Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

du Général

 

A la proposition d’André Malraux d’ériger une croix de Lorraine à Colombey-les-deux-églises, le Général de Gaulle répondit :

–  » Oui, ça incitera les lapins à faire de la résistance.  »

______________________________________         


NB
   Henri, mon beau-père, entendit en mars 1943 dans l’émission  » Les Français parlent aux Français  » de la BBC,  le message suivant :   «    Les petits lapins blancs battent des mains    «        qui annonçait à son groupe de résistants un atterrissage aux Avaux.
Depuis janvier 1943, le groupe avait recherché et préparé un terrain d’atterrissage pour un avion venu de Londres. Le terrain choisi était aux Avaux, près du hameau de Loutteville, en lisière du bois du Télégraphe, un grand terrain de huit ou dix hectares  réservé à la culture des céréales et entouré  de bois.
Trois nuits de suite, le maquis se prépara pour un atterrissage qui n’eut pas lieu.

 

                    En mémoire des Résistants                     
Fin 1940, Henri Pacory avait constitué un groupe de résistants, sur Champcueil,  un corps franc rattaché au groupe « «Ceux de la Résistance », organisé par le dentiste Aubry de Mennecy.  Un maquis accueillant résistants et réfractaires au STO était  installé au lieu dit la Garenne, dans la vallée de Chennevières entre Beauvais et la Padole.  En 1942, le groupe sera rattaché  au mouvement « Libération Nord » et rebaptisé « Vengeance ». Le Lieutenant Georges Cailleux  90 Bd Raspail à Paris, dit « Capitaine Georges » commandait le mouvement.  Georges Cailleux sera arrêté par la gestapo le 11 novembre 1943 et mourra en déportation.

… les Avaux ont été plantés d’arbres dans les années 1960 par les propriétaires, et depuis  ils ont été repris par le département de l’Essonne pour constituer  le Parc départemental des Grands Avaux.