Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

et « le truc » de l’aspirant président Macron

par L’ingénue

16 – 17 juin 2017

Dans le magazine Vanity Fair (groupe américain Condé Nast) de mai 2017, l’article  « Macron raconté par ses femmes » nous livre :
« Brigitte s’amuse à qualifier son mari de « meuf » -mec extrêmement utile aux femmes » (!?)

De fait, on y apprend que les femmes, dont Brigitte, ont été « extrêmement utiles  » au « mec » Macron ; et qu’il a suivi les bons conseils d’Anne Rubinstein, sa première chef de cabinet à Bercy qui  préparait  ainsi la campagne de  l’aspirant président sur son temps de ministre de l’Économie en 2014 : «  Trouve des  people pour lancer le truc sinon ça ne prendra pas ! »…

D’ailleurs, Michel Sapin, son successeur et ancien collègue à Bercy, n’était pas dupe et avait déclaré en septembre 2016 « qu’il avait levé le pied (sic) depuis un an ».

En 2015, dans son livre Alstom, scandale d’État (Fayard), Jean-Michel Quatrepoint  dénonce les conditions de vente de l’entreprise Alstom au groupe General Electric (GE) soulignant que contrairement aux promesses d’Arnaud Montebourg, assurant que le secteur nucléaire resterait sous contrôle français, le protocole d’accord approuvé par Emmanuel Macron en novembre et voté par l’assemblée générale, a pour conséquence de placer sous la coupe du groupe américain les turbines produites par Alstom et de cette manière la maintenance des centrales françaises.
« Nous avons donc délibérément confié à un groupe américain l’avenir de l’ensemble de notre filière nucléaire… ».
Il met en garde  sur le fait que cette vente « donne à GE le monopole de la fourniture de turbines de l’ensemble de notre flotte de guerre ».
Il évoque également la vente d’une filiale d’Alstom, Alstom Satellite Tracking Systems, spécialisée dans les systèmes de repérage par satellite, dont les produits équipent l’armée française ainsi que des entreprises du secteur de la défense et de l’espace qui tombe dans le giron de General Electric.
Il conclut : « Avec l’accord du ministère de la Défense, on a même autorisé la prise de contrôle par GE d’une filiale spécialisée dans l’analyse des données satellites notamment pour Thalès et le renseignement militaire. »[source Wikipédia]

L’aspirant président Macron, ministre de l’Économie avait sacrifié  notre  secteur industriel de pointe … pour faire « son truc »…

Alors,  que valent ses « promesses » quand on sait comment il nous a  déjà trahis ?

« (…) je vous dirai à chaque fois la vérité  (?)    (…)
je vous protègerai face aux menaces  (?)  (…)
et enfin mes amis,  je vous servirai (?) 
je vous servirai avec humilité avec force (?) 
je vous servirai au nom de notre devise liberté égalité fraternité (?)    (…)
je vous servirai avec amour (?) (?)    (…)   le soir du 7 mai 2017 à Paris, devant le Louvre. 

Mais son « truc » avait « marché »… et devrait encore  « le servir »…
… du people, des « bisous » et des Jeux…