Chronique de Petiteville en France – épisode 4 et épilogue 1

un-ecureuil-en-hiver-3
                     Chronique de Petiteville en France                     

ou  Comment faire pour assurer une meilleure protection anti-drogue à la jeunesse née depuis 1989 ( les dix/vingt ans de 2009) ?

                             Episode 4                Hiver  2008-2009  
             J’avais pris acte de l’absence de réponse de M. le Maire de Petiteville à ma deuxième lettre ainsi qu’à ma deuxième demande d’entretien ; ce qui ne laissait pas de m’étonner, ayant souvent  pu apprécier la capacité d’accueil et d’écoute de quelques autres maires …
En décembre 2008, j’avais pu noter la continuation  de l’activité des revendeurs-livreurs de drogues sur scooters, pendant les vacances de Noël ;  et en janvier 2009, ils reprenaient leurs habitudes du mercredi et du samedi.
Il n’y avait plus en cette saison froide, à partir de 23h en fin de semaine, que quelques hurlements grossiers dûs aux abus d’alcool et autres drogues, et quelques  saccages  de panneaux Petiteville, mais j’observais que toutes ces nuits étaient marquées de 23h à 4h du matin, par la circulation de dizaines de voitures, probablement  vers des lieux fixés pour d’autres trafics.   
 
              Je l’écrivis donc dans une troisième lettre adressée au maire de Petiteville, le 19 janvier 2009 (copie à l’adjoint et à la conseillère municipale qui m’avaient reçue, ainsi qu’au commandant de gendarmerie)
 
            Epilogue 1   (annonce de la création d’un CLSPD)     Printemps 2009   
Six mois après ma première lettre, je reçus une réponse de M. le Maire de Petiteville qui tenait à m’informer le 2 mars 2009 que  » dans sa séance du 9 février 2009, le Conseil municipal, à l’unanimité, avait décidé la création d’un Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) dont la composition sera fixée par  arrêté du Maire.  »

           Le CLSPD fera-t-il une  analyse lucide de la situation ? Lira-t-il le document Tendances n°64 janvier 2009 Alcool, tabac et cannabis à 16 ans de L’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) qui fait le point sur les recherches en cours  ? Trouvera-t-il  les moyens d’être efficace ?  et à partir de quand ?  Pensera-t-il  à créer un conseil  de jeunes citoyens, collégiens et lycéens de Petiteville qui pourront s’impliquer auprès de leurs pairs ? etc. 

            Le CLSPD de Petiteville sera confronté, selon les données préfectorales pour 2008, à l’évolution de la délinquance dans le département  en zone gendarmerie.
En progression : .. 
Affaires de stupéfiants + 28,22 %  / Délits stupéfiants +40,55 % 

          _____________________________
   Du côté de l’Education Nationale       aucun signe fort ne venant du Rectorat et de l’Inspection Académique en 2008-2009l’information-prévention sur l’offre et l’usage des mélanges de drogues licites et illicites n’est pas à l’ordre du jour des conseils d’administration du collège et du lycée ;  le principe des trois petits singes : ne rien  voir – ne rien entendre – ne rien dire – semble faire l’unanimité.

            Il faut avoir présent à l’esprit que deux générations déjà ont vécu leur jeunesse sous l’emprise de l’offre de drogues. Notre société, entraînée par les catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+), et le laxisme politique des années 1980-90  (on se souvient de la  formule inepte de « drogues douces »), est devenue  « poreuse » au contact  du milieu des pourvoyeurs de drogues.
Enfreindre les lois est devenu  un sport national  (chic?) . Cela fait naître  une hostilité sourde envers les policiers et les gendarmes. Cela fournit toujours plus d’argent sale aux réseaux mafieux  internationaux. Cette complicité avec les truands et les barbares est forcément dangereuse pour nous tous.
__________________

 

Les commentaires sont clos.