Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

France info, la radio qui désherbe, dé[zoom] ou décervelle ?

J’ai entendu sur France info, vers 14 h, ce dimanche 23 mars 2014, jour de premier tour des élections municipales depuis l’élection de M. Hollande, la journaliste  nous convier à un nouveau « round-up » ce soir…

ce qui  signifierait en Anglais*  rassemblement du bétail ou encore rafle de filous !

C’est aussi le nom du fameux désherbant de la firme américaine. On espère seulement que  le nom de l’herbicide ne sert ni à faire de la publicité aux OGM avec pesticides de Monsanto ni à une information liberticide, par manque d’impartialité et d’ouverture d’esprit sur la vie réelle des Français.**

Quant au bétail et aux filous, chacun aura sa petite idée 😉

Et le soir, au « round-up »  de France info, vers 23 h 30,  un autre journaliste bobu, nous expliquait comment « si on dé[zoom] » (?) on avait tout compris  !  … on a surtout compris ce que pensent les journalistes … et le syndicat de la magistrature «si on [zoom] » sur  son « mur des cons ».

Bref, une question est posée : France Info désherbe, «dé[zoom]» ou décervelle ?
Et une seconde : pour qui France Info prend-elle ses auditeurs ?
_________________________

* Selon Harrap’s concise French and English dictionary p. 655

** exemple :  désherber le taux d’abstention de  61,58 % à Roubaix en criant à l’incivisme et en oubliant de parler du cataclysme de la suppression de 1000 emplois à La Redoute bradée par le milliardaire Pinault  ainsi que du chômage à 30% dans le Nord  … etc.

23 mars 2014   Commentaires fermés sur France info, la radio qui désherbe, dé[zoom] ou décervelle ?

Les Bobus des médias 2011-2012

      Note complétée le 30 mai 2012    

Palmarès des médias français bredouillant le Bobu
 

(langue française devenue jargon des nuls)

 

           ♦ Dans la catégorie  Presse / journaux quotidiens et magazines  – papier et sites 

Le  premier prix est décerné 

                    au journal Le Monde  / Le Monde.fr
« Déluge de crash » du 29 juillet 2011

« le site de CHARLIE HEBDO a été hacké » du 2 novembre 2011

« … son côté girl next door» du 1er février 2012

Pour la typographie erronée de l’écran du monde.fr, rubrique Votre avis :  suppression  de l’apostrophe  – du œ (c  ur) etc. 

                                  ♦♦♦

Mécontent  Mention spéciale

 pour le clin d’œil à M. Strauss- Kahn des lecteurs  du monde.fr le 11 novembre 2011 :

« L’article qu’ils ont le plus « aimé » sur facebook était  : « La taxe sur les nuitées en hôtel de luxe supprimée. » 


Le  second prix ex-æquo est décerné

                      au journal  Le Figaro.fr 

Pour «  l’opening partie LV »  –  « les people sont-ils fashion compatibles ?  Yvan A  et Charlotte G – pas facile quand on est deux people unis  » et  «  kitchen week » «  mass mode par Karl L » et « un dressing noir et blanc » « la robe ultra glam »  du 27 septembre 2011
          
                        au journal Libération.fr 

Pour libéfood (beurk) et «  la prochaine slutwalk  française (sic) n’a pas de dresscode » du 27 septembre 2011

                  

          ♦ Dans la catégorie  Radio/ service public / émissions et sites

Le  premier prix  ex-æquo est décerné

♦  à Radio France :  France Culture / France Culture.fr/ France Inter

 Pour l’impossibilité de neutralité politique qui est respect de l’auditeur : on notera la prégnance de l’opinion à 90% PS des journalistes et des  présentateurs ; avec pour effet secondaire et navrant, la saturation pendant six mois en 2011 des ondes du service public, par  l’affaire américaine des tribulations sexuelles de M. Strauss-Kahn – le  candidat favori des Primaires PS.

Pour  le laxisme « tankiste -de think tank », ravageur pour la langue française, des producteurs de France Culture.
De quelle culture s’agit-il quand ils nous abreuvent « de main stream, de work in progress, de coach et de coaching, de gore, de design, de designer et de designer’s day, de think tank, de relooking, de casting, de crash, de fight club, de pitch, de performer, de podcast et de podcaster,  de timing, de show room, de trash, de people, de live, de buzz, de tweet, de chat, de talk show » …etc.   jusqu’à la nausée ?

Pour France Inter avec «Zi artist a buzzé» et « slice les poireaux» etc.

Mécontent
  Mention spéciale

 Pour le rédacteur de « Au fil des ondes » du 17.01.2012, sur le site,  qui se félicite du « record historique d’audience pour France Culture : 1,9%  d’audience cumulée selon Catch up (sic)  Médiamétrie » et ajoute élégamment :  
« France Culture c’est la radio durable…  avec des podcasts de plus en plus téléchargés » 
                   
 
          ♦ Dans la catégorie  Télévision / avec nos redevances / émissions et sites
Pour le mot live figé sur l’écran de  chaque  spectacle en direct,   pour le très médiocre ARTE webSlam 2008-2010, et pour l’écran d’accueil du site surabondant en expressions bobues.
La  rédaction de la chaîne franco-allemande  titillée par le  « politiquement correct façon bobo-tendance Californie» s’oblige à distordre  et/ou à supprimer le français.
Si Arte affiche dans son rapport d’activité 2011 : « La créativité pour mot d’ordre », on constate que cela n’est pas dans le domaine de la communication avec le public français qui paie la redevance, ni dans la promotion de la francophonie.
 Aucune créativité donc  pour Arte on-screen et Arte off-screen  :   les mots de son internet  sont formatés banalement en webisodes/ webséries/  webfictions/ webdocus / webslam / chats etc.

          Ainsi, comme c’est déjà visible et audible dans tous les autres médias,  on voit disparaître la finesse  d’esprit, l’élégance et  la richesse d’un patrimoine linguistique qui a inventé pendant des siècles avec la pensée des humanistes, la philosophie des Lumières et la volonté d’un peuple,  la liberté de conscience et la libération de l’obscurantisme religieux. 

 Le  second prix ex-æquo  est décerné

                           à  France Télévisions  et à  France 5

Pour le nom du site qui serait dédié à la culture (?) : culturebox et son inévitable rubrique live – où l’on trouve encore des reliquats de live de 2009 (Ce soir ou jamais de  M. Taddeï… avec Orelsan qu’il présente comme « la coqueluche du rap français»(sic ) … Inutile d’y chercher Juliette –  un extrait de Tartuffe ou  une sonate de violoncelle  !
Pour l’utilisation des mots newsletters / e-mail  / prime /   débrief / et   chat
et pour les titres  phonétiques des émissions  C à vous avec  le live  / C à dire / C dans l’air / C l’info avec la bio express  / C politique  /   Comment ca (sic) va bien. 

                                   ♦♦♦
Mécontent   Mention spéciale
♦ Pour le présentateur  David Pujadas du journal de France 2 le 10.01.2012 : « A l’époque des  SMS, à quoi sert l’Académie française ?» 

♦ Pour la présentatrice Alessandra Sublet de C à vous (France 5) qui, de temps en temps, fait parler ses invités la bouche pleine, sans  jamais leur poser les bonnes questions, et annonce   le  « laïve »  de  Juliette qui,  pour notre plus grand plaisir, est bien présente et vive pour chanter les bobos (de France Télévisions et les autres)  réclamant « un cocktail  Picon oignon goudron … mais bio »  le 2 janvier 2012 !

Rubrique télévisions commerciales
♦ Pour  la présentatrice Laurence Ferrari du journal   de TF1 qui,   sur le plateau ( où les invités comme les journalistes sont toujours surexcités comme des puces) de canal +  le 21 décembre 2011, vante « la coulitude   /coolitude » séduisante  du président Obama.
Comme les Bobus s’adorent entre eux, on lit sur libération.fr du 29 mai 2012 que « cette petite punk de Ferrari » quittant TF1  ira rejoindre Direct 8 ( racheté par canal +) pour un « talk show » dans lequel elle brillera autant que sa collègue de France 5.

♦ ♦♦♦  ________________________                

 Le  premier prix  est décerné 

                            à  Arte

Pour  « de l’importance du storytelling … une étude en partie crowdsourcée »  du 25 mars 2011

4 janvier 2012   Commentaires fermés sur Les Bobus des médias 2011-2012

Les « épreuves « * de campagne de Dominique Strauss-Kahn

    note  modifiée  le  23  mai  2011            

 Une fois terminées les émouvantes manifestations en souvenir du 10 mai 1981 et de l’élection à la présidence de la République de François Mitterrand ; M. Pierre Bergé, grand ami du défunt  président prépare 2012 à la direction de son nouveau journal.

Après avoir soutenu Ségolène Royal en 2007, quel homme providentiel du PS  parfaitement bilingue pourrait-il choisir pour l’année prochaine ? et quel slogan serait le meilleur pour faire florès chez les bobos ?

Il est tout trouvé sur lemonde.fr*, partageant  le tiers de l’écran avec les deux-tiers pour un gros plan de M. Strauss-Kahn : ce sera celui de la montre parfaitement «bling-bling»  R…x, ce sera «Vivre pour la grandeur»  (sic) mais peut-être en anglais** pour faire encore plus bobu côté train de vie que le «care» de Martine Aubry ! 

                Et,  le samedi 14 mai 2011, une autre redoutable   » épreuve «  (prévisible ou imprévisible (?)  de campagne, dans le luxe raffiné  de la suite  2806  ( 3 000 euros) de l’hôtel Sofitel ( New York), attendait le présumé futur candidat aux Présidentielles … au risque de faire de tant de   » grandeur « … une décadence qui entraîne avec elle,  inéluctablement  le  » Pacte de Marrakech  » ***  si cher à la direction du PS … et une perte financière collatérale pour lemonde.fr, car, si les écrans sont saturés de portraits de M. Strauss- Kahn,  la  « grande  » montre ne s’incruste plus à ses côtés.  » Grandeur  » de la marque oblige !

________________                  

* Lemonde.fr 11 mai 2011 La question du train de vie, épreuve de campagne prévisible pour DSK / Alexandre Piquard. 
** Je vous laisse trouver la  traduction anglaise !
*** Lieu d’une résidence somptueuse du candidat éprouvé.

 

12 mai 2011   Commentaires fermés sur Les « épreuves « * de campagne de Dominique Strauss-Kahn

Les  » tankistes  » bobus de France Culture

   note modifiée le 25.01.11     

Comme d’autres auditeurs, j’ai dû entendre Brice Couturier* prononcer au moins une trentaine** de fois l’expression « think tank », en quarante minutes ! Un record !

Si l’expression se justifie pour présenter un club anglo-américain, je l’accepte volontiers ; mais en français, nous avons l’équivalent avec  « groupe de réflexion ».

J’ai déjà relevé, dans ce bloc-notes, le laxisme  « tankiste » tellement« bobu » et  ravageur pour la langue française, des producteurs de France Culture (« l’intelligentsia »(?). Ils nous abreuvent  de « main stream, de work in progress, de coaching, de gore, de design, de designer et de designer’s day, de relooking, de crash, de fight club, de performer, de podcast, de casting, de timing, de show room, de trash, de people, de live, de buzz, de tweet, de chat, de talk » …etc. etc.   jusqu’à la nausée…

           On remarquera que la «  culture »   véhiculée par ces envies d’Outre- Atlantique n’est bien souvent qu’une reproduction d’un pesant prêt-à-penser affairiste, proche du décervelage.
 
Et si le jargon « tankiste » était une nouvelle façon de parler pour ne rien dire, voire de nous empêcher de réfléchir avec notre belle langue française ?

         _____________________

NB   Alors que certains s’acharnent contre notre identité nationale, riche d’une pensée et d’une langue qui a magnifié des idéaux universels depuis des  siècles, une oreille attentive peut saisir dans les témoignages de Tunisiens éduqués en  langue française depuis le collège, toute la profondeur et la justesse de leur réflexion démocratique et laïque.
                                         
Cherchons à qui cela peut déplaire ! 

______________________                                         

 *France Culture Du grain à moudre 19.01.2011 Y a-t-il une chance pour une contagion démocratique au reste du monde arabe ?
**  l’exagération serait à mettre au compte de l’agacement Mécontent  et le 25 janvier  mon commentaire n’était pas publié,  encore un effet « tankiste» sur la liberté d’expression  ?   finalement publié dans leurs oubliettes – après le délai de rigueur de 5 jours – le 27 janvier 2011.  

23 janvier 2011   Commentaires fermés sur Les  » tankistes  » bobus de France Culture

Stéphane Guillon, le vrai petit bobu tout craché !

                    

Je n’avais pas écouté France Inter ce matin du 13 avril 2010 … mais il y a une séance de rattrapage vidéo de «  l’humeur » du jour  de M. Stéphane Guillon  sur le site de cette radio.

On connaît la  cruelle prédilection de M. Guillon  pour les critiques sur l’apparence physique des personnes, ce qui ne me semble pas être une preuve d’humour ni de  finesse d’esprit… mais c’est son style, et les rieurs sont de son côté, tant cela doit soulager d’être méchants par procuration.

Ce matin-là, M. Guillon, au mieux de sa forme, c’est-à-dire au comble de l’excitation, avait choisi de  » faire rire  »  non plus sur  l’apparence du Président de la République, mais sur sa mort, et racontait, se trémoussant sur son siège, agitant frénétiquement les bras, son rêve (sic) du «  crash de N. Sarkozy « .

On avait eu le rappeur qui  » mettait un billet sur la tête d’Eric Zemmour  » ;  là on avait  » l’humoriste  » qui  nous annonçait que l’avion présidentiel  s’était crashé,  et décrivait dans une tirade réjouie, la cérémonie officielle autour du  » cercueil d’enfant  » (sic) .
Comme rien ne l’arrête, et qu’il avait mis dans l’avion crashé tous ceux qu’il soigne, il eut une délicatesse  particulière pour M. Eric Besson et l’Association de défense des fouines.

Bref, de bon matin,  un Stéphane Guillon arrogant, surexcité et gesticulant de façon compulsive comme à son habitude, et forcément fier* de lui ! Le vrai petit bobo bobu tout craché !

_________________                    

 * Chez nous à la campagne, on dit  « excité comme une puce » et «  fier comme un pou ».  Dans le Littré on trouve : «  Il se carre comme un pou sur une gale ». C’est méchant aussi 😉

 voir Les bobos et les bobus       Petit concours anti-bobu        Ou comment être bobu(e)

 Le Petit Bobu franco-anglais

17 avril 2010   Commentaires fermés sur Stéphane Guillon, le vrai petit bobu tout craché !

Petit concours anti-bobu

 

                 Dans sa Chronique * intitulée Web- concours, Robert Solé  présente  le concours ouvert aux jeunes par  » le secrétariat d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie (…)  pour trouver des substituts français à cinq anglicismes : buzz, chat, newsletter, talk et tuning (…)  par voie électronique à franco.mot@diplomatie.gouv.fr jusqu’au 7 février 2010.  »   

Et il poursuit :  » la jeunesse de France saura-t-elle relever ce challenge** ? …  qui permettrait de  » booster le vocabulaire et d‘upgrader la langue de Molière.  » 
Ce sympathique chroniqueur serait-il un brin bobu ou fait-il semblant   ?

Molière 1622-1673 Collection Comédie-Française

 Comme  il me semble qu’il suffirait à la jeunesse et aux bobus de parler aussi correctement la langue de Shakespeare que la langue de Molière, au lieu de bredouiller du français « à l’anglaise », j’ai plaisanté dans mon commentaire :

 Riez, cher Robert Solé ! Dans la bouillie médiatique des mots empruntés, on ne trouve que de la pensée molle, sans saveur ou à goût unique. Pourquoi nous obligerait-on à mâcher un tel brouet ? La langue française est un régal ! Vive la gourmandise, le péché mignon et le bon mot sur notre langue !

_________________________             
*Le Monde 4.02.2010
** challenge défi …  pour booster enrichir ( ou encore  développer- affiner – nuancer   etc.)  et   upgrader embellir (ou encore réhausser –  exalter-  sublimer etc.) !

Mécontent Pendant ce temps-là, l’intelligentsia  de la presse ,  le directeur et  le comité de rédaction du journal Le Monde,     qui se soucient du concours comme d’une guigne,  nous ab(m)usent en poussant  leur cri  bobu sur la toile  :  buzzer !  Ils osent même nous proposer un debrief ! 
Ah ! le meilleur des mondes où il y a  ceux qui chattent et ceux qui buzzent, ceux qui buzzent en chattant et ceux qui chattent en buzzant !…  et  les abonnés, ces petits veinards, qui   reprennent du debrief   » pour ne rien manquer de l’actualité « .  

… quant à ceux qui écrivent la page de publicité sur Le Monde TELEVISIONS ( sans accent aigu sur les E)  pour la parution d’une série américaine, avec les louanges de Télérama et Le Monde,  et qui en oublient que le mot  événement – si cette série en est un – a deux accents aigus… / malgré la « pseudo réforme amphigourique» voulue  par M.  Rocard en 1990.

Et puis il y a aussi Arte.tv, qui se pique d’être l’intelligentsia télévisuelle et qui nous ordonne  : Chattez en direct !  en oubliant que Dialoguez en direct  a deux lettres de plus, mais deux lettres de noblesse  …
… sans  oublier la prestigieuse radio France Culture qui nous invite  à podcaster  ses émissions – télécharger n’est pas dans son vocabulaire, et confond encore live avec direct ou sur le vif !
 

  
             _________________________
 

NB
Puisque nous fêtons le 40ème anniversaire de l‘Organisation internationale de la francophonie, saluons le courage et l’enthousiasme de son secrétaire général M. Abdou Diouf, ancien Président  du Sénégal, ayant succédé à M. Léopold Sédar Senghor. Invité dimanche 21 mars 2010, de l’émission  » Internationales  » TV5 Monde-RFI-Le Monde, il a appelé les francophones à « réagir » contre l’hégémonie de l’anglais et à défendre le rôle politique qu’entend jouer l’OIF. Il a affirmé :  » C’est la faute de l’intelligentsia (…) On a l’impression que ce combat n’est pas le combat des Français, que les Français ne sont pas francophones.  »

Abdou Diouf
Vous avez mille fois raison ;  merci à vous Cher Abdou Diouf, de nous redire cette vérité que toutes et tous, des politiques  aux journalistes des médias, en passant par les enseignants et la jeunesse  des écoles, des collèges, des lycées et des universités,  nous devrions pouvoir entendre et comprendre .

_________________________            

Voir Les » bobos » et les « bobus »  /  Ou comment être bobu(e) ? /     Un chat n’est plus un chat  et  à la page  Humour  Nouvelles du  » chat «  / Penser…en char d’assaut (think tank)

7 février 2010   Commentaires fermés sur Petit concours anti-bobu

Ou comment être bobu(e) …

    

            Etre bobu(e)* à Paris, c’est épuisant. Passe encore d’avoir  hanté  les coulisses de la fashion week,  mais  il faut  aller shopper !

Waou ! Les fashionistas hyper 80’s aiment la chemise bucheron (sic) tendance sexy . Très star, celle qui a tourné dans le téléfilm  » Les bobonobos  » 😉  glamourise son jean. Et pour les petites lolitas, l’hiver sera flashy. Tout est so trendy. Rien de tel qu’un total look noir pour acheter des must have.

Heureusement on pourra souffler,  dans un repaire hot mode de la capitale.  C’est cool    😉

Cependant, ne pas s’attarder. Il faut faire vite  en ce début décembre  pour être vu au grand tasting  et se faire voir à la semaine du fooding  où vous attendent des plats limite beurk   …   qu’importe, le bobu parisien adore le follement trash

              Tout cela est si glamour, tellement  feeling…Et le bobu, comme en écho se répète sur Le Monde Télévisions  13/14.12.09 avec  les fashionistas de Bertrand Legendre :  » Elles sont incroyables, les fashionistas que l’on croise dans les rues de Paris ** : punkettes, bobos chics, ethniques, lolitas, bling-bling, girly…(…) A qui le look le plus étourdissant, la palme d’or de la it girl, la fille la plus en vue ? … Elle est chou (…) avec son bibi arty… et son top à paillettes… »

 

        ______________________

NB   
…  Mécontent Sans oublier le bobu  fonétik  de  France Inter avec Eclectik, celui de France Télévisions qui nous sature  de c dans l’air, de c à vous, de 7 à voirde c à dire, de c l’info,  avec son petit dernier :  c politique  de  Nicolas Demorand – sûrement parce que c’est politique  ferait trop politique, ou ne pourrait plus être lu correctement par  les bobos  [ premier invité : Lionel Jospin !] ?
             
et le bobu du SNUIPP -FSU ( Syndicat national unitaire des instituteurs,des professeurs des écoles et des Pegc) qui a remplacé la référence administrative du  Code Soleil par celle du Kisaitou !
… 
etc. etc.  et le lourd bobu argotique  qui confond  l’obscénité pesante et sexiste des chapelets de gros mots avec …  la  finesse d’esprit !

*  premier clin d’oeil sur le sujet dans la note Les bobos et les bobus 

          Mes sources pour cette note sont les publicitaires d’un grand magasin [  » le plus grand magasin du monde  » nous dit Le Monde Magazine du 19.12.09] et ceux du business de la mode et des soirées parisiennes,  celles  où l’on reconnaît indubitablement son ou sa bobu(e)  grâce aux pompons sur son it bag !
1er mai 2010
Dans la version Printemps-été 2010 du magazine intitulé it mag  de ce  » grand magasin  » , «  l’édito  » commence avec  un Tadaam ! ( pour dire Bonjour – je suppose-  et plaire aux tas d’ânes bâtés, ces clientes auxquelles on sert de la bouillie de mots et du made in China ) et l »annonce du  » scoop make-up « , auquel cependant on a ajouté l’astérisque *  pour écrire maquillage.  __________________________________        

 

 Pour se délasser du bobu niaiseux,  quoi de mieux qu’ un poème de Charles Baudelaire : 
                 
A une passante 

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté  
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ? 

Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
O toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

2 décembre 2009   Commentaires fermés sur Ou comment être bobu(e) …

Identité nationale : « Néant » ?

Note du 9 novembre 2009 / mise en avant le 15 février 2015  /  le 23 mars 2015 / revue le 4 octobre 2015 / et  remise en avant le 26 septembre 2016
__________________


Depuis 2009, le pire arrive : les  massacres au nom d’un dieu et d’un prophète, par Boko haram en Afrique, par Al-Qaïda et l’État islamique en Syrie, en Irak, au Pakistan ,  en France les 7,8 et 9 janvier 2015,  à Copenhague, le 14 février 2015 … à Tunis le 18 mars 2015 …

                          FABLE                      

Cette année-là, pour plaire à une certaine élite intellectuelle et à la mouvance islamiste, l’administration française  imprima  sur notre carte de non-identité nationale, à la rubrique nationalité le mot « Néant ».

Notre drapeau non-national devint un rectangle vide, vite arraché par le vent pour le plus grand plaisir de ceux que les mêmes couleurs depuis 220 ans ennuyaient ou exigeaient de les remplacer par le drapeau vert au sabre sanglant des égorgeurs.

Notre hymne non-national fut composé rapidement à l’aide d’enregistrements de vociférations et de sifflets.

Notre  langue non-nationale  devint  le  jargon «bobu  fonetik  (1)».

Tout cela réjouit si fort les francophobes de l’intelligentsia et des organisations islamistes (2) qu’ils instituèrent une grande fête de carnaval non-national  le 1er avril pour rappeler au bon peuple que son histoire de France n’était plus  politiquement correcte, que la laïcité était une invention d’un autre siècle et qu’il faudrait désormais faire un croissant dessus.

Comme aucun texte de loi n’était écrit en « bobu  fonetik », on supprima la constitution, le gouvernement et le parlement. On décréta  que comme  la loi du plus fort et la loi du talion étaient les meilleures depuis des milliers d’années, étant  celles que les brutes ignorantes (3) comprenaient le mieux, on  pourrait en toute liberté s’entr’égorger pour avoir le pouvoir.

De même, comme ni les textes  littéraires, ni les textes scientifiques, ni les manuels scolaires n’étaient rédigés en bobu fonetik,  l’interdiction d’apprendre à lire pour les enfants et de lire les textes en français pour les adultes fut décrétée.

♠ On donna congé définitivement aux élèves et aux étudiants afin qu’ils puissent adorer le dieu  de la télévision commerciale, le dieu de la musique commerciale et du rap-nique la France, tout en sacrifiant au dieu ventripotent du pain rond, de  la viande hachée et du liquide marron sucré, sans oublier chaque jour les offrandes au dieu des jeux vidéo de guerre et de destruction de la planète, au dieu des mafieux du cannabis – fêté le 30 juin car les bobus des médias prononcent 30 joints-, et au dieu de la cocaïne et de l’héroïne lors des concerts de fous furieux (rave lunatic) …..
…histoire d’attendre le dieu qui ne saurait tarder, le dieu des djihadistes aux longs poils …

                         ________________________________

       Moralité : Ne nous décourageons-pas, le pire est juste possible       

1-  Pour le  bobu fonetik   voir Le Petit Bobu
2-
 Selon l’étymologie serait francophobe celui ou celle qui a peur de l’identité française, de la langue française.
3- brutes ignorantes fort nombreuses si l’on devait en croire ci-dessous sociologue hilare
_____________________

Cette petite fable m’a été inspirée par l’entretien de Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS avec Gaïdz Minassian intitulé :  » Il n’y a pas d’identité française.  »  (Le Monde.fr  6.11.09)… et le commentaire de sociologue hilare en réponse à mon premier commentaire

          08.11.09 | 9h    L’ingénue.net

Ainsi l’élite intellectuelle nous dénierait le droit à l’identité française au motif que l’immigration politique et économique fait de la France un pays d’accueil. Apprendre la langue française et respecter les devoirs qu’imposent les droits de la loi républicaine laïque suffisent à faire un citoyen français.Evidemment, il faut le vouloir, il faut avoir ressenti qu’il y a dans notre culture et dans notre histoire un ferment de démocratie et de liberté ; il faut être fier d’y participer. 


08.11.09 | 16h  Sociologue hilare

C’est clair et net! Après Marcel Detienne il y a quelques temps, Jean François Bayart aujourd’hui. Le Monde fait des efforts pédagogiques pour les dangereux ingénus de tout poil c’est bien! Questions à l’ingénue.net : les contrevenants au code de la route, les fraudeurs, les délinquants et criminels de tout poil qui ne respectent donc pas les lois françaises ne seraient donc pas compatibles avec votre « identité française »? Autant dire presque tous les Français. C’est si dur que ça de penser.

          09/11/2009    8h @sociologue hilare

En effet, c’est difficile d’obéir aux lois républicaines et de respecter les autres en France comme ailleurs. Mais alors pourquoi les leçons d’éducation civique et de morale révulsent-elles les grands esprits qui se disent citoyens de partout et de nulle part ?  Si rappeler la loi fait de moi une dangereuse citoyenne, vous admettrez qu’il m’est difficile de rire avec vous. L’ingénue.net
_____________________________________                       

 

9 novembre 2009   Commentaires fermés sur Identité nationale : « Néant » ?

Les « bobos » et les « bobus »


5  juillet  2009

Il y a de cela une éternité – ou pour le moins 2400 ans-  dans le livre des Juges,  au chapitre de Jephté le Galaadite, on reconnaissait les Ephraïmites à ce qu’ils ne pouvaient  » prononcer correctement  » Shibbolet*, ils disaient Sibbolet ; plus près de nous, il y a 50 ans, Pierre Dac et Francis Blanche avaient reconnu chez les Babus l’impossibilité de dire indubitablement, ils ne pouvaient dire qu’indibutablement **.

J’ai déjà remarqué que les nouveaux bobos*** des médias, qu’ils soient ou non  les invités de la gauche à la noce  au cirque d’hiver, ne savent pas toujours comment parler et/ou comment  prononcer notre belle langue française. Je dirais volontiers que          par l’indubitable Shibbolet,  ce ne sont que des bobus !

        Les bobus adorent les mots anglais si exotiques comme Mécontent   « chat  » :   les mots  dialogue, échange, entretien, débat, conversation, discussion ont trop de lettres et sur internet l’espace est si petit. Alors  les bobus  » chat(t)ent, tchat(t)ent et re(t)chat(t)ent «  de telle façon, que bien souvent leur   » chat bla bla «  accouche … d’une souris.

L’actualité sinistre de deux accidents d’avion donnerait même aux bobus l’occasion de   » (t)chat(t)er sur les crashes « **** ( le bobu ne prononce pas le pluriel anglais – en l’occurrence, ce serait encore plus insupportable). On reconnaît le bobu à ce qu’il peut même dire ou écrire :  » l’avion s’est crashé «  ; le bobu impose ainsi sa marque d’indifférence et  de mépris  pour les victimes et leurs familles.

A la question bobue :  » Trop de unes avec des  » crashes «   ?  » Paul Quinio sur libération.fr  vidéo 5 jours à la une du 3.07.09   répond donc – sans postillonner (?) avec  huit fois le mot  » crash-es « et deux fois  le mot accident-s. On reconnaît bien là le directeur adjoint d’une rédaction bobue.

_______________________________________________      

*  mot hébreu : épi  / La Bible

**  sauf les nuits de pleine lune entre 23h et 23h05  – Série radiophonique : Signé Furax/ Le gruyère qui tue
Retrouver le deuxième épisode dans La mythologie de poche de la radio du 18.12.09 / émission Les passagers de la nuit de Thomas Baumgartner sur France Culture.

***Les nouveaux  bobos,   CSP+ hauts revenus  etc. raffolant du pouvoir et des médias, ayant  la  drogue et l’argent de la  drogue,  c’est-à-dire  les   beaux «  beautiful  » ( comme disent les bobus ),  le  » beau  » monde du spectacle et de la politique-spectacle,  de la gauche   pseudo-socialiste au modem , des  verts, des  ultra-gauchistes et (ex) gauchistes à la vieille droite des patrons et des banquiers. Toutes celles et tous ceux qui,  bien parvenu(e)s  aux affaires (sic)…  sont à la noce  depuis longtemps.

cf. La gauche à la noce    article d’Ariane Chemin dans Le Monde du 03.10.07
E
xtraits :   » En Mai 68, ils montaient sur les barricades. Le 15 septembre, ils étaient 800 à fêter au Cirque d’hiver / encore plus cher que la Mutualité à 15 000 euros la salle / le mariage du fabiusien Henri Weber et de Fabienne Servan-Schreiber.(…)
Foin des querelles (…) : du groupe trotskistelambertiste OCI aux hauts fonctionnaires centristes des Gracques (…) Est-ce la présence des banquiers – Bruno Roger, le patron de Lazard, Philippe Lagayette, de chez JP Morgan, ou Lindsay Owen-Jones, le patronde L’Oréal ? Celle des ténors du barreau, ou des patrons de télévision – Patrice Duhamel, Jérôme Clément, Patrick de Carolis ?  (…) ou le compagnonnage du journaliste Jean-François Kahn, patron de Marianne, avec Alain Minc, ami du président de la République.  »  ? (…)
Mécontent « Si on n’est pas invité ce soir, c’est qu’on n’existe pas socialement « , souffle le psychanalyste Gérard Miller à ses camarades de table. Patrick Bruel, Carla Bruni ou Julien Clerc (…) « 
 
Bel exemple de  » mot  d’esprit bobo- bobu  » de la part de M. Miller, assis à côté d’une brochette de   » people « ,  les chouchous dont les médias font leurs choux gras !  Notez  que  » people  » est un mot très important – source inépuisable de profits – dans le dictionnaire bobu.

**** Pour une oreille francophone délicate ( c’est-à-dire non bobue), le mot crash résonne comme crachat ( spit  en anglais) ; le crachat que l’on interdisait dans l’espace public par simple  prophylaxie au temps de la tuberculose. Certains, qui cumulent encore incivilité et ignorance continueront de cracher par terre …

NB  Autres exemples empruntés à la presse écrite :
La rédaction du  journal Le Monde titre le 9.10.09  p. 19 en très gros caractères :  » Le crash oublié  » pour l’article d’ Annick Cojean sur l’accident du 30 juin 2009 de l’avion de la Yemenia Airways qui décrit la détresse des familles comoriennes de Marseille ayant perdu un ou plusieurs proches.
Et  pourtant oublier le mot crash avait été (presque) possible pour Martine Laronche, dans le même journal, le 20/21.09.09   » Est-il mort ? Je n’ai rien vu  » sous-titre :   » Après un accident d’avion, le corps de chaque victime n’est pas toujours retrouvé. Cette absence rend le deuil encore plus difficile pour les familles.  » Dans cet article, la journaliste  a alterné le mot accident et le mot catastrophe  pour ne céder  qu’une fois,  pour  » le crash de Charm El-Cheikh « ,  à la phraséologie bobue des journalistes.

cf. ma note  Un chat n’est plus un chat

_______________________________________________      

5 juillet 2009   Commentaires fermés sur Les « bobos » et les « bobus »

Quand on peut faire la fête mais pas l’enfant

           L’apparition du sida dans  la communauté gay  en Californie fut une triste histoire puisque la maladie fait désormais au XXI ème siècle des ravages dans les populations les plus pauvres en Afrique comme partout dans le monde ; elle s’acharne sur les femmes et les enfants ; c’est un désastre humanitaire à l’échelle de la planète.

Cependant la souffrance  de millions de personnes ne semble pas être pour les dirigeants  de  la communauté gay   parisienne une raison suffisante pour se priver du  carnaval de la gay pride*.  Un peu de silence et de recueillement me paraîtrait l’attitude humaniste qui conviendrait davantage.

Mais il faut croire que «  la fête  » – de jour comme de nuit- est la spécialité gay ; la parade, les paillettes et les décibels sont désormais ses rituels annuels pour exiger de la société française une  reconnaissance   dans le  » no man’s land (sic) juridique  » **

            Faire la fête est un jeu d’enfant mais faire un enfant est une  histoire beaucoup plus sérieuse. 

Si l’on n’accepte pas la stérilité naturelle de son couple homosexuel, il faut appeler à l’aide l’autre sexe.  Les progrès de la procréation médicalement assistée permettent de se passer de l’acte sexuel. Mais en attendant l’utérus artificiel***, il faudra pour les hommes trouver un ventre de femme.

C’est ainsi que l’on entend  dans les coulisses de la gay pride  »  Nous cherchons une mère porteuse  »    – un peu lourd- , alors  qu’un homme dira que sa compagne est la mère de son enfant. 
Un peu lourd aussi quand Valérie  dit :    » Finalement, nous avons opté pour une insémination artificielle avec donneur en Belgique « , ce qui n’ est pas choisir par amour le père de son enfant.

Pour les unes comme pour les autres, l’enfant est  commandé, comme un  banal article le serait sur internet,    Mécontent délibérément  privé,  dès sa conception, de la vérité et  de la fierté de ses origines. 

MM. J.W et U.B  sont mariés (?) et s’ils ont adopté Stassa en Californie, cela ne  fait pas deux pères et une fille****, cela fait une petite fille vivant avec deux hommes, deux faux grands-pères, deux vieux messieurs en voyage de noces à Venise.

La fête donc pour J.W. et U.B. ; mais pour Stassa, pour une fillette de cinq ans ?

                                 ___________________________                  

  * expression adoptée par les  bobus  / traduction :  » marche des fiertés homosexuelles  »
 ** titre de l’ article d’ Ariane Chemin /**** portfolio Parents et gays – photographies de Mattia Insolera /  le monde 2  27 juin 2009 /
*** cf. ma note La maternité selon J. Attali / 6 mars 2008
      
  NB         La recherche de la vérité de ses origines biologiques, de l’identité de celui et de celle qui nous ont créé(e)s, de celle qui nous a porté(e)s est devenue une véritable raison de vivre pour celles et ceux qui furent  abandonné(e)s, adopté(e)s, ou qui sont né(e)s sous X -( mère et père inconnus), ou encore né(e)s de donneurs inconnus.
La nouvelle procédure de légalisation de  mères  » porteuses « , réclamée par les couples stériles,  est aussi lourde de secrets et de mensonges vis-à-vis des enfants. Hypocritement, taira-t-on que l’allaitement est  » porteur  »  d’un lien supplémentaire entre ces deux êtres ? Privera-t-on le bébé du lait de sa mère  » porteuse  » ?   Le contrat indiquera-t-il qu’elle doive faire tarir son lait ou bien qu’elle doive  l’envoyer par la poste ? …

29 juin 2009   Commentaires fermés sur Quand on peut faire la fête mais pas l’enfant