter que pour le ministre,  le mot Éducation s’écrit éducation en minuscules/.
 
__________________                    

15 octobre 2012   Commentaires fermés sur M. Peillon et son double langage sur la morale et le haschisch

En rappel à M. Peillon et aux candidats à la présidentielle de 2017

Note du 8 juillet 2012 mise en avant le 16 .12 2016 et précisée (!) le 21.12.2016

Ou quand M. Peillon,
[
candidat in extremis à la Primaire du PS « hollandais » 
pour être élu président de la République en 2017 , mais plus sûrement pour affaiblir (toujours selon la méthode « hollandaise »)  M. Valls], 
était ministre refondateur de l’Éducation nationale, en 2012.

 Le dossier  adressé  à M. Peillon et au « comité de pilotage »  ♦ n’a  reçu aucune réponse ni par courrier,  ni a fortiori, par le vote d’une loi  juste … M. Peillon  n’ayant retenu dans sa refondation factice de l’école primaire, que le péri-scolaire sous le  nom de « rythmes scolaires (sic) » à la charge des municipalités,   Mme Vallaud-Belkacem  s’étant chargée  de ruiner les contenus des programmes du collège. 

« Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale,

En ce temps de « Refondation de l’École de la République », exercice obligé à chaque nouveau gouvernement depuis la première consultation nationale organisée par M. Savary – premier ministre de l’Éducation nationale de M. Mitterrand en 1981 et après les passages au ministère de MM. Lang et Jospin, on souhaite que cette énième concertation soit utile pour en finir avec le « toujours moins d’école »,  pour en finir avec une formation où un professeur frais émoulu de l’IUFM de Créteil, ne déclarerait  plus «hyper réac la morale !» quand la violence est partout.
Il est temps de retrouver  le sens fondamental de la  mission d’enseignant et suivant l’exemple de nos admirables instituteurs de la laïque  depuis la fin du XIX ème siècle : donner les moyens de  la langue française et des sciences à l’éveil de l’intelligence  de tou(te)s les futur(e)s citoyen(ne)s.

Sous la III ème République, l’école primaire publique était ouverte cinq jours par semaine et 223 jours par an, elle n’ouvre plus que quatre jours par semaine et 140 jours par an [soit l’équivalent d’une année scolaire en moins]-  laissant les élèves devant la télévision, les jeux vidéo, les sites glauques de la toile, les publicités incessantes etcC’est cette carence d’école qui constitue désormais le véritable « handicap socio-culturel ».

Il y a cinq ans,  j’ai écrit une lettre au président Sarkozy. Comme elle me semble toujours d’actualité, je la verse au dossier des membres du « comité de pilotage » qui se chargeront du rapport « Refondons l’École »  à remettre en octobre 2012.
     L’Histoire de l’école publique et laïque s’écrit, mais sa plume est  paresseuse quand il s’agit de  faire progresser du  XX ème au  XXI ème siècle, les droits au savoir du peuple. »
__________________

 

         Extraits d’une lettre* adressée à M. Sarkozy, Président de la République, lundi 1er octobre 2007

« Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous écrire avec une totale liberté de ton, hors langue de bois (…)

 Comme il faut parler franc  « l’avenir de nos enfants  » n’est pas seulement entre les mains de chacun d’entre nous, éducateurs , il est aussi et surtout … entre les mains des décideurs politiques, représentants de la Nation tout entière.

Ce qui me fait dire que tous les dysfonctionnements observés actuellement sont les effets d’une volonté politique aveugle aux problèmes de démocratisation, délibérément laxiste et se dotant d’incompétences multiformes à tous les niveaux de l’institution.

Comme je suppose que les enfants de ministres et de présidents sont accueillis, la plupart du temps dans l’enseignement privé catholique, tel M. Luc Ferry qui s’en était expliqué un jour, d’un ton badin, sur une chaîne de télévision publique, on comprend aisément que le signal d’alarme ne s’allume jamais dans leurs bureaux. Et pourtant…

Votre belle définition de notre mission :  « Aider l’intelligence, la sensibilité à s’épanouir, à trouver leur chemin, quoi de plus grand et de plus beau en effet ? Mais quoi de plus difficile aussi ? » fera l’unanimité. La nuance que j’apporterai sera pour   « Eduquer c’est chercher à concilier deux mouvements contraires  » car je ne vois rien de contradictoire entre  « celui qui porte à aider chaque enfant à trouver sa propre voie et celui qui pousse à lui inculquer ce que soi-même on croit juste, beau et vrai.

D’autant plus qu’il s’agit là, pour notre société d’un véritable enjeu vital de transmission de valeurs universelles, pour aider les jeunes à se construire, et à construire leur propre vie  hors du champ exclusif de la tyrannie de la culture commerciale (1).

Lorsque vous abordez  « notre modèle d’école républicaine  qui brasse toutes les origines, toutes les classes sociales, toutes les croyances », il me semble que vous embellissez le tableau, car les classes moyennes et moyennes supérieures ont depuis ces dernières décennies largement opté pour l’enseignement privé.

Sachant que les classes aisées n’avaient bien évidemment pas attendu Jules Ferry pour doter leurs enfants d’une éducation aussi soignée que possible,  « notre modèle d’école républicaine »   fut créé  pour les enfants du peuple, les fils de paysans, d’ouvriers et d’employés, afin de les sortir d’un analphabétisme incompatible avec l’essor du développement industriel et commercial de l’époque. Il s’agissait de fournir au patronat une main d’œuvre qualifiée, plus performante.

Ainsi  « notre modèle d’école républicaine …s’est affaibli », je dirais même qu’ il est bel et bien en panne, on se demande même s’il faut parler de  « modèle ».
♦ Comment notre école qui avait réussi une si belle ébauche d’accès aux savoirs fondamentaux pour tous, a-t-elle pu ensuite faillir à sa mission d’approfondissement des savoirs au collège ? … Q
uand on sait combien pour les couches privilégiées, ce parcours d’études jusqu’à 16 ans est simple et banal depuis des siècles.

La  conclusion que vous tirez de cet   « affaiblissement »  est  la suppression de la carte scolaire. Cela ne servira qu’à satisfaire les parents qui cherchent à fuir le   « modèle d’école républicaine » de leur quartier. C’est dire si dans certains quartiers ce modèle a perdu la cote ! Elle facilitera encore davantage la formation dans l’enseignement public de parcours scolaires d’excellence qui seraient l’apanage des seuls beaux et bons quartiers de centre ville. Ces   « bonnes écoles  » mériteraient le nom de  « zone où l’éducation est vraiment prioritaire – ZEVP « , car contrairement à leurs jumelles de banlieues et d’arrondissements  « modestes », elles correspondent parfaitement au  « modèle d’école républicaine », celui qui peut éduquer tous ses élèves jusqu’au meilleur niveau. C’est pourquoi je persiste à dire que cette mesure n’a aucun effet sur le fonctionnement pédagogique de l’école ni sur la réussite scolaire pour tous.

La réforme du collège – dit   « unique »(?)  ne devrait en aucun cas apparaître comme un   renoncement aux perspectives généreuses et démocratiques qu’avait ouvert le Plan Langevin – Wallon à la Libération.

 Ce serait désastreux car ce serait se suffire de fausses évidences pour en tirer de mauvaises conclusions. On retrouve là dans vos propos les trop fameuses   « différences de rythmes…de formes d’intelligence ».
De l’évidence qu’ aucun enfant n’est pareil à un autre, on a depuis ces quatre dernières décennies, voulu nous faire croire qu’en fait, certains étaient surtout  « moins doués », et d’étonnants psychosociologues ont voulu nous convaincre que c’était – toujours- les enfants des classes « modestes  » ; cette discrimination étant accompagnée de théorisations plus   « savantes »   les unes que les autre qui conditionnèrent toujours plus les esprits.

Ainsi c’était prouvé, l’échec des collégiens était bien dû à leur faible intelligence et/ou à la « classe socioculturelle » de leurs parents, non au collège et/ou à l’école primaire laquelle, de circulaires en décrets ministériels inadéquats avait été écartée stupidement de sa mission primordiale d’enseignement des savoirs fondamentaux.

On a vu poindre insidieusement l’ombre de la régression démocratique avec l’invention du nom dévalorisant de  « massification ». Parler d’enseignement secondaire en France revient depuis quelques années à gloser sans fin sur la   « massification » dans le collège -dit unique. Cela ferait rire s’il ne s’agissait de  « nos enfants  » et de l’avenir de notre société.

Faut-il donc continuer à instiller le doute sur  l’intelligence des élèves, en déclarant que tous nos collégiens ne peuvent suivre un cursus secondaire ? Que nous n’atteignions pas tous le niveau de savoirs d’un(e) astronome… ou d’un(e) biologiste, je le conçois aisément, mais dire que le niveau de 3ème de collège – à condition que l’on sache lire et que l’on ait envie d’apprendre – n’est pas accessible à tous, serait une véritable imposture éducative et morale.  

En tant que Président de la V ème République, vous avez là un véritable défi à relever : faire que l’enseignement secondaire public égale en qualité celui dispensé dans les collèges   « privilégiés « , dans ces lieux où   « la culture humaniste[ ne] s’étiole [pas] et où   « la culture scientifique [ne] régresse [pas] ».
 
Il s’agit bien pour ce « temps de la refondation  » de ne plus se tromper d’objectif et de donner la même vraie culture générale à tous les adolescents de notre pays, et non pas seulement au petit nombre. Il s’agit d’avancer dans la conquête citoyenne des droits à l’égalité, de faire enfin, plus et mieux que les pionniers de la III ème.

L’avenir de l’enseignement public ne saurait en effet se satisfaire du simple accueil  « charitable » ponctuel et forcément partial de quelques lycéens de banlieues à l’Institut des Sciences Politiques de Paris.

Ce  « temps de la refondation » devrait, il me semble, avoir pour base la formation des professeurs et l’excellence de leur travail … car enfin, jusqu’à quand voudra-t-on nous faire croire que pour faire un bon professeur, il suffirait d’un an avec des formateurs, éminents universitaires certes, mais qui n’ont jamais enseigné aux 3-16 ans, alors que pour faire un bon artisan, il faut de trois à cinq ans avec des maîtres qui excellent dans leurs métiers ?
Une vraie formation de l’apprenti-professeur devrait se faire sur une période d’au moins deux ans, en alternance théorie-pratique, sachant que le plus précieux savoir-faire sera acquis en présence des élèves, avec l’exemple et les conseils de l’enseignant-maître d’apprentissage, lequel donnera de plus en plus d’initiatives à l’apprenti durant la seconde année. On ne leur demandera pas de faire le Tour de France comme aux Compagnons, mais  le tour des écoles de la ville et/ou du canton sera des plus enrichissants.
C’est ainsi que celle ou celui qui a enseigné en centre ville enseignera de la même façon, avec la même attente exigeante, dans une école rurale ou une école de banlieue.
Les cinq premières années d’enseignement devraient permettre aux professeurs débutants de retrouver régulièrement leurs tuteurs pour se perfectionner, venir à bout de leurs difficultés et se cultiver encore et toujours.

La nouvelle fraîche de la suppression du samedi matin me conforte dans ce que j’avais repéré … comme étant la tendance lourde   « au toujours moins d’école ». Avec la mauvaise foi qui n’appartient qu’au discours officiel, on dit que cela améliore les rythmes scolaires des élèves alors que l’emploi du temps scolaire sur quatre jours est particulièrement bousculé.

La diminution du temps scolaire pour les élèves est lourde de conséquences et n’exonère en rien les présidents, les ministres et les enseignants de leurs responsabilités éducatives et culturelles pour le plus grand nombre – c’est-à-dire pour tous ceux qui remplaceront l’école par la télévision, les jeux vidéo et le grignotage, le mercredi et le samedi.
Pour ceux-là, au manque d’école s’ajoutera le manque de temps forts d’acquisition culturelle et artistique : fréquentation des bibliothèques, des médiathèques, des musées, des ateliers d’artisans, des entreprises aux techniques innovantes, des lieux de recherche scientifique, fréquentation des écoles de musique, d’arts plastiques, de théâtre et de danse,  rencontres avec les élus, les sorties au théâtre, au concert,  l’apprentissage   « vivant » de langues dans des activités ludiques (jeux de société – chansons), culturelles (théâtre), ou sportives, les échanges avec les jeunes européens etc.

Je suis en plein accord avec votre conclusion : « A nous de reprendre le fil qui court depuis l’humanisme de la Renaissance jusqu’à l’école de Jules Ferry en passant par le projet des Lumières. »
A cette nuance près que  « le fait religieux » , s’il est abordé en histoire des civilisations, a une place telle dans notre histoire nationale – la monarchie de Droit Divin, les guerres de religion, l’Inquisition et ses bûchers jusqu’aux privilèges du clergé avant la Révolution de 1789  etc.– que l’on ne peut dans une perspective laïque chèrement acquise, le survaloriser.
Si d’après vous,  « le spirituel, le sacré accompagnent de toute éternité l’aventure humaine. S’ils sont aux sources de toutes les civilisations », je pense que les dieux sont les fruits de l’imagination créatrice de mythes d’Homo sapiens, et que notre humanité aurait un bien plus bel avenir, si ces dieux n’empêchaient pas la fraternité… 

En vous remerciant de l’attention … je vous prie de croire, Monsieur le Président … »

Michèle Pacory-Poncet

 * en réponse à sa « lettre aux éducateurs » de septembre 2007
__________________________________________
  ♦   9 août 2012 /  Le service du courrier du Ministère de l’Éducation nationale n’a pas trouvé le cabinet de M. Peillon  et  son  «comité de pilotage de la  Refondation de l’École de la République».
Il a refusé mes lettres adressées à Mme  Mons
  sociologue et à M. Christian Forestier IGEN et me les a retournées copieusement chiffonnées comme sorties de la poubelle.
L’histoire ne  dit pas si le
 service  susdit a remis les lettres à Mme Colombani journaliste au magazine Elle  et à M. Bonneau président de la région Centre — ou si elles sont simplement passées à  la choucrouteuse… Je penche pour la deuxième solution

Voir la fine étude de Dominique PASQUIER : Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité Autrement février 2005  / Voir aussi l’excellent travail de Catherine ROBERT professeur de philosophie au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers qui fait de la culture un vrai festin pour ses élèves…

_____________________
note du 8 juillet 2012

8 juillet 2012   Commentaires fermés sur En rappel à M. Peillon et aux candidats à la présidentielle de 2017

Le respect citoyen est à réapprendre au collège et au lycée

23  février  2010     note relue le 24 avril 2016          

Le vrai respect citoyen n’est pas  « le respect communautariste ».

En 2008, un  professeur en formation à l’IUFM de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis /en 2016  Site ESPE  Créteil ) s’écriait  :  » Hyper réac la morale  ! (1) ».

La dé-sanctuarisation des établissements scolaires où l’on voit  poignarder un(e) professeur, tuer un(e) camarade de classe,  investir un lycée pour blesser un(e) adolescent(e) et terroriser l’ensemble de la collectivité scolaire,  nous amène à penser qu’en face de telles situations, il serait temps d’arrêter les formules simplistes  pour commencer à réfléchir au(x)  sens des mots.

Lorsque l’on entend  des élèves*  fragilisés  par un passé scolaire lourd de comportements violents  inadéquats avec la vie en classe et le travail intellectuel, on s’aperçoit que sur le  sujet de la violence entre jeunes dans les établissements secondaires, ils ne font référence qu’aux codes des bandes de quartiers.

 Ecoutons une  collégienne  :   » Un garçon / il est venu du style à chaque fois/ il me disait/ t’habites où/ t’habites où/ quand je disais X…/ il me regardait trop mal/ Un moment donné/ ça m’a énervée/ ouais comme quoi il faisait trop le nul/ style qu’il allait me taper comme ça/ parce que je viens de X../ j’ai appelé mon frère/ ma mère a appelé ici pour pas que mon frère y vient/  » Elle explique :   »  Comme ça après t’as peur / Y en a qui font ça pour que toi t’appelles les grands de ton quartier qui viennent et qui se battent en fait/  »
La jeune fille poursuit :  » des fois le boug il a sa soeur / et l’autre il va venir/ il habite dans un autre quartier/ il va vouloir faire le mariole avec la soeur/ l’autre va s’énerver/  ou  » le mec il est avec sa meuf/ et l’autre il vient /et il essaye de lui tchatcher sa meuf/  »

C’est le code  du  territoire,  »  la loi du plus fort « ,  le  » code d’honneur «  du petit chef  que l’on doit respecter, à qui l’on doit se soumettre ;  la soumission supprimant tous les droits de la personne soumise.  La loi du chef consiste à se  faire obéir aveuglément par celles et ceux qu’il terrorise avec ses menaces et/ ou ses violences. Et cela rappelle de bien lugubres souvenirs.

Les plus jeunes se soumettent à cette loi primitive , et  loin de faire appel au personnel enseignant et au personnel de surveillance de l’établissement quand on les menace, – pour ne pas passer pour   » des balances  / quand tu balances ils t’attendent à la sortie /  »  la jeune fille le confirme, c’est la loi du silence et la loi  du plus fort qu’elle applique  avec l’appel au grand frère  » / en fait faut les menacer, faut leur faire peur avec le grand frère, le tonton, le grand-père /…pour qu’ils arrêtent/  »

Ainsi dans l’esprit de nombreux élèves, le mot respect  signifie soumission. Il est clair pour eux que les professeurs et les conseillers d’éducation ne peuvent être respectés, n’étant pas plus forts que les élèves, ils ne leur font pas peur  ; tout comme le règlement scolaire si précieux, si indispensable à la collectivité, pour vivre et travailler paisiblement ensemble.  Cette morale citoyenne qui ne menace pas physiquement, ne leur fait pas peur, donc ne leur inspire aucun respect.

Le comble est que ces mêmes élèves qui ne respectent ni le règlement scolaire ni les enseignants, exigent leur droit au respect, puisqu’en perturbant en permanence la vie scolaire, ils pensent être les plus forts. Les adultes  auxquels ils lancent une insulte, doivent leur  dire poliment : s’il te plaît,  sois poli . Et le collégien, au rappel du règlement par la conseillère d’éducation dit : «  la capuche je l’enlève / et je la remets/ je me fous de sa tête/ »

Le respect /soumission  au petit chef, dont le seul but économique (voire politique ?)  est de transformer le quartier en jungle de non-droit, piège les comportements des élèves, et tend  à transformer peu à peu l’établissement scolaire en mini-jungle.  Ne respecter ni les autres élèves, ni les professeurs, ni les locaux, c’est pour certains élèves, montrer leur allégeance aux chefs de bandes ;  c’est s’opposer en permanence au projet éducatif et culturel de l’enseignement public, c’est ruiner tout espoir de réussite scolaire pour eux-mêmes et pour les autres élèves ;  c’est  accomplir  un acte de rébellion  envers la pacifique loi citoyenne.

Aussi faudrait-il sérieusement prendre en compte cet autre sens  du mot respect dans le langage codé des jeunes,  et reconsidérer avec détermination le bien-fondé de l’éducation morale et citoyenne à l’école. L’attribution de postes selon les besoins, une plus grande sévérité des parents en accord avec la fermeté des professeurs, perrmettraient de (ré)instaurer la bonne autorité qui protège parce qu’elle garantit le respect des droits et des devoirs pour tous.

L’enjeu est d’importance. Il s’agit  d‘obtenir à nouveau de chaque collégien(ne) et de chaque lycéen(ne), un comportement calme,  une tenue correcte, un langage poli,  en interdisant évidemment  l’usage  du téléphone mobile, des écouteurs, de la cigarette, du cannabis, de l’alcool et …  des armes… afin que nos établissements  publics ne soient plus régis par la loi du respect-soumission au chef de bande, mais (re)deviennent des lieux paisibles, civilisés, où les jeunes  intelligences préparent  leur avenir.

                 Alors, Hyper réac la morale ?  Non ! Il est  temps pour nous tous, de dire avec les enseignants, les collégiens et les lycéens  :

          Insupportable la violence à l’école !
Inadmissible la  soumission à la loi du plus fort  !

______________________

1   Hyper réac la morale !  27 avril 2008

NB voir la note  Oui à  » La journée de la jupe  » de J-P Lilienfeld  où la professeur de français n’arrivait à faire son cours sur Molière qu’en faisant peur- à son tour – à ses élèves avec le pistolet confisqué  de l’un d’eux, découvert dans sa sacoche …
                J’observe également que le respect/soumission passe par le langage des élèves dont la syntaxe inexistante, avec un emploi excessif de formules stéréotypées et de verlan apparaît comme un refus ( plus ou moins conscient) de parler un français correct, celui de la laïcité, celui qui nous relie les uns aux autres ( alors que les codes communautaristes sont des prétextes aux affrontements violents ).

* Citations transcrites de l’entretien d’un conseiller du Centre académique d’aide aux écoles et aux établissements (CAAEE) de l’Académie de Versailles avec des élèves d’un collège de l’Essonne. Reportage de Farida Taher -19.02.10 France Culture Les pieds sur terre –
______________________              

23 février 2010   Commentaires fermés sur Le respect citoyen est à réapprendre au collège et au lycée

Black Blanc Beur, ou tous citoyens ?

2 novembre 2008

Black Blanc Beur   l’expression  « sonnait » bien ; on l’avait associée à la victoire de l’équipe de France de football en 1998 ; c’était bien dans le tempo du rap avec une pointe d’anglais et une pointe de verlan. Sauf que le choix de ces mots-là plombait l’avenir et brouillait le sens du mot égalité  /en pointant des « différences » / dans l’esprit des plus jeunes.

Alors que nous sommes définitivement toutes et tous une seule humanité, une seule espèce humaine avec une origine commune, Black et Blanc exacerbaient encore entre nous avec la différence de couleur, la notion erronée et si tragiquement utilisée de race ; Beur, arabe (en argot verlan) nommant une langue*.

Nous n’étions plus ni égaux  ni citoyen(ne)s d’une même nation, nos seules apparences physiques et/ou la langue de nos ancêtres prédominaient et nous (re)divisaient en  « ethnies ».

Black Blanc Beur nous classait à la manière d’une anthropologie pré-scientifique, avec un maximum de préjugés racistes.

De telle façon qu’en 2008, pour des collégiennes et des collégiens d’Epinay-sur-Seine**, né(e)s en France, l’idée d’être Français ou Française n’est acquise que pour quatre d’entre eux. Et que penser d’ailleurs de la présentation par le journaliste de ces élèves assistant à leur cours d’instruction civique : « un seul Blanc, une Asiatique, les autres sont des Maghrébins et des Noirs » ?

C’est dire qu’il faudra encore beaucoup d’instruction civique et morale pour qu’enfin au collège et au lycée, on ne se traite plus de « sale Black – sale Blanc – sale Beur …etc.» ; pour que soient écartées toutes ces insultes automatiques, générées par l’habitude du « classement ethnique » et l’absence de respect réciproque ; pour qu’enfin les jeunes retiennent les idées d’égalité et de fraternité avec celle de citoyenneté française (droits et  devoirs).

Black Blanc Beur  plus qu’une erreur grave était une entrave au droit à l‘égalité citoyenne, droit républicain qu’il convient de toujours proclamer pour le conquérir pleinement. La société française du XXI ème siècle(des partis politiques aux assemblées élues, du gouvernement de la République aux services publics et aux dirigeants d’entreprises publiques et privées, des médias/ presse/radio/tv aux parents aux éducateurs et aux enseignants etc.) – a le devoir d’assurer cette conquête politique et morale.

_*_*_*_*_

* Le mot arabe désigne la langue arabe qui est une langue sémitique (comme l’hébreu) – par extension celles et ceux qui parlent cette langue.

** Ceux qui se sentent français, levez le doigt citation en italique Article de Mustapha Kessous Le Monde 19/20.10.08

_*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_

4 novembre 2008 :  Le peuple américain a élu le sénateur démocrate Barack Obama*  président des Etats-Unis. Il marque ainsi sa volonté de réagir avec celui qui a le meilleur programme – » yes we can « – face au désastre humanitaire des années Bush. Puisse cette maturité politique se concrétiser en message de paix et de respect pour les autres peuples ! Puisse cette élection signifier pour demain plus de fraternité sur notre planète !

* J’ai lu et entendu partout dans les médias français qu’il est le premier président noir ; avec un père noir et une mère blanche, il est aussi noir que blanc, aussi blanc que noir. 

                                            _*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_

Lisons et relisons  encore       Martin Luther King *_ *_*_*_ I have a dream _*_*_*_*

J’ai un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain. Je fais le rêve qu’un jour cette nation se lève et vive sous le véritable sens de son credo :  » Nous considérons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes ont été créés égaux Je fais le rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour le contenu de leur personne. Je fais ce rêve aujourd’hui !  »  (extrait de son discours du 28 août 1963 à Washington).

                                                _*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_

2 novembre 2008   1 Comment

La parole est d’or

  Le père de François Bégaudeau, fils d’ouvrier, était devenu professeur ; mais c’était il y a longtemps, au vieux temps où l’on faisait de la grammaire à l’école primaire, et pas encore de  » l’observation réfléchie de la langue  » chère à MM Lang et Ferry, (L’O.R.L. en jargon d’IUFM).

C’était la vieille école laïque, grâce à laquelle on avait  » le droit  » *     d’entendre parler à l’école le français  » académique «  et le  » devoir  » *     de le parler, 5 jours sur sept, même si on ne l’entendait ni ne le parlait  à la maison.

Maintenant,  observe l’écrivain (et ancien professeur) F. Bégaudeau le jeune  :  » on parle oral (sic) « ! et pour la promotion d’  » Entre les murs « -Palme d’or 2008 à Cannes « ,  film de Laurent Cantet adapté de son roman éponyme, il a déclaré avec délicatesse :   » C’est plutôt un film à destination des vieux.   » ;  ceux qui parlent encore ? 

          Comment un esprit si fin ne peut-il faire la différence, entre le parler familier ponctué d’argot, d’interjections drôles et/ou (souvent) grossières etc. que nous pratiquons tous  – et le français langue universelle ayant déjà exprimé depuis quelques siècles, quelques belles et bonnes idées…et qui est celui à partager généreusement avec les collégiens    

 Pour parler vrai, entre les  murs de l’école et du collège,  il y a un trésor que tou(te)s les jeunes doivent découvrir et posséder :  le français  » académique  » parlé et ecrit. Ce sera le plus puissant et le plus génial tremplin de leurs réussites futures*.

La parole est d’or, quand elle éveille l’intelligence et qu’elle respecte l’autre.                                          

                                                                                                                                    

  « Le premier instrument du génie d’un peuple, c’est sa langue« , disait Stendhal.

10 octobre 2008   1 Comment