Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Black Blanc Beur ou tous citoyens ?

2 novembre 2008

Black Blanc Beur   l’expression  « sonnait » bien ; on l’avait associée à la victoire de l’équipe de France de football en 1998 ; c’était bien dans le tempo du rap avec une pointe d’anglais et une pointe de verlan. Sauf que le choix de ces mots-là plombait l’avenir et brouillait le sens du mot égalité  /en pointant des « différences » / dans l’esprit des plus jeunes.

Alors que nous sommes définitivement toutes et tous une seule humanitéune seule espèce humaine avec une origine commune, Black et Blanc exacerbaient encore entre nous avec la différence de couleur, la notion erronée et si tragiquement utilisée de race ; Beur, arabe (en argot verlan) nommant une langue*.

Nous n’étions plus ni égaux  ni citoyen(ne)s d’une même nation, nos seules apparences physiques et/ou la langue de nos ancêtres prédominaient et nous (re)divisaient en  « ethnies ».

Black Blanc Beur nous classait à la manière d’une anthropologie pré-scientifique, avec un maximum de préjugés racistes.

De telle façon qu’en 2008, pour des collégiennes et des collégiens d’Epinay-sur-Seine**, né(e)s en France, l’idée d’être Français ou Française n’est acquise que pour quatre d’entre eux. Et que penser d’ailleurs de la présentation par le journaliste de ces élèves assistant à leur cours d’instruction civique : « un seul Blanc, une Asiatique, les autres sont des Maghrébins et des Noirs » ?

C’est dire qu’il faudra encore beaucoup d’instruction civique et morale pour qu’enfin au collège et au lycée, on ne se traite plus de « sale Black – sale Blanc – sale Beur …etc.» ; pour que soient écartées toutes ces insultes automatiques, générées par l’habitude du « classement ethnique » et l’absence de respect réciproque ; pour qu’enfin les jeunes retiennent les idées d’égalité et de fraternité avec celle de citoyenneté française (droits et  devoirs).

Black Blanc Beur  plus qu’une erreur grave était une entrave au droit à l‘égalité citoyenne, droit républicain qu’il convient de toujours proclamer pour le conquérir pleinement. La société française du XXI ème siècle – (des partis politiques aux assemblées élues, du gouvernement de la République aux services publics et aux dirigeants d’entreprises publiques et privées, des médias/ presse/radio/tv aux parents aux éducateurs et aux enseignants etc.) – a le devoir d’assurer cette conquête politique et morale.

_*_*_*_*_

* Le mot arabe désigne la langue arabe qui est une langue sémitique (comme l’hébreu) – par extension celles et ceux qui parlent cette langue.

** Ceux qui se sentent français, levez le doigt citation en italique Article de Mustapha Kessous Le Monde 19/20.10.08

_*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_

4 novembre 2008 :  Le peuple américain a élu le sénateur démocrate Barack Obama*  président des Etats-Unis. Il marque ainsi sa volonté de réagir avec celui qui a le meilleur programme – » yes we can « – face au désastre humanitaire des années Bush. Puisse cette maturité politique se concrétiser en message de paix et de respect pour les autres peuples ! Puisse cette élection signifier pour demain plus de fraternité sur notre planète !

* J’ai lu et entendu partout dans les médias français qu’il est le premier président noir ; avec un père noir et une mère blanche, il est aussi noir que blanc, aussi blanc que noir.

                                            _*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_

Lisons et relisons  encore       Martin Luther King *_ *_*_*_ I have a dream _*_*_*_*

J’ai un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain. Je fais le rêve qu’un jour cette nation se lève et vive sous le véritable sens de son credo :  » Nous considérons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes ont été créés égaux Je fais le rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour le contenu de leur personne. Je fais ce rêve aujourd’hui !  »  (extrait de son discours du 28 août 1963 à Washington).

                                                _*_*_*_*_ _*_*_*_*_ _*_*_*_*_