Mettre en résonance les médias et la vie réelle avec juste une petite pointe d'audace.
Random header image... Refresh for more!

Catégorie — Cinéma

Terra Nova : non à la laïcité – oui à la jupe « saoudienne »

Terra Nova, « la boîte à droguer (ou think tank  du PS) »  nous  informe aussi sur  sa vision inch’allah de la laïcité.
Après sa dépêche  façon « go fast » du 19 décembre 2014, en collaboration avec le journal Le Monde, pour exiger la légalisation et l’augmentation  de l’usage du haschich dès l’adolescence –  nous avons, avec le retour des cloches d’avril,  l’avis de son «responsable – M. Mehdi Allal –  du pôle anti-discrimination (sic)»  sur la nouvelle mode féminine au collège : La jupe saoudienne ou   demi -burqa.

La jupe saoudienne ou la moitié de burqa

Quand Sarah K. 15 ans – se présente ainsi à la porte de son collège* ; elle ressemble aux Saoudiennes ** et aux Iraniennes de son âge (chères au cœur des intégristes de l’UOIF de M. Lasfar)  avec sa jupe longue et noire et son voile long et noir ;  on devine que sa communauté religieuse la prépare déjà à porter la burqa, selon la charia à la mode de Ryad, de Téhéran et de Kaboul.
Évidemment pour M. Mehdi Allal de Terra Nova***, tout serait pour le mieux à Charleville-Mézières, si comme à Ryad, s’appliquait  la charia.

Mais Patatras !    M. Allal en est encore scandalisé, il vient d’apprendre que la charia qui n’a jamais été appliquée en France,  ne sera pas appliquée pour Sarah dans ce collège : ni le voile islamique, ni la jupe demi- burqa ne sont obligatoires dans les collèges publics français.

M. Allal sera-t-il aussi  outré par le fait que notre laïcité, quoique fragilisée depuis des décennies, par l’agressivité des intégristes (frères musulmans ou salafistes), soit toujours aussi forte et vive, et que, comme la première fois en 1989 à Creil pour le voile islamique, c’est une Principale de collège qui a eu  la bonne autorité pour rappeler la  loi laïque à Sarah ?
La collégienne savait qu’elle devait enlever son voile islamique avant d’entrer au collège, elle sait désormais que sa jupe demi- burqa est une discrimination islamique à  des fins de prosélytisme et est donc interdite à l’école, en France.

Mais, soucieux de l’obéissance  à la loi républicaineM. Allal du «pôle anti-discrimination- de- Terra – Nova» sera certainement sensible au fait que Sarah, parmi ses camarades de classe,  puisse retrouver – sans sa demi-burqa –  toute sa place  dans son collège paisible car protégé contre la soumission à la charia (impitoyable et sanglante en France et dans le monde). ___________________________

* Photo (LEVY Guillaume / L’Union L’Ardennais / MAXPPP)

**  Voir le film  Wadjda  de la réalisatrice saoudienne Haifaa Al Mansour [ récompensé à la Mostra de Venise par le Prix du meilleur film d’Art et Essai en 2012 ] est une bonne peinture de la vie des jeunes filles et des femmes selon la charia saoudienne.
*** Jupe pas «laïque» : une erreur monumentale du proviseur (sic)   Mehdi Thomas Allal* et Asif Arif  29.05.2015  Libération.fr _____________________________

3 mai 2015   Commentaires fermés sur Terra Nova : non à la laïcité – oui à la jupe « saoudienne »

Le « pichet » est-il un concept malin ?

 Sourions un peu avec le concept du « pitch », sorti des limbes anglaises par les médias français, pour dire « résumé ».

Et pour cela, ouvrons Le petit Bobu à la  traduction du mot pitch.

Aucune traduction des mots anglais pitcher/ to pitch/ a pitch  tirés du dictionnaire Harrap  ne devrait permettre un tel usage par les «intellectuels » des médias :

pitcher : cruche     emprunté sûrement au moyen âge au pichet français !

pitch : poix –  It is pitch-dark, il fait nuit noire – place habituelle d’un camelot – cr : terrain entre les guichets – hauteur d’un son. – degré de pente d’un toit.

To pitch : dresser (une tente). Lancer, jeter (au golf :  frapper la balle qui reste sur le green à l’endroit où elle est tombée.)  Hausser le ton de sa voix : to pitch one’s voice higher . Tomber sur la tête : to pitch on one’s head . (of ship) Tanguer. Se mettre à la besogne : pitch in. S’attaquer à : pitch into. Pitch-and-toss : Jeu de pile ou face.

Le plus proche phonétiquement en français serait le mignon pitchoun (enfant) hérité de notre langue d’oc et qui est un rayon de soleil dans tout ce pitch-dark.
________
Mais  il fallait que la télévision française et non francophone récupère  le mot   !
France 3 qui prétend avoir gagné ses galons de télévision culturelle avec « Plus belle la vie » plombe les soirées familiales dans la délinquance banalisée, et, depuis un an, nous inflige Le Pitch (avec un i à l’envers, c’est plus chic).

Vous pouvez voir Le Pitch, et même le revoir, sur CULTURE BOX ,  le site de la culture de France Télévisions  !    Ce  CULTURE BOX ressemblerait plutôt à une boîte à bêtises, farces et attrape -nigauds en tous genres.

♦ Il faut savoir que Le Pitch est produit par la Direction Artistique de France 3 et l’agence Hub Id & Napoli.

♦ Voilà comment Hub nous présente son Pitch :

« Les films cinémas (sic) vus par ceux qui ne les ont pas vus. [On rit déjà !]
Le Pitch est le nouveau programme hebdomadaire de France 3 dédié au 7ème Art.
Vous aimez le cinéma (…) Alors Le Pitch est fait pour vous.
Le concept du programme : 3 téléspectateurs, 3 histoires, 3 films.
Le Pitch d’une durée de 4 minutes met en situation 3 téléspectateurs d’âges et de régions différentes filmés chez eux.
À partir du titre d’un film et d’un  Pitch d’une phrase, ils sont amenés à imaginer l’histoire du long métrage (…) »

_________________
Après avoir vu une séquence, il m’a semblé que le mot le plus proche en anglais était pitcher : cruche qui donne au figuré, sot en français
On voudrait ridiculiser les téléspectateurs, leur faire dire autant de sottises et dégoûter à l’avance de voir les films, on ne ferait pas mieux.   C’était pitoyable.
On ne demandera pas combien, avec nos impôts et redevances, Hub et son agence sont rétribués pour un  concept aussi cruche !
__________________ 

2 janvier 2015   Commentaires fermés sur Le « pichet » est-il un concept malin ?

Voilà « le char go fast  » de Terra Nova et de Mme Touraine !

Mercredi 12 octobre 2016
M. Hollande n’a pas exécuté en entier la feuille de route  de Terra Nova, le- machin- à- penser- stupéfiant- du- PS.  Aussi, Mme Touraine, sa ministre de la Santé (?) n’a-t-elle que six mois pour faire voter la dépénalisation du cannabis -qui est si bon pour financer en milliards d’euros, les crapules des mafias et autres terroristes djihadistes en France.
Si, depuis 2012,  Mme Touraine s’est abstenue de toute action médiatisée d’envergure nationale, pour prévenir la consommation de drogues dans les collèges et les lycées,  nul doute qu’elle veuille laisser son nom à la postérité, à la fois comme la ministre du « shoot » et la ministre du « shit » .
Quel palmarès, ce sera pour la femme politique,  et pour le petit peuple des conseillers de l’Élysée, autour de M. H. et de son gouvernement PS !

Voir aussi  ma Lettre  ouverte aux élu(e)s du peuple français (2013)
_________________________________

Note du 22 décembre 2014 – complétée le 31 décembre 2014   le 15 janvier 2015 ou le double jeu du PS 

A toute vitesse, pour laisser le moins de temps possible aux citoyens, voilà  « le char  go fast » de Terra Nova(1) qui arrive avec ses obus de haschich (2) anti-jeunesse, pendant la trêve des confiseurs 2014 !

Après le cadeau électoraliste du PS en 2013 avec le mariage des homosexuel(le)s qui fera naître des bébés avec un père ou une mère en éprouvette numérotée, dans le déni total du droit des enfants à avoir accès à leurs origines et à leur hérédité biologique, voilà l’autre cadeau de Noël empoisonné de MM. Hollande et Valls rêvant de victoire en 2017.

Conjointement comme il se doit, puisqu’ils affichent la même idéologie, Terra Nova «la boîte à droguer de Thierry Pech et du PS» et « les décodeurs » du journal Le Monde ont publié, le 19 décembre 2014, les bans de la légalisation d’une drogue dont on sait les effets calamiteux sur les plus jeunes, s’ajoutant au tabac et à l’alcool.

Arguant que la France est championne d’Europe de consommation du cannabis – drôle de médaille pour les drogués – MM. Kopp, Ben Lakhdar, Perez et Laurent, promus champions du joint- sont convaincus que pour faire gagner le PS en 2017, il faut rallier désormais les vendeurs-soigneurs, en liaison directe avec le Maroc, et leurs deux millions et demi de drogués.

Arguant du fait que les drogués seraient sévèrement réprimés alors que le laxisme est quasi total, ils nous disent hypocritement que « la politique française est résolument répressive.»
Il faut avoir vu des extraits de  gentils « stages de sensibilisation » pour juger de leurs effets répressifs sur les drogués.

Pour finalement prouver avec « les calculs de M. Ben Lakhdar, économiste spécialiste de la question à Terra Nova   que « fumer des joints peut renflouer les caisses de l’État » grâce à « la légalisation de la production, de la vente et de l’usage dans le cadre d’un monopole public ».

Évidemment, M. Ben Lakhdar ne nous dit pas si sur le paquet de haschich, il veut que l’on imprime : fumer des joints tue –  fumer des joints abrutit – fumer des joints fabrique des schizophrènes –

 

Alors que s’est éteint définitivement le monopole d’État de la culture, de la fabrication et de la distribution du tabac en France ; alors que l’usine de Carquefou dans la banlieue de Nantes qui produisait 12,2 milliards de cigarettes blondes principalement des Gauloises et des Gitanes, a fermé en avril 2014 ; et cela  parce que le groupe Seita/ Altadis a été racheté  par Imperial Tobacco de Bristol qui relocalise en Grande-Bretagne, on peut être sûr  que  le soi-disant « monopole public du haschich »  sorti de la boîte de Pandore de  Terra Nova serait rapidement laminé par l’importation de la drogue « légale » américaine.

 

C’est peu dire que le projet PS -Terra Nova est aussi fumeux que dangereux, à l’image du modèle américain et de la drogue qu’il défend, et  qu’il serait temps de consulter les  millions de parents et citoyens français encore sains de corps et d’esprit.

 

 

___________________________

1   Les bobos  disent que  Terra Nova est un « think tank », expression que j’ai traduit librement dans Le Petit Bobu par « Les penseurs en char d’assaut » et désormais par « boîte à droguer du PS» .

2    haschich ou seum : mélange dit  sum  de l’arabe  semm سم   qui signifie poison
______________

NB
Δ
On reviendra sur l’impact pour les jeunes de la légalisation du haschich, qui annulerait de facto, toute tentative de prévention, au prétexte que la République juge bon pour ses finances de leur fabriquer du poison.


Le Projet PS est une atteinte grave à la mission d’éducation à la santé
de notre société, un déni du droit à la santé pour notre jeunesse.

Le gai journal fumeux et  libertin, Libération  a ouvert ses colonnes  le 30 décembre  2014 à M. Farid Ghehiouèche  se disant fondateur  de « cannabis sans frontières », et auquel on pourrait rétorquer qu’il vient longtemps après  les souverains marocains.

Ledit Ghehiouèche, fumeur en chef, qui défend les fumeurs et qui n’est ni scientifique, ni médecin est catégorique, il donne l’ordre au Premier ministre : « M. Valls, libéralisez le cannabis ! »
Son discours est affligeant  : « Logiquement (sic), il s’agit d’accepter que les dommages individuels et sociétaux causés par la consommation de cannabis psychotrope sont en réalité (sic) moindres – et sûrement surévalués (resic) du fait d’une approche privilégiant la répression policière à la prévention sanitaire — en les comparant [cumulant ?] objectivement aux  dommages causés par l’alcool ou ceux du tabac. En changeant le statut légal du cannabis psychotrope, votre gouvernement permettrait de nombreuses innovations sociales (?)  dont les retombées positives (?) seraient rapidement perceptibles. »

Ledit Ghehiouèche, fumeur en chef, ignorant de tous les rapports scientifiques sur les effets du haschich pour les adolescents, exige la mise en place  d’un  comité d’évaluation scientifique composé d’associations de défense des usagers.

Bref,  ledit Ghehiouèche et tous les revendeurs de haschich marocain en Seine-Saint-Denis, à Marseille, en Avignon, à Lyon, à Toulouse, à Lille, à Bordeaux et en Indre-et-Loire etc. exigent la dépénalisation qui – on le comprend bien – décuplerait leurs chiffres d’affaires  pour acheter des armes. Ah ! Les braves gens ! Ah ! Merci Terra Nova !

Pas de doute ! Pour M. Hollande, Mme Touraine  et leur  Parti Stupéfiant,  pour MM. Pech,  Kopp, Ben Lakhdar, Perez  (Terra Nova), et Laurent (décodeur – Le Monde)  forcément concernées par le produit :

                         Le shit, c’est maintenant.
2015 sera l’année stupéfiante ou ne sera pas.

        Tout est prêt ! Pour la cocaïne et l’héroïne aussi !

C’est même le fils cadet  de la stupéfiante Cie Royal-Hollande au pouvoir, qui assure,  avec  ses séries shlag- et- rap- street- culture- touch (!),  la promotion des ventes en Seine-Saint-Denis et au-delà, de toutes les substances psychoactives illicites.

_____________________

Pour Mieux connaître  Terra Nova  « le machin à penser – le machin à droguer du PS »

Voir les mécènes qui financent  Terra Nova   pour « favoriser la rénovation intellectuelle (sic)    de la social-démocratie [et] contribuer à la refondation de la « matrice idéologique (!) » de la gauche progressiste (!) et à la promotion de ses idéaux (!) »  parmi lesquels figure la  dépénalisation du haschich qui sera la future mission de M. Hollande et de Mme Touraine.
♠ Parmi ces mécènes, on trouve la MAIF, qui fut le fleuron des instituteurs laïques et  la  Mutualité Française qui «rassemble 500 mutuelles santé dont la MGEN (la grande absente de la prévention des conduites addictives au collège et au lycée) qui représentent 38 millions  de personnes.»

Que diront ces millions de Français mutualistes lorsque le projet de loi, sur la vente libre du haschich aux lycéens dans les bureaux de tabac, arrivera au Parlement ?
________________________

 ♠ Le double jeu du PS  le 15 janvier 2015 :
Le PS   s’avance toujours masqué : idéologie libertaire avec Terra Nova,  il vendrait la drogue aux adolescents

♠ ♠ Mais avec  la Mildeca  (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives),  il  soutiendrait le colloque scientifique INSERM ?

Le  Gouvernement PS   atteint un paroxysme d’ incohérence politique et sanitaire

 Colloque Inserm
« Conduites addictives chez les adolescents, usages,
prévention et accompagnement »

Ce   colloque, organisé par le Pôle expertise collective de l’Inserm et soutenu   par la MILDECA, aura lieu le mardi 20 janvier 2015 à Paris. Il   s’inscrit dans la continuité de la publication en 2014 de l’expertise   collective de l’Inserm Conduites addictives chez les adolescents,   commandée par la MILDECA dans le cadre de la préparation du plan   gouvernemental sur les drogues et les conduites addictives 2013-2017.La journée sera l’occasion de présenter les principaux constats et   recommandations de l’expertise en présence des chercheurs français et   internationaux (Professeure Myriam Laventure, Université de Sherbrooke) qui   ont contribué à cette publication. L’après-midi sera plus spécifiquement   consacrée à sensibiliser chercheurs et acteurs de prévention autour de   l’évaluation scientifique des programmes de prévention des conduites   addictives.

22 décembre 2014   Commentaires fermés sur Voilà « le char go fast  » de Terra Nova et de Mme Touraine !

La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ?

Empêtré  dans sa Convention interministérielle du 7 février 2013 conclue pour la période 2013-2018 – dont le préambule pleurnichard, verbeux et redondant pourrait devenir un morceau d’anthologie  sur « l’éducation à la sexualité dans toutes ses dimensions [et] les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre » – M. Peillon, ministre refondateur de l’Éducation nationale se débat dans les médias comme un beau diable, avec des propos  du genre : on ne parle pas du genre dans ma convention. De fait, le  pesant discours officiel se veut habile dans l’amalgame de la notion d’égalité filles-garçons avec  la théorie pseudo-scientifique du genre.

Le ministre a  signé ce document où l’on demande aux chefs et cheffes* des établissements d’enseignement supérieur de mettre en place «des actions de formation au genre et à l’égalité entre les femmes et les hommes (…)  pour encourager «la diffusion de bonnes pratiques… et le développement d’outils innovants sur le rôle des stéréotypes de sexe dès le plus jeune âge (…) [et] porter sur la prévention des discriminations en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre  (…) [mais aussi proposer] des outils de mise en œuvre, notamment pour l’école primaire,  veiller à ce que les sites académiques et régionaux établissent une liste d’associations agréées (?) et autres structures institutionnelles susceptibles d’assurer cette mission

Il faut bien reconnaître que le document de M. Peillon est un chef- d’œuvre du genre. 😉

En 2013,  l’institution d’un mariage homosexuel mit à l’ordre du jour la possibilité pour une femme d’être un genre de père et pour un homme d’être une genre de mère.  Ce qui faisait bien un genre d’égalité entre femme homosexuelle  et homme homosexuel mais ce qui ferait des enfants avec des genres de parents différents des autres.

♦♦ Alors, pour parachever le mariage unisexe avec la fabrication sexuée et commerciale (PMA pour les dames plus GPA pour les messieurs**)  des enfants, il fallait former rapidement les enseignants de l’école primaire en leur inculquant l’élucubration irrationnelle de la notion de «genre», afin qu’ils puissent à leur tour, «dès le plus jeune âge»,  enseigner aux enfants à nier l’autre sexe et  sa vraie part fondatrice dans la création d’un être humain, en faisant du couple homosexuel, un couple parental normal.  Selon la convention de M. Peillon, les associations agréées LGBT  assurent désormais cette «mission» en dirigeant «les actions de formation au genre» qui seront généralisées en 2014-2015.

♦♦♦ Il serait temps que MM. Hollande et Peillon s’expliquent sur le fait qu’ils aient  décidé seuls – sans demander d’autorisation à la Nation, de donner semblable mission aux  groupes de pression, avatars de  l’association «Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender»*** (made in  Berkeley California) si largement financés par des milliardaires, afin qu’ils inculquent (sans aucune autre possibilité de réflexion et d’analyse) à notre jeunesse, cette notion de genre que les LGBT eux-mêmes, disent queer c’est-à-dire  bizarre ♦.

Vous avez dit bizarre ?   Nous aussi, nous jugeons tout cela  bizarre, singulier♦, étrange ♦, voire suspect ♦ !

♦♦♦♦_______________________________

* Cela fait belle lurette que l’on dit «la chef». mais je note que depuis Marie Gouze alias Olympe de Gouges, bon plaisir du duc d’Orléans et courtisane entretenue qui se disait «auteresse» et «défenseuse» de Louis XVI, certaines féministes sont passées «cheffes» dans l’art du ridicule.

** PMA :  procréation médicalement assistée /  GPA :  gestation pour autrui

***  La plume de la convention interministérielle de M. Peillon s’est directement inspirée  de la définition du but de l’  Inter-LGBT  : « L’Interassociative Lesbienne, Gaie, Bi et Trans, créée sous le nom de Lesbian & Gay Pride Ile-de-France en 1999 (…)» qui entend régenter « les mœurs, l’orientation ou l’identité de genre  (…)  et favoriser l’émergence d’une stratégie collective.» … ou bien encore de l’article 2 § 9 des statuts de la Fédération LGBT.

♦   bizarre – singulier – étrange – suspect – sont les traductions de queer dans mon Harrap’s concise french and english dictionary.

NB Quant au film Tomboy  et à son utilisation bizarre /queer à l’école primaire, on le trouve sur www.education.gouv.fr . La fiche du film indique «Genre : film de genre».   😉

…. Enfin pour participer à l’incontournable débat,  je pense qu’une fille n’a pas besoin de vouloir devenir un garçon ou homosexuelle pour commencer des études scientifiques ou devenir astronaute, policier, juge ou pompier ; c’est oublier tout le reste (pour les garçons comme pour les filles) et la seule explication par le sexe et les jeux de l’enfance n’est que trop simpliste …  Pour l’égalité entre les filles et les garçons, je verrais avec plaisir les filles refuser de fumer tabac et haschich en buvant comme des garçons  et je pense qu’il serait bon, pour le futur de notre société, qu’elles ne gâchent pas leur jeunesse avec des jeux vidéo de guerre comme ..  les garçons …  qui eux, feraient mieux de grandir dans leur tête …

3 février 2014   Commentaires fermés sur La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ?

A Nanterre, procès du petit peuple stupéfiant de la « culture » et des médias

»    ♦  Note  modifiée le 25 août 2012       _______________________

On avait remarqué, dans ce bloc-notes, l’admiration béate, stupéfiante du petit peuple ( people) du spectacle, de la culture, des arts et des médias envers le monde des trafiquants de drogues à l’école du grand banditisme dans un univers carcéral.
Le  film de J. Audiard, Un prophète avait en effet reçu, sous leurs acclamations, le Grand Prix au Festival de Cannes en 2009.
 Les journalistes, critiques de cinéma, avaient fait ensuite tant de louanges du film, dans de dithyrambiques articles, que l’on aurait pu penser à une sorte de reconnaissance  de leur part. 
Et puis vint encore la reconnaissance de la corporation du spectacle avec Les neuf César stupéfiants que décrocha le film en 2010. 
________________________ 

     ♦ ♦           Deux ans après, il est intéressant de voir le traitement (mièvre et gentillet) de l’information sur les trafics et les usages  de la cocaïne dans et par le petit peuple des médias.

                Dans le journal Le Monde* lors du procès **de Jean-Luc Delarue pour «détention et acquisition de stupéfiants», les fournisseurs sont appelés «cinq petits trafiquants de 24 à 29 ans » même si leur chef, Farès Boughediri empoche  90 000 euros (96 000?) par an grâce à M. Delarue. 
Ce dernier interpellé en septembre 2010, est toujours présenté comme le «client vedette (sic) qui, « outre son statut de VIP célèbre et riche consacre jusqu’à 8 000 euros par mois à son addiction à la cocaïne.» 
La seule dont on apprendra le nom est une galeriste consommatrice et  complice de Farès Boughediri.

»    ♦     Les autres  « petits trafiquants » ainsi que les douze consommateurs-clients
(évidemment on ne dit ni petits ni camésresteront dans un très pudique anonymat.
Bien sûr, ce serait maladroit de se fâcher avec l’un ou l’une d’entre eux ! »    ♦    Ce n’est que du beau monde : « des directeurs artistiques, des publicitaires, des directeurs de marketing, des producteurs, des galeristes, des agents de mannequins.»  »    ♦  
Alors comme disent les malfrats et autres tueurs de banlieue : respect.
 

              Dans Le nouvel Observateur*** encore plus prudent, on tait la profession des clients, mais M. Delarue reste «la star du petit écran». Par contre l’on apprend le surnom du chef et les codes pour les commandes de cocaïne.
«La drogue étant ensuite livrée à domicile par un fournisseur attitré (sic) Osias Anderson, 25 ans (récidiviste) déjà condamné en 2008 pour trafic de stupéfiants, [qui] a refusé [ omerta de la mafia ] de dire aux juges où il se procurait la précieuse (sic) poudre blanche».
 

             Quant à France TV info ****elle se contente de reprendre le premier article, en ne citant que le nom de Farès Boughediri.
Loi du silence ou omerta, comme à Naples ou à Villiers-le-Bel, pour  »    ♦   taire les noms des autres trafiquants et/ou les professions des personnalités que l’on invite régulièrement sur les plateaux de télévision…

La justice toujours clémente a requis de fortes amendes et des peines de prison de six mois à deux ans ferme contre les cinq hommes ; une  amende de 15 000 euros  et une peine de quinze mois avec sursis pour la galeriste. »    ♦ Des peines  requises contre « les directeurs artistiques, les publicitaires, les directeurs de marketing, les producteurs [de cinéma , de spectacles et de télévision], les galeristes, les agents de mannequins.»  on ne saura rien    ♦  

Le trafic de cocaïne, ses mafieux et ses consommateurs ont de beaux jours devant eux
…  Avec la garantie de la bienveillance de la justice française : la multirécidive sera même encouragée par  Mme Taubira  ministre de la justice du gouvernement PS.

_____________________                               
 
*Le dealer (revendeur) de cocaïne de JeanLuc Delarue décrit les exigences de son client vedette  Yves Bordenave Le Monde 4.07.2012
»    ♦    **Pour M. Delarue, malade d’un cancer de l’estomac et du péritoine – »    ♦    mort le 24 août 2012- »    ♦   le procès avait été renvoyé au 1er février 2013.
Cf. ma note  »    ♦   La répugnante recette de la cocaïne  et la page  »    ♦  Lexique de «people à trash – sniffer»  
***  Nanterre : procès d’un vaste réseau de revendeurs de cocaïne sans l’animateur Jean-Luc, jugé en février 2013  Paris AP 2.07.2012
**** Delarue, un client « très pressé », selon son dealer (revendeur)  France TV info 3.07.2012

18 juillet 2012   Commentaires fermés sur A Nanterre, procès du petit peuple stupéfiant de la « culture » et des médias

 » Certains territoires de la République « 

                

Dans le droit fil de la toile dumonde.fr,  la  nouvelle phraséologie  des «territoires de la République» devient officielle. 

Le jeudi 1er mars 2012, la rédaction du journal Le Monde, dans sa rubrique Votre avis  s’adresse aux abonnnés ainsi  : 
     « Pour vous les incidents qui ont émaillé la visite du président de la  République à Bayonne le desservent en montrant qu’il n’est pas bienvenu dans certains territoires de la République »-  65% des 7353 votants ont approuvé à la fois le fond et la forme.

                  Jérôme Guedj, président socialiste du conseil général de l’Essonne qui avait jugé  que le débat sur l’identité nationale était « indigne» a dû se rejouir de voir que dans un «territoire» de la bonne ville de Bayonne – au nom évocateur de si bons jambons – il est  «digne» que le président ne soit pas le bienvenu et que les abonnés de son journal préféré plébiscitent cette nouvelle « dignité de territoire ».

__________________________               

NB …. « à Marseille*, -dit Ariane Ascaride, il y a des cités où on a pu tourner [avec Robert Guédiguian ] et dans lesquelles on ne peut plus : les mecs nous disent  » tu viens tourner chez moi (sic), tu paies  » … ils se sont appropriés le territoire. » 
En toute  « dignité » selon M. Guedj …   qui ne s’indignerait pas pour si peu le territoire des « mecs », c’est du communautarisme  religieux et mafieux  … qui se solde désormais entre  garçons de 14-16 ans par des règlements de comptes  à  l’AK 47 … comme à Naples avec la camorra. 
       ♦ Est-ce cela l’avenir de Marseille ?

* cf. Villes Mondes / France culture / note précédente

5 mars 2012   Commentaires fermés sur  » Certains territoires de la République « 

La gent stupéfiante des médias et de la culture (1)

             

 On avait remarqué, dans ce bloc-notes, l’admiration béate, stupéfiante du petit peuple ( people) du spectacle, des arts et des médias envers le monde des trafiquants de drogues à l’école du grand banditisme dans un univers carcéral. Le  film de J. Audiard, Un prophète* avait en effet reçu, sous les acclamations, le Grand Prix au Festival de Cannes en 2009.
Les journalistes, critiques de cinéma, avaient fait ensuite tant de louanges du film, dans de dithyrambiques articles, que l’on aurait pu penser à une sorte de reconnaissance  de leur part. 
Et puis vint encore la reconnaissance de la corporation du spectacle avec Les neuf César stupéfiants que décrocha le film en 2010.

L’information suivante de l’AFP  nous en fournit une illustration lugubre dans cet extrait  : 

 » …  un responsable de TF1 condamné à 1 an avec sursis

AFP | 09.12.10 | 19h57

L’ancien patron de TF1 International, Patrick Binet, a été condamné jeudi à Paris à un an de prison avec sursis et 35.000 euros d’amende pour homicide involontaire, après la mort par overdose d’un homme à son domicile, et infraction à la législation sur les stupéfiants.

M. Binet, devenu depuis les faits directeur général de TF1 Droits audiovisuel, avait été placé en garde à vue le 17 avril 2008 après la découverte à son domicile parisien du corps sans vie d’un homme avec qui il avait passé la soirée.

C’est à son réveil qu’il avait fait la macabre découverte et appelé les secours. La victime, âgée de 40 ans et haut fonctionnaire au ministère de la Culture, avait succombé à une crise cardiaque à la suite d’une partie fine, au cours de laquelle elle avait consommé des produits stupéfiants.

De la cocaïne et du GHB avaient été retrouvés dans l’appartement. Le GHB, ou acide gamma hydro butyrique, est une molécule à l’effet désinhibant, particulièrement toxique lorsqu’il est consommé avec de l’alcool ou à dose élevée.

M. Binet également poursuivi pour possession, consommation et cession de drogue était par ailleurs soupçonné d’avoir détruit des preuves, dont des papiers ayant contenu de la cocaïne, jetés dans une poubelle et à la rue avant l’arrivée des policiers.

(…) Le** (la) procureur Anne-Cécile Alexandre avait requis 8 mois d’emprisonnement et 10.000 euros d’amende contre le prévenu, estimant que M. Binet  » n’avait pas pris les mesures permettant d’éviter l’issue tragique « .  (…)  »

_______________________                        

Un prophète de mauvais augure     
La dernière saisie de drogues dans les beaux quartiers de Neuilly-sur- Seine nous renseigne un peu plus sur la proximité des classes aisées et des trafiquants, et sur le chef du réseau récidiviste et criminel ….qui aurait pu servir de  » modèle « (sic) … et qui est en fuite
  2010 Record des saisies de cannabis, de cocaïne et d’héroïne

 ** L’AFP souffre de L’articulite .

         _______________________

26 décembre 2010   Commentaires fermés sur La gent stupéfiante des médias et de la culture (1)

Citoyens ou guignols des mafias-unies ?

              

On a vu comment le jury expert des César 2010 a récompensé le film Un prophète de Jacques Audiard… et comment Malik le prophète avait déjà planifié en prison, par des crimes  pendant ses journées dites de  » réinsertion « (sic), l’organisation de son juteux trafic de drogues.

Des événements récents pourraient fournir à M. Audiard un scénario pour Un prophète 2 et lui permettre sans nul doute de triompher une seconde fois.

Le tournage aurait lieu  dans la bonne ville de Lyon qui vit les débuts cinématographiques prometteurs des frères Lumière. C’est là en effet, que des récidivistes* viennent d’être arrêtés après avoir transporté depuis la Hollande, une autre plaque tournante du trafic européen,  dans une luxueuse voiture de sport, 110 kg d’héroïne et 54 kg de cocaïne ; l’un des supects ayant à son domicile 190 kg d’héroïne et 3 kg de cocaïne entreposés.

Le commisssaire divisionnaire de la Direction inter-régionale de police judiciaire de Lyon sait que dans la région, à l’instar de la région parisienne, marseillaise etc.,   » il y a une demande forte « .  Nul doute que les 120 000 doses d’héroïne vont manquer aux 120 000 complices consentant(e)s qui les attendaient impatiemment avec leurs billets de banque.

Après avoir réintroduit les loups et les ours dans nos pâturages, la société chic des bobos des beaux quartiers va pouvoir – avec la bonne image des drogues que  ses médias  imposent-  «  militer  » pour la construction de belles prisons confortables pour ses pourvoyeurs de poisons , «  exiger  » la dépénalisation du trafic,  »  revendiquer  » la construction d’établissements spécialisés pour sevrer les centaines de milliers de toxicomanes, auxquel(le)s  la Sécurité sociale remboursera aussi les millions de doses de méthadone et de subutex.

Sachant que, plus les acheteurs de cannabis, de cocaïne et d’héroïne deviennent définitivement dépendants, plus les mafias-unies deviennent puissantes,   le gouvernement  des mafias-unies d’Europe  se met  en place  ; sa devise est «  droguer, tuer, empocher« , et sur son drapeau noir, ses valeurs sûres :   » une seringue, une AK 47,  une liasse de billets , un lance-roquettes     « .  La religion ne sera plus seule à être l’opium des peuples, on le leur servira aussi directement – avec les compliments des talibans et des banquiers des paradis fiscaux Mécontent pour les abrutir, les asservir, les soumettre… encore et toujours…

Comment imaginer qu’un peuple de drogués  puisse encore défendre ses droits et accomplir ses devoirs citoyens ? Cela nous permettrait-il de mieux comprendre pourquoi le débat sur la citoyenneté française a tant déplu à certain(e)s ? 

______________________________              

* Saisie record Lyon leprogres.fr

NB Dans le palmarès des mafias-unies, la région parisienne se distingue. Après le reportage « Mes voisins sont des dealers » de l’émission Haute définition de TF1 le 29.03.10, Le directeur adjoint de la Police judiciaire de Paris* a déclaré : «  On a arrêté 600 trafiquants de stupéfiants sur la Seine-Saint-Denis l’année dernière et 3 000 pour toute la région parisienne ».
A Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) la police venait de démanteler un réseau en saisissant environ 1 million d’euros en petites coupures. Le trésor de guerre des mafias-unies de la région parisienne pour une même période serait donc au minimum de 3 milliards d’euros … et, en réalité  bien plus encore. On imagine facilement à quoi cela leur sert : à la corruption, au blanchiment d’argent, au trafic d’armes  etc.
 
                 Dans une telle situation qui tend à prendre de l’ampleur sur tout le territoire national, dans une telle situation où  les honnêtes citoyens  sont sordidement pris en otages par les crapules des mafias-unies qui leur pourrissent la vie,  Mme Fadela Amara, notre ministre courage de la politique de la ville devra être soutenue loyalement par le gouvernement et le parlement qui  lui accorderont un supplément budgétaire, ainsi que par la solidarité active de ses collègues ministres, et évidemment – comment en douter ? – celle du PS, afin d’oeuvrer ensemble à redonner à nos banlieues la vie paisible qu’elles méritent.______________________________              

 

*Lemonde.fr avec AFP 29.03.10

16 mars 2010   Commentaires fermés sur Citoyens ou guignols des mafias-unies ?

Les neuf César stupéfiants

            

Ce sont quelques milliers de professionnels à jour de leur cotisation de membres de l’Académie des arts et techniques du cinéma qui ont porté en triomphe le film Un prophète de J. Audiard avec neuf César dont un double pour l’acteur principal Tahar Rahim.

Ces nanti(e)s , producteurs, distributeurs, industriels, réalisateurs, metteurs en scène, acteurs et autres attachés de presse etc. ont voulu signifier très officiellement à la population française quelle fascination était la leur,  face à  la fabrication d’un petit chef mafieux assassin, dont la belle réussite d’un système de  » go fast Maroc-Marbella- Paris « ,  dès sa sortie de prison, leur a réjoui le coeur.

 Les journalistes, lors de la sortie du film étaient déjà apparus comme hallucinés (sic) par une telle merveille. Il n’y avait pas assez de mots pour en faire la louange. Certains y avaient même vu   » une rare  figure de  héros arabe « * tout en se  faisant les censeurs, après tant d’autres penseurs et philosophes anarcho-libertaires, et selon la vision de Jacques Audiard dans le film, d’une administration pénitentiaire  jugée seule coupable.

On sait combien le renversement des valeurs morales a la faveur des créateurs géniaux d’événements artistiques, mais de là à vouloir nous faire croire que le mot diversité  rime avec criminalité me chagrine d’autant plus que je lui préfère sa rime avec citoyenneté ; et que pour excellent acteur que soit Tahar Rahim, la sombre appartenance de son personnage à l’univers de la délinquance n’en fait pas pour autant, et fort heureusement, le représentant exclusif de la diversité en France.

__________________________________            

*  cf. la note  Un prohète de mauvais augure   et la note 2010 Record des saisies de cannabis, de cocaïne et d’héroïne – mise à jour du 10.12.2010  

 

1 mars 2010   Commentaires fermés sur Les neuf César stupéfiants

Un prophète de mauvais augure


Note revue le 15 février 2013            

Un an après Gomorra, film courageux parce que sans pitié pour la mafia qui n’a de pitié pour personne, le film Un prophète de Jacques Audiard se replace dans la perspective de la fabrication du « héros* » (sic) mafieux, dans la re- création du mythe cinématographique du parrain à la  sauce napolitaine,  sicilienne,  ou américaine.

La distribution des rôles est  parfaitement réaliste ; elle donne un aperçu de l’actuelle population carcérale. Celle qui a voulu échapper à toute éducation, à toute morale civique, à tout enseignement… jusqu’à la case prison. C’est ainsi et c’est redoutable  d’ignorance et de sauvagerie.

Entre la communauté-gang corse et la communauté-gang barbue (islamistes), Malik ** 19 ans n’aura pas la liberté d’évoluer dans le bon sens, ni de se poser les bonnes questions ; et le cinéaste nous impose d’emblée  sa vision d’une administration pénitentiaire totalement à la solde des assassins.

Malik apprend à coudre, à lire et … à tuer selon le manuel du parfait sale petit mafieux. Il apprend comment on devient un chef et il prépare sa réinsertion (sic) en mettant en place, à l’insu des Corses et des barbus mais grâce à eux, son premier système de  « go fast » entre Marbella et l’Ile-de-France : l’apprenti mafieux sait que « d’honnêtes citoyens français (sic) »,  en attente pathologique de leur drogue, seront vite ses plus fidèles clients, ses meilleurs complices.

Cf. ma note du 18 juillet 2012 : A Nanterre, procès du petit peuple stupéfiant de la « culture » et des médias

                   L’art de J. Audiard consiste à nous dévoiler un univers carcéral qui fonctionnerait « hors la loi  »  prêt à accoucher régulièrement de nouveaux monstres. Je me garderais bien de trouver  « exaltant » ***  un tel parcours, mais le cinéaste nous livre un  documentaire réaliste, en prophète de mauvais augure.

___________________________               

David Fontaine (Le Canard enchaîné  26.08.09) est dans cette mouvance, fasciné par ce qu’il appelle « une rare figure de héros arabe » (sic).
Pourquoi cet abêtissement  à ne voir de « héros »  que  dans la délinquance criminelle qu’il s’agisse de Mesrine ou de mafieux, alors que ce ne sont que des brutes malfaisantes ?
** L’acteur Tahar Rahim est excellent. On lui souhaite d’autres films pour échapper à cette sordide image.
*** Article de Thomas Sotinel A l’ombre des murs, une épopée criminelle violente et exaltante (sic) Le Monde 26.08.09

Un prophète     Festival de Cannes 2009

Voir ma dernière note de 2010 :   
La gent stupéfiante des médias et de la culture

____________________

18 septembre 2009   Commentaires fermés sur Un prophète de mauvais augure

Revoir  » La Journée de la Jupe « , l’excellent film de J-P Lilienfeld

 Note du 25.03. 2009   –  complétée le 3.06.2014  et le 19 octobre 2014 

À revoir sur Arte le mercredi 22 octobre 2014 (13h30) et sur ARTE +7

« La Journée de la Jupe » permettra peut-être aux ministres de l’Education nationale – du PS à l’UMP confondus (sic)  qui se sont succédés depuis 25 ans, rue de Grenelle –/ beau quartier/ de  prendre la mesure de la lâcheté , du laxisme et de l’impuissance de leur politique éducative.
Comment ont-ils pu faire semblant d’ignorer tou(te)s ces enseignant(e)s blessé(e)s, agressé(e)s, injurié(e)s, humilié(e)s ?
Comment ont-ils pu accepter toutes ces années scolaires gâchées pour tant de lycéen(ne)s, tant de collégien(ne)s ♦♦,  tous ces apprentissages rendus impossibles par les perturbations et les violences permanentes d’une poignée d’élèves, toujours les mêmes, toujours incontrôlables ? 

Ce film de Jean-Paul Lilienfeld, interprété remarquablement – comme  à la Comédie-Française  – par Isabelle Adjani, Denis Podalydès et de très bon(ne)s jeunes actrices et acteurs est un extraordinaire plaidoyer en faveur de l’urgence d’un retour au savoir-vivre ensemble, au  devenir-citoyen ensemble* dans les établissements d’enseignement, pour que les professeurs puissent à nouveau, enseigner.

Film poignant où toutes les vérités sont dites
, où Sonia Bergerac, la professeur de français révèle l’hypocrisie  des garçons sur la virginité des jeunes filles, qu’ils disent « respecter» en ne s’asseyant pas à leur côté, alors qu’ils se passent en boucle  le film du viol collectif de l’une d’elles, qu’ils viennent de commettre ;  ce faisant, alors même qu’ils lui débitent leur chapelet d’injures sexistes obsessionnelles, elle met au jour la misogynie  millénaire des dogmes monothéistes ;  elle,  la femme savante en jupe, est « leur victime  désignée » , celle qu’il faut  humilier,  dépouiller de tout pouvoir, de toute autorité.

            

Quand rien, ni personne, ne peut plus arrêter les comportements brutaux et  compulsifs de  garçons de seize/ dix-sept ans …  quand ils se savent encouragés par le dogme islamo-intégriste de la soumission des femmes quand ils emploient toutes leurs forces et leur vocabulaire  obscène  à   s’imposer en « chefs » de la professeur et des jeunes filles … quand ils apportent leurs drogues et leurs armes dans les établissements scolaires…

… Ce n’est plus alors une comédie de Molière que l’on peut répéter avec plaisir dans l’auditorium du lycée, c’est la tragédie du naufrage de la transmission des valeurs laïques et culturelles ; c’est l’enlisement dans l’injustice, l’ignorance, la violence, bref le crétinisme.

On nous annonçait le retour du religieux au XXI ème siècle. Il est bien là, avec son sinistre cortège  de violences faites aux femmes ; avec partout dans le monde, le retour au  pouvoir de l’obscurantisme et de la terreur.

Après avoir voulu imposer en France, le port du voile islamique à l’école laïque,  la chape de plomb du dogme intégriste est toujours là, pour écraser les jeunes filles et les femmes.
Si j’entends dire par les féministes  que le port du pantalon a été  « une  grande victoire »  pour les femmes, je veux penser que face aux islamistes, la République saura défendre leur liberté et leur droit de porter  aussi … une jupe.

       OUI aux journées de la jupe ;  une façon aussi élégante que  féminine de  dire NON aux apprentis-talibans.      

 ♠ Au collège de Fenouillet (Haute-Garonne) une professeur de mathématiques a été grièvement poignardée vendredi 15 mai 2009 par un élève de 13 ans. (…) un collège sans  aucun signalement de violences. AFP 16.05.09

                         

♦♦ Voir « la Communication en Conseil des ministres :  les résultats de l’enquête Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) Brève (sic) – Vincent Peillon – 04/12/2013  qui conclut : « Il faut s’occuper des 20% d’élèves en difficulté, et réaffirmer que l’aide aux élèves les plus faibles ne nuit ni aux meilleurs, ni aux moyens. (…) Toute l’action du Gouvernement répond à cet impératif : mieux venir en aide aux élèves en difficulté pour élever le niveau de tous. Au-delà de ces actions, Pisa invite (sic) à accélérer les réformes qui permettent de redresser le système éducatif français en lançant le deuxième acte de la refondation de l’École. »
 «Pisa invite » ! C’est bien la preuve que le ministre, le président et son entourage n’ont jamais prêté la moindre attention aux rapports de l’Inspection générale depuis trente ans ! Quel cynisme !
Après  le premier acte médiocre d’une réforme ratée des rythmes scolaires dont on voit  avec M. Hamon, en cette rentrée 2014, qu’elle n’est qu’aménagement de « temps périscolaire » toujours à la charge des municipalités,  et confortant la permanente réduction  du temps des apprentissages fondamentaux, par conséquent l’impossibilité d’améliorer les acquis de 20 % d’élèves.
♦ La refondation (sic) façon PS ne fera que fragiliser un peu plus l’édifice Éducation nationale.
Il s’en lave déjà les mains le président Hollande, et son «  changement, c’est maintenant » vire au même royal mépris de la France qu’avait Louis XV  avec son « après moi le déluge » !


*La loi du 15 mars 2004 sur la laïcité le rappelle avec vigueur : (…) « En protégeant l’école des revendications communautaires, la loi conforte son rôle en faveur d’un vouloir-vivre ensemble. »

 

La Journée de la Jupe     Arte                     La Journée de la Jupe   le site               

  Revue de presse      Le Monde  de  mars 2009

Deux journalistes ont travaillé sur le film. La première, Macha Séry dans le supplément TV daté du 15/16 mars 2009, le second, Jacques Mandelbaum dans Le Monde du 25.03.09 / version longue dans lemonde.fr du 24.03.09.

Macha Séry présente le film pour sa première diffusion du 20.03.09 sur Arte.
Le titre de son enquête sur trois pages
 : Fiction Mixité Egalité Laïcité donne le ton de son approche très documentée qui va à l’essentiel. Des propos de son entretien avec Isabelle Adjani, elle met en conclusion ces mots de l’actrice :  « J’espère que ce film aura une résonance chez les jeunes et leurs parents. Je suis sûre que ne donnant pas de leçon, il va contribuer à la réflexion. »
Il y eut 2 245 000 spectateurs pour voir ce film sur Arte…

Jacques Mandelbaum choisit le ton détaché de celui qui semble peu concerné par ce « lycée de banlieue à problèmes, du genre où les élèves terrorisent les enseignants. » La dérision l’emporte dans son commentaire, où il ne voit dans ce film qu’un « prétexte tragi-comique à une laborieuse leçon de morale civique. »
Dans sa version longue, le ton de la dérision ostentatoire revient  avec les formules « surf  habile entre farce et drame, gros numéro d’actrice  ». En fait  « le problème » pour lui est que cette jupe-là est cousue de fil blanc (sic).
Toute cette morale l’importune, d’après lui  – le meilleur cinéma est celui de « l’ambiguïté morale »,  et il estampille le film d’un ambigu « pourquoi pas », pour sa sortie en salles.

     Il faut croire que l’article de Jacques Mandelbaum a été jugé, plus  éditorialement correct  que celui de Macha Séry par la rédaction du journal,  puisque lui seul est archivé et accessible aux lecteurs sur lemonde.fr, en ce 30.03.09.

______________________________________
19 mai 2014    ministère Hamon  /  directive LGBT du 7 février 2013

Où l’on voit  que l’opération « Ce que soulève la jupe » du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche n’a rien de commun avec le film La journée de la Jupe.
Il s’agit désormais pour M. Hamon, ministre, de
demander aux garçons et aux filles de venir en jupe dans leurs lycées de l’académie de Nantes, pour dire  » non au sexisme » , et aux professeurs de prendre une heure de cours pour parler Féminité et Masculinité ;  le groupe de pression  LGBT  ayant dans la Convention interministérielle du 7 février 2013 imposé la formation à la notion de « genre ». / cf. La notion de genre ? Vous avez dit bizarre ?

 

   Du coup, avec des garçons en jupe, la théorie du genre  brouille dangereusement le simple droit des femmes en France, à porter une jupe, en donnant sa bénédiction aux islamistes barbus en robe, qui leur imposent la burqa.
Sans parler de l’ambiguïté malsaine du titre Ce que soulève la jupe qui ressemble à un appel au viol !

Et sous couvert  de lutter contre le sexisme avec des garçons en jupe, le PS de M. Hollande et ses syndicats  ne feront rien pour obliger le patronat à verser un salaire égal pour un même poste aux femmes, et à leur donner les mêmes   promotions aux postes de cadres et de dirigeants.
Sortie de son cadre étriqué et de son prosélytisme sectaire, l’idéologie homosexuelle du genre n’est  qu’un faux-semblant impuissant. 
Pire, la théorie du genre est avec l’ intégrisme islamique, une trahison des femmes, un coup bas contre l’égalité citoyenne.
__________________________
Note du 25.03. 2009   –  complétée le 3.06.2014  et le 19 octobre 2014 

25 mars 2009   Commentaires fermés sur Revoir  » La Journée de la Jupe « , l’excellent film de J-P Lilienfeld

Le musée dans tous ses états

Classé sèchement à la rubrique  » On peut éviter « *, sans aucun commentaire, le film  Musée haut Musée bas de Jean-Michel Ribes devrait-il passer pour cela directement aux oubliettes ?

J.M. Ribes a su croquer pour ce musée imaginaire des tableaux bien vivants, hauts en couleurs, avec une verve rabelaisienne qui m’a mise en joie. N’en déplaise au grincheux **!

Haut lieu, regroupant dans un cadre magnifique,  ce qui fut possédé pour son unique jouissance et pendant des siècles par la société d’en haut, le musée s’ouvre à nous et déborde pour notre plus grand plaisir de toute la richesse de notre culture. Chacun(e) y ajoutera sa touche personnelle, ses impressions, ses ombres et ses lumières.

 Le portrait du ministre de la culture en rose, prompt aux louanges devant les photos de sexes masculins est à la mesure de la farce***  , comme celui du conservateur en rouge qui le chaperonne, et le rassure sur la qualité de la prochaine exposition de nains de jardin :  » certains poussent des brouettes  » ! Le tableau des têtards et des crapauds dans les toilettes, quand on a aperçu l’urinoir de Marcel Duchamp au milieu des autres, vaut aussi son pesant d’or… et de rire.

La comedia dell’arte se poursuit… avec l’entrée des artistes  : le duo aux costumes fleuris qui s’autoproclame oeuvre d’art, le créateur à l’absence géniale qui compose un groupe de neuf visiteurs – dont un critique, dans une salle vide,  et pour finir, José et le Family Art ou l’art  de mettre sa mère (Josiane Balasko)  dans un aquarium  rempli de formol****.

Tout cela baigne dans une atmosphère où les mythes teintent en sombre ce que le jaillissement de la nature verdira. Mais comme il faut que chaque visiteur puisse créer sa propre vision de l’art, je laisse planer le mystère … Y aura-t-il un miracle à l’apparition de toutes les madones du musée ?

             

 * Le Monde 19.11.08

** Le préféré de David Fontaine -dans Le Canard enchaîné 19.11.08- qui classe le film parmi  » les films que l’on peut ne pas voir « .

***   Voir les pages :  C’est de l’art ?      Paroles de critiques      Jeu de piste dans l’histoire de l’art du XXème siècle

**** Comme un veau de Damien Hirst !

27 novembre 2008   1 Comment

« C’est dur d’être aimé par des cons »

Note du 23 septembre 2008


      Ce film documentaire de Daniel Leconte sur le procès des caricatures – (2007), intenté contre CHARLIE  HEBDO  par La Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman, l’Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale est un vrai moment de bonheur, tant on jubile devant la force de l’humour, de l’intelligence, de la lucidité et du courage, devant la victoire de la liberté d’expression* .

Mais l’intégrisme barbare est toujours là, et dès le soir de la  » relaxe « , Philippe Val était menacé de mort…

C’est dire si le succès du film serait un signe fort contre les menaces et les crimes de l’obscurantisme envers les musulman(e)s laïques et démocrates tel Mohamed Sifaoui, comme envers celles et ceux, croyant(e)s ou libres de toute religion, donc envers nous tou(te)s. 

    

  * Remarquable témoignage d’Elisabeth Badinter : ...[si Charlie Hebdo est  condamné] « c’est le SILENCE qui va tomber sur une société démocratique, en apparence, et qui sera en fait, saisie par la TERREUR ! «    

Encadrant le titre       Le Canard enchaîné       du 8 février 2006, on avait lu :
 » Les intégristes se battent pour le respect de la liberté _____ d’oppression « 
________________________

25 septembre 2008   Alors que le film est sorti en salle  le 17 septembre 2008, je note le silence assourdissant des écrans de France Télévisions  et de Canal + . Les journalistes se saisiraient-ils du  » cas Siné  » pour reproduire, avec un semblant de bonne conscience, le même silence apeuré des  journaux au moment du procès ? 

 C’est dur pour CHARLIE HEBDO d’être censuré deux fois par des confrères ! 

****                                               *******************   

       Bande Annonce du film C’est dur d’être aimé par des cons      en DVD le 19  mars 2009

Sélection Festival de Cannes 2008
*Le 

*********

 En marge…         Lemonde.fr | 02.04.09 | Philippe Val serait pressenti à la tête de France Inter

Mon commentaire sur Lemonde.fr : Philippe Val est un homme courageux qui a su défendre notre liberté d’expression menacée de mort, dans le procès dit des caricatures intenté contre son journal par un pouvoir religieux. Il a endossé toute sa responsabilité, il a été victorieux et nous avec lui. On peut penser que cela a été « dur » pour lui de n’être ni « aimé » ni soutenu par ses « confrères ». Peut-être ceux-là qui maintenant le jalousent ?          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23 septembre 2008   Commentaires fermés sur « C’est dur d’être aimé par des cons »

” Le Sel de la Mer ” ou vivre libre en Palestine

  Le Sel de la Mer* ( Milh hadha Al-Bahr ) le dernier film d’Annemarie Jacir, est tellement proche de la réalité par son sujet comme par ses conditions de tournage qu’il est déjà une page d’histoire de la Palestine.

 Est-ce pour cela que la jeune réalisatrice palestinienne exilée en Jordanie s’est vue refuser par l’Etat d’Israël, l’autorisation de venir avec toute son équipe pour une première mondiale en avril 2008 dans le camp de réfugiés d’Amari, à Ramallah ?

 Après avoir écarté les écrivains et poètes israëliens en langue arabe du Salon du Livre de Paris, l’état d’Israël boucle donc la politique culturelle en Palestine, comme il a déjà bouclé la circulation des personnes par des murs **, des grilles, des barbelés et six cents points de contrôle.

 Avec lucidité et dignité, Annemarie Jacir évoque le poète Mahmoud Darwich et cite «  l’un de ses vers [qui] semble d’ailleurs résumer l’esprit du film :  » La route vers la maison est plus belle que la maison elle-même. « ***  

                                                                              

 * Entretien avec Annemarie Jacir pendant le Festival de Cannes 2008 en présence de Suheir Hammad (Soraya) et de Saleh Bakri (Emad)                                                            

  Le Sel de la Mer (Bande Annonce)

** (Re)voir l’excellent documentaire de S. Bitton : Le Mur

*** Propos recueillis par Mathilde Blottière (Télérama n° 3060)   

 Octobre -novembre- décembre 2008  sur Arte.tv       Gaza  Sderot   la vie malgré tout

                                                                                       

17 septembre 2008   Commentaires fermés sur ” Le Sel de la Mer ” ou vivre libre en Palestine

Gomorra

  FILM  IMPRESSIONNANT de Matteo Garrone d’après le livre éponyme de Roberto Saviano. Il nous donne à voir le «  monde apocalyptique « *  de la camorra, la mafia napolitaine. Loin, très loin des clichés d’Hollywood, faisant d’Al Capone et autres parrains,  des  » icônes « .

 Film sans complaisance donc, sans romance ni état d’âme.  Matteo Garrone filme la férocité humaine, l’abominable apprentissage de très jeunes garçons à l’école du crime. 

Film réaliste, film courageux : la dictature de la Camorra a déjà condamné la belle ville de Naples et la fertile Campanie au pourrissement des ordures et aux déchets toxiques. Elle perpétue au XXI ème siècle l’asservissement des plus pauvres dans les ateliers clandestins, pour développer aux Etats-Unis, en Afrique, en Amérique latine, en Italie et dans toute l’Europe, de gigantesques profits ; avec le commerce de toutes les drogues, de toutes les armes, des articles de luxe et de Haute couture, avec la construction de complexes hôteliers et résidentiels de luxe dans les régions les plus touristiques etc. etc.

A la question : « un film peut-il changer les choses ? » Maria Nazionale**, après avoir dit combien le film reflétait l’actualité de chaque jour à Naples, répond que  » ça peut aider à réfléchir – ça peut être un espoir surtout  » ; et son visage s’éclaire d’un merveilleux sourire pour exprimer sa fierté d’être napolitaine. Roberto Saviano, napolitain lui aussi, n’est ni  » vraiment très optimiste [ni] désespéré «  ; le film*** peut faire  » bouger les consciences « … son livre aussi.

… la démocratie, que la camorra a condamnée à mort, bouge encore.

                                                                          

  * Entretien pendant le Festival de Cannes 2008 avec Matteo Garrone, Roberto Saviano et les acteurs du film.  

  ** Maria dans le film

  *** Gomorra

  cf ma note   Rêve à Milan et cauchemar à Naples 21.10.08

     Roberto Saviano sur France 5 – il est accueilli par François Busnel dans La grande Librairie le jeudi 27 novembre 2008 / à voir ou à revoir dimanche 30 novembre à 9h 50.    » …Toute la cocaïne française est traitée à travers les cartels italiens qui traitent avec les cartels d’Amérique du Sud … » R.S.     

—————————————-      ———————————————

Arte THEMA  sur les deux autres mafias : n’drangheta et cosa nostra

                         Mafia et antimafia  16.12 2008 / 18.12.2008

1- Main basse sur l’Europe – n’drangheta (mafia calabraise) réalisatrice Agnès Gattegno

 2- Halte à la mafia – cosa nostra (mafia sicilienne) réalisateur Jorge Amat / « Comment en Sicile, la société civile a commencé à se dresser contre la mafia et contre le pizzo (racket) ».

—————————————-      ———————————————

29 août 2008   Commentaires fermés sur Gomorra