Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Jeanne la Pucelle d’Orléans

           

… Un temps de vacances pour un séjour en Lorraine, et un petit tour dans l’Histoire de France 😉

A tout seigneur, tout honneur ! Commençons par feuilleter  les 7 pages que Georges Duby  consacre à Jehanne dans le chapitre « La Pucelle d’Orléans », et les 461 pages  du « Jeanne d’Arc » de Colette Beaune*.

Dans son introduction,  C. Beaune  nous invite à nous contenter de peu : « Ce livre est une étude d’images et de légendes, une étude du non-vrai et du non-réel si l’on veut. » 
Ainsi, le peuple du XXIème siècle (tout comme celui du XVème) –  devrait toujours être  fortement  impressionné par le  non-vrai et le non-réel, par les images et les légendes véhiculées par la religion ; on lui apprendrait le merveilleux et le divin  comme  raison suffisante. On tiendrait pour sûrement établi  par des récits mythiques, le socle  du pouvoir absolu des rois … de « droit divin ». 

Las, il demeure cependant que la guerre de cent ans fut  malheureusement vraie et très réelle pour les pauvres gens,  et que la défaite d’Azincourt ne fut  pas une légende.  

Ce qui est sûr, c’est que ni Colette Beaune ni  Georges Duby** n’expliquent comment « avec la Pucelle, le merveilleux s’engouffre dans le champ du politique », comment Dieu dans Sa grande pitié du peuple de France » découvrit à Domrémy la seule pastourelle qui sût monter à cheval, la seule bergère illettrée*** qui écrivît au roi d’Angleterre, la seule paysanne  plus à l’aise avec l’épée et l’étendard qu’avec la quenouille et le fuseau, plus à l’aise parmi les gens d’armes que parmi ses moutons etc.
Comment ne pas songer qu’il fallût bien que tout cela fût préparé par quelques personnages influents proches et alliés des Valois, des Orléans … et du gentil dauphin, le futur Charles VII ?  
Et aussi comment justifier que ce dieu qui avait fait souffler « des voix du ciel » sur  Jehanne « Sa prophétesse », l’ait abandonnée au tribunal d’Inquisition, pour lui infliger le supplice réservé aux sorcières  ayant pactisé avec le diable ? …  puis remords de conscience ? –  l’ait  réhabilitée, et même cinq siècles plus tard, béatifiée et  canonisée ?  Serait-ce pour illustrer le proverbe : Souvent dieu varie, bien fol est qui s’y fie ? 

                        Six siècles après, grâce à la Pucelle d’Orléans, devenue «patronne de  la France » par un miracle du Vatican, les drapeaux de la République pavoisent les églises, à la place des fleurs de lys ; somme toute, une revanche du divin de 2 000 ans sur notre  jeune laïcité de 100 ans.
  
                       
                                     … Ainsi m’est venue  la Pucelle à l’oreille…

 _________________________                           

 * Jeanne d’Arc  C. Beaune / Perrin 2004 

 ** La Pucelle d’Orléans p.333 Le Moyen Âge  987- 1460 De Hugues Capet à Jeanne d’Arc Tome 1 G. Duby Histoire de France / Hachette 1987

*** Jeanne la Pucelle fut aussi la seule bergère illettrée dont on reproduisit les paroles après le sacre de Charles VII à Reims en 1429 :  « Ores est exécuté le plaisir de Dieu, qui voulait que vous vinssiez à Rheims pour recevoir votre digne sacre, en montrant que vous estes vray Roy, et celui auquel le royaume doit appartenir. » 
_______________

NB D’autres historiens, jugés moins savants par l’Université, et dont les recherches depuis le XIXème siècle, prennent les images et les légendes pour ce qu’elles sont,  préfèrent observer, découvrir  des événements  et des  archives ; ils trouvent  des preuves du vrai et du réel – et même trouvent des preuves … dans la disparition de preuves.