Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Simplement la poésie

 

 

                                                                                   

                           Pierre de Ronsard (1524-1585) Ode XXI

                                       Ny la fleur qui porte le nom
                                D’un mois et d’un dieu *, ny la rose,
                               Qui dessus la cuisse d’Adon
                               D’une playe ** se vit esclose ;
                                    Ny les beaux oeillets empourprés
                                Du teint de Bellone, ni celle
                                Fleurette qui, parmy les prés,
                                Du nom d’hyacinthe s’appelle ;
                                      Ny celle*** qui jaunit du teint,
                                 De la fille trop envieuse,
                                 En voyant le Soleil atteint
                                 D’une autre plus belle amoureuse ;
                                        Ny celle qui, dessur le bord
                                  D’une belle source azurée,
                                  Nasquit sur l’herbe après la mort
                                  De la face trop remirée ;
                                         Ny les fleurons que diffama
                                   Venus, alors que sa main blanche
                                   Au milieu du lis renferma
                                   D’un grand asne le roide manche ;
                                           Ny la blanche fleur qui se fist
                                     Des larmes d’Heleine la belle,
                                             Ny celle que Junon blanchist
                                        Du laict de sa tendre mamelle,
                                        Quand, faisant teter le dieu Mars
                                         Du bout de sa fraize esgoutée,
                                          Le laict qui s’escouloit espars
                                          Fit au ciel la voye laictée,
                                                Ne me plaisent tant que la fleur 
                                       De la douce vigne sacrée,
                                           Qui de sa nectareuse odeur
                                            Le nez et le coeur me recrée.
                                                    Quand la Mort me voudra tuer,
                                             A tout le moins, si je suis digne
                                             Que les dieux me daignent muer,
                                              Je le veux estre en fleur de vigne,
                                                      Et m’esbahis qu’Anacreon,
                                                Qui tant a chery la vendange,
                                                 Comme un poëte biberon,
                                                  N’en a chanté quelque loüange. 

* La violette de mars
** De la playe que Venus se feit parmy des espines accourant à la blessure de son Adonis, mourant par la jalousie de Mars.
*** Le soucy

       Oeuvres complètes de P. DE RONSARD    Deuxiesme Livre    TOME II    
       A PARIS   chez P. JANNET, Libraire     –  MDCCCLVII              

****************************************

                            

                                              René Char         IV. A une sérénité crispée

 J’aime l’homme incertain de ses fins comme l’est en avril, l’arbre fruitier.

                                                ***

Cet instant où la beauté, après s’être longtemps fait attendre surgit des choses communes, traverse notre champ radieux, lie tout ce qui peut être lié, allume tout ce qui doit être allumé de notre gerbe de ténèbres.

1948-1950   Recherche de la base et du sommet ( Collection Poésie NRF Gallimard)

 

 

*************************************

 

                     

                         PATER NOSTER de Jacques Prévert 

                          Notre père qui êtes aux cieux
                          Restez-y
                          Et nous nous resterons sur la terre
                          Qui est quelquefois si jolie
                          Avec ses mystères de New York
                          Et puis ses mystères de Paris
                          Qui valent bien celui de la Trinité
                          Avec son petit canal de l’Ourcq
                          Sa grande muraille de Chine
                          Sa rivière de Morlaix
                          Ses bêtises de Cambrai
                          Avec son océan Pacifique
                          Et ses deux bassins aux Tuileries
                          Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
                          Avec toutes les merveilles du monde
                          Qui sont là
                           Simplement sur la terre
                           offertes à tout le monde
                           Eparpillées
                           Emerveillées elles-mêmes d’être de telles merveilles
                           Et qui n’osent se l’avouer
                           Comme une jolie fille nue qui n’ose se montrer
                           Avec les épouvantables malheurs du monde
                           Qui sont légion
                           Avec leurs légionnaires
                           Avec leurs tortionnaires
                           Avec les maîtres de ce monde
                           Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs
                            reîtres
                            Avec les saisons
                            Avec les années
                            Avec les jolies filles et avec les vieux cons
                            Avec la paille de la misère pourrissant dans l’acier des
                            canons.

                                                     Jacques Prévert Paroles Gallimard Folio p.58

 

___________________________________________________